RTO et «Varshavyanka» - notre réponse militaire aux Américains


La dernière partie d'une série d'articles sur l'état des choses dans notre marine. Plus tôt dans premier texte nous avons discuté des problèmes du projet 20386, pendant seconde - problèmes généraux de la flotte, et à l'extrême le troisième J'ai légèrement ouvert le voile du secret sur la cuisine interne des appels d'offres du ministère de la Défense de la Fédération de Russie pour la conception de modèles prometteurs de produits militaires pour les besoins de la marine et montré quelles guerres concurrentielles font rage parmi les bureaux de conception navale. .


Aujourd'hui, nous aborderons les questions de géopolitique et clôturerons le problème de l'ASW (défense anti-sous-marine).

Problèmes de l'OLP


J'ai déjà brièvement souligné les problèmes de l'OLP plus tôt, mais étant donné que mes adversaires se sont révélés être des guerriers anti-sous-marins, je vais devoir m'y attarder plus en détail.

De ce qui a été dit plus tôt, vous avez déjà compris que nous avons un problème avec le parc vieillissant du projet MPK "Albatross" encore de construction soviétique. Ces bêtes de somme effectuent honnêtement leur service au sein de trois flottes (SF, Pacific Fleet et Black Sea Fleet), étant responsables de la protection de la zone aquatique et de la couverture de la sortie de nos sous-marins nucléaires de leurs bases de déploiement vers les zones de patrouille. Mais leur ressource n'est pas illimitée, et jusqu'à présent, il n'y a rien de spécial pour les remplacer (et ici les revendications des adversaires sont tout à fait justifiées). Nous avons aujourd'hui 22 projets 1124 / 1124M en service dans l'ensemble de nos flottes. Ce sont des navires bon marché du 3ème rang, qui accomplissent honnêtement leurs missions de combat pour protéger la zone aquatique du BMZ. Et ils allaient les changer avec de coûteuses corvettes d'attaque polyvalentes URO du 2e rang des projets 20380/20385. C'est comme marteler des clous avec un microscope coûteux. Vous allez bien sûr enfoncer les clous, mais il est beaucoup plus facile et surtout moins cher de le faire avec un marteau. Nous n'avons pas de marteau. Et comment les choses se passent avec son développement, je vous l'ai déjà dit la dernière fois.

Pour améliorer votre situation, je ne vous donnerai que l'emplacement de nos Albatros. Il y en a sept dans la flotte du Nord. Quatre dans la 270th Guards Pechenga Red Banner Division de l'IPC de la 7ème brigade de navires pour la protection du plan d'eau (point de départ sur Olenya Guba). Et trois autres dans le cadre de la 43e division des navires pour la protection de la zone aquatique (point de base à Severodvinsk). C'est là que nous avons une colonie de nos sous-marins à des fins diverses. Dix autres Albatros sont en service dans le Pacifique. Cinq dans le 11e bataillon de navires pour la protection du plan d'eau (point de base à Vladivostok). Trois dans la 117e division du MPK de la 114e brigade de l'OVR (point de base de la presqu'île de Zavoiko). Et deux autres dans le bataillon des navires OVR de la région navale de Sovgavan (point de base de Sovetskaya Gavan). Quels SSGN, SSBN et TRPKSN sont basés sur la flotte du Pacifique, je ne vous le dirai pas, mais c'est à partir de là qu'ils menacent le Suédois (plus précisément, les Yankees). Et nous avons six autres IPC sur la mer Noire. Trois dans le 400e bataillon anti-sous-marin de la 68e brigade de navires pour la protection du plan d'eau (point de base à Sébastopol, baie de Yuzhnaya). Et trois dans le 181e bataillon anti-sous-marin de la 184e brigade de navires pour la protection du plan d'eau (point de base à Novorossiysk, Géoport). La situation n'est pas encore critique, mais proche de celle-ci. Tous ces navires seront bientôt mis hors service.

