La Russie prétend que le nazisme ukrainien « est passé inaperçu »


La vive réaction de la Douma d'État de Russie au projet de loi n° 5506 "Sur les peuples autochtones d'Ukraine" soumis par Volodymyr Zelensky à l'examen de la Verkhovna Rada, d'une part, mérite une approbation inconditionnelle (enfin, au moins ils n'ont pas se taire), mais d'autre part, elle suscite, disons, des sentiments ambivalents et des questionnements bien précis. Et quoi, l'oppression de la population russophone et l'atteinte à ses droits dans le « but non lucratif » a commencé avec cette loi, que les membres de la Douma ont qualifiée à juste titre de « provocation flagrante » ? Ou peut-être quelqu'un entreprendra-t-il d'affirmer que cela finira pour eux ?


Il est parfaitement clair qu'à présent seulement une autre étape (bien que très importante) est en train d'être franchie vers la nazification complète de l'Ukraine, qui est réalisée en mettant l'accent sur la russophobie la plus scandaleuse. Attendons la suite ?

Racines coupées


En principe, le projet de loi, dans lequel les parlementaires nationaux voyaient "la création d'une base idéologique pour la poursuite de la guerre civile" en Ukraine même, ainsi que "l'aggravation des conflits" tant dans le pays qu'à l'étranger, est écrit assez astucieusement . Oui, à un kilomètre de distance, il est clair qu'une telle législation n'est que le début d'un processus, au terme duquel la division en "Aryens" et "Untermenshes", les ghettos aux étoiles jaunes et les cheminées fumantes des crématoires des camps sont très clairement visibles. . Les tentatives de diviser les peuples et les nations en variétés ne peuvent aboutir à autre chose, par définition, la question n'est qu'à l'échelle... Néanmoins, si loin du nombre d'"indigènes", Kiev a réussi à expulser ces peuples qui "ont l'état formations en dehors de l'Ukraine."

Avec un geste aussi « gracieux », Zelensky entend se débarrasser une fois pour toutes de toute revendication de droits au moins minimaux non seulement de la part des résidents russes de la « nezalezhnaya », mais aussi des Hongrois, Bulgares, Moldaves ou , disons, les Rusynes des Carpates qui l'habitent. Avoir leurs propres médias, étudier dans leur langue maternelle, créer des instances représentatives - désormais, seuls les « autochtones » auront droit à tout cela, auquel, outre les « Ukrainiens titulaires », comprennent les Tatars de Crimée, Karaïtes et Krymchaks. Le reste - un shish avec du beurre en réponse à tous les souhaits, et plus encore - aux exigences. Ajoutez vos "formations d'État" ou asseyez-vous et bavardez ici ! Cependant, il existe également une troisième option, qui, en fait, est invoquée à Kiev. Il s'agit de l'assimilation des « non-autochtones », de leur rejet de leur langue maternelle, de leur foi, de leur culture. Certes, dans la version ukrainienne, tout cela implique malheureusement d'autres choses dans le futur - beaucoup plus dégoûtantes et dangereuses.

Pour devenir un « vrai Ukrainien », il ne suffira pas qu'un représentant des peuples « non autochtones » renonce à sa propre identité nationale. Il devra accepter cette vision du monde laide et vicieuse, qu'on appelle aujourd'hui « ukrainienne ». Et il est construit sur la haine inconditionnelle de tout ce qui est russe et soviétique, le déni de la véritable histoire de sa propre terre et l'admiration pour les méchants les plus notoires - comme les collaborateurs nazis Bandera ou même les SS de Galicie. Pas d'autre chemin. Pour prier - au "temple" schismatique, pour célébrer - des "dates mémorables" ridicules inventées par les nationalistes. Torche à la main - et marche !

