Le nouveau plan du "Sultan": Erdogan demande à l'Occident de lui donner la Syrie


Moins de dix jours se sont écoulés depuis que Vladimir Poutine et Recep Erdogan ont participé conjointement (bien que dans un format purement virtuel) à la cérémonie symbolique de la pose de la première pierre de la fondation de la troisième tranche de la centrale nucléaire d'Akkuya en construction par notre pays en Turquie. C'est ainsi que le "sultan" nouvellement créé d'Ankara "remercia" ses "partenaires" russes à sa manière habituelle. Autrement dit, il a fait une autre démarche, extrêmement hostile à notre pays.


Le discours porte sur le discours du président turc sur les pages de la publication américaine Bloomberg, dans laquelle il s'oppose non seulement fermement aux autorités légitimes de Syrie, dirigées par Bashar al-Assad, mais revendique également le droit d'être la seule force qui a le droit de «rétablir l'ordre» dans ce pays.

"Ankara est le rempart de la paix en Syrie?!" Vous confondez quelque chose?


En fait, l'apparition même dans Bloomberg, même pas d'une interview, mais de toute la chronique d'un auteur donnée au président turc semble plutôt inhabituelle. Pour le moment, ce leader n'appartient certainement pas au nombre de «poignées de main» à Washington - après tout, le conflit provoqué par l'achat par Ankara de nos systèmes de défense aérienne S-400 Triumph n'est pas épuisé. Du moins comme le voudraient les États-Unis. Et du coup - l'un des médias américains n'appartenant pas à la dernière catégorie fournit à ce chiffre une "tribune", et même pas pour déclamer sur certains sujets généraux, mais pour proclamer un certain programme. La raison d'une telle démarche devient claire, il suffit de lire attentivement ce qu'Erdogan a écrit. Tout d'abord, le dirigeant turc se prononce, en fait, avec un bilan positif du «printemps arabe» inspiré par les États-Unis. Il dit qu'en 2011 en Égypte, en Tunisie et, comme vous pouvez le deviner, en Syrie, «il y a eu des soulèvements contre le régime exigeant la liberté et politique réformes ». Dans la "guerre civile, qui s'est transformée en manifestations pacifiques", il blâme à nouveau le "régime de Bachar al-Assad", et non les forces extérieures qui ont provoqué des effusions de sang non seulement dans ce pays, mais dans tout le Moyen-Orient.

Tout ce raisonnement semble assez étrange de la bouche du chef de l'État, qui a failli être victime d'un coup d'État dont les racines, selon ses propres déclarations, sont allées aux États-Unis. Et, à propos, Erdogan lui-même n'a pas montré la moindre condescendance à ceux qui ont empiété sur son pouvoir personnel, et ne le montre pas à ce jour. Dans ce contexte, ses plaintes selon lesquelles "le conflit civil en Syrie a fait de nombreuses victimes et il n'y a pas de fin en vue" ressemble à des larmes de crocodile. A cette occasion, Ankara a pu rappeler beaucoup de choses - et sa coopération avec Daech, et autre chose ... Cependant, le «Sultan» a une vision complètement différente des événements syriens.

Il s'engage à exposer leur histoire de telle manière que l'on est tout simplement étonné: pour qui de telles fausses déclarations peuvent-elles être calculées du tout?! Selon le président turc, c'est elle qui a «mené avec succès trois opérations antiterroristes sur le territoire syrien» (c'est-à-dire le Bouclier de l'Euphrate en 2016, la Branche d'Olivier en 2018 et le Printemps de la paix en 2019), au cours desquelles «des conditions pacifiques ont été prévu pour les résidents locaux "... Maintenant, ça s'appelle ça?! A cette occasion, on ne peut que se rappeler: les troupes russes se sont retrouvées en Syrie à la demande directe de leurs autorités légitimes et dans le cadre des accords interétatiques pertinents. L'invasion de ses terres par des guerriers turcs, conformément au droit international, n'est rien de plus qu'une intervention armée, une agression commise contre un État souverain. Cependant, Recep Erdogan assure que les «zones de sécurité» créées par ses militaires «en coopération avec des partenaires locaux» (extrémistes soutenus par Ankara) sont, en fait, les seules oasis de paix et de tranquillité du pays «qui continue d'être déchirée. par la guerre ».