Et nos ennemis n'attendent que cela. Leurs sous-marins sont constamment en service au large de nos côtes, se changeant les uns les autres. Ce n'est que très récemment que l'US Navy a commencé à réduire sa présence dans la baie d'Avacha, ayant cessé d'y assurer à tout moment la présence continue d'un sous-marin chasseur. Certes, depuis avril 2018, leurs pupilles des Forces navales japonaises d'autodéfense ont repris leur garde. Dans le nord, pendant de nombreuses années, la sortie de nos «stratèges» des bases était contrôlée par les sous-marins diesel-électriques norvégiens de type «Ula». Ils ont été découverts extrêmement rarement et par accident, puis ils ont toujours perdu, nous n'avons pas réussi à établir un quelconque suivi à long terme ou à trouver les endroits où ils chargeaient les batteries. Aujourd'hui, ils ne sont pas de service là-bas, mais le renouvellement prochain du sous-marin norvégien, à partir de 2020, rendra de telles opérations une chose très courante, et étant donné l'hystérie anti-russe sauvage en Occident, également souhaitable pour les pays de l'OTAN au pouvoir maintenant. . politique élites. Pour les Suédois, chasser nos sous-marins est généralement devenu une idée folle (il ne se passe pas un jour sans qu'ils y attrapent quelqu'un). Les Polonais ne sont pas non plus opposés à y participer.

Dans de telles conditions, l'importance de l'OLP pour assurer la sécurité du pays dans un économique Il est difficile de surestimer la zone et aux bases du déploiement des sous-marins nucléaires, qui sont encore la base de la puissance de frappe de notre marine et une partie des forces navales de dissuasion nucléaire. Partout dans le monde, ces tâches au BMZ sont résolues à l'aide de navires de surface, de sous-marins non nucléaires (sous-marins diesel-électriques), d'aviation anti-sous-marine et de moyens d'éclairage de la situation sous-marine (SOS). De tout ce qui précède, nous n'avons que des sous-marins diesel-électriques (projet 636.3 "Varshavyanka"), ni avions anti-sous-marins ni hélicoptères n'ont été produits dans notre pays depuis longtemps, je garde généralement le silence sur les logiciels libres. Le dernier espoir est resté dans la flotte de surface, mais vous en connaissez déjà la situation. Bien que, si nous avions un nombre suffisant d'IPC bon marché, nous pourrions couper l'oxygène à nos ennemis non pas en nombre, mais en compétence. Plus précisément, juste le contraire - précisément par nombre, et non par compétence (du moins en BMZ).

Comme un réseau distribué de capteurs fonctionnant conjointement, l'IPC équipé de stations sonar remorquées (BUGAS), combiné en groupes de recherche et de frappe de navires (KPUG), pourrait très fortement limiter la capacité des sous-marins étrangers à agir contre nos sous-marins nucléaires, et parfois les forcer. de se révéler et de «se substituer» sous les frappes des avions de l'OLP, peu importe à quel point nous sommes primitifs et combien il en reste peu. Et certainement la perméabilité des zones d'opération du KPUG de ces navires pour les sous-marins ennemis serait proche de zéro.

Cette tâche aurait pu être résolue par le "Super-Karakurt" développé par le bureau central de conception maritime d'Almaz, mais le commandement a pris une décision différente. J'ai déjà parlé de l'épopée de la création de nos IPC ci-dessus. Les opposants voient les intrigues d'ennemis internes en tout, qui, par intérêt personnel, ont fait pression dans les années zéro pour la création d'un grand nombre de MRK (petits navires de missiles) équipés de croisière "Calibre-NK", à la au détriment des navires d'autres classes, sapant ainsi nos défenses. Je m'attarderai sur cette question dans la dernière partie.

J'explique la politique du parti. RTO et «Varshavyanka» - notre réponse à Washington


Les officiers de la marine spéciale insistent sur le fait que les plus hauts dirigeants navals du pays ont versé de l'argent dans des creux flottants sans navigabilité, les équipant d'armes d'une force sans précédent, mais les laissant complètement sans défense contre les navires et les avions ennemis. Ils n'ont rien vu de plus stupide! Ils soupçonnent qu'il s'agit d'une coupe stupide du budget, car chacun de ces creux coûte et coûte au Trésor 2 milliards de roubles. Bien sûr, je vais m'y opposer (j'ai quelque chose à dire), mais je leur donnerai d'abord la parole:

