Kiev se réjouit: l'Ukraine remplacera le "transit russe" par de l'hydrogène "vert"


Récemment, à Kiev, où la perspective d'achever la construction du gazoduc Nord Stream-2 est envisagée au niveau d'une catastrophe universelle, ils se sont un peu réjouis. Il s'avère que l'exclusion de l'Ukraine de la chaîne d'approvisionnement du gaz russe vers l'Europe n'est pas la fin du monde. Il existe une alternative, et quelle merveilleuse! Dans "nazalezhnoy" déjà avec force et principal font des plans comment à temps pour adhérer au cap pris par l'UE pour se débarrasser complètement des émissions nocives de CO2, ils deviendront presque les principaux fournisseurs d'hydrogène "vert" propre et respectueux de l'environnement. Et laissez les Russes s'asseoir sur leurs fossiles inutiles ...


Comme c'est généralement le cas avec les plans vertigineux et enchanteurs, après un examen plus approfondi, beaucoup de «mais» durs sont révélés. Les perspectives d '«hydrogène» de l'Ukraine sont-elles réelles, ou s'agit-il simplement de «châteaux dans les airs» qui sont voués à s'effondrer face à la dure réalité? Essayons de le comprendre.

Purement par "Fraternité"


Purement théoriquement, technique L'Ukraine a la possibilité de fournir quelque chose de gazeux en direction occidentale. Ce n’est pas par hasard que j’ai utilisé une définition aussi vague - puisque le «carburant bleu» russe transporté aujourd’hui par le système de transport de gaz «non ferroviaire» et le gaz que les rêveurs ukrainiens vont utiliser dans un «avenir radieux» pour conduire en Europe, c'est, comme on dit à Odessa, «deux grandes différences». Le problème ici est, dans l'ensemble, un, mais cardinal. Son nom est la volatilité. En termes simples, l'hydrogène battra littéralement toutes les nombreuses fissures dans le GTS ukrainien, qui est «fatigué» à la limite. Exclusivement en raison du fait qu'il a (contrairement au gaz de canalisation «ordinaire») la capacité de s'infiltrer à travers tous les trous, fissures et failles les plus microscopiques. Et ce n'est pas de la fiction, des insinuations ou des suppositions. Dans l'une des régions d'Ukraine, des tests pertinents ont déjà été effectués - exclusivement à titre expérimental. L'hydrogène le plus pur, à 99%, a été pompé dans les tuyaux sous la pression de service. En l'espace de deux semaines, cette même pression a chuté de presque la moitié - le carburant «tout seul» s'est échappé du tuyau.

Ainsi, si nous essayons de remplir le système par lequel Kiev envisage aujourd'hui de l'approvisionner en hydrogène en Europe, les pertes de carburant pendant le transport atteindront 40%, voire la moitié de son volume. Ceci est, bien entendu, totalement inacceptable. y a t-il une sortie? Bien sûr! Mais il ne s'agit que de moderniser complètement l'ensemble du système de transport de gaz, en le reprofilant pour des tâches complètement différentes qui dépassent aujourd'hui sa capacité. Après tout, il ne faut pas oublier que le gaz est transporté dans les conduites principales sous très haute pression et que cela créera inévitablement des problèmes supplémentaires. Et, plus important encore, des menaces de sécurité accrues. Après tout, l'hydrogène, comme vous le savez, est un gaz extrêmement inflammable et explosif ...

Aujourd'hui, le carburant bleu circule de Russie via le réseau de gazoducs principaux qui composent la section ukrainienne du gazoduc Brotherhood ou Bruderschaft vers la Slovaquie, la République tchèque, l'Allemagne et l'Autriche. Compte tenu des relations entre les Etats et de la volonté éternelle de Kiev de construire une «coopération» dans le domaine du transit aux conditions les plus défavorables pour Moscou, après le lancement de Nord Stream 2, elles finiront par se vider. Plusieurs années d'arrêt - et les restes du GTS ne conviendront qu'à la ferraille. Cependant, déclarer que passer au transport de l'hydrogène «il suffirait de renouveler l'étanchéité des pipelines» ne pouvait être qu'un amateur aussi dense en tout, sauf à remplir ses propres poches et à prononcer des slogans populistes comme l'actuel Premier ministre ukrainien Denis Shmyhal. Bien entendu, la question ne se limitera pas à un quelconque "revêtement de coutures". Dans l'ensemble, ce n'est pas du tout un fait que le GTS actuel puisse être adapté à l'hydrogène.

