Les rumeurs sur la mort de la pipe ukrainienne sont clairement exagérées. Ou n'est-ce pas?


В texte précédent nous avons examiné le sort du système de transport de gaz ukrainien après la conclusion du pacte Biden-Merkel et l'attitude des citoyens ukrainiens et de leur communauté d'experts face à tout cela. J'ai promis de prouver par des chiffres que les rumeurs sur la mort du GTS ukrainien sont quelque peu exagérées. Je tiens ma promesse.


Données générales d'abord. Le volume total de gaz naturel importé par l'Europe (y compris la Turquie) est de 600 milliards de mètres cubes de gaz par an. Souvenez-vous de ce chiffre. Il comprend à la fois le gaz de pipeline et le GNL. Il n'y a pas tellement de fournisseurs, ils sont tous connus - ce sont la Russie (180-200 milliards de mètres cubes/an), la Norvège (100-110 milliards de mètres cubes/an), la Hollande (25 milliards de mètres cubes/an), l'Algérie ( 10 milliards de mètres cubes / an) mètres cubes / an) et l'Azerbaïdjan (5 milliards de mètres cubes / an). Tout! Ceci complète la liste des fournisseurs de gazoduc vers l'Europe. Le reste des besoins en gaz de l'Europe est couvert par des fournisseurs de GNL - le Qatar, le Nigeria, les États-Unis, l'Algérie et récemment la Russie (représentée par la société Novatek) les ont rejoints. Les approvisionnements en GNL sont extrêmement irréguliers, les fournisseurs sont guidés par les prix qui se sont formés sur les hubs gaziers européens, et bien qu'ils y soient désormais ferraille comme pour l'été (ils fluctuent autour de 400-450 $ pour mille mètres cubes), le problème est qu'en le Sud En Asie de l'Est (Asie du Sud-Est), ils sont encore plus élevés - et tout le GNL y flotte, d'où la pénurie de gaz en Europe, d'où les prix élevés. Le marché est une icône du libéralisme !

Les volumes de production baissent pour tout le monde, sauf pour Gazprom


D'ailleurs, ce n'est pas toute la tristesse des Européens. Le problème est que les gisements de gaz norvégien et néerlandais sont anciens (ils sont exploités depuis la fin des années 60 du siècle dernier), et donc ils sont en cours de développement, la production est en baisse. La Norvège maintient à peine le volume d'approvisionnement dans la région de 100-110 milliards de mètres cubes de gaz par an en raison de la connexion de nouveaux petits champs sur le plateau continental des mers du Nord et de Norvège (les anciens sont en cours de développement et se tarissent) , et les nouveaux sont très rares et tout va au point que d'ici 2030 un pays comme la Norvège ne restera pas sur le marché des importateurs de gaz de l'UE.

Le conte de fées hollandais est déjà terminé. L'exploitant de son principal actif, le champ gazier de Groningen Nederlandse Aardolie Maatschappij, se référant à la décision du gouvernement néerlandais, a déjà annoncé qu'à l'été 2022 il réduira la production de gaz pour des raisons indépendantes de sa volonté. De 25 milliards de mètres cubes de gaz par an à zéro. Et il fut un temps où ils produisaient 80 milliards de mètres cubes de gaz par an (le record a été établi en 1976 - 88 milliards de mètres cubes), mais tôt ou tard tout se termine, cette histoire de Noël est terminée. La raison est aussi banale que la vie. L'exploitation du champ depuis la fin des années 60 du siècle dernier a entraîné une augmentation de l'activité sismique de la région en raison de l'affaissement des formations minées, qui a conduit, depuis 1994, à 900 séismes (le plus puissant avec une magnitude de 3,6). En conséquence, le gouvernement du pays a pris la décision responsable d'arrêter le développement du champ dès 2022, sans attendre la date préalablement adoptée de la fin obligatoire de l'exploitation, fixée à 2030, pour la simple raison que les Pays-Bas sont 85% au-dessous du niveau de la mer et ne sourit à personne là-bas. un beau jour aller au fond de la mer, c'est-à-dire il est banal de disparaître de la surface de la Terre.