Depuis 2006, lorsque «l'impulsion vivifiante» donnée à la direction du ministère de la Défense et aux commandants navals par VV Poutine, a conduit à l'apparition des missiles de croisière Kalibr dans la flotte, la Marine a acquis ses porte-avions de la manière la plus irrationnelle. façon de tout possible - en construisant des "canonnières à missiles" Buyan-M "spécialisées, avec des diesels importés non localisés, pas de système de désignation de cible et" pas "de navigabilité. Ces navires pourraient en quelque sorte effectuer une gamme très restreinte de tâches, mais une seule tâche est bonne: une frappe de missile de croisière contre des cibles stationnaires (principalement au sol). Dans une guerre contre un ennemi avec une flotte prête au combat, leur survie était et reste une grande question - ni une attaque par un sous-marin, même le plus antédiluvien, ni une frappe aérienne, au moins depuis un hélicoptère, ces navires ne seront pas capable de survivre.

Mais la «poursuite des cellules de missiles» a conduit au fait que du temps et de l'argent ont été dépensés pour les RTO et les «patrouilleurs». Oui, même à la prolifération de corvettes géantes 20386. Le «trou» de l'OLP, quant à lui, ne pensait pas «se tarir».

L’obligation de l’état-major de disposer de «navires lance-missiles spécialisés», le commandement de la marine et de l’industrie a continué de répondre en raison de la construction massive de MRK franchement médiocres, dont le seul avantage était une très bonne habitabilité - en cas de guerre, leurs équipages iraient au fond, ayant des cabines immenses et confortables "à travers la cloison" et des cockpits.

C'est l'opinion des personnes les plus directement liées à la profession. Les «critiques de la ligne du parti» ne comprennent pas pourquoi nous construisions ces «creux» en une telle quantité, alors que le même argent pouvait être dépensé sur des projets dont la flotte avait davantage besoin. Que puis-je discuter avec eux? Vous devez regarder les choses "plus largement", camarades de l'armée (même si je comprends que vous êtes des guerriers anti-sous-marins, pas des missilemen, et que vous pensez étroitement dans votre couloir de l'OLP). Mais n'oubliez pas à quelle heure cette décision a été prise? C'était en 2006. Avant le célèbre discours de Munich, le PIB était dans moins de six mois. Quoique ce que je vous demande, même à Munich, en février 2007, nombre de nos respectés "amis et partenaires" n’ont pas non plus prêté l’attention voulue aux paroles de Poutine - quel est ce babillage russe là-bas, un monde si multipolaire, tel une politique extérieure indépendante et compte tenu des intérêts des pays souverains, il a oublié dans quelle forêt il vit, et qui est l'aîné dans cette forêt? Une politique étrangère indépendante n'a toujours été soutenue que par la force à tout moment. Une force militaire banale. Et seulement à partir d'une position de force et vous pouvez vous balancer à droite. Et où la Fédération de Russie a-t-elle le pouvoir militaire? Elle n'était pas là alors (merci EBNu, ruinée, tellement ruinée!). Mais les messieurs impérialistes ne savaient pas ce que savait Poutine. Nous avions une arme qui a radicalement changé la donne et nous a permis de parler avec des partenaires sur un pied d'égalité.

Après tout, vous avez vous-même écrit sur la NSNF, ce qui signifie que vous comprenez que la triade nucléaire repose sur trois baleines - sur des armes nucléaires terrestres, aériennes et maritimes. L'Amérique était supérieure à nous à l'époque dans les transporteurs aériens et maritimes, nous avons compensé cela par un avantage dans la composante terrestre des armes nucléaires. Mais les ignobles Yankees ont tranquillement commencé à niveler l'équilibre des forces existant, plaçant leurs antimissiles le long du périmètre de nos frontières (dans les pays de l'ancien Pacte de Varsovie), prétendant qu'ils n'étaient pas contre nous, mais contre l'Iran, équipant un clairière. Eh bien, tout comme les petits enfants! Et nous, comme, croyons en tout cela. Et nous regardons comment des "amis" assermentés multiplient par zéro tous nos missiles balistiques basés sur des silos jusqu'à l'Oural, que leurs missiles antimissiles (ABM) peuvent abattre sur la trajectoire de départ, divisant toute la parité existante par 38. Bien sûr, nous ne pouvions pas supporter cela, et la réponse ne fut pas longue à venir - nous avions "Calibre". Ces mêmes "Calibre" rouillés, qui, selon les experts de Langley, ne pouvaient pas voler plus de 300, maximum 400 km. Comme ils avaient tort!