Après une "introduction" aussi impressionnante, sonnant tout à fait dans l'esprit de la diplomatie orientale fleurie et en même temps agressive de l'époque du port ottoman, le "sultan" passe à l'essentiel: il commence à enseigner l'Occident et fixer les conditions pour cela. Ayant réprimandé les dirigeants locaux pour "le manque d'efforts sérieux en direction syrienne au cours de la dernière décennie", il proclame: "C'est la Turquie et personne d'autre qui a sauvé l'Europe des vagues d'immigration illégale et d'infiltration terroriste", a d'ailleurs défendu Frontière sud-est de l'OTAN. " Vous pouvez dire, elle se tenait sur sa poitrine ...

"Vous nous soutenez, et nous déciderons de tout!"


C'est, en fait, le début de la partie la plus importante du «message à l'Occident» d'Erdogan, qui, à juste titre, peut être attribué au genre des ultimatums tant aimé par lui. Le président turc dit sans ambages: la "communauté mondiale" a trois options pour poursuivre son action. Le premier est «continuez à rester à l'écart». Selon lui, cela va non seulement "augmenter les migrations illégales et la menace du terrorisme", mais aussi "saper l'autorité morale et les fondements mêmes de la civilisation occidentale" (et où avez-vous trouvé de tels mots, coquin?!). Ceci est, bien entendu, inacceptable. Erdogan n'approuve pas ... La deuxième option est l'intervention directe des pays occidentaux, principalement européens dans le conflit en Syrie, menée non seulement dans les domaines diplomatique et économiquemais aussi en uniforme militaire, le «sultan» le considère aussi irréel. Il semble laisser entendre: "Cher, dur, dangereux ... Vous en avez besoin?!" Et puis il propose une troisième option, à son avis - carrément idéale.

L'Occident n'a pas besoin de «se salir les mains» ni de risquer la vie de ses militaires en les envoyant dans des contrées lointaines! Il lui suffit simplement "d'apporter son soutien à la Turquie, qui est prête à résoudre le problème de la Syrie avec des coûts minimes et une efficacité maximale"! Pour commencer, Bruxelles, Paris, Berlin (et vraisemblablement Washington) sont tenus de «prendre une position de principe à l'égard des Kurdes qui font le jeu du régime d'Assad». Autrement dit, pour permettre à l'armée turque de massacrer les personnes rebelles à Ankara. Erdogan demande également que l'Occident «partage avec la Turquie le fardeau économique du maintien des zones de sécurité», qui devrait devenir «une alternative démocratique et prospère à Assad en Syrie». Sinon, comme d'habitude, il menace, au moins, «un nouveau flux de migrants vers l'Europe». Non, mais quel voyou! Le président, et agit dans les meilleures traditions des racketteurs des «fringants 90», utilisant exactement les mêmes méthodes de «prise sous le toit» des hommes d'affaires.

Hélas, la voix de ceux qui ont prévenu que si Erdogan et la "nouvelle Turquie" qu'il construisait sur le sang n'étaient pas arrêtés à temps, les choses pourraient aller très loin, personne n'écoutait. L'autre jour, dans son discours télévisé «à la nation» prononcé après la réunion du gouvernement, celui-ci, apparemment en train de s'imaginer vraiment le dirigeant du nouvel Empire ottoman, a déclaré que «maintenant, en lien avec la pandémie, un nouvel ordre mondial est en train de se former. et la Turquie appartient. " Un autre adepte du "nouvel ordre" a été trouvé ... Des conclusions sur la façon dont Ankara voit exactement un "endroit digne" pour lui-même peuvent être facilement tirées du discours de son chef à Bloomberg. La Russie n'y est pas du tout mentionnée et c'est bien pire même si elle a été attaquée. Écoutez Erdogan, notre pays n'existe tout simplement pas ... Et, de plus, il n'y a aucune raison de compter avec ses intérêts et sa présence en Syrie. Pour la «grande Turquie» et son «sultan», il en est ainsi, de pure bagatelles.

Les rapports officiels sur les réunions et les conversations téléphoniques entre Vladimir Poutine et Erdogan mentionnent périodiquement que les présidents "ont discuté du règlement du conflit syrien". À vrai dire, je doute profondément qu’au cours de ces discussions des options telles que celle que le dirigeant turc «dessine» aujourd’hui aient été stipulées. De plus, dans ce contexte, il convient, à mon avis, de rappeler les propos du représentant officiel du ministère russe de la Défense Igor Konashenkov, qui a déclaré que les "zones de sécurité" vantées par Erdogan ne sont rien de plus que des avant-postes et des zones fortifiées. des terroristes. Les accords de Sotchi de 2018, en fait, sont grossièrement bafoués par Ankara, qui s'est engagée à vraiment rétablir l'ordre dans ces zones, mais a plutôt créé un régime le plus favorisé pour des groupes extrémistes tels que Jabhat al-Nusra, le Parti islamique du Turkestan. ou "Khurras ad-Din".