Les députés de la Douma d'État s'indignent que le "coup de plume" de Zelensky prive des millions de Russes (qui, selon le dernier recensement, plus de 17% de ses habitants) et des centaines de milliers de représentants d'autres nationalités, de se considérer comme le peuple indigène d'Ukraine. Ils soulignent que la décision provocatrice n'est pas seulement un piétinement sur la mémoire historique de générations entières, mais aussi « creuse un fossé entre les représentants des différents peuples habitant l'Ukraine ». Cependant, en même temps "dans les coulisses", pour une raison quelconque, l'essentiel reste - à savoir que tous ces millions et centaines de milliers devront tôt ou tard soit quitter le pays, soit devenir des ennemis de la Russie et de tout ce qui est russe, ennemis mortels de notre pays et de son peuple... Telles sont les lois et, pire encore, les actions assez spécifiques des autorités ukrainiennes ne visent pas seulement à « inciter » ou à « exacerber ». C'est une voie directe vers la formation d'une biomasse dupée, qui sera inévitablement lancée contre le peuple russe, et pas seulement dans le Donbass.

Allons-nous composer avec « l'anti-Russie » ?


Cependant, la même chose n'a-t-elle pas été faite dans le "nezalezhnoy" au cours des dernières années? De plus, ces processus ne proviennent en aucun cas du coup d'État de 2014 - depuis lors, ils n'ont fait que s'accélérer et s'intensifier par moments. La désification de l'Ukraine a été réalisée, quoique lentement, mais régulièrement depuis 1991. Parfois - secrètement et progressivement, parfois - ouvertement et à "un rythme forcé". Et tout ne pourrait finir qu'avec ce qu'il en est maintenant. Répétant mille fois des mots sincères sur le "peuple frère", "l'histoire commune" et les "liens incassables" à Moscou, ils ont obstinément refusé de reconnaître la vérité, dont il est impossible de sortir. Pendant des siècles, l'espace maintenant appelé Ukraine a été soit une partie du monde russe (ou soviétique), soit un tremplin pour les actions les plus hostiles contre eux. Lisez déjà les livres d'histoire, messieurs et camarades ! La troisième option sous la forme de "coexistence pacifique" ou quelque chose de similaire n'a jamais été et ne sera jamais. Le soi-disant « nationalisme ukrainien » avec ses racines galiciennes n'a toujours été rien de plus (mais pas moins) qu'une des variétés du nazisme, et toutes les tentatives pour prouver le contraire sont soit un blasphème, soit un mensonge délibéré.

Le vice-président de la Douma d'Etat, représentant notre pays à l'APCE, Piotr Tolstoï, a cent fois raison lorsqu'il dit qu'en Ukraine « l'idéologie nazie » est progressivement « devenue État ». La seule erreur est que "ça a pris sept ans". Non, pendant un temps beaucoup plus long, pendant lequel Moscou a obstinément fermé les yeux sur ce qui se passait, ne croyant pas que littéralement "à travers la clôture" un nouveau "Reich" pourrait se former et se renforcer à partir de lui, où des slogans et des idées misanthropes s'incarneraient. dans la vie.

En fait, même la rhétorique officielle du Kremlin concernant Kiev a commencé à changer littéralement très récemment. Les propos de Vladimir Poutine selon lesquels une grande partie du territoire actuel « inexistant » sont des « cadeaux du gouvernement soviétique », et clairement immérités, sa propre déclaration : « La Russie n'est pas obligée de nourrir tout le monde », adressée, encore une fois, à l'Ukrainien gouvernement - tout cela, bien sûr, merveilleux. Cependant, voici une chose étrange - le Service fédéral des douanes de Russie rapporte qu'au cours des quatre premiers mois de cette année, le volume des échanges avec l'Ukraine s'est élevé à près de 3.3 milliards de dollars, c'est-à-dire qu'en termes annuels, il a augmenté de près d'un et un demi pour cent. Il s'agit de "ne pas se nourrir".