À l'exception de Gazprom, il n'y a tout simplement personne sur le marché européen du gaz pour reconstituer 2022 milliards de mètres cubes de gaz quittant le marché en 25. Les fournisseurs de gaz par pipeline (et ils ne sont que trois, sans compter le département de Miller) ne peuvent pas augmenter leur production, et le GNL est non seulement cher, mais il ira aussi là où ils le paieront plus cher (et ce sont depuis peu des marchés premium d'Asie du Sud-Est , et même pas du tout le hub gazier néerlandais TTF). Du coup, ce dernier va très probablement cesser d'exister, cédant cette place sous le soleil aux nouveaux allemands THE (Trading Hub Europe) et autrichiens CEGH (Central European Gas Hub à Baumgarten), propulsés par Nord Streams, le Le GTS ukrainien et le gazoduc "Yamal-EU", dont les Allemands et les Autrichiens ne sont que satisfaits. Gazprom observe sereinement l'évolution de la situation et ne va pas couper les approvisionnements le long du corridor central, qui comprend à la fois la route Yamal-UE et la route ukrainienne, car les Polonais et les Ukrainiens ne provoquent pas.

De ce qui précède, un autre chiffre doit être rappelé - 25 milliards de mètres cubes de gaz par an, ce sont des volumes qui se retirent du marché et qui étaient auparavant fournis par Groningue. C'est par ce chiffre que l'exportation de gaz russe vers l'Europe peut augmenter, et il faudra qu'il soit pompé par quelque chose. Ici, le GTS ukrainien vient à la rescousse, que les non-frères ont déjà enterré dans leurs tristes prévisions. Mais je ne m'avancerai pas, je donnerai un peu plus bas le tracé des gazoducs dont dispose Gazprom.

Pour l'instant, j'attire votre attention sur le fait que toutes ces histoires sur le monopole de Gazprom sur le marché européen du gaz ne sont rien de plus que le délire d'une conscience européenne enflammée, vous pouvez le constater par vous-même. Certes, en toute honnêteté, il faut dire qu'aucun des acteurs du marché gazier européen que j'ai évoqué plus haut n'a la possibilité d'augmenter ses approvisionnements. Sauf peut-être seulement en Azerbaïdjan, mais là aussi, doubler la capacité du corridor de transport de gaz sud de Nabucco, qui alimente le gaz du champ azerbaïdjanais de Shah Deniz vers l'Europe du Sud, de 10 à 20 milliards de mètres cubes de gaz par an n'est pas si lointain , mais toujours l'avenir (et Bakou ne peut les doubler qu'en reliant le Turkménistan, l'Irak et l'Iran au corridor SGC). Mais les autres participants au marché européen du gaz n'ont absolument aucun problème. Tout le monde, sauf Gazprom.

La capacité de transport est tout


Passons maintenant aux moyens de transport à sa disposition. Skarshevsky dans texte précédent dans ma vidéo j'en ai déjà parlé en partie. Il s'agit du célèbre GTS ukrainien (avec une capacité nominale de 290 milliards de mètres cubes de gaz par an à l'entrée et 170 milliards à la sortie, dont 142,5 milliards de mètres cubes par an vers l'UE - dans les meilleures années, il pompait de tels volumes) , en 1999, le gazoduc Yamal-UE y a été ajouté, traversant le territoire de la République de Biélorussie et de la Pologne (avec une capacité nominale de 33 milliards de mètres cubes par an); mètres cubes / an). En 2003, Nord Stream (maintenant appelé SP-17) a été ajouté aux flux existants, reliant le russe Vyborg et l'allemand Greifswald le long du fond de la mer Baltique (avec une capacité nominale de 2012 milliards de mètres cubes / an), et en 1 il a également été ajouté le Turkish Stream, qui reliait la partie européenne de la Turquie à la région d'Anapa du territoire de Krasnodar de la Fédération de Russie au fond de la mer Noire (sa capacité nominale est de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, dont la moitié va en Turquie, le reste vers le Sud et le Sud). Europe de l'Est). Et enfin, en 2020, Nord Stream-31,5 devrait commencer à fonctionner, sa capacité nominale, comme le SP-2022, est de 2 milliards de mètres cubes par an (il lui sera fourni d'ici 1-55 ans, donc encore une fois, ne pas tordre, mais Gazprom, afin de remplir ses obligations contractuelles envers les acheteurs européens, ne peut pas encore se passer du tuyau ukrainien, et je ne prends toujours pas en compte le besoin croissant de gaz en Europe causé par la sortie du nucléaire et du charbon, qui est insisté par les idiots utiles "verts" de Gazprom).

