Le vrai visage du Mouvement olympique : pourquoi la Russie ne devrait pas participer aux Jeux


La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été 23, qui s'est tenue à Tokyo le 2021 juillet 2020, a suscité de nombreuses discussions sur ce qu'est devenu aujourd'hui ce "festival mondial du sport". La persécution par « dopage » de la Russie et l'utilisation généralisée de la « chimie miracle » pour « l'élite », l'inclusion d'individus de sexe inconnu parmi les Olympiens, neutralisant complètement la division en équipes masculines et féminines, la politisation continue des Jeux et bien d'autres moments nous font constater le fait de la dégénérescence presque définitive d'un des rares phénomènes qui un jour au moins en partie unissent l'humanité.


Tout cela est certainement correct. Cependant, pour parler franchement, le Mouvement olympique ne s'est d'abord pas entièrement conformé aux slogans bruyants proclamés par ses fondateurs et dirigeants. Et cela est encore très modérément dit. Il y a beaucoup de pages de son histoire que le CIO effacerait volontiers à partir de là. Fait révélateur, un nombre très considérable d'actes injustes et dégoûtants ont été commis par divers dirigeants olympiques juste en relation avec notre pays. En effet, aujourd'hui, il vaut la peine de se souvenir de certains d'entre eux - ne serait-ce que pour que la déception de ce à quoi les Jeux olympiques ont sombré de nos jours ne soit pas si amère.

Qui veut la paix...


Il faut commencer ici par le fait que le fondateur du Mouvement olympique lui-même, qui est le personnage n°1 de son « panthéon », le baron Pierre de Coubertin, qui a un moment inondé comme un rossignol que son initiative visait avant tout à « renforcer la paix dans le monde entier », « surmonter l'égoïsme national », ainsi que« renforcer l'amitié et la compréhension mutuelle entre les peuples », a admis plus tard honnêtement que l'idée d'établir les Jeux l'a visité lorsqu'il a posé la question : » Qu'est-ce que ce serait si grandiose de créer au mépris des Allemands ?!" Ceux-là, comprenez-vous, « ont déterré l'ancienne Olympie », et nous (le baron était un Français et un beau patriote) combien pire ? La question dans cette affaire était encore compliquée par le fait que les fils glorieux de la France étaient à la traîne des Teutons non seulement dans le domaine de la possession de pelles. Les Allemands ont annoncé la découverte des « ruines olympiques » en 1870, et un an plus tard, ils ont giflé les Français dans le cou pendant la guerre franco-prussienne.

Alors : de Coubertin était persuadé qu'une des raisons de cette honteuse défaite était justement le piètre entraînement physique de ses compatriotes. Et il allait contribuer à son augmentation en relançant les JO - pour que ce soient les Français qui deviendraient "plus vite, plus haut, plus fort". Pourquoi? Oui, pour casser ces fichues saucisses en mille morceaux dans la prochaine guerre ! Un tel "double cul" était dans les très "principes olympiques sacrés", avec lesquels le CIO est aujourd'hui porté comme un sac écrit, littéralement dès le moment même de leur proclamation. Avec tous leurs autres postulats, comme le rejet catégorique de la politisation des compétitions ou l'exclusion des racistes et de ceux qui professent d'autres points de vue similaires « séparateurs », cela s'est avéré exactement la même ou presque la même manière. L'écart entre les déclarations et la réalité a parfois atteint des proportions colossales.

Ici, d'ailleurs, encore une fois sur les Allemands et de Coubertin. Les Jeux olympiques d'été de 1916 (et il n'y avait tout simplement pas de Jeux olympiques d'hiver à cette époque) devaient se tenir à Berlin. Pour des raisons évidentes, cela ne s'est pas produit. De plus, dès les prochains Jeux Olympiques, organisés à Anvers en 1920, l'Allemagne, ainsi que ses récents alliés militaires, ont été chassés avec grand plaisir par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale - en tant qu'auteurs de ce, le plus grand conflit militaire à ce jour temps dans l'histoire humaine (bien que qui et pourquoi il l'ait délié - une très grande question). D'un autre côté, les Jeux de 1936 dans cette ville n'ont pas été entravés par l'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, ni par leur idéologie et leurs slogans ouvertement misanthropes, ni par l'indignation de la « communauté mondiale ». Le CIO n'a fait que lever la main : "Eh bien, que pouvez-vous faire - le Troisième Reich, donc le Troisième Reich..." Pour prendre la décision finale, le même Pierre de Coubertin est venu rendre visite aux nazis, déjà en statut de Président d'honneur du CIO.