Il n'est pas surprenant que l'un des principaux médias occidentaux, longtemps connu pour sa «sympathie» pour notre pays, ait accepté si facilement de devenir le porte-parole des ambitions néo-ottomanes d'Ankara. Après tout, tout cela se passe dans le contexte d'une forte exacerbation de la campagne d'information anti-russe lancée par la «communauté mondiale» à la veille du dixième anniversaire du début du conflit civil en Syrie. Laissons de côté les attaques de diverses "organisations non gouvernementales" financées par des sources gouvernementales très spécifiques, et affirmons que "en Syrie à cette époque, le régime d'Assad avec le soutien et la participation de la Russie a tué un demi-million de personnes". Ceux-ci "chantent" ce pour quoi ils sont payés et accumulent des horreurs pour des horreurs et des mensonges pour des mensonges sans le moindre pincement de conscience ... Beaucoup plus d'inquiétude est, par exemple, la position du chef de la diplomatie européenne Josep Borel, exprimée par lui juste à la veille de la cinquième conférence sur le thème du règlement de la crise en Syrie, qui se tiendra à Bruxelles les 29 et 30 mars, c'est-à-dire très prochainement. M. Borel a déclaré catégoriquement que l'Union européenne n'a pas l'intention de "reconnaître les élections organisées par le régime d'Assad et de prendre des mesures pour normaliser ses relations avec lui". D'un autre côté, l'UE «est prête à engager un dialogue avec tous ceux qui pourraient avoir un impact sur la crise syrienne» - vraisemblablement, avec ceux qui partagent la position énoncée ci-dessus. Erdogan a-t-il vraiment une chance de s'entendre avec l'Europe sur l'obtention d'un "mandat" pour agir en Syrie à sa discrétion?

Cela ne vaut guère la peine de dire que cela deviendra non seulement une erreur énorme, mais fatale de Bruxelles, qui entraînera les conséquences les plus profondes et les plus graves. La chose la plus désagréable est que nous le voulions ou non, mais pour éliminer ces conséquences, faisant à nouveau obstacle aux ambitions ottomanes, la Russie et personne d'autre n'auront à le faire.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 March 2021 09: 56
    +5
    La Russie doit développer des relations commerciales avec la Syrie à travers la Crimée. Impliquer les Tatars de Crimée dans ces relations. Où est l'huile d'olive syrienne? Il est temps de soutenir le commerce avec la Syrie en l'achetant. Où est le plan Marshall russe pour la Syrie avec le passage au rouble russe?
    1. Hayer31 Офлайн Hayer31
      Hayer31 (Kashchei) 16 March 2021 23: 11
      0
      Eh bien, s'il y a une vigne dans le Donbass et que la Turquie commence à fournir des drones à l'Ukraine, voyons ce que va dire V.V.?
  2. wolf46 Офлайн wolf46
    wolf46 16 March 2021 10: 51
    0
    Les médias nationaux ont à plusieurs reprises soulevé des bruits d'information sur l'entrée de la Syrie et de l'Iran dans l'UEE, en particulier la dernière il y a 1 mois. Mais en fait: le 14 mars, le gouvernement iranien a approuvé l'adhésion de l'Iran à l'UEE en tant qu'observateur.
  3. Igor Berg Офлайн Igor Berg
    Igor Berg (Igor Berg) 16 March 2021 11: 54
    -2
    L'auteur lui a fait peur pendant longtemps, verbeux, mais, grâce à Dieu, l'a rapidement rassuré - pour éliminer ces conséquences, encore une fois ............... La Russie et personne d'autre n'aura à le faire . Le sujet est clos. Et pas seulement une question, comme "en avons-nous besoin?"
  4. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 16 March 2021 12: 30
    -3
    Un sujet compliqué.
    Réduit sans eau aux sujets habituels - Kurdes et argent.
  5. garçon pointu Офлайн garçon pointu
    garçon pointu (Oleg) 16 March 2021 13: 33
    +2
    Le poste de chef de la diplomatie européenne, Josep Borel, suscite par exemple bien plus d’inquiétude.