Il est fort possible qu'il soit moins cher et plus facile de la démolir au sol et d'en construire une nouvelle, puisque les coûts de «re-profilage» seront comparables au prix d'une telle solution, voire le dépasseront. Il existe, en passant, une autre option: réduire au maximum la proportion d'hydrogène dans le mélange gazeux transporté. Cependant, dans ce cas, le problème de sa séparation au point final se posera. Ce qui, encore une fois, n'est pas rentable sur le plan économique. Dans le même temps, la question principale reste ouverte - qui paiera pour tout cela? Aujourd'hui à Kiev, pour une raison quelconque, ils sont sûrs que tous les «partenaires occidentaux» le financeront. Après tout, l'Ukraine soutient avec tant de ferveur le Green Deal et, en général, toutes les initiatives émanant de Bruxelles - même si elles "concordent" avec ses propres intérêts nationaux. Il semble qu'il y ait des "glissements" dans cette direction - par exemple, tout récemment, un accord intergouvernemental assez sérieux sur l'énergie "verte" a été conclu par Kiev avec Berlin. Cependant, ici aussi, tout est loin d'être aussi fluide et simple que cela puisse paraître à première vue.

Avec une fourche sur l'hydrogène, il est écrit


J'avoue qu'en lisant ce qui précède, certains d'entre vous se sont déjà posés une question plus que logique: «Attendez! Et d'où proviendra l'hydrogène que l'Ukraine va fournir aux pays de l'UE? " C'est là que commence la partie la plus intéressante. Ils vont produire ce «carburant du futur» uniquement dans le «non ferroviaire». Dans ce cas, nous parlons, bien sûr, de projets "respectueux de l'environnement" dans lesquels le procédé d'électrolyse, qui est la principale méthode de production industrielle d'hydrogène, n'est pas produit à l'aide de l'énergie obtenue à partir de la chaleur fumée et nauséabonde. centrales électriques, mais à partir de sources «correctes», telles que l’énergie éolienne ou solaire. Bruxelles n'est pas du tout d'accord avec quoi que ce soit d'autre. Dans le même temps, les Européens eux-mêmes ont l'intention de mettre en service la capacité de production d '«hydrogène vert» pour un maximum de 2024 gigawatts d'ici 6. Dans 20 ans, ce volume devrait être porté à 40 gigawatts, "remplaçant" environ 13% de toute l'énergie de l'Union européenne par de l'hydrogène. Il semble que l'Ukraine ait vraiment un accord avec les Allemands.

La société allemande Siemens Energy, soutenue dans cette entreprise par l'État, va, avec la société de l'oligarque ukrainien Rinat Akhmetov, DTEK, construire une usine à Mariupol pour produire de l'hydrogène par électrolyse. Comme base de l'entreprise, l'usine Metinvest, qui est l'une des plus grandes entreprises métallurgiques du secteur non ferroviaire, sera utilisée. Il introduira par la suite des technologies de production d'acier «propres». À son tour, la construction d'un électrolyseur colossal d'une capacité de 8 mégawatts et demi coûtera un montant important - 25 millions d'euros. À long terme (un an d'ici 2050), l'Ukraine «vise» à produire annuellement 7 gigawatts et demi d'hydrogène pour l'Union européenne. Cela semble très optimiste, mais là encore des nuances très ambiguës commencent.

Pourquoi Akhmetov a besoin du projet lancé à Marioupol est compréhensible. L'introduction prochaine de la "taxe carbone" dans l'UE rendra les produits fabriqués aujourd'hui dans des entreprises métallurgiques ukrainiennes désespérément dépassées totalement non compétitifs sur les marchés européens. Sinon, cela fermera complètement son chemin. Ici, il y a une opportunité de «verdir» de toute urgence, et même à égalité avec les Européens eux-mêmes. Ce que cherchent les Allemands est bien plus intéressant. Il est clair que dans le monde du capital, personne n'est impliqué dans la charité. Par conséquent, ils s'intéressent d'une manière ou d'une autre à cela. Et vous n'avez pas besoin de rechercher cet intérêt pendant longtemps - très probablement, l'implication de Kiev dans des projets d'hydrogène vert est le compromis même entre Berlin et Washington dans leurs querelles sur Nord Stream 2, dont on discute depuis longtemps. temps. Du moins - à partir du moment où Joe Biden est venu à la Maison Blanche.

