Le MLRS russe "Tornado-S" recevra une précision de tireur d'élite


La Russie a commencé à développer un missile guidé de haute précision pour le Tornado-S MLRS. Maintenant, le système, qui fonctionnait auparavant sur des zones, recevra une précision de tireur d'élite.


Il convient de noter que le fondateur de la «tendance» sur le MLRS est précisément la Russie. Le système BM-21 «Grad», entré en service en 1963, est immédiatement devenu une «marque» soviétique mondiale. Le chargement de munitions de ce MLRS comprenait 40 missiles de 122 mm capables de frapper une cible à une distance de 40 km.

Plus tard, en 1975, le système 9K57 "Uragan" est apparu, tirant à la même portée, mais déjà avec des missiles de 220 mm. En 1987, le 9K58 "Smerch" a été adopté, frappant des cibles à une distance allant jusqu'à 120 km.

Mais, pour ainsi dire, les mérites soviétiques. Nous ne nous sommes pas contentés de «l'héritage» que nous avons reçu et avons créé le MLRS «Tornado». C'est le même "Grad", mais 4,5 fois plus précis et capable de tirer des missiles de 122 mm et de 220 mm à partir du même paquet de lancement.

Cependant, ce n'est pas tout. En 2016, les forces armées de la Fédération de Russie ont adopté la version 9K515 Tornado-S du MLRS, tirant des missiles de 330 mm et capable de couvrir une zone de 67,6 km à une distance allant jusqu'à 120 km avec une salve d'un véhicule. Maintenant, ce "monstre" recevra les derniers missiles guidés de haute précision, qui sont actuellement développés par nos ingénieurs.

À l'avenir, des munitions avec sa propre tête de guidage par satellite inertiel permettront à notre système Tornado-S de détruire même des cibles à faible contraste et mobiles en un seul lancement à tout moment de la journée et dans toutes les conditions météorologiques.

2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vous devez le tester dans les batailles!
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 21 peut 2021 13: 54
    +1
    L'armée russe a toujours dû affronter les forces supérieures de l'ennemi. De tout temps. La Russie n'est pas la Chine. Nous sommes physiquement incapables de déployer une énorme armée et d'écraser numériquement l'ennemi. Et si demain était une guerre? Par conséquent, il est nécessaire de s'appuyer sur des armes «intelligentes». L'essentiel n'est pas seulement de ne pas être à la traîne en matière de technologie, mais aussi d'être en avance, de préférence avec une marge d'une décennie!