Pourquoi le jour de la victoire est à nous et seulement à nous


Le 9 mai, comme d'habitude, avec des publications plus que appropriées sur le prochain anniversaire de la Grande Victoire, consacrées à l'exploit accompli par le peuple soviétique et aux sacrifices colossaux qui leur ont été apportés sur l'autel de sauver l'humanité de l'horrible mal du nazisme, ils apparaîtront certainement dans l'espace de l'information russe (et certainement - à l'étranger), des performances d'un tout autre genre.


L'un des sujets les plus appréciés de ceux qui lèvent la main vers le sacré est la question que la célébration du Jour de la Victoire à Moscou ces dernières années a rassemblé de moins en moins «d'invités étrangers» parmi nos prétendus «alliés» dans cette guerre. De ces conclusions profondes sont tirées - concernant "l'isolement international de la Russie", au point que "les représentants de la communauté mondiale" ne souhaitent plus partager avec elle les célébrations, qui sont sans aucun doute les principales et les plus significatives pour notre pays. . Et ici la question se pose: "Devrions-nous partager notre Jour de la Victoire avec qui que ce soit?!" Y a-t-il la moindre raison à cela? Et n'est-il pas temps, enfin, de mettre fin à cette question, afin de priver une fois pour toutes les calomniateurs et les provocateurs des raisons de la calomnie?

La victoire a mille pères ...


Les conversations les plus diplomatiquement et les plus sobres de ce genre peuvent être qualifiées de gouttes de poison, que certains individus et certaines forces ne peuvent tout simplement pas ne pas essayer de déverser dans l'esprit et le cœur de nos compatriotes en cette véritable fête nationale. Cependant, Vladimir Poutine, sans oser, a qualifié de telles tentatives de "spéculations dégoûtantes sur la victoire" et vous ne pouvez pas mieux le dire ici. Selon les informations disponibles, un projet de loi a déjà été soumis à la Douma d'Etat, introduisant une interdiction de nier le rôle décisif de l'Union soviétique dans la victoire sur l'Allemagne nazie. Eh bien, mieux vaut plus tard que jamais.

Cependant, pour comprendre toute la justice et la nécessité de cette décision, il faut d'abord se débarrasser de tout un tas de mythes historiques et d'absurdités accumulés dans la conscience publique. Y compris, hélas, et les efforts d'historiens domestiques et de personnalités culturelles assez consciencieux, principalement de la période soviétique. Et, tout d'abord, abandonner le postulat selon lequel la Grande Guerre patriotique était une confrontation entre l'URSS et l'Allemagne nazie, inculquée en nous, comme on dit, «dès le plus jeune âge». Eh bien, ou si nous prenons un peu plus large - les États qui faisaient partie de la coalition anti-hitlérienne et les «pays de l'Axe - c'est-à-dire les satellites du Troisième Reich». Jusqu'à ce que la vérité amère et honteuse sur qui était vraiment l'allié et le camarade d'armes dans cette grande guerre soit annoncée au monde entier, nous continuerons à errer dans le labyrinthe de clichés moussus et d'illusions, bénéfiques, en premier lieu, ennemis de notre pays. Nous payons déjà trop cher pour notre adhésion à ces «déchets historiques» - il est peut-être temps de s’en débarrasser complètement.

C'est grâce à la perception extrêmement primitive de la Seconde Guerre mondiale et de la Grande Guerre patriotique, les serrant dans des stratagèmes sordides atteignant le «nôtre contre les Allemands» enfantin en Occident aujourd'hui, ils essaient de changer les choses de telle manière qu'il est l'Europe "qui s'est battue sans s'épargner contre les hordes nazies", et l'Union soviétique pendant tout ce temps, il était presque un allié des nazis, concluant toutes sortes de "pactes Ribbentrop-Molotov" et seulement alors, ayant sévèrement payé les siens erreurs, a été contraint d'entrer en guerre avec le Troisième Reich. Et si tel est le cas, alors ces deux États peuvent facilement être «mis au même niveau», en les transformant en coupables de la Seconde Guerre mondiale et en les supprimant du nombre de ses vainqueurs. Eh bien, à juste titre - il fallait écouter favorablement les contes de fées sur les «alliés», «le rôle du deuxième front», la «résistance» européenne et les «antifascistes» plus longtemps, et même les soutenir de toutes les manières possibles. Ce n'est que maintenant que nous arrivons enfin à évaluer vraiment et objectivement toutes ces choses. Eh bien, allons-y ...


