Les sanctions ne concernent rien: l'Occident veut vraiment «punir» la Russie, mais ne peut pas


L'événement tant attendu pour de nombreux "amis" de notre pays s'est réalisé: pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir du président Joe Biden, Washington a "éclaté" avec un nouveau paquet de restrictions anti-russes. Les Etats-Unis, à la suite de l'Union européenne, ont décidé de "punir" notre pays "pour l'empoisonnement et l'arrestation de Navalny". Dans le même temps, les véritables listes de sanctions annoncées de part et d'autre de l'océan ne pouvaient provoquer que la plus profonde déception tant parmi les nombreux méchants de la Russie que parmi l '«opposition» intérieure, qui a longtemps supplié l'Occident. pour un "soutien efficace" et y plaçait de si grands espoirs.


De l'avis de la majorité absolue des analystes, la démarche anti-russe actuelle, qui semble pâle et torturée, démontre non seulement l'effondrement complet des tentatives désespérées de l'Occident de "faire payer Moscou" pour des actions et des décisions qu'il ne veut pas, mais aussi une prise de conscience claire par la "communauté mondiale" de son impuissance totale face à notre pays. Pourquoi, alors, a-t-il été entrepris et à quoi faut-il s'attendre de plus? Essayons de le comprendre.

Fixation juridique du fait accompli


Tout d'abord, il convient de noter que dans ce cas, les rêves de ceux qui attendaient des sanctions imposées un «nouveau coup» sur la Russie l'économie ou «selon les intérêts des oligarques soutenant le Kremlin». La logique de tels espoirs, périodiquement exprimés par le public comme les camarades de Navalny, est aussi simple qu'un dégoût: il deviendra "pire de vivre en Russie" - et le "régime autoritaire" sera "balayé par le peuple". Les sacs d'argent nationaux perdront de très gros profits - et ensuite ils se précipiteront pour «renverser» le même «régime». Il est difficile d'argumenter avec de telles «conclusions» erronées. Oui, et il n'y a rien - que pouvez-vous attendre d'autre des personnalités qui s'adressent publiquement à la même UE avec la demande la plus basse "d'imposer des sanctions, mais plus douloureuses"? Hélas et ah - ceux qui espéraient le développement des événements dans une veine similaire, "ont volé", et de la manière la plus cruelle.

La «liste noire» européenne comprend les chefs du Comité d'enquête national Alexander Bastrykin, le Service fédéral des châtiments de Russie Alexander Kalachnikov, le commandant de la garde russe Viktor Zolotov et le procureur général du pays Igor Krasnov. Dans la version américaine, les mêmes Kalachnikov et Krasnov sont présents, mais à la place de leurs "camarades de malheur" de la première liste, le chef du FSB Alexander Bortnikov, le vice-ministre russe de la Défense Pavel Popov, ainsi que deux personnes qui ne sont pas liées à " «des départements de pouvoir y ont été ajoutés», mais directement à l'administration présidentielle. Il s'agit du premier chef adjoint de son chef Sergueï Kirienko et du chef du département des politique Andrey Yarin. On ne voit pas tout à fait clairement ce que les États-Unis voulaient démontrer par une telle sélection de "punissable" - soit "la grande ouverture d'esprit", soit simplement le refus de copier aveuglément Bruxelles. Oui, en principe, cela n'a pas d'importance.

Il existe une autre différence significative: le Trésor américain a sanctionné jusqu'à trois organismes de recherche russes. Il s'agit de l'Institut national de recherche en chimie organique et de la technologie (FGUP "GosNIIOKhT"), FGBU "27 Centre scientifique", ainsi que le 33e Institut central de recherche et d'essais du ministère de la Défense de Russie. Dans tous les cas, c'est ainsi qu'ils sont répertoriés sur le site officiel du département américain. C'est, en fait, tout ... Dans ce dernier cas, l'introduction de restrictions à l'encontre des "bureaux" de l'Etat, par essence et par la nature de leurs activités, sont des organisations aussi "fermées" que possible, voire directement classifiées, peut entraîner rien que des rires homériques. Ils souffriront sûrement de l'interdiction de «coopérer avec les contreparties occidentales», ce qu'ils n'ont de toute façon pas fait! On peut dire la même chose, en principe, de la «punition sévère» des fonctionnaires du rang de Bortnikov ou Kiriyenko, pour qui la possibilité de «faire des affaires» aux États-Unis ou de visiter ce pays est désormais fermée. Ils seront bouleversés! Nous avons beaucoup perdu ...

