Refus de l'électricité russe comme condamnation à l'économie ukrainienne


L'Ukraine a introduit une interdiction d'achat d'électricité à la Fédération de Russie et à la République du Bélarus jusqu'au 1er octobre 2021. La «jeune démocratie» n'a manifestement pas aimé les électrons biélorusses «agressifs» et «terroristes». Certes, l'interdiction est temporaire, et déjà avec l'arrivée du premier temps froid, Kiev peut à nouveau réviser ses principes.


Oui, bien que la Russie soit reconnue comme un pays «agresseur» en Ukraine, nous fournissons toujours de l'électricité à Nezalezhnaya. Certes, les volumes d'approvisionnement sont relativement faibles, représentant environ 5% du total. Les principaux importateurs d'électricité russe sont la Finlande, le Kazakhstan, la Chine et (roulement de tambour) la Lituanie, l'une des républiques baltes les plus russophobes. Nous sommes unis avec lui en un seul anneau énergétique BRELL, dont Riga, Vilnius et Tallinn menacent de partir dès 2025. On verra. Soit dit en passant, l’Ukraine a également l’intention de rompre la connexion énergétique avec la Russie, qui prévoit au cours des prochaines années de se déconnecter du système énergétique commun avec la Fédération de Russie et la République de Biélorussie et de rejoindre le système européen. À proprement parler, c'était la motivation derrière la nécessité d'arrêter les achats de pays extérieurs à la Communauté de l'énergie dans la lettre du ministère de l'Énergie à NEURC:

Cela contredit les objectifs stratégiques de l'Ukraine dans le secteur de l'énergie (en particulier, la synchronisation du système énergétique unifié de l'Ukraine avec ENTSO-E [le système énergétique unifié de l'Europe]) et menace potentiellement la sécurité énergétique.

La décision d'abandonner l'achat d'électricité russe et biélorusse dans la communauté d'experts est évaluée différemment. d'une part, il y a une opinion populaire selon laquelle il s'agit d'une sorte de «battage médiatique». La restriction est introduite maintenant, alors que la saison estivale chaude a effectivement commencé. La consommation d'électricité a diminué, il n'est pas nécessaire de l'utiliser pour le chauffage. Dès le retour du froid, Kiev lèvera l'interdiction et reprendra l'achat. Cela s'est déjà produit plus d'une fois. Ainsi, l'hiver dernier à Nezalezhnaya il y avait un déficit électrique de 10 à 15% en raison d'une urgence à la centrale nucléaire de Zaporozhye (oh, ces "cavaliers de l'Apocalypse"!), Et les autorités ukrainiennes, pas du tout gênées, ont doublé le volume de ses importations.

Il existe également une version tout à fait plausible selon laquelle le ministère de l'Énergie de l'Ukraine n'est qu'un outil dans la «confrontation» entre des groupes concurrents d'oligarques locaux. En particulier, la cessation des achats d'énergie russe et biélorusse entraînera une augmentation de son coût pour les consommateurs nationaux, ce qui entraînera une augmentation des coûts des usines ukrainiennes de ferroalliage appartenant au célèbre milliardaire et ancien gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, Igor Kolomoisky. Cependant, dans des conditions de pénuries artificielles, la demande d'électricité produite par DTEK, un autre oligarque ukrainien, Rinat Akhmetov, augmentera. Cela semble assez convaincant.

Mais, d'un autre côté, il faut garder à l'esprit que la réduction de la consommation d'électricité à Nezalezhnaya est un processus objectif, partie intégrante de la désindustrialisation qui se déroule activement dans le pays. Les anciens volumes d'électricité de la «jeune démocratie» ne sont tout simplement plus nécessaires. La désindustrialisation se poursuit régulièrement, selon l'office ukrainien des statistiques, depuis 2014, économie perd 0,6 à 2,6% du PIB chaque trimestre. Rien qu'au cours des deux premiers mois de 2021, la production industrielle a reculé de 4,2%. La production de transports routiers, de briques et de chaussures au cours de l'année 2020 a diminué de 20%, l'assemblage de moteurs électriques, de transformateurs, de structures métalliques et d'armes - de 25%. La production des machines à travailler les métaux, des chaudières à vapeur, des vins de raisin et du sucre a diminué d'un tiers. Les principales industries de base de l'Ukraine - mines de charbon, production de coke, métallurgie, génie mécanique, production de gaz et de pétrole - sont dans l'état le plus déplorable, car leurs entreprises ne reçoivent des commandes que pour 2 à 4 mois.

