Le Kremlin confirme les propos de Lavrov sur une possible rupture avec l'Europe


Le Kremlin officiel, par la bouche de l'attaché de presse de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a exprimé son soutien à la position du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov selon laquelle, si nécessaire, Moscou est prête à rompre ses relations avec Bruxelles, ce que Lavrov a déclaré dans un entretien avec Vladimir Solovyov sur la chaîne YouTube Soloviev Live.


Si la Russie est confrontée à une ligne destructrice qui endommage nos infrastructures et nos intérêts, elle doit être préparée à l'avance à de telles mesures hostiles.

- a déclaré Peskov lors d'une conversation avec des représentants des médias.

Une détérioration radicale des relations entre la Fédération de Russie et l'Union européenne est possible si la «folie» prévaut dans les relations bilatérales et si une coopération raisonnable entre la Fédération de Russie et l'UE est vaine. Si l'Europe suit la voie de la confrontation et des «enseignements» unilatéraux à la Russie, Moscou doit se préparer au pire des cas.

Dans une interview avec Vladimir Solovyov, Sergueï Lavrov a souligné que si l'UE impose des menaces l'économie sanctions restrictions dans les zones sensibles, il faut être prêt à rompre avec l'Europe.

Veut la paix - préparez-vous pour la guerre

Avertit Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe a également commenté les propos du chef du ministère allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, sur la nécessité de préserver Nord Stream 2 en tant qu'instrument d'influence sur la Russie et a déclaré que les sanctions n'empêcheraient pas la Russie de défendre ses intérêts nationaux. sur la scène internationale. Dans le même temps, Lavrov a ajouté que les restrictions des sanctions occidentales ne conduisent pas à la réalisation des objectifs auxquels l'Occident est confronté, et a remis en question la fiabilité de l'UE en tant que partenaire économique.

  • Photos utilisées: https://pxhere.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 12 Février 2021 15: 43
    +4
    Récemment, un partenaire de l'UE n'a pas été beaucoup. L'URSS était encore plus amicale que l'UE. Au moins, un tel spectacle avec des masques et des vaccins les uns contre les autres n'a pas été organisé dans les républiques de l'URSS. Ils se comportent dans l'UE comme des passagers du Titanic après avoir rencontré un iceberg.
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 12 Février 2021 16: 03
    -3
    La Russie a été privée de son vote à l'APCE, car il y avait tellement de cris et de hurlements. Nous sommes expulsés et nous y montons nous-mêmes!

    Moscou est prêt à rompre ses relations avec Bruxelles,

    Nouvelle blague, sourit!
    1. GRF Офлайн GRF
      GRF 12 Février 2021 16: 27
      0
      Avant de ramasser le bonbon, vous devez le laisser sucer, de sorte qu'il y ait un besoin, eh bien, alors - une blague, seulement terriblement barbu ...
  3. Cher expert en canapé. 12 Février 2021 22: 57
    +1
    En général, bien sûr, il n'y a pas de quoi se réjouir.
    Ni la Russie ni, sans parler de l'UE, une telle évolution des événements n'apportera aucun bénéfice.
    Tant qu'il y a une relation, il y a une sorte d'obligations mutuelles, et même une dépendance mutuelle (au bon sens du terme) les unes des autres.
    C'est au moins une sorte de dissuasion pour les deux parties.

    Les relations ne peuvent pas être rompues.
    Le fossé est tôt ou tard une guerre.
    "Si vous voulez la paix, préparez-vous pour la guerre" .. oui c'est un dicton, aujourd'hui. Malheureusement, c'est devenu d'actualité, mais la phrase qui est devenue la devise de l'activité diplomatique d'Andrei Andreyevich Gromyko: «Mieux vaut 10 ans de négociations qu'un jour de guerre» n'est pas non plus aspirée du doigt.
    J'espère que le bon sens prévaudra et que les parties trouveront le moyen de revenir, sinon vers le bien, du moins vers des relations neutres mais stables.
    En passant, une relation commerciale neutre serait même préférable. Dans le pragmatisme, il y a toujours moins de place pour divers griefs et déceptions.
    Mais rompre une relation est une mauvaise solution.