Concernant les «affaires» et les «actifs» - c'est tout simplement ridicule, mais en ce qui concerne les voyages à l'étranger, combien de fois des personnes des plus hauts échelons de la puissance russe y ont-elles été vues ces dernières années? Eh bien, ils ne me laisseront pas entrer, alors ils ne me laisseront pas entrer - cela ne faisait pas mal, et je le voulais. Cependant, il y a, parmi les restrictions, et, semble-t-il, des moments purement économiques. Par exemple, à partir de maintenant, l'Export-Import Bank des États-Unis ne pourra plus prêter aux entreprises russes. Une terrible perte! Bien sûr, si vous ne vous souvenez pas que le dernier prêt qui avait un destinataire dans notre pays a été émis par cette institution financière ... en 2014! Après les événements bien connus qui ont eu lieu à l'époque, la coopération avec notre pays a été tout simplement réduite - sans aucune déclaration forte. Maintenant, ce fait est juste officiellement annoncé au niveau officiel.

Augmentation de la confrontation ou de l'existence dans des «réalités parallèles»?


On peut dire exactement la même chose des interdictions de "prêter par les organisations gouvernementales américaines à la sphère de défense russe", "la fourniture d'armes et d'autres articles à la Russie qui figurent dans la liste des munitions américaines", ainsi que de "la cessation du financement de tous les programmes militaires des États étrangers auxquels la Russie participe ». Oui, interdisez, autant que vous le souhaitez - après tout, rien de tel n'est arrivé depuis longtemps! Eh bien, quant au refus de Washington à notre pays de «toute aide, sauf l'aide humanitaire sous forme de nourriture», il ne reste plus qu'à expliquer aux messieurs d'outre-mer où et dans quelle couleur de chaussures nous avons vu leur «aide». Soit dit en passant, en ce qui concerne les domaines qui intéressent les Américains eux-mêmes et dans lesquels une certaine coopération vacille encore, ni le département d'État ni le ministère des Finances ne sont "à l'écart" - par exemple, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken n'a pas manqué personnellement en ce qui concerne la coopération dans le domaine spatial pour clarifier que "les opportunités de coopération, y compris financières, restent ouvertes".

Ainsi, les États-Unis dépeignent de manière démonstrative «l'éducation» de Moscou, mais en même temps font une réserve: le cas échéant, nous résoudrons les questions. Il ne faut donc pas blâmer le ministère russe des Affaires étrangères pour une réaction «trop retenue» à cette démarche - quelles «sanctions», telle est la réaction. Avec tout cela, les tentatives des Européens de dépeindre un bon visage dans un mauvais match et de trouver des explications à leur propre «mollesse» dans la question des sanctions semblent particulièrement hilarantes, n'exprimant en aucun cas leurs véritables motifs et raisons. Par exemple, le chef de la diplomatie bruxelloise, Josep Borrell, s'est lancé dans de longues explications à ce sujet: selon eux, aucune restriction sur les représentants d'entreprises et les sociétés commerciales de notre pays n'a été introduite uniquement parce que l'UE "veut soutenir l'état de droit dans tous cas. " Et puis l'homme d'affaires russe intentera une action en justice devant un tribunal européen avec l'obligation de prouver qu'il est spécifiquement impliqué dans l'agitation autour de Navalny - et va le prouver!

Non, quelle beauté! Je veux juste m'exclamer: "Oh, vous, farceurs!" Et à propos de Zolotov avec Bastyrkin et Krasnov avec Kalachnikov, alors vous en avez la preuve ?! Maintenant, montrez-moi, vous menteurs! Et en même temps, admettez que vous avez tout simplement terriblement peur de geler vos oreilles, qui ne deviennent pas rouges à cause de mensonges éhontés, quand le maléfique Miller, sur ordre de Poutine, vous vissera sur la valve de gaz en réponse à vos sales tours! L'Occident, peut-être, aimerait beaucoup agacer sérieusement la Russie. J'aimerais probablement même. Cependant, les bacchanales d'interdictions, de restrictions, de sanctions, qui durent depuis 2014, ont seulement conduit au fait que dans notre pays, ils ont finalement compris qu'ils pouvaient très bien se passer de cette «communauté mondiale» obstinée, dégoûtante et rampante. Comme l’a récemment déclaré le vice-président de la Douma d’État Piotr Tolstoï, il est temps de réfléchir sérieusement à ce que nous faisons dans des organisations telles que le Conseil de l’Europe et à savoir s’il est judicieux d’en faire partie.