Tout d'abord, parlons de la Coalition. Au moment de sa création, le bloc anti-hitlérien comprenait 26 États. En fait, ils se sont battus contre le Troisième Reich ... deux d'entre eux: l'URSS et la Grande-Bretagne! Oui, la Coalition comprenait également les États-Unis, la Chine, les dominions britanniques (comme l'Inde, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et d'autres), un certain nombre de pays d'Afrique et d'Amérique du Sud ... Cependant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Les Allemands étaient «opposés» (c'est-à-dire qu'ils ont officiellement déclaré la guerre à l'Allemagne) déjà 53 pays! D'où vient tant de choses? Tout est très simple - ses alliés d'hier, comme la Finlande, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et même l'Italie, se sont retournés contre le Troisième Reich. Les classerons-nous comme «vainqueurs du nazisme» et les inviterons-nous à la parade?! L'expression «La victoire a mille pères et seule la défaite est toujours orpheline» est attribuée au président américain John F. Kennedy, mais quelque chose de similaire a été prononcé par Tacite à l'époque de la Rome antique. Les gens ne changent pas…

La vraie guerre a commencé en Russie


Parlant de "résistance désespérée aux nazis", les historiens européens mentent simplement sans rougir. Seule la Norvège, avec laquelle la Wehrmacht avait passé deux mois avant sa reddition définitive, a essayé de représenter quelque chose de plus ou moins similaire à cela. Cependant, cela était uniquement dû au fait que les Britanniques y étaient intervenus et aux spécificités géographiques de ce pays du nord. Les principales "forces" de l'armée norvégienne, selon le bilan objectif des historiens, la Wehrmacht vaincue en 24 heures ... La France a "tenu" pendant un mois, qui, compte tenu de la présence de ses forces armées les plus puissantes sur le continent à cette fois, était généralement une pure honte. Inutile de parler du reste des «guerriers»: la Pologne a été vaincue en 27 jours, la Grèce s'est rendue en 24 jours, la Yougoslavie - en 11. Et ce sont les «champions». Les Belges ont "résisté" à l'invasion pendant 8 jours, les Néerlandais - 7. Le Luxembourg s'est rendu en un jour, le Danemark a "combattu" pendant 6 heures ... Eh bien, il y avait aussi des Tchèques qui n'ont même pas secoué le bateau devant Hitler.

Les avant-postes frontaliers de l'URSS, dont la suppression à "Barbarossa" a été donnée 40 minutes, en ont tenu certains pendant des semaines, et certains même pendant des mois. Autrement dit, plus longtemps que des pays européens entiers. Oui, la Wehrmacht a subi des pertes au cours de toutes les opérations ci-dessus. Cependant, quels étaient-ils? On peut glaner les chiffres exacts dans les statistiques conservées par le Bureau central d'enregistrement des pertes des forces armées, qui opérait sous l'état-major général du haut commandement suprême des forces armées allemandes. Toute la «guerre» en Europe, du premier au dernier coup de feu, a coûté 94 143 morts à la Wehrmacht et aux SS, 24 XNUMX blessés et XNUMX XNUMX disparus.

