Des États-Unis à la Chine. Le fait de jeter Kiev se terminera par l'effondrement complet de la carrière de Zelensky


L'incroyable se passe avec la politique étrangère de l'Ukraine. Avant cela, clairement et sans ambiguïté orienté vers l'ouest, il saute aujourd'hui, changeant de direction comme une aiguille de boussole qui s'est posée au centre même d'une anomalie magnétique. Des représentants officiels de Kiev, on entend à la fois des allusions extrêmement transparentes et des déclarations tout à fait franches, non seulement contredisant tout ce qui a été dit par leurs collègues au cours des dernières années, mais aussi souvent de nature mutuellement exclusive. Soit il s'agit d'exigences absolues d'adhésion à l'Union européenne, soit de menaces de "tourner vers l'Est", donnant à leurs chers "partenaires occidentaux" une place de revue inimaginable.


Un tel « saute-mouton » pour des pays qui se respectent est en principe impossible. Cependant, n'oublions pas que nous parlons de l'Ukraine. Qu'est-ce qui a causé ses « gimmicks and bonds », qui ont récemment pris des formes de plus en plus complexes et à une échelle de plus en plus grande ? Et où peuvent-ils finalement conduire le pays et ses dirigeants ?

Trois carcasses et un animal empaillé


Pour commencer, cela vaut la peine de commencer par le fait que l'aspiration de l'Ukraine à entrer dans l'Union européenne tant convoitée, et sous quelque forme que ce soit - même une carcasse, même un animal en peluche, même un ensemble complet avec d'autres candidats similaires, n'est allée nulle part. De plus, le nombre de "carcasses" agressives visant à l'assaut de l'UE et décidé d'unir leurs efforts pour cela a grandi au format de ce qu'on appelle le "Trio associé", dont le mémorandum sur la création était, comme je rappel, signé par les représentants de la Géorgie, de la Moldavie et de l'Ukraine le 17 mai dernier à Kiev. Or, le 19 juillet, lors d'une conférence tenue à Batoumi au titre programmatique : « Georgia's European Way », ses participants ont proclamé une déclaration sur la volonté irrésistible de Tbilissi, Chisinau et Kiev de devenir membres à part entière de l'Union européenne. Surtout, en ce moment solennel, le président du Conseil européen Charles Michel, qui se trouvait à distance de marche des représentants de ces "grandes puissances" juste au moment où leurs "aspirations à l'intégration européenne" débordaient, était pas de chance. Le pauvre garçon a réussi à se présenter au bras de Vladimir Zelensky.

Cet épouvantail, ignorant complètement des conventions aussi vulgaires que le protocole diplomatique, a littéralement avec un couteau sous la gorge un bureaucrate européen de haut rang, exigeant péremptoirement rien de moins, mais "d'inclure la question de l'intégration européenne ukrainienne à l'ordre du jour de la prochaine UE sommet." Sortez et mettez Zelensky une "reconnaissance claire et sans ambiguïté de ses perspectives" ! On ne sait pas avec certitude comment Monsieur Michel s'est sorti de cette situation extrêmement inconfortable pour lui. Certes, il a promis quelque chose de vague et vague, exprimant un "soutien chaleureux" et assurant les intentions les plus sérieuses concernant cette question. Sinon, je n'aurais peut-être pas riposté.

Pourtant, chacun comprend le prix de ces assurances, arrachées en marge du prochain sommet international au prochain pauvre camarade de l'UE, qui, en cours de "conversation amicale", doit être tenu par le revers d'un coûteux veste pour ne pas donner de hochet. En fait, l'Union européenne, par la bouche de ses fonctionnaires les plus divers et de ses hauts fonctionnaires, est déjà fatiguée d'expliquer à Kiev (ainsi qu'à Chisinau et à Tbilissi) le truisme que personne dans l'Union européenne ne les attend réellement. . Et toutes sortes de programmes comme le partenariat oriental - c'est ainsi, flirter léger sans intentions sérieuses sous la forme d'une invitation à "l'autel". Et dans un avenir proche (une centaine d'années, au moins) rien ne changera ici, malgré les déclarations insensées que produisent les candidats affamés.