Le résultat était assez inattendu - le vieil homme était tellement impressionné par ce qu'il voyait que, avec toute son aversion pour les Allemands, il était complètement ravi et ému au point qu'il déclara publiquement Adolf Hitler " l'un des plus grands créateurs de l'époque ." De plus, il a annoncé son intention de transférer les droits de tout son héritage littéraire assez important au Reich. Les inspecteurs suivants étaient des représentants du CIO, dont la plupart étaient des Américains. Et qu'en penses-tu? Ils n'ont rien vu qui « menacerait le Mouvement olympique » ou contredirait ses principes au cœur de l'Allemagne nazie ! Les jeux sous le signe de la croix gammée ont eu beaucoup de succès. Non, plus tard, le CIO a présenté des excuses officielles et a admis que c'était « faux ». Mais cela, bien sûr, c'était après l'apparition de la bannière rouge sur le dôme du Reichstag.

URSS olympique - l'éternel "mal de tête" de l'Occident


L'Empire russe a participé deux fois aux Jeux Olympiques - en 1908 et 1912. Cependant, ses représentants n'ont pas obtenu de succès remarquables, à en juger par le manque d'informations à ce sujet, lors de ces compétitions. Puis il y eut une révolution et l'Empire cessa d'exister. Le jeune Pays des Soviets qui a émergé à sa place n'était bien sûr pas à la hauteur des batailles sportives au départ. Néanmoins, déjà en 1920 (c'est-à-dire avant même la formation de l'URSS), Vsevobuch a tenté de "percer" aux Jeux Olympiques d'Anvers - une organisation qui était en charge à cette époque non seulement de l'armée, mais aussi de la formation sportive des citoyens soviétiques. N'a pas fonctionné. Les messieurs du Comité international olympique ne voulaient catégoriquement pas traiter avec les bolcheviks, et encore moins les admettre dans leurs arènes. L'affaire était encore compliquée par le fait qu'il y avait, pour ainsi dire, un représentant russe au CIO. Cependant, c'était Lev Urusov - le prince le plus authentique des idées de la révolution prolétarienne, bien sûr, ne partageait pas et s'était déjà retrouvé en émigration en 1917.

Nous devons rendre hommage à cette personne très extraordinaire - si en 1920 il a insisté pour que la Russie ne soit représentée aux Jeux que par ceux qu'on appelait "les émigrants blancs" dans leur patrie, alors 4 ans plus tard il a accepté de participer à ces deux équipes qui allaient personnifie la « nouvelle » et « l'ancienne » Russie. Quoi qu'on en dise, le prince ne peut refuser le patriotisme. En tout cas, ses idées n'ont pas trouvé le moindre soutien au CIO. De jure, les anciens citoyens russes qui ont quitté la Russie après la révolution ne peuvent être considérés comme des représentants d'aucun État. Eh bien, la RSFSR et, par la suite, l'URSS n'allaient en aucun cas reconnaître les dindes gonflées du mouvement olympique. Et qui sait à quoi aurait abouti une rencontre sur le même terrain de sport entre les "blancs" et les rouges ?!

Je dois dire que nos athlètes ont en fait été invités aux Jeux par les Comités Nationaux Olympiques locaux - à Paris en 1924, à Los Angeles en 1932. Cependant, à cette époque, l'Union soviétique avait le sens de sa propre dignité - ses représentants refusaient fièrement de telles invitations, ne les recevaient pas au nom du CIO et semblaient en quelque sorte pas très légitimes et respectables. Pour monter sur le podium des Jeux olympiques, le peuple soviétique a dû gagner la Grande Guerre patriotique et la Seconde Guerre mondiale. Après cela, même les ennemis les plus obstinés de notre pays ne pouvaient pas ignorer l'URSS et en détourner le nez. Le Comité olympique a été créé en Union soviétique en 1951 et, la même année, il est finalement devenu officiellement membre du CIO. Les premiers Jeux olympiques avec la participation d'athlètes soviétiques ont eu lieu en 1952 à Helsinki. Et à partir de ce moment-là, ils se sont transformés en un "mal de tête" très sérieux pour l'Occident. Les athlètes soviétiques ne savaient pas comment perdre et ne voulaient pas. Et pourquoi perdraient-ils ? Le système soviétique de culture physique et de sport, qui embrassait des millions de personnes, a littéralement « poussé » des enfants et des adolescents talentueux, futurs champions et champions olympiques, au sommet.