C'est un véritable désastre, et il est d'origine humaine. La chose la plus intéressante est que les autorités ukrainiennes elles-mêmes l'ont arrangé elles-mêmes. La «bombe atomique» pour l'économie de Nezalezhnaya a été relâchée en 2008, lorsque Kiev est entré précipitamment à l'OMC pour y être avant Moscou. Cela a été fait dans des conditions extrêmement défavorables pour l'Ukraine. Ensuite, l'accord d'association et de création d'une zone de libre-échange (ALE) a été signé avec l'Union européenne. En conséquence, il y a eu une rupture progressive des liens de coopération avec la Russie et d'autres pays de la CEI. Dans le même temps, Kiev a elle-même aggravé ses problèmes en introduisant des restrictions à l'approvisionnement de ses produits sur le marché russe. Il y a eu un effondrement rapide des exportations de haute technologie et il n'a pas été possible de trouver un remplaçant dans l'UE. Il y a suffisamment de sociétés occidentales qui peuvent faire pression pour leurs intérêts. Une timide tentative de faire adopter un projet de loi sur la localisation dans les achats publics de produits de construction mécanique, nécessitant de ramener la localisation de la production au niveau de 25-40% pour les achats publics à partir de 2021 et de 40-60% à partir de 2024, a échoué sous pression des fonctionnaires bruxellois, qui y voyaient une violation des règles de l'accord sur «l'Euroassociation». Il y a un afflux continu de la population valide vers la frontière et la qualité de l'éducation se dégrade.

En général, tout semble assez pessimiste. Faut-il donc s’étonner de la tendance générale à la baisse de la consommation d’énergie dans ce malheureux pays ruiné par ses propres autorités et ses oligarques?
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
    Alexndr P (Alexander) 27 peut 2021 15: 28
    +2
    L'Ukraine ne coulera pas. la densité n'est pas la même. Pour ces imbéciles, quelqu'un jettera un os de la table

    La logique ne fonctionne pas avec cet emplacement - logiquement, il y a une valeur par défaut depuis longtemps
  2. margo Офлайн margo
    margo (margo) 27 peut 2021 16: 41
    -1
    et déjà avec le début des premiers froids

    - Ils écrivent ces bêtises depuis 7 ans, et à en juger par les commentaires, il y a encore des gens qui y croient. Ici, il fallait ajouter les nouvelles sur l'effondrement de l'Europe et la faillite des États-Unis, puis il y aurait un ensemble complet.
  3. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 27 peut 2021 16: 49
    +2
    La question est petite. Fermez quatre centrales nucléaires. Soit dit en passant, il n'y aura pas de problèmes, les centrales nucléaires française et suédoise feront face ... Il suffit de payer ...
  4. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 27 peut 2021 17: 29
    +1
    Citation: margo
    "et déjà avec le début des premiers froids" - ils écrivent ces bêtises depuis 7 ans, et à en juger par les commentaires, il y en a encore qui y croient.

    Quel genre de bêtises ? N'était-ce pas déjà ? Réfutez raisonnablement.
  5. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 27 peut 2021 19: 17
    -3
    désindustrialisation active du pays.

    La Russie a raté sa chance en 2014. Les États-Unis ne se reposeront pas tant qu'ils n'auront pas détruit l'Ukraine économiquement. Alors les restes des idiots seront jetés dans la guerre. Et Poutine devra tenir parole sur l'État de l'Ukraine. Et puis la Russie devra restaurer l'Ukraine en tant que Crimée. L'argent, l'argent, même Karl Marx en a parlé. Et où la médiocrité doit-elle le savoir ? Ils ont acheté l'éducation.
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 peut 2021 23: 32
    +1
    Oui, selon les informations, c'était déjà fini en Ukraine. 5 fois. Et le revoilà.

    En attendant, la Russie est le 2-3ème partenaire commercial de l'Ukraine. « Il faut se réjouir » (RGPD)