Pour que les Américains se détachent enfin de la construction de ce gazoduc, les Allemands sont prêts à «jeter l'os» à l'Ukraine, après lui avoir peint de brillantes perspectives d'un «avenir vert». Le seul problème est que promettre, ceci, excuser la grossièreté, ne veut pas dire se marier ... Ouvrir les marchés européens aux exportations ukrainiennes à Bruxelles aussi, je me souviens, ont juré. Tout s'est terminé par des quotas et des quotas insuffisants. Non, la participation de l'Ukraine aux projets menés dans le cadre du Green Deal sera probablement la bienvenue sans ambiguïté. Mais en ce qui concerne leur financement, c'est une question distincte. On a l'impression que certains à Kiev, ayant vu dans les documents officiels qui sont du domaine public, les sommes colossales que l'UE envisage d'investir dans sa propre «décarbonisation», se sont retrouvés sur le point d'être étouffés par leur propre salive . Et aujourd'hui, il s'attend, sous le bavardage d'un engagement inconditionnel dans la lutte pour l'environnement, à retirer plus de tranches, de prêts et d'investissements «pour le verdissement» de Bruxelles.

Dans le même temps, les réalités, selon lesquelles les bureaucrates européens ont récemment commencé à «rompre» les revendications matérielles extorsionnées même de ces pays qui font partie de l'UE - les mêmes Baltes ou Polonais, ne sont pas prises en compte. "Ils donneront où ils iront!" Et s'ils ne donnent pas?! Et après tout, très probablement - dans tous les cas, ils ne seront pas autorisés à payer pour un projet aussi coûteux qu'un re-profilage complet du système de transport de gaz existant ou la création d'un nouveau, "pour l'hydrogène", absolument certainement ne sera pas Berlin, Bruxelles ou qui que ce soit d’autre. À l'heure actuelle, l'Ukraine, qui tente de devancer la «locomotive à vapeur» européenne en matière de «décarbonisation», est déjà allée trop loin avec l'introduction des sources d'énergie renouvelables.

En fin de compte, cela a conduit non pas à une baisse des prix, mais à une forte hausse du prix de l'électricité pour l'industrie et la population - après tout, le gouvernement, essayant de stimuler le développement des sources d'énergie renouvelables, s'est engagé à acheter l'électricité qu'ils produisaient. à un prix incroyablement élevé. Pour produire de l'hydrogène selon des normes «vertes», de telles capacités devront être mises en service plusieurs fois plus. Cependant, si nous supposons que les investissements attendus de l'Occident dans la construction d'installations d'électrolyse et, surtout, le «reformatage» du système de transport de gaz vers l'Ukraine ne viendront pas, alors tout cela se produira, dans le sens le plus littéral. sens du mot, un gaspillage d'argent. Ainsi, emportée par un autre «mirage» attrayant, Kiev court le risque de tomber sous ses propres yeux l'économie encore une "bombe". Cette fois - l'hydrogène.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 31 March 2021 10: 27
    +4
    Toutes ces absurdités sur l'hydrogène vert ont déjà été réglées il y a une semaine. Les Ukrainiens brûleront plus de carburant qu'ils n'obtiendront finalement d'hydrogène. mais les lois ne sont pas écrites à ces imbéciles idiots. même s'ils cherchent de l'or dans la merde.
  2. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 31 March 2021 19: 41
    +3
    Pourquoi l'Allemagne ne peut-elle pas produire cet hydrogène dans l'UE? Dans des pays comme la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie ... et dans les pays scandinaves est-ce possible? Après tout, c'est de l'argent, des emplois ... Et personne ne fera du chantage dans l'UE, contrairement à l'Ukraine ...
  3. Forrest Gump Офлайн Forrest Gump
    Forrest Gump (Forrest Gump) 31 March 2021 23: 59
    +1
    L'hydrogène est capable de fuir sans aucune microfissure, généralement à travers les parois métalliques du récipient, il est tellement volatil.
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) Avril 1 2021 10: 49
    0
    Les freins.
    Gazprom et les médias ont depuis longtemps promis de l'hydrogène vert et d'autres produits de la Fédération de Russie.
    1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
      Petr Vladimirovich (Peter) Avril 1 2021 19: 01
      +1
      J'ai fait le plein d'essence sur l'équipement de Ryazan avec tout le plaisir. Quelqu'un l'a-t-il essayé sur l'hydrogène?