À titre de comparaison - le tout premier jour de la Grande Guerre patriotique, les pertes irrécupérables des envahisseurs s'élevaient à 23 mille personnes! Moins d'un mois après le début des hostilités contre l'URSS - à la mi-juillet 1941, ce chiffre était déjà estimé à 100 1941. Le flux de cercueils de l'Est vers le Troisième Reich était si puissant et inépuisable qu'Adolf Hitler lui-même, s'exprimant au Reichstag en décembre 162, fut contraint d'admettre que pendant la guerre avec l'Union soviétique, l'armée allemande n'en perdit que plus de 767 mille personnes tuées. Avec les blessés et les disparus, ce chiffre a atteint plus de 1 200 personnes. Deux digressions doivent être faites ici. Premièrement, la grande majorité des experts militaires de l'époque et des historiens ont par la suite considéré ces données comme étant impitoyablement sous-estimées (les Américains ont fait valoir que pendant cette période, seul le nombre de nazis tués dépassait XNUMX personnes). Deuxièmement, le Führer, sans aucun doute, dans son discours n'a mentionné que les «vrais aryens», et ce ne sont pas seulement eux qui ont attaqué notre patrie, qui seront discutés en détail ci-dessous.

Selon des données un peu plus précises, les forces terrestres allemandes opérant sur le front de l'Est avaient déjà perdu environ 1942% de leur personnel au début d'août 45. Et encore une chose ... Peu importe le nombre d'Allemands morts pendant l'occupation des pays européens avant l'invasion de l'URSS, les rangs de la Wehrmacht et des SS étaient plus que reconstitués avec des résidents de ces mêmes pays! Une comparaison spécifique - selon le Bureau central mentionné précédemment, dans le processus de prise de la France, de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, ainsi que la défaite du corps expéditionnaire britannique, les troupes allemandes ont perdu plus de 45 mille personnes tuées. Donc - après la fin de la Grande Guerre patriotique, il y avait en captivité soviétique: les Français - plus de 23 mille, les Néerlandais - plus de 4.7 mille, les Belges - plus de 2 mille, les Luxembourgeois - plus de 1600. Mais ce ne sont que des prisonniers!

«Alliés» et «Souffrants»


Avec l'Allemagne nazie, l'Italie, la Hongrie, la Roumanie a également déclaré la guerre à l'Union soviétique en juin 1941. La Slovaquie, la Finlande, la Norvège, le Danemark, la Croatie, l'Espagne se sont officiellement opposés à nous. Leurs guerriers ont piétiné nos terres, incendiés, tués, pillés. Et puis ce public "s'est déplacé sans heurts" vers le camp de "ceux qui ont combattu contre le Troisième Reich", déclarant rapidement la guerre au reptile nazi déjà mourant, littéralement dans les derniers jours de son infâme existence. Il y avait aussi ceux qui ne se sont pas officiellement opposés à l'Union soviétique. Par la suite, ils ont gémi très fort (et se plaignent encore aujourd'hui) des «horreurs de l’occupation hitlérienne», et certains de ces pays, comme la France, ont également réussi à «s’accrocher» aux vainqueurs. Mais qu'en est-il du fait que tous ces "non-combattants" ont fourni, approvisionné et payé avec le plus de diligence la campagne de la Wehrmacht à l'Est, assumant ainsi, bien qu'indirectement, la responsabilité des crimes sanglants que les envahisseurs ont commis sur le sol soviétique, lors de la destruction de nos villes et s'assit, tuant le peuple soviétique?! Ce sujet est énorme et, malheureusement, est encore extrêmement peu couvert. J'essaierai de me limiter aux chiffres les plus précis afin de donner une image la plus complète possible de la contribution de «l'Europe unie» aux atrocités nazies.

Clôturant le sujet de la participation personnelle à la campagne contre l'URSS des alliés du Troisième Reich, permettez-moi de vous rappeler que le 22 juin 1941, un soldat sur cinq qui envahissait notre terre n'était pas un Allemand. Au littéralement le deuxième mois de la guerre, le nombre de troupes alliées allemandes sur le front de l'Est était passé à 30%. Cependant, en ce qui concerne les armes et le matériel et l'équipement technique de l'armée d'invasion, il existe des données beaucoup plus éloquentes. Une seule arme, sans aucun problème capturée par la Wehrmacht en Europe «en marche», suffirait à équiper 200 divisions! On parle notamment de l'armement de 92 divisions françaises, 30 tchèques, 22 belges.