Une telle position prise par les autorités russes devient de plus en plus évidente pour l'Occident, et ils comprennent de plus en plus clairement que cette fois Moscou ne plaisante pas. Il ne «fait pas peur», n'essaie pas d'obtenir des «concessions» ou de «faire pression» sur la «communauté mondiale» pour qu'elle revienne dans son cercle le plus tôt possible - quels que soient le rôle et le statut. Mais ce n’est qu’un aspect du problème. L'autre est que l'ensemble des instruments de sanctions «faibles» a longtemps été épuisé - et a conduit à son utilisation, soit dit en passant, uniquement pour des choses telles que la substitution des importations et le renforcement de l'indépendance financière de notre pays. Ensuite, vous devez augmenter les enjeux, mais ici ça ne sent pas comme un jeu de poker, mais une "roulette russe" naturelle, une perte dans laquelle vous savez quoi. Selon la majorité des experts occidentaux, la seule mesure susceptible de causer de réels dommages à l'économie russe ne pouvait être qu'un embargo complet sur l'acquisition de ses ressources énergétiques calquées sur l'Iran. Mais personne ne sera d'accord avec cela - ni à Washington, ni à Bruxelles.

De tels «excès» par rapport à Téhéran ont conduit, finalement, au fait qu'il est sur le point de posséder des armes atomiques. Le coup de sabre de Trump a contribué au cauchemar de l'Occident, que l'Occident voulait éviter à tout prix. Et la Russie a déjà des arsenaux nucléaires ... Et si des mesures (bien que de nature purement économique) sont prises contre notre pays, ce qui signifie qu'ils veulent vraiment le détruire, alors cela libérera complètement et complètement les mains de Moscou pour toute décision. Absolument aucun ... Aux mêmes Etats-Unis, ils en sont bien conscients et n'ont pas du tout envie que leurs diplomates sautent dans un hélicoptère depuis le toit de l'ambassade, par exemple à Kiev. À savoir, quelque chose comme ça suivra comme une "réponse asymétrique" - ici vous pouvez être assuré. En ce qui concerne l'Europe, tout est dit de manière exhaustive ci-dessus - il n'y a pas de telles «valeurs démocratiques» au nom desquelles les habitants seraient prêts à mourir de froid.

Vous ne devriez même pas compter sur le fait que, compte tenu de tout ce qui précède, nous serons laissés seuls. L'Occident sait attendre et «jouer pendant longtemps» - l'effondrement de l'Union soviétique y a été préparé et rapproché pendant des décennies. Et aujourd'hui, malgré le ridicule évident des sanctions imposées, la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman continue de menacer "une réaction brutale contre la Russie en réponse à ses actions qui nuisent aux intérêts des États-Unis ou de ses alliés". Allez, réagissez, nous sommes juste fatigués d'attendre! Non, ils continueront à faire de notre pays un ennemi, et ni Washington ni Bruxelles n'arrêteront le «mal mondial». Nous existerons simplement dans certaines «réalités parallèles» où l'Occident continuera à «punir sévèrement» la Russie, et elle ne s'en apercevra en aucun cas.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Afinogen Офлайн Afinogen
    Afinogen (Afinogen) 4 March 2021 10: 55
    +3
    qui attendait des sanctions imposées un «nouveau coup» pour l'économie russe

    rire Eh bien, ils ne comprendront en aucun cas qu'il n'y a pas d'économie en Russie, non (je pense que cela apparaîtra dans le futur) Je me souviens encore que Maksimka a décidé de déchirer notre économie en lambeaux, mais n'a pas trouvé ce qui pourrait être déchiré et calmé. Ils doivent travailler dans une direction différente. Arrêtez partout dans le monde les comptes et les biens immobiliers des oligarques, des fonctionnaires et autres éléments obscurs qui, de manière incompréhensible, ont amassé de gros capitaux. c'est à ce moment-là qu'ils commencent à bouger. Et donc leurs sanctions, à part les rires violents, ne causent rien. rire
    1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
      Sergey Latyshev (Serge) 4 March 2021 11: 34
      0
      Ensuite, ils suivront l'exemple de Poutine. Qui a déjà eu peur de cela, mais ce n'est toujours pas le cas et ce n'est pas le cas.
      Il n'y aura rien de tel. - Les oligarques, même amis, sont inviolables.