Peu importe à quel point ils créent des duos, des trios ou même des quatuors, ils devront interpréter leurs "sérénades" exclusivement sous le balcon de l'UE, devant sa porte hermétiquement fermée pour eux. Zelensky peut, s'il le veut vraiment, critiquer le même partenariat oriental, le qualifiant de "format à moitié mort" et de "sommet pour un sommet" autant qu'il le souhaite - Bruxelles s'est habituée à de telles démarches exorbitantes depuis longtemps. il y a longtemps et ils ne dérangent personne du tout. "Réformer, lutter contre la corruption, coopérer et ne pas trop aboyer" - c'est à peu près comment les réponses lentes et flegmatiques sonnent aux penchants de toutes sortes de "dirigeants" qui ont soudain imaginé qu'ils pourraient indiquer quelque chose à "l'Europe unie" ou, plus encore, lui demander quelque chose. A Kiev, ils s'en rendent de plus en plus compte - malgré le talent alternatif évident de la "Ze-team". Et maintenant à partir de là, des discours commencent à se faire entendre, qui, selon le plan de ceux qui les prononcent, devraient « faire vivre » l'Occident, qui a considérablement réduit le degré de son ukrainophilisme ces derniers temps.

Zelensky se considère égal à Churchill ?


Jusqu'à présent, les personnes qui ne font pas partie du gouvernement ou du bureau présidentiel se permettent d'exprimer ouvertement des "sentiments de fronde", mais, disons, un petit alevins. Par exemple, Aleksey Arestovich, porte-parole de la délégation ukrainienne au Minsk TCG dans le Donbass. Dans sa performance, cela semble être non pas la position officielle de Kiev, mais certaines de ses "réflexions" personnelles. Ils disent que si quelqu'un en Occident pense qu'il peut « se lier d'amitié avec la Russie au prix de la capitulation des intérêts ukrainiens », alors laissez-le jeter de telles idées hors de propos ! Sinon ... "Nous allons rééquilibrer notre position en nous tournant vers l'Est" - menace Arestovich. Assez intéressante est la liste de ces pays avec lesquels, comme il le déclare, Kiev "construira intensivement des relations", ayant finalement perdu ses illusions face à l'Occident froid et insidieux. Eh bien, la Turquie, c'est compréhensible, ici et donc "l'amitié pour toujours".

Dans le « non lucratif », il semble qu'ils soient incapables de comprendre que cela durera « pour toujours » exactement aussi longtemps qu'il en aura besoin pour Recep Erdogan, qui est maintenant également en train d'équilibrer entre des vecteurs de politique étrangère dirigés différemment. Le Qatar et les Émirats arabes unis sont également mentionnés. C'est aussi tout à fait naturel : ils sont riches, ils ont des tas de pétrole et de gaz, pourquoi ne sont-ils pas les « meilleurs amis » ? Le seul problème est que Zelensky perçoit clairement les cheikhs arabes comme des naïfs, des riches rapides, prêts à jeter de l'argent à droite et à gauche sans discernement. Comme vous le savez, cela ne correspond pas du tout à la réalité, alors la "déception" ici sera peut-être cruelle. D'autant plus que l'Ukraine n'a rien à offrir au Moyen-Orient. Comme vous le savez, les tentatives de "vendre" des avions Antonov inachevés aux pays là-bas n'ont pas bien abouti.