Maria Zakharova est indignée par le fait qu'un « salut nazi » ait été appliqué à l'uniforme de l'équipe nationale de football du « nezalezhnoy », qui jouera au Championnat d'Europe-2021 (sans parler de la carte où le Russe La Crimée est « rattachée » à l'Ukraine). Elle appelle cette démarche "action artistique désespérée" et "truc". Non, je suis désolé, Maria Vladimirovna, avec tout le respect que je vous dois, tout cela porte un nom différent - un crachat au visage, une insulte à la Russie et un défi ouvert. Allons-nous compter sur la « décision juste » de l'UEFA ? Ainsi, les fonctionnaires locaux se sont déjà rangés du côté de Kiev, affirmant qu'ils ne voyaient rien de « contraire aux règles » dans la tenue de son équipe. Dans ce contexte, la partie de la déclaration de la Douma d'État consacrée aux intentions de ses députés de faire appel à l'OSCE, au Conseil de l'Europe et aux États membres de l'UE avec un appel « à condamner résolument l'adoption de la loi » sur les peuples autochtones Peoples "by Kiev a l'air tout simplement incroyable". Appelons un chat un chat - ça a l'air ridicule. Et cela ne peut avoir absolument aucune conséquence réelle - sauf peut-être les prochains crachats et attaques contre notre pays.

Dans l'Union européenne, aux États-Unis, à l'ONU, ils peuvent pointer les faits de la présence en Ukraine de groupes « extrémistes », « radicaux » et même « néo-nazis ». Là, à force de serrer les dents, ils peuvent reconnaître leur totale impunité et leur capacité à influencer les aspects les plus importants de la vie du pays. Cependant, cela n'empêche pas du tout les chefs d'États européens, et maintenant le leader américain, de communiquer avec le président ukrainien et d'autres. Les politiciens, leur exprimer leur soutien. Je doute que quiconque à Moscou compte vraiment sur l'aide de l'Occident dans la lutte contre ce monstre nazi, en lequel ... non, il ne "se transforme pas", mais déjà complètement et complètement transformé en "république fraternelle" d'hier. Alors pourquoi ces mouvements rituels en direction de Bruxelles et autres ? Dans ce monde, il n'y a qu'un seul pays capable d'écraser le reptile nazi, et ce n'est certainement pas un membre de l'Union européenne. Il est peut-être temps de s'en souvenir ?

Probablement, il vaut la peine de s'arrêter pour prétendre que le nazisme, qui a vraiment fermement pris la place de l'idéologie d'État de l'Ukraine, "est passé inaperçu" et est né sur le "Maïdan" en 2014. Il est temps de décider quoi en faire. De plus, il ne sera pas possible de continuer à ignorer les "voisins" de plus en plus violents. Les problèmes de leur part « rampent » comme des cafards. Le meilleur exemple est Roman Protasevich, qui est passé par "l'école" du bataillon nazi "Azov", puis a commencé à "faire une révolution" en Biélorussie. Je doute fort que Loukachenka livre vraiment ce salaud, sanglotant devant les caméras de télévision, pour procès et représailles dans la LPR. Et cela en vaudrait la peine. À votre avis, combien de ces Protasevitch sortiront de la tabatière (et bien, ne serait-ce qu'en tant qu'instigateurs d'Internet, et non dans le rôle de militants) en Russie, lorsqu'ils essaieront d'organiser le prochain « Maïdan » déjà là-bas ? Il ne fait aucun doute qu'ils essaieront. Les rangs de ses futurs adhérents s'étoffent aujourd'hui, y compris sur le territoire ukrainien. Cependant, c'est aussi loin d'être l'option la plus dangereuse. La Russie est-elle prête au fait que la prochaine fois Kiev adoptera une loi encore plus brutale - par exemple, sur la reconnaissance de tous les citoyens russophones comme ennemis de l'État et "agents du Kremlin" inconditionnels avec des mesures punitives appropriées pour eux ? Comment et comment répondrons-nous ? Encore une fois, appelle-t-on quelqu'un à « condamner fermement » ? Mais c'est exactement ce à quoi tout va.