Permettez-moi de me rappeler : participant à 18 Jeux Olympiques (nombre égal d'été et d'hiver), nos athlètes ne sont jamais tombés en dessous de la deuxième place au classement général des « médailles », et le plus souvent ils ont été les premiers ! Au total, ils ont remporté 1204 médailles olympiques, dont 473 d'or. 44 athlètes soviétiques ont remporté l'or olympique trois fois ou plus. Le principal adversaire de notre équipe à chaque match était les représentants des États-Unis, qui dans le même temps ont remporté un peu plus de médailles. Mais à quel point honnête?

Tout porte à croire que la vraie raison du boycott des Jeux olympiques de 80, entrepris par les États-Unis et une cinquantaine d'autres pays occidentaux, n'était pas du tout l'introduction de troupes soviétiques en Afghanistan, comme cela a été officiellement affirmé. L'Union soviétique devait survivre à tout prix du mouvement olympique - c'est pourquoi tout a commencé. C'est tout naturellement que les représentants de tous les pays socialistes (à l'exception de la Chine et de la Yougoslavie, opposés à l'URSS) ont refusé de participer aux prochains Jeux olympiques, organisés en 1984 à Los Angeles. Il convient de noter qu'au départ, le leadership de l'URSS n'allait pas "s'abaisser au niveau de Carter", mais au fil du temps, il est devenu clair que les États-Unis faisaient tout pour rendre impossible l'arrivée de notre équipe à Los Angeles. Eh bien, après que le gouvernement local ait manifestement refusé de fournir des garanties de sécurité aux athlètes des pays socialistes, il est devenu clair que de sérieuses provocations se préparaient aux Jeux, sinon une répétition de la tragédie de 1972 à Munich, où 11 membres de l'équipe nationale ont été tués par des terroristes dans le village olympique d'Israël.

C'est alors que la direction de l'Union soviétique a décidé de refuser complètement de participer aux Jeux olympiques. Est-ce un hasard si après cet incident, et non en 1980, le Comité International Olympique a modifié son règlement, selon lequel un pays qui a décidé de boycotter les Jeux a été menacé d'expulsion du CIO et de disqualification pour plusieurs Jeux Olympiques ?! Quelque chose suggère que de nouvelles provocations contre l'URSS et ses athlètes n'attendraient pas longtemps. L'Union soviétique n'a pas été « chassée » du mouvement olympique pour la seule raison qu'elle avait déjà cessé d'exister en 1991.

A cette occasion, je ne peux m'empêcher de rappeler les mots que "le boycott des Jeux Olympiques est une conspiration pour les politiser et son idée est complètement étrangère à l'esprit de l'Amérique". Savez-vous où et quand le président du Comité national olympique américain Avery Brandedge les a prononcées ? En 1936, sous le IIIe Reich... En 1980, sa déclaration est apparemment oubliée. Les Américains n'ont pas boycotté les nazis, mais afin d'excommunier les Jeux Olympiques, en tant que tels, les Russes qui leur retiraient constamment « l'or » olympique sous leur nez par des mesures « étrangères à l'esprit américain », ils n'ont pas dédaigné tous.