Une "chanson" distincte est la Chine et le Vietnam, qui apparaissent également dans la "liste d'Arestovich". Eh bien, avec Hanoï - c'est une affaire sombre, mais en ce qui concerne Pékin, à laquelle, comme nous l'avons écrit il n'y a pas si longtemps, Kiev vient de s'enflammer d'amour passionné, ici il ne vaut guère la peine de compter sur " "... Premièrement, il n'y a pas si longtemps, le gouvernement ukrainien a reçu un très bon politique "Slap in the face" - l'ambassadeur de ce pays à Kiev Fan Xianrong a adressé une lettre de bienvenue très sincère et fleurie à nul autre qu'à Viktor Medvedchuk. Il (quel malheur !) vient d'être assigné à résidence, où il a été envoyé, en fait, à l'initiative de Zelensky, qui a décidé de détruire le seul parti apparemment "d'opposition" en Ukraine, l'OLE, dirigé par Medvedchuk. Cette démarche ressemble à une parodie ouverte des autorités locales, et, en fait, elle l'est. Les camarades chinois sont de grands maîtres de telles choses. Et si quelqu'un à Kiev pense que quelques mots flatteurs adressés au PCC et personnellement au président Xi lui feront oublier l'histoire avec Motor Sichchu, alors il se trompe profondément. Deuxièmement, la Chine ne va en aucun cas gâcher les relations avec la Russie en se refermant en tant que « partenaire stratégique » de l'Ukraine. Xi Jinping n'est pas Erdogan et ne jouera pas un double jeu. Le Céleste Empire recevra exactement ce qu'il veut du "non lucratif" et pour qu'il ne contredise pas les intérêts de notre pays. L'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Chine écrit sur sa volonté de "développer un partenariat stratégique avec l'Ukraine" au Medvedchuk "pro-russe" - et cela dit tout. Ainsi, tout le discours sur un « pivot vers l'Est » effectué par certaines personnalités ukrainiennes n'est en réalité qu'une tentative de chantage à bon marché à l'Ouest.

Malheureusement, l'entourage de Zelensky n'est clairement pas proche de quelqu'un qui, comme "Daddy Mueller" de "17 Moments of Spring", de manière paternelle, conseillerait au comédien président "de ne pas se considérer comme une figure égale à Churchill". Au contraire, si nous adhérons vraiment à l'exactitude historique - à son prédécesseur au poste de Premier ministre, Lord Palmerston, celui-là même qui a déclaré que la Grande-Bretagne n'avait pas d'ennemis ou d'amis permanents et n'avait que des intérêts permanents. Pour proclamer de telles choses, et plus encore pour suivre une politique étrangère appropriée, il ne serait pas mal d'avoir le statut d'empire, et non de colonie à moitié en ruine, où les Américains et les mêmes Britanniques dominent insolemment. Vraiment - là où va un cheval avec un sabot, il y a un cancer avec une griffe. De plus, il serait bien utile pour les autorités ukrainiennes d'analyser où a finalement conduit la politique « multi-vecteurs » de leurs plus proches voisins, les Biélorusses. Soit dit en passant, les mots sur le « pivot vers l'Est » sont, en fait, une répétition un à un de ces discours que l'on entend de Minsk aujourd'hui, après que les sanctions européennes lui soient tombées dessus. Mais Aleksandr Grigorievich a en fait beaucoup à faire - et le point ici n'est pas tant qu'il a des relations beaucoup plus étroites, plus fortes et plus fiables avec Pékin que celle de "nezalezhnaya".