Maintenant, prenons une calculatrice et comptons. SP-1 + SP-2 (110 milliards de mètres cubes / an), plus Yamal-EU (33 milliards), plus GP (17 milliards), plus TP (31,5 milliards). Total : 191,5 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le passif actuel de Gazprom est de 200 milliards, plus 25 milliards provenant des Pays-Bas. Au total, il reste au moins 33,5 milliards de mètres cubes / an pour la part du GTS ukrainien. Et je n'ai pas encore inclus les besoins croissants de l'UE dans ce chiffre. Combien Miller a-t-il promis aux Ukrainiens ? 15 à 20 milliards de mètres cubes de gaz par an. Comme vous pouvez le voir, il n'a pas beaucoup trompé. C'est minime ! Et si les amis de l'Ukraine dans l'UE parviennent à amener le SP-2 aux normes du troisième paquet énergétique, alors 50 % de la capacité de la conduite restera vide (soi-disant pour un fournisseur alternatif, afin de ne pas tomber sous l'"oppression" de Gazprom), alors mon chiffre est de 33,5 milliards de mètres cubes/an, il sera possible d'ajouter 27,5 milliards du SP-2, totalisant 61 milliards de mètres cubes de gaz par an à la part de l'Ukraine. D'accord, tu peux vivre. Quoi qu'on en dise, Gazprom ne peut pas se passer du tuyau ukrainien. Par conséquent, tous ces épouvantails qui, après l'achèvement du SP-2 Russie, attaqueront, nous laisserons pour des personnes pas tout à fait en bonne santé avec une psyché instable. C'est juste qu'après l'apparition de routes alternatives, les appétits des camarades ukrainiens pour fixer des tarifs pour le pompage du gaz agresseur à travers leur GTS devront être réduits. Ils sont déjà presque les plus élevés d'Europe.

De l'argent sur le baril!


Passons à la question monétaire - sur les dommages colossaux que la partie ukrainienne pourrait subir après le début de l'exploitation du SP-2. C'est même drôle d'en parler. Les chiffres, même dans le contexte des budgets microscopiques de l'Ukraine, ne tuent clairement pas tous les êtres vivants. Jugez par vous-même, selon l'Accord actuel entre Gazprom et Naftogaz, Gazprom est obligé de pomper ou payer (ici le principe est - pomper ou payer !) 225 milliards de mètres cubes de gaz sur cinq ans de 2020 à 2024 inclus. De plus, en 2020, ce chiffre était égal à 65 milliards de mètres cubes / an, et au cours des quatre prochaines années, il diminuera à 40 milliards de mètres cubes / an. Le taux de pompage est fixe, il est très élevé, mais en décembre 2019, il n'y avait rien à faire - le SP-2 était gelé, il devait être conclu aux termes de la partie ukrainienne. À la suite de l'accord signé, la partie ukrainienne recevra un montant fixe de 7,2 milliards de dollars pour ses services dans les cinq ans. En 2020, il a déjà reçu 2,1 milliards de dollars, pour les quatre prochains il devrait recevoir 1,3 milliard de dollars supplémentaires par an. Ceux. en jeu sont de 1,3 milliard de dollars/an. C'est le prix de l'émission.