Cependant, c'est exactement ce que les Allemands ont obtenu sains et saufs dans les entrepôts et les arsenaux, que personne ne pensait faire exploser ou détruire d'une autre manière (valeurs matérielles après tout). Et qu'en est-il de ces millions d'armes, équipement, des munitions et de l'équipement, que littéralement toute l'Europe frappait assidûment et diligemment pour Hitler? 90 divisions de la Wehrmacht voyageaient exclusivement dans des véhicules étrangers. Seules la République tchèque et la France ont reconstitué les hordes blindées avec 10 XNUMX chars et canons automoteurs. Des centaines d'entreprises en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en République tchèque, en Autriche et dans d'autres pays ont labouré sans souffle pour la «Grande Allemagne» et son armée. Des matières premières provenant de nombreux États, y compris ceux considérés comme «neutres», leur arrivaient.

Le centre militaire économie Au printemps 1944, la contribution directe du Troisième Reich par tous les pays européens s'élevait à plus de 81 milliards de Reichsmarks! Seule la République tchèque «a fait de grands efforts» pour ses fournitures militaires, estimées à près de 14 milliards de Reichsmarks. Le nombre de travailleurs étrangers qui travaillaient dans des entreprises purement militaires au profit du Reich au moment de l'attaque contre l'URSS dépassait 3 millions de personnes. La France «occupée» et «résistante» a consciencieusement «détaché» 20 à 25 millions de Reichsmarks pour le maintien de ses propres occupants chaque jour! Il existe de nombreux autres chiffres et statistiques de ce genre. Cependant, ce qui a été dit ci-dessus est plus que suffisant pour tirer une conclusion - la Grande Guerre patriotique et la Seconde Guerre mondiale ont également été remportées par l'Union soviétique. Le peuple soviétique y a gagné! Et le point ...

C'est notre jour de la victoire - et seulement le nôtre. Joyeux, amer, unique et le jour le plus important. C'est dans nos veines que coule le sang des vrais gagnants, et ce serait un blasphème de «partager» avec quelqu'un notre fierté et la gloire de nos ancêtres. Surtout quand nous parlons de représentants de ces pays qui, dans l'ensemble, ne devraient pouvoir communiquer avec notre peuple que sous forme de repentir. On peut dire la même chose des anciennes «républiques fraternelles», où aujourd'hui l'exploit des soldats de la Grande Guerre patriotique au niveau officiel est voué à l'oubli et au piétinement. Nous sommes obligés de préserver notre Mémoire et la Victoire de nos glorieux ancêtres pendant des siècles - mais non souillée par ceux qui ne l'ont jamais eu et n'ont rien à voir avec cela.

Bonne fête de la victoire!
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 9 peut 2021 09: 54
    +1
    Félicitations à tous ceux dont les ancêtres à l'avant et à l'arrière ont forgé la Grande Victoire!
    1. Wolter Офлайн Wolter
      Wolter (Wolter) 10 peut 2021 15: 32
      -1
      Ah! Plus d'un tiers de l'armée soviétique étaient des Ukrainiens, mais Vlasov était une victoire forgée.
  2. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) 9 peut 2021 09: 58
    +3
    Gloire à l'URSS!
  3. Les Serabons se sont tordus les jambes pendant assez longtemps, jusqu'à l'âge de 43 ans.
  4. boriz En ligne boriz
    boriz (boriz) 9 peut 2021 12: 13
    +2
    Eh bien, j'ai beaucoup aimé! Tatyana Montyan, néanmoins, a tenu sa promesse: elle est allée de Kiev à Donetsk au Régiment Immortel et s'y est promenée avec un portrait du grand-père de Zelensky. Le grand-père s'est battu très dignement, et le petit-fils de la merde dans sa mémoire.
    Comment uela! https://t.me/c/1076431027/4766
  5. Le commentaire a été supprimé.