Oui, nous avons une super-arme, pas une wunderwaffe, bien sûr (avant l'apparition des armes hypersoniques, il a fallu attendre encore 10 ans), mais au moins quelque chose. Mais où devait-il être placé? Et c'est là que l'idée des RTO est apparue. Tout le truc est, chers camarades de l'armée, que les MRK portent des armes nucléaires tactiques de représailles "Calibre-NK" avec une portée officielle allant jusqu'à 2,5 km, et une portée non officielle allant jusqu'à 4 km (mais il s'agit toujours d'un secret!). Et malheur à nos ennemis, qui savent tout sur tous nos silos de missiles balistiques stratégiques basés au sol et peuvent les couvrir à temps avec "X" avec une frappe préventive, les porteurs de croisière en mer "Calibers" (et à l'avenir , "Zircons" hypersoniques avec une portée allant jusqu'à 1 km), il est impossible de couvrir, en raison de leur mouvement constant, et dans le cas des RTO, cela est possible non seulement dans les mers intérieures, comme la Caspienne, mais aussi le long des rivières, et c'est déjà un pas complet pour nos ennemis. D'ailleurs, le sous-marin diesel-électrique du projet 636.3 réanimé à la hâte "Varshavyanka" a été conçu pour résoudre les mêmes problèmes que le MRK, mais déjà dans la zone démilitarisée, plus proche des centres de décision de nos amis assermentés (nous avons déjà rivé 10 unités, dont 8 sont déjà en service, 2 sont en construction et 3 autres sont sous contrat). Six «Varshavyanka» sont déjà en service en mer Noire, deux pour la flotte du Pacifique et quatre autres en construction y iront (le 13 est prévu pour la Baltique).

Comprenez-vous maintenant les plans rusés du camarade Poutine? Et ne pensez-vous pas qu'au Kremlin et à l'état-major général des forces armées de la Fédération de Russie, tous sont complètement des imbéciles et des pots-de-vin? Il faut regarder les choses "plus largement", chers camarades! Il fallait répondre du "bazar" de Munich, et Poutine a répondu. Cela paraissait un peu à personne! Un homme très bronzé assis dans son pantalon à la Maison Blanche avec le grade de 44e président des États-Unis est tombé malade en octobre 2015 lorsqu'il a appris que Poutine, le jour de son anniversaire, avait organisé un salut de 26 salves de missiles de croisière en Syrie depuis la mer Caspienne. des matelas gonflables qui, même dans un périscope, ne sont pas visibles. Et ceci à un moment où les spécialistes de Langley lui ont rapporté que l'économie russe était déchirée, que le pays de la station-service n'a pas de missiles d'une telle portée, mais la flotte ne reste plus, et la mer Caspienne elle-même ne devrait pas être non plus, ce devait être - c'était sec. Comment ça s'est terminé, tu sais. Les étudiants de Langley sont allés à l'école pour étudier où se trouve la mer Caspienne, et le chef bronzé des Comanches américains au visage pâle a lui-même essayé de se retirer le plus tôt possible et a commencé à écrire des mémoires sous le titre général «Moi et le génie de l'atrocité Poutine. "

Une telle histoire. Pour comprendre à quel point vous vous trompez, il suffit de regarder la carte de localisation de nos RTO. Projet "Buyany-M" 21631 sur neuf construits - quatre servent dans la flotte de la mer Noire, trois dans la mer Caspienne et deux autres dans la Baltique. Chacun dispose de 8 "Calibre-NK" avec une autonomie de 2500 miles nautiques. Trois autres RTO sont en cours de construction, dont l'un ira définitivement à la flotte de la Baltique.