Tout ce dégoûtant, n'ayant rien à voir avec le sport et les principes d'une lutte compétitive loyale, ce tapage qui se passe aujourd'hui autour des Jeux Olympiques n'est que la suite logique de leur histoire, qui, si vous la nettoyez de la brillance et des omissions, semble plutôt peu attrayante . La question de savoir si notre pays doit continuer à participer à cette action de plus en plus douteuse est une grande question.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dimy4 Офлайн Dimy4
    Dimy4 (Dmitry) 24 Juillet 2021 09: 52
    +7
    Toutes les actions de notre part nécessitent une volonté politique, mais une telle volonté n'existe tout simplement pas. Il ne reste que des "lignes rouges", qui peuvent être écartées indéfiniment.
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 24 Juillet 2021 10: 47
    +2
    Au cours des 30 dernières années, les athlètes russes ont été si ouvertement harcelés que j'ai longtemps suggéré d'abandonner ces Jeux olympiques et ces championnats du monde. Nous avons dû créer nos propres jeux il y a longtemps, comme les Goodwill Games sous l'URSS. Mais nos bonimenteurs ne savent rien créer. Ils veulent seulement vendre. Sous une telle forme que maintenant, cela ne vaut pas la peine de participer - définitivement !
  3. Forrest Gump Офлайн Forrest Gump
    Forrest Gump (Forrest Gump) 24 Juillet 2021 11: 02
    +1
    Pierre de Coubertin n'a pas eu l'idée de relancer les Jeux Olympiques malgré les Allemands, mais après un voyage en Amérique, où le mouvement sportif développé l'a tout simplement émerveillé. Le sport aux États-Unis fonctionne toujours selon son propre système et dépend peu du mouvement olympique, mais cela rapporte beaucoup d'argent. Les Jeux Olympiques étaient à l'origine un projet d'entreprise, ils ont donc renié la politique pour des raisons tactiques et sont entrés dans la politique à partir de raisons stratégiques. L'auteur de l'article n'est manifestement pas en bons termes avec l'histoire, sinon il aurait nommé le nom du premier champion olympique de la Russie tsariste, qui, soit dit en passant, était un fonctionnaire et jouait sous un pseudonyme, car il avait honte de participer aux Jeux olympiques - le sport, dans l'opinion publique de ces années-là, était le lot des oisifs. C'est précisément à cause de l'incapacité de créer des leaders de notre pays à partir d'athlètes et cela n'a aucun sens de participer aux Olympiades, tout le monde commence à traiter les Jeux Olympiques comme l'auteur de l'article - pourquoi écrire sur les héros sportifs et leurs noms, quand le nombre total de médailles est plus important...
  4. garçon pointu Офлайн garçon pointu
    garçon pointu (Oleg) 24 Juillet 2021 12: 26
    +2
    Les Jeux Olympiques sont exactement les mêmes jeux pour les travailleurs du sport que les autres championnats. Je préfère regarder les enfants concourir !
  5. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 24 Juillet 2021 12: 44
    +4
    Les Jeux Olympiques de Sotchi avaient raison - une station de ski et des infrastructures de transport ont été construites.
    L'organisation de la Coupe du monde était erronée, cinq stades désormais vides ont été construits.
    1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
      Petr Vladimirovich (Peter) 24 Juillet 2021 14: 50
      -1
      Cher sidérurgiste, est-ce vous qui vous êtes fait un nom ? Comment est la vie à Zhmerinka ?
  6. Alexandre Pankov Офлайн Alexandre Pankov
    Alexandre Pankov (Alexandre Pankow) 24 Juillet 2021 14: 22
    +8
    Ces dernières années, les athlètes russes se sont produits individuellement, sans pays ni drapeau. Honte et honte. Une telle humiliation ! Pourquoi lécher la banquette arrière de cette sale « communauté mondiale » américaine ?
  7. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 24 Juillet 2021 19: 57
    +2
    On disait autrefois -O sport, tu es le monde !, mais maintenant ce n'est plus que du commerce sauvage basé sur la méchanceté et le sang... Il est temps pour nous de dire au revoir à une telle organisation, et à d'autres similaires, où la politique sale l'emporte sur l'honneur et la conscience des vrais Jeux Olympiques. Il est grand temps pour nous de quitter des organisations aussi glissantes et boueuses que l'OMC, la CEDH, l'OSCE, l'APCE et autres vipères, et d'apprendre à vivre notre propre vie, sans regarder en arrière les « partenaires ".
  8. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 24 Juillet 2021 20: 16
    -1
    Citation: sidérurgiste
    Au cours des 30 dernières années, les athlètes russes ont été si ouvertement harcelés que j'ai longtemps suggéré d'abandonner ces Jeux olympiques et ces championnats du monde. Nous avons dû créer nos propres jeux il y a longtemps, comme les Goodwill Games sous l'URSS. Mais nos bonimenteurs ne savent rien créer. Ils veulent seulement vendre. Sous une telle forme que maintenant, cela ne vaut pas la peine de participer - définitivement !