    Est-ce que lui et l'Europe ont une position? assurer
    1. Igor Berg Офлайн Igor Berg
      Igor Berg (Igor Berg) 16 March 2021 15: 03
      0
      Il y a bien sûr.

    2. 123 Офлайн 123
      123 (123) 16 March 2021 21: 50
      0
      Est-ce que lui et l'Europe ont une position?

      Aha Oui Genou-coude.
  6. rjpthju Офлайн rjpthju
    rjpthju (Lev Atyasov) 16 March 2021 18: 19
    -1
    Et nous avons livré des S-400 à la Turquie ... Et maintenant, la controverse porte sur leur vente Su-35 et Su-57. Vendons-leur tout, ou plutôt leur rendons-leur, ils n'ont de l'argent que pour nettoyer la Syrie. L'Azerbaïdjan a déjà été nettoyé. Ils s'arrangeront pour nous, ces opposants séculaires de la Russie. Vous devez penser à l'avance et ne pas vivre pour aujourd'hui. Échanger? Ont-ils de l'argent? Nous construisons des centrales nucléaires pour eux (à Akuya) à nos propres frais, si cela sera rentable et quand. Il serait préférable de construire Sushki pour eux-mêmes avec cet argent. Ils nous tordront également les mains et nous ramperons pour récupérer les nôtres. Masochistes.
  7. alex5450 Офлайн alex5450
    alex5450 (Alex L) 16 March 2021 18: 32
    -3
    Erdogan est un Poutine oriental. Certes, son pays est un peu plus riche, mais rien, à la fin il va tout arranger.
  8. TermNachTer Офлайн TermNachTer
    TermNachTer (Nikolay) 16 March 2021 19: 15
    0
    Il peut exiger n'importe quoi, même la Lune))) La question est de savoir qui le permettra?))) Et l'état économique de la Turquie de la catégorie des «tristes» est en train de devenir catastrophique.
  9. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 16 March 2021 20: 29
    +1
    Qui est intéressé par cette liste de souhaits? C'est une chose de souhaiter, de tirer des cartes et de faire des promesses. la réalité est bien différente.
  10. Ulysse Офлайн Ulysse
    Ulysse (Alexey) 16 March 2021 21: 50
    +1
    Beaucoup plus d'inquiétude est causée, par exemple, par la position du chef de la diplomatie européenne, Josep Borel, exprimée par lui juste à la veille de la cinquième conférence sur la résolution de la crise en Syrie, qui se tiendra à Bruxelles le 29 mars. et 30, c'est-à-dire très bientôt.

    Imitation d'activité avec une impuissance totale à influencer quoi que ce soit.

    Ils se réuniront, discuteront et adopteront une autre résolution "pour tout le bien, contre tout le mal" rire

    La "diplomatie européenne" du PS dans les réalités actuelles ne vaut pas le papier sur lequel ses décisions seront annoncées.
  11. Ulysse Офлайн Ulysse
    Ulysse (Alexey) 16 March 2021 22: 32
    0
    Le discours porte sur le discours du président turc sur les pages de la publication américaine Bloomberg, dans laquelle il s'oppose non seulement fermement aux autorités légitimes de Syrie, dirigées par Bashar al-Assad, mais revendique également le droit d'être la seule force qui a le droit de «rétablir l'ordre» dans ce pays.

    Ce n'est pas nouveau.
    Le cas où la Russie «prend acte» de la position d'Erdogan.
    Mais nous faisons ce qui est dans notre intérêt.
    «Sultan» est clairement en train de perdre.
  12. Pilote de torpilles Офлайн Pilote de torpilles
    Pilote de torpilles (- = ZONDER = -) 17 March 2021 15: 52
    0
    Assez avec les Turcs déjà en cérémonie, ce sont les mêmes créatures, combien de sang ils nous ont tourné, dans toute l'histoire des relations avec eux !!!
  13. Archie Офлайн Archie
    Archie (Arthur) 19 March 2021 18: 35
    0
    Ha, à la place de l'Occident, je répondrais par ces mots: oui, ne fais que progresser toi-même. Et nous verrons comment le Turc réussit, rions et reverrons.
  14. 1000 swolder Офлайн 1000 swolder
    1000 swolder (1000 swold) 21 March 2021 02: 41
    0
    Citation: Ulysse
    Imitation d'activité avec une impuissance totale à influencer quoi que ce soit.

    Ils font leur propre truc, que voulez-vous?