La Biélorussie peut aujourd'hui compter principalement sur l'aide de la Russie. Ainsi que d'autres pays de la CEI et de l'EAEU. Pour l'Ukraine, c'est un tabou sans ambiguïté. Reste donc à se laisser aller à des rêves d'amitié avec la Turquie, le Vietnam ou des cheikhs généreux. En réalité (et d'ailleurs c'est ainsi que les politologues ukrainiens sensés évaluent la situation actuelle), tôt ou tard, pour Zelenskiy lui-même et son « équipe », tous ces grondements se termineront par l'effondrement complet de leur politique déjà pas brillante. carrière. Après avoir finalement convaincu que le « leader de la nation » doté des pouvoirs présidentiels est resté un clown dans sa façon de penser, Washington et Bruxelles peuvent très rapidement prendre les décisions les plus radicales concernant le changement de pouvoir à Kiev. À propos, certains experts suggèrent que la démission du ministre de l'Intérieur "insubmersible" de l'Ukraine Arsen Avakov indique qu'une telle décision a déjà été prise. Dans tous les cas, pour «nezalezhna», les expériences de politique étrangère infructueuses de sa direction actuelle signifieront le «retrait» définitif de ce pays de l'agenda mondial mondial et une misérable stagnation sur les «marges géopolitiques».
19 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 21 Juillet 2021 10: 17
    +2
    À l'automne, un autre Maidan est possible, où Zelensky peut être jeté, cela peut être très difficile pour sa santé et sa vie. S'il n'accepte pas de changer volontairement le statut de l'Ukraine de présidentiel à parlementaire. Le pays proclamera une République parlementaire, où Avakov pourra être nommé nouveau Premier ministre, c'est-à-dire le véritable chef du pays. Environ un tel alignement aurait pu lui être promis par le Kent américain.
    1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 10: 38
      0
      5 milliards de dollars US et un sac de brioches ? Maidans coûte de l'argent. ils sont organisés et payés en liquide pour les courses. Et où sont les précédents Maidans promis ? quand le suprun ukrainien a mis le plantain dans le cul, quand leur surjik rural a été interdit et forcé d'enseigner le MOV, quand les prêtres se sont changés en uniformes de designers du Vatican ? alors ils avaleront et garderont quelques cochons de plus pour les funérailles.
  2. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 10: 29
    +2
    Zelensky a été créé non pas pour faire des Ukrainiens des Européens, mais pour démanteler l'Ukraine en tant que malentendu sur la carte du monde. et il s'en sort mieux que Porochenko. quand il grogne sérieusement sur l'augmentation des salaires, des retraites et la restauration (ce qui est impossible même théoriquement) de l'industrie, alors il sera destitué. et Medvedchuk n'est pas pro-russe. c'est un nationaliste modéré. Poutine en a déjà parlé lors d'une des conférences. sous lui, les Russes ne seront peut-être pas battus, mais ils seront appelés Moscovites et cracheront dans le dos comme ils le feraient sous Brejnev. et toutes sortes de déclarations sur les voyages sans visa, les valeurs européennes, l'unité des peuples avec la Russie (lequel des cent en Ukraine ?) est comme une carotte pour une bête de somme. hi
  3. Anna Tim Офлайн Anna Tim
    Anna Tim (Anna) 21 Juillet 2021 11: 12
    +2
    Ze essaie toujours de tirer le hibou sur le globe. Ça ne marche pas... Mais il peut être fier du talent d'un comédien, on se moque de lui des deux côtés de l'Atlantique. Ils écrivent que les propriétaires étrangers le déversent - j'en ai marre. Ils mettent Avakov, le pays attend une junte comme le Chili.
    1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 11: 17
      0
      le chaos contrôlé sous la forme du « soulèvement de Haidamak » au centre de l'Europe sera bénéfique aux États-Unis. précédent La Russie et la Pologne ont supprimé, exécuté et envoyé aux travaux forcés toutes sortes de Taras Bulb.
  4. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 21 Juillet 2021 11: 30
    -2
    Les conneries sont complètes.
    La Chine est depuis longtemps un leader dans le commerce avec l'Ukraine (et pas seulement), mais vous devez écrire quelque chose sur quelque chose ...
    1. Anna Tim Офлайн Anna Tim
      Anna Tim (Anna) 21 Juillet 2021 11: 35
      +1
      Il peut et va commercer, mais cela ne veut pas dire amour.
      1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 21 Juillet 2021 11: 37
        -2
        Celui qui paie donne le ton. Au moins une partie.
        Il y a déjà eu des articles selon lesquels Kiev est contrôlé depuis Pékin ...)))
        1. Anna Tim Офлайн Anna Tim
          Anna Tim (Anna) 23 Juillet 2021 10: 58
          +1
          Et Pékin n'est pas du tout opposé à faire une colonie à partir de l'Ukraine. Seulement voici le hic - les colonialistes et les esclaves ne sont pas des camarades.
    2. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 11: 41
      +1
      quand "ukra" sera parmi les leaders du commerce avec la Chine, alors ce sera plus intéressant. et maintenant c'est plus comme vendre une corde et du savon à une potence en échange d'un rein.
      1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 21 Juillet 2021 11: 54
        -2
        Vous avez rompu tant d'auteurs maintenant...