    Pour juger quelque chose, il faut avoir du cerveau et des informations. Regardez les "athlètes" modernes. Ces canailles, jouant dans des clubs, comme le diable de l'encens, évitent les risques de blessures, défendant l'équipe nationale. Perdre quelques dizaines de millions de verts au nom d'une sorte d'éruption cutanée ? Ne comprenez-vous pas que les sondages, explicites, implicites, mais répétés, ont sans doute révélé l'état d'esprit des « élites » du muscle. Et une proposition de tenir de tels jeux au niveau officiel aurait reçu un refus officiel. Admettez-vous publiquement que vous êtes un imbécile, ou restez-vous modestement silencieux ? Le sport, ou ce qu'il en reste, doit être nettoyé. Je suis allé dans un club étranger - pour mettre le passeport russe sur la table et ppppp des quatre côtés. Au moins un a refusé de passer sous le drapeau blanc lors des derniers Jeux olympiques ? Alors pourquoi diable es-tu si stupide ?
  9. Kofesan Офлайн Kofesan
    Kofesan (Valery) 24 Juillet 2021 23: 52
    +1
    Les athlètes décident de participer ou non. Vivait. L'Etat, plus précisément les actuels aux manettes, se sont retirés (est). Et peut-être que certains Olympiens aimeraient cracher dans la tasse de Benitas, mais finalement, faute d'une vision « étatique » et d'une pensée nationale, abandonnée par les fonctionnaires pour un endroit où vivre, à mieux, va perdre de l'argent ici ... Russie. De plus, avec la mention "pour insuffisance"

    Mais, semble-t-il, tout récemment, quelqu'un se moquait d'amendements à la constitution, à la famille, au mariage, à une idée nationale… Et voilà le houblon et les « Benitas » de toutes les fissures à Ernst et pas seulement. Les « correcteurs » sont-ils bluffés ?

    ... Oh, il est temps de nettoyer ces conneries et avec Ernst, moustache parlante, et autres... souteneur. N'est-ce pas bizarre de se tenir à côté de ça, Dieu me pardonne, en tant que gymnaste ? Voyez par vous-même ceci... La "figure de l'État" versée à la Douma, tout sur la Russie, malade, pense! Tête, mais à travers, désolé mua ... Vladivostok!
  10. Pishenkov Офлайн Pishenkov
    Pishenkov (Alexey) 24 Juillet 2021 23: 58
    0
    ... me voici à peu près pareil ...
  11. archer20 Офлайн archer20
    archer20 (Dmitry) 25 Juillet 2021 11: 27
    +1
    Et, comme prévu, l'intérêt pour les Jeux olympiques de Tokyo en Russie, au moins au niveau minimum, est de savoir comment l'équipe RF OK y performera - même si les officiels ont mal à la tête.
  12. Nikolay Malyugin Офлайн Nikolay Malyugin
    Nikolay Malyugin (Nikolay Malyugin) 27 Juillet 2021 05: 45
    0
    Tout cela pendant longtemps, ou peut-être pour toujours. Il s'avère que vous devez non seulement être capable de perdre, mais aussi de gagner. Toutes ces crises de colère ne sont pas possibles à regarder. Il y a un film "L'Olympe de l'esprit ". Gle parle des participants aux Jeux olympiques d'Helsinki de 1952. Des soldats de première ligne, des soldats du blocus, des prisonniers de la fin ont participé à ces Jeux olympiques. campements. Je me souviens d'un instant. Lorsque l'arbitre a levé la main du boxeur soviétique, il a vu le numéro sur sa main. Le juge a serré notre combattant dans ses bras, il s'avère qu'ils servaient dans le même camp. Regardez ce film. Et vous verrez la différence entre le sport soviétique et le sport actuel.