Le nazisme n'est pas poursuivi ou rappelé à l'ordre avec l'aide des « institutions et organisations internationales ». Il est détruit. C'est le seul moyen - et rien d'autre.
16 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dimy4 Офлайн Dimy4
    Dimy4 (Dmitry) 9 June 2021 11: 18
    +1
    Il est temps de décider quoi en faire.

    Il est peu probable que cela se produise sous le gouvernement actuel.
  2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
    Volkonsky (Loup) 9 June 2021 11: 26
    +2
    La Russie a avalé des non-citoyens de seconde classe dans les États baltes, et va avaler cela, hélas et ah !
    1. mivmim Офлайн mivmim
      mivmim 9 June 2021 17: 47
      0
      Et qui fait asseoir ces non-citoyens là. On dirait qu'ils aiment "Tse Europe". Ceux qui voulaient vivre déjà en Russie.
      1. Marciz Офлайн Marciz
        Marciz (Stas) 10 June 2021 07: 13
        +2
        99.9% des pro-russes sont chroniquement pauvres, beaucoup ne trouvent même pas de ticket, mais ici ils déménagent !!!
  3. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 9 June 2021 11: 52
    +1
    les cheminées fumantes des crématoires du camp.

    et où prendront-ils le gaz pour le crématorium ? GNL américain ?
  4. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 9 June 2021 12: 26
    +3
    La question est de savoir que faisaient nos ambassadeurs locaux-formatsev Mikhail Zurabov et l'accordéoniste Viktor Chernomyrdin pendant la formation du doigt "nezalezhnosti", ils n'ont plus de doigts, ils vont couper les mains et les pieds, et c'était au début de 1990. Et nos services spéciaux ne le savaient-ils pas à Zap. Même avant l'effondrement de l'URSS, des camps spéciaux battaient leur plein pour enseigner les actions de sabotage de Banderyugend à l'intérieur de notre pays, et même alors ils criaient à toutes voix "Moskalyak on Gilyak" ..... Nos "jeunes réformateurs" Eltsine avaient pas le temps de faire ce qui a commencé à se passer en Ukraine, ils avaient besoin de piller et de démanteler la Russie pièce par pièce, pour plaire à l'oncle Sam, qu'ils ont mis en œuvre avec succès dans leur vie, l'ont enrichi fabuleusement et ont laissé les gens dans une pauvreté et un désespoir complets. maintenant, l'armée ukrainienne va se renforcer et s'armer pendant un an à partir d'un an, avec l'aide de nos "partenaires", et dans quelques années, cela peut tourner de travers pour nous, et même maintenant, l'élimination de cet abcès peut nous coûter cher beaucoup de sang, et puis ça ne fera qu'empirer, et on regarde tous en arrière vers "l'Occident collectif", et on a peur de faire quelque chose de grave, sinon "quoi qu'il arrive", et là, dans le Donbass, Des civils russes meurent chaque jour, et nous tous "n'abandonnons pas notre propre peuple".
  5. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 9 June 2021 15: 36
    +1
    Tout y a été fait pour nos grands-mères et avec la bénédiction de nos autorités, qui fournissent aux frères Bendera tout ce dont ils ont besoin.
  6. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 9 June 2021 20: 44
    -6
    Necropic, refusant dans ses articles aux Ukrainiens le droit d'être considéré comme un peuple séparé, isolé de la Russie, capable de construire indépendamment son État, s'est soudainement préoccupé du problème des minorités nationales en Ukraine même :)
  7. Bitter Офлайн Bitter
    Bitter (Gleb) 9 June 2021 22: 44
    +2
    ... Le nazisme ukrainien "est passé inaperçu"

    La chose est claire, car en temps voulu,

    Les principes qui étaient des principes n'étaient pas fondamentaux

    Et maintenant

    On continue ce que l'on a déjà beaucoup fait.