      Le maximum est un petit raid officiel, comme Rusal ... aider, disent-ils, par "amitié", à construire des usines d'aluminium en YSA ....
    2. Yuri Nemov Офлайн Yuri Nemov
      Yuri Nemov (Yuri Nemov) 4 March 2021 12: 31
      -1
      Désormais, le PIB russe occupe la sixième place mondiale en termes de volume après la Chine, les États-Unis, l'Inde, le Japon et l'Allemagne. Et il y a environ 197 pays dans le monde. Ceux qui sont en dessous de la Russie dans la liste n'ont pas non plus d'économie?
      1. Afinogen Офлайн Afinogen
        Afinogen (Afinogen) 4 March 2021 18: 29
        +1
        Notre économie est la vente de ressources utiles, de gaz, de pétrole, etc. Cependant, ces dernières années, l'agriculture fait irruption au premier plan, eh bien, cela a un inconvénient, les produits sont devenus plus chers, car les agriculteurs essaient de tout vendre à l'étranger (c'est plus cher là-bas).
      2. margo Офлайн margo
        margo (margo) 5 March 2021 11: 02
        +1
        à la sixième place mondiale en volume après ........ Japon et Allemagne.

        - cher, regardez la carte et comparez ces pays avec la Russie, et si vous prenez également en compte le manque de pétrole, de gaz et même de tas de minéraux dans ces pays, en fait, sur quoi repose l'économie russe, c'est-à-dire pas sur les technologies et la production, mais sur la vente de pétrole brut et de gaz, ce n'est pas une très belle image. En fait, que cela plaise ou non, la Russie est un appendice matière première de l'Europe et de la Chine.
        1. Mikhail Alekseev Офлайн Mikhail Alekseev
          Mikhail Alekseev (Mikhail Alekseev) 5 March 2021 20: 38
          +2
          Eh bien, la Norvège est un appendice matière première de l'Europe, et les Saoudiens sont un appendice matière première de l'Europe, de la Chine et des États-Unis, et alors? ils vivent normalement. Il ne s'agit pas de ce que la Russie vend, mais de la manière dont elle en utilise le produit. Et ici la Russie a des problèmes))) mais en tout cas, ce n'est pas votre affaire Svidomo)
        2. isofat Офлайн isofat
          isofat (isofat) 5 March 2021 22: 34
          -2
          Êtes-vous en train de dire que notre recette de vaccin est sortie du trou?
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 4 March 2021 11: 54
    -3
    Sanctions pour rien

    Eh bien, si pour rien, vous devez envoyer la même réponse. Eh bien, pensez-y, la Russie imposera des sanctions au procureur américain, et à d'autres du même rang. Sur les chiens, par exemple, pour rire. Les Etats-Unis savent que la puissance en Russie va "s'épuiser", parce que la colonie !! Et ces excuses sont pour les ventouses, donc vous pouvez tout justifier!
  3. Yuri Nemov Офлайн Yuri Nemov
    Yuri Nemov (Yuri Nemov) 4 March 2021 12: 23
    0
    Biden a été époustouflé, a rendu le fraerok. Et quelle ambition était! "Tout le temps, je resterai seul." Le chien aboie, la caravane avance.
  4. Concombres Офлайн Concombres
    Concombres (Ogurtsov) 4 March 2021 20: 14
    0
    Cette fois, ce ne sont certainement pas des sanctions qui toucheront la composante économique du pays, ses citoyens. Pas. ici, ils ont pris en compte leurs erreurs. Ils sont dirigés contre ceux dont ils attendent un changement de position (face à l'agression préparée contre notre pays) Et on comprend même pourquoi il y a un vice-ministre de la Défense, et non Shoigu lui-même. L'UE n'a rien révélé de nouveau et montre donc qu'elle ne veut pas aggraver la situation. Comment le ministère des Affaires étrangères devrait-il répondre? Ils ont certainement des options. Ouvrez les yeux sur ce m. La communauté vaudrait
  5. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 5 March 2021 22: 02
    -3
    Dans cet "Occident" même, on a compris depuis longtemps que dans tous les cas le camarade-maître de la photo et ses "associés" ne souffriront d'aucune façon, contrairement au soi-disant "peuple", car la situation elle-même ressemble à un puits. -Anecdote connue en Russie:

    Papa, le prix de la vodka a augmenté, ce sera difficile pour vous - vous devrez boire moins!
    - Non, fils, ce sera difficile pour toi - tu devras manger moins.