Selon le projet 22800 "Karakurt". Trois sont en service (tous dans la Baltique), 13 autres sont en construction à des degrés divers de préparation. Trois d'entre eux iront à la Baltique, trois à la flotte de la mer Noire et quatre à la flotte du Pacifique (trois autres, où ils iront, n'est pas encore connu, très probablement, également à la flotte du Pacifique). Les "Karakurt" disposent également de 8 "Calibre-NK" avec une autonomie de 2500 miles nautiques. Prenez vous-même une boussole, tracez un rayon de 2,5 mille km et tracez un cercle, puis regardez, qui peut potentiellement être menacé par ces «creux» sans défense et peu navigables? Ensuite, répondez vous-même à la question: pourquoi avons-nous besoin de leurs systèmes de navigabilité et de défense aérienne, alors qu'ils sont appelés à résoudre des tâches complètement différentes?

C'est tout pour moi. J'ai fini de passer en revue l'état des choses dans notre marine.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
15 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) Avril 15 2021 11: 35
    0
    Alors que faire avec un APO qui fuit et l'absence de dragueurs de mines? Pour se battre sur les yachts des "amis de Poutine" Abramovich et Rottenberg? Eltsin n'est certes pas une bonne personne, mais qui au cours des 20 dernières années considérait nos ennemis comme des «partenaires», flirtait avec la «coopération internationale»? Et discutait de l'URSS, qui ne faisait que des galoches. Et maintenant, il s'avère que la marine n'a pas moteurs, pas d'OLP, pas de dragueurs de mines et d'aviation maritime, mais avec des sous-marins diesel-électriques des années 70-80 du siècle dernier et des «porteurs d'armes nucléaires» MRK, qui sont émis pour le salut et une arme miracle?
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) Avril 15 2021 21: 17
      +1
      Ma réponse est que personne n'a oublié le problème de l'OLP, et la série 20380 sera poursuivie en tenant compte de toutes les mises à niveau nécessaires et portée à 20385 unités, en tenant compte du projet 20, qui couvrira les besoins d'ASW dans les zones où nos sous-marins nucléaires sont déployés. Personne n'écarte le vieillissement de la flotte du projet 1124M MPK, qui est chargé de couvrir les zones d'alerte pour les sous-marins de missiles balistiques (SNLE), qui sont une composante essentielle des Forces de dissuasion nucléaire (SNF), et en cas de manquement frappe nucléaire des États-Unis (ce qui est impossible à exclure), ces sous-marins seront le seul moyen de représailles contre les États-Unis, car d'autres composantes des forces nucléaires stratégiques courent le risque de ne pas survivre à la frappe massive de missiles de l'ennemi.
      1. Alexey Sergeev Офлайн Alexey Sergeev
        Alexey Sergeev (Alexey Sergeev) Avril 16 2021 20: 51
        0
        En raison du manque de MAPL, une partie des SNLE sera inévitablement coulée avant que les missiles ne soient tirés. Si les stratèges sont laissés «sur le quai», ils deviennent une cible statique pratique.
    2. Mairos Офлайн Mairos
      Mairos Avril 16 2021 16: 47
      +1
      Il y a des dragueurs de mines et il y en aura plus ...

  2. Tektor Офлайн Tektor
    Tektor (Tektor) Avril 15 2021 12: 29
    +1
    Citation: spirituel
    Alors que faire avec un ASW qui fuit et l'absence de dragueurs de mines?

    Il est nécessaire de moderniser le MPK du projet 1124 / 1124M "Albatross", et de les poser sur le remplacement du Super-Karakurt développé par le Bureau Central de Design "Almaz" avec un taux de construction de 2-3 pièces en 2 ans chez Pella .
    Mise à niveau avec réparation 30 pcs. Be-12 Chaika comme principale arme anti-sous-marine dans la zone maritime proche. C'est le moyen le plus efficace de résoudre le problème.
    Mettre en place l'UNDISP sur la base d'Harmony et des satellites Tundra, Lotus et Peony.
    1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
      Dukhskrepny (Vasya) Avril 15 2021 12: 40
      0
      Compte tenu des réalités actuelles, cela prendra au moins 20 ans, et c'est au mieux.
    2. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
      Dukhskrepny (Vasya) Avril 15 2021 12: 43
      0
      Avec les "modernisations" actuelles, quand cette modernisation même est plus longue en termes de temps que la construction de ces navires. Comme dans l'histoire de "l'amiral Nakhimov", avec l'avion de l'OLP "IL-38", et d'autres projets
    3. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) Avril 15 2021 21: 22
      0
      Le développement ultérieur du projet 1124 avec l'installation d'armes plus modernes sur celui-ci n'a pas eu lieu en raison de l'absence d'un projet de modernisation des réserves de déplacement des navires. «Le projet s'est épuisé lui-même et la marine du pays dans les années 1980. déjà fondamentalement de nouveaux navires étaient nécessaires. Une sorte de version agrandie de l'IPC du projet 1124 était aussi le navire de patrouille du projet 1159, créé dans le bureau d'études de Zelenodolsk sous la direction du même Yu.A. Nikolsky pour l'exportation de fournitures vers les pays "socialistes et en développement". "