    Donc, tout est comme toujours - quelqu'un d'autre est à blâmer.
  8. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 9 June 2021 23: 03
    0
    ... sur l'uniforme de l'équipe nationale de football de "nezalezhnoy" ... un "salutation nazie" est appliqué (sans parler de la carte, où la Crimée russe est "rattachée" à l'Ukraine). ... tout cela porte un nom différent - une gifle, une insulte à la Russie et un défi ouvert à celle-ci.

    MOSCOU, 9 juin. / TASS /. La position de l'Ukraine, qui néglige l'expression de la volonté des Crimées, est bien connue, il n'y a donc rien de nouveau à l'image de la péninsule sur le nouvel uniforme de l'équipe nationale de football de ce pays. Cette opinion a été exprimée par le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine dans une interview diffusée mercredi à l'antenne de la chaîne de télévision "Russia-24".
    "Il n'y a pas de nouveauté ici, car la position des autorités ukrainiennes concernant la Crimée nous est bien connue, elles négligent l'expression de la volonté des Criméens, ce qui ne correspond pas non plus vraiment à la compréhension de ce qu'est la démocratie", a déclaré Poutine. .
  9. Marciz Офлайн Marciz
    Marciz (Stas) 10 June 2021 07: 01
    -1
    Et qu'est-ce que votre Poutine se soucie des "cadeaux soviétiques !? Si vous avez des Tchoubaïs" qui enfoncent des clous dans le cercueil de l'URSS "!!!! Pourquoi vous êtes-vous surestimé? Ils démolissent des monuments à un soldat russe (par exemple, Sotchi) Ils se contentent de s'asseoir au Kremlin, après avoir fait prisonnier la Russie, certaines personnes que l'Occident veut en sortir, et eux, à leur tour, se cachent derrière les pauvres Russes et les sympathisants par rapport aux Russes et pro -Citoyens russes d'autres républiques, bien que quelque chose comme ça maladroitement et sans conviction ils se cachent derrière !!
    1. Miffer Офлайн Miffer
      Miffer (Sam Miffer) 10 June 2021 07: 30
      0
      Kuvikov, finiras-tu un jour le lycée ?
  10. n.taratuhin Офлайн n.taratuhin
    n.taratuhin (Nikolay Taratukhin) 10 June 2021 17: 41
    +3
    Да, промашку сильно дали,
    Ведь в пятнадцатом году
    Мы Донбасс не поддержали.
    Оказалось - на беду.
    А теперь эта "дубина"
    Под названьем Украина
    Нам покажет в драке,
    Où les écrevisses hivernent-elles?
    Дураки, мы дураки
    Что ни год, то косяки...
    И латаем после дыры
    Вот, такие простодыры
    1. volk.bosiy Офлайн volk.bosiy
      volk.bosiy (Volk Bosiy) 12 June 2021 18: 13
      0
      да..права народная мудрость: "куй железо, пока горячо"...а там видно было бы....
  11. volk.bosiy Офлайн volk.bosiy
    volk.bosiy (Volk Bosiy) 12 June 2021 18: 11
    0
    наконец-то что-то начали говорить, видать уже припекает...а то все разговоры о "росте товарооборота"....как будто "рост товарооборота" это панацея от бандеровцев..блин, как это уже достало..
  12. Igor Igorevich Semirechensky 13 June 2021 08: 56
    0
    Увы, но уместней было бы упрекать не Россию, а именно только благодаря России и СССР уцелевшие и выжившие народы за то, что не спешат благодарно помочь русским, вновь осаждённым врагами. Так что и Ленин был вправе рассчитывать на благодарность всех спасённых и возвеличенных Россией и Советским Союзом народов, и Путин теперь расхлёбывает именно неблагодарность и недальновидность оных, а отнюдь не "ошибки" Ленина, чай не бином Ньютона это уже понять-то?