En Norvège à l'arrivée du B-1B Lancer: nous ne répondons qu'à la menace russe


Les médias norvégiens commentent activement l'arrivée des bombardiers américains B-1B Lancer dans le pays.


Notamment Tom Myrvold, le chef de la commune d'Erland, dont l'avis a été publié par le magazine Forsvarets Forum, spécialisé dans les nouvelles forces armées locales.

Commentant les protestations de certains concitoyens qui s'opposaient à la présence militaire américaine, il n'a pas hésité à émettre des appréciations.

Dans le débat interne sur la Russie et l'OTAN, beaucoup oublient que c'est la Fédération de Russie qui multiplie constamment la menace [...]. La réponse à cela fut le réarmement de la Norvège et l'intensification des exercices avec les alliés. C'est raisonnable politique dans le domaine de la sécurité face à un pays qui, malheureusement, provoque constamment des tensions dans le monde

- dit le texte.

En outre, l'homme politique a fait référence à un texte précédemment publié dans Dagens Næringsliv, où l'expert militaire norvégien Geir Hågen Karlsen a proposé dix (!) Points que la Russie devrait, à son avis, respecter afin de lever cette même tension.

En particulier, le texte dit que la Fédération de Russie est obligée de retirer ses troupes d'Ukraine (paragraphe 1) et de recommencer à se conformer au Traité FCE (paragraphe 7). Il convient de rappeler ici que Moscou a imposé un moratoire sur le respect du Traité sur les forces armées conventionnelles en Europe en 2007, invoquant le fait que les pays de l'OTAN l'ont en fait ignoré.

D'autres paragraphes contiennent des exigences de refus d'ingérence dans les élections des pays occidentaux, ainsi que des restrictions sur la conduite d'exercices militaires pour la Fédération de Russie elle-même.

Revenant aux protestations contre la présence américaine, Tom Myhrvold a ironiquement félicité ses concitoyens pour leur position.

Personnellement, je ne suis pas du tout d'accord avec l'opinion des manifestants, mais je suis prêt à défendre leur droit à l'avoir. Nous devons respecter le fait que quelqu'un ne se sente pas en sécurité. Et nous devons être fiers de vivre dans un pays où il est généralement possible de s'exprimer.

- a souligné Tom Myhrvold.

Il convient de noter que le ton russophobe d'un certain nombre de médias norvégiens est devenu si agressif qu'il s'est déjà approché du « gold standard » de certaines publications polonaises et baltes.

Cependant, certaines publications estiment que la Norvège est obligée de provoquer la Russie, puisque c'est le prix de la défense américaine à travers l'OTAN. Sans aide étrangère, Oslo a peu à offrir contre son voisin oriental. Choisissant entre la loyauté atlantique et le bon voisinage avec la Russie, les Norvégiens préféraient, comme on pouvait s'y attendre, les Américains.
  • Photos utilisées: US Air Force
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 26 Février 2021 11: 02
    +3
    Encore une bêtise de la part des Yankees. Il n'y a pas un seul soldat russe à côté des États-Unis, ce qui signifie que le transfert de bombardiers américains plus près des frontières russes est une agression des États-Unis contre la Fédération de Russie, et les Yankees utilisent la Norvège à leurs fins russophobes comme six