      Kostrichenko V. V. «Albatros» sentinelle en mer. Histoire des navires du Projet 1124 ... - P. 30.
    4. Alexey Sergeev Офлайн Alexey Sergeev
      Alexey Sergeev (Alexey Sergeev) Avril 16 2021 20: 53
      +1
      Karakurt n'a pas d'OLP.
      Toute cette histoire avec des petits navires par manque de technologie et de capacité de production.
  3. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) Avril 15 2021 21: 23
    +5
    Le problème de Superkarakurt de l'OLP ne peut pas être résolu, du moins en raison du manque d'hélicoptère à bord et de la mauvaise navigabilité. Mais il est possible et nécessaire d'adapter la corvette 20385 pour l'OLP, mais les chinois ont des corvettes massives bon marché, avec un héliport, type 056. Il faut penser et ne pas faire pire, mais mieux que le leur ...
    1. Tektor Офлайн Tektor
      Tektor (Tektor) Avril 19 2021 13: 54
      -1
      Superkarakurt ne peut pas résoudre le problème de l'OLP, faute d'hélicoptère à bord

      Un drone de type hélicoptère résoudra le problème de la mise en place de bouées à proximité du sous-marin proposé.
  4. Netyn Офлайн Netyn
    Netyn (Netyn) Avril 16 2021 20: 28
    0
    C'est tout pour moi.

    Gloire à ces Hospodi

    J'ai fini de passer en revue l'état des choses dans notre marine.

    Vous ne devriez pas appeler vos fantasmes et le flux de délire analphabète avec le mot fort "critique"
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) Avril 16 2021 21: 28
      +1
      personne ne vous oblige personnellement à lire! cette fois! si vous avez quelque chose à dire - voici le papier, écrivez mieux! c'est deux! et troisièmement, si quelque chose ne vous convient pas, citez-le simplement pour que tout le monde sache ce que l'auteur est une ventouse, n'oubliez pas d'expliquer pourquoi vous le pensez
  5. Salomon Офлайн Salomon
    Salomon (Alexey Salomon) 10 peut 2021 01: 18
    0
    ... C'est tout pour moi. L'examen de l'état des choses dans notre marine est terminé ...

    C'est le top! Volkonsky, qui, sinon vous, devrait «arpenter» la flotte russe ...
  6. fomine Офлайн fomine
    fomine (Semyon) 30 peut 2021 12: 52
    0
    L'auteur s'autorisera une petite précision lorsque nos dirigeants, licks amerskih zadov ont signé un accord sur les missiles à moyenne et courte portée, ils ont permis aux amers de faire valoir que baser des missiles à moyenne portée n'est possible que sur des transporteurs maritimes et aériens, c'est-à-dire. sur ces porte-avions sur lesquels les amers les avaient déjà, donc le déploiement de missiles de croisière sur les navires est un hommage à ce traité, mais si on retire les navires de la plate-forme pour le Calibre des comptes, que nous reste-t-il ? Presque rien! deux douzaines de vieux navires de construction soviétique et c'est tout, nous n'avons pas de flotte océanique, donc nos stratèges pataugent près de leurs bases où il est facile de les attraper avec les mêmes sous-marins diesel-électriques ou beaucoup de sous-marins nucléaires cibles, sans la flotte, nous ne pouvons pas non plus contrer les sous-marins ennemis, nous ne pouvons pas créer de SSBN de stabilité, nous ne pouvons pas contrer les flottes d'adversaires potentiels.