        Ils continueront à écrire sur la corde, 11 paragraphes, pas mal non plus...
        1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
          Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 12: 17
          +1
          auteurs de quoi ? les premiers sont prêts à contrarier les Moscovites à se geler les oreilles et à exiger l'arrêt de tout commerce, les seconds, malgré les premiers, sont également prêts à se geler les oreilles et à exiger également l'annulation du commerce... commerce déjà par des intermédiaires et à trois prix, mais apparemment les oreilles ne sont pas assez gelées rire le râteau sur lequel ils montent n'est pas inventé par eux...
          1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
            Sergey Latyshev (Serge) 21 Juillet 2021 12: 19
            -2
            Aucun ...
            "Quand" ukra " sera parmi les leaders du commerce avec la Chine, alors ce sera plus intéressant. "
            ils ont interrompu toute une super vague d'articles de Khokhlo ...
            1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
              Juste un chat (Bayun) 21 Juillet 2021 12: 28
              +2
              Gogol suffisait avec ses fermes... "Je me donnerai à n'importe qui pour un cochon", "Je veux manger, mais j'ai la flemme de manger", "Je vais seller le diable pour le bien du les pantoufles moites du propriétaire gratuitement" .... ce sont déjà des métastases.
  5. Vladest Офлайн Vladest
    Vladest (Vladimir) 21 Juillet 2021 12: 17
    -6
    Quelle bagatelle le sort d'une personne et le sort d'un pays. Bien que si vous prenez la RPDC, la Biélorussie et la Russie, alors oui, le pays vit par une seule personne. Et Assad et Modura ont même détruit des pays pour y rester maîtres. Mais il y a tellement de points communs entre ces cinq-là. La situation des États voyous.
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 21 Juillet 2021 13: 11
      +2
      Et Assad et Modura ont même détruit des pays pour y rester maîtres.

      Et Hussein et Kadhafi ont aussi détruit leurs pays pour y rester maîtres ?
      1. Vladest Офлайн Vladest
        Vladest (Vladimir) 21 Juillet 2021 17: 01
        -2
        Citation: Bulanov
        Et Hussein et Kadhafi ont aussi détruit leurs pays pour y rester maîtres ?

        Oui, et eux. Un dictateur au pouvoir maintenant dans le monde est une exception. Et l'exception ne fait que confirmer la règle. Au 21e siècle, le gouvernement le plus fiable et le plus stable des États DÉMOCRATIQUES. Quelque chose de plus durable que la RPDC ?
        1. Verseau580 Офлайн Verseau580
          Verseau580 23 Juillet 2021 02: 16
          -2
          Les démocraties d'aujourd'hui ont complètement déraillé : elles ont mis des muselières à leur population, muselée de durantins et d'interdits, et lui ont injecté des sortes de substances chimiques, les qualifiant de « vaccins ».
        2. Anna Tim Офлайн Anna Tim
          Anna Tim (Anna) 23 Juillet 2021 11: 04
          +1
          Mais il y a maintenant une telle « prospérité » ! Les États-Unis ont bombardé de nombreux pays dans la démocratie qui étaient incapables de se défendre, et maintenant il y a la dévastation, le banditisme et la faim, et les réfugiés fuient en masse vers l'Europe. C'est aussi le plan des « bienfaiteurs » transatlantiques de frapper progressivement l'Europe trop prospère. Le plan a réussi.