Même dans le contexte de tous les postes de revenus du budget ukrainien, qui sont prévus dans la région de 2021 milliards de dollars en 40, ce chiffre ne tue pas tous les êtres vivants et équivaut à 3,3% de tous les revenus du budget ukrainien. Pourquoi ils sont tués environ 1,3 milliard de dollars, prétendument perdus à cause du SP-2, et ne vous inquiétez pas pour 1 milliard de dollars, perdus à cause du "Turkish Stream", je ne sais pas. Et autrefois, avant les courants turcs et nordiques, l'Ukraine recevait pour le transit à la fois 3 milliards de dollars et même 5 milliards de dollars par an, pleurons-nous à leur sujet. Qui est à blâmer pour cela? La cupidité et la stupidité de l'élite dirigeante ukrainienne à l'époque. Il leur a ensuite été proposé de créer un Consortium d'un fournisseur (RF), d'un pays de transit (Ukraine) et d'un destinataire (UE) sur la base de leur conduite. Refusé ! Ils ont dit - la pipe est notre trésor national, nettoyez-vous les mains ! Nous avons nettoyé et commencé à construire des voies de contournement. Que fallait-il faire ? Nous avons le droit! Maintenant, il est trop tard pour boire du Borjomi. Mieux vaut laisser les Ukrainiens calculer combien ils ont perdu des milliards de dollars à cause de la rupture des relations commerciales avec la Russie. Pourquoi ne pleurent-ils pas pour eux ?

La vraie menace qui plane sur l'Ukraine


La réponse réside dans une menace réelle qui pourrait planer sur tous les Ukrainiens si, Dieu nous en préserve, le transit du gaz russe par son GTS s'arrête. Ils ne parlent à personne de cette menace, mais dans son ampleur, elle est comparable aux conséquences d'une guerre atomique. Le fait est que l'ensemble du réseau de distribution de gaz de Nezalezhnaya est alimenté par le gazoduc principal à haute pression. La pression à l'intérieur n'est maintenue qu'en raison de la pression dans le GTS - il n'y a pas de gaz dans le tuyau à haute pression et toute l'Ukraine est sans gaz. L'inversion inverse (du côté de l'UE) est techniquement impossible - les stations de compression ne sont pas en mesure de rattraper le gaz de la frontière ouest de l'Indépendant vers sa partie orientale, l'Est se retrouvera sans gaz, et donc sans chaleur. Et c'est déjà une catastrophe ! Pour l'éviter, vous devez augmenter votre propre production de gaz, construire des stations de compression supplémentaires ou augmenter la capacité de celles existantes, ou tomber à genoux devant Miller avec des demandes - ne nous quittez pas, mon cher, s'il vous plaît ! Que fait l'Ukraine ? L'exact opposé - il tombe à genoux devant le gars boueux Biden, accuse Frau Ribbentrop d'insensibilité et maudit le méchant-Poutine. Je pense que dans une telle humeur ils ne vendront pas leur éléphant (j'espère que vous connaissez cette anecdote).

résumé


Si jusqu'à présent l'Ukraine jouait dans l'équipe principale des pays de transit du gaz russe vers l'UE, alors grâce à son stupide et incompétent politique Elle a été transférée dans l'équipe de réserve, maintenant de nouveaux jeunes joueurs prometteurs - l'Allemagne et la Turquie - jouent sur le terrain, et son lot est de s'asseoir sur le banc et d'attendre que l'un des principaux joueurs soit paralysé, puis elle peut être libéré en tant que substitut. Ou peut être pas. C'est le lot de tous les footballeurs vénérables qui pensent qu'ils connaissent mieux le football que leur entraîneur.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
18 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 30 Juillet 2021 08: 43
    -1
    Oh, laid-pipe ... Pipe là, pipe ici, peremogi quotidien ...
  2. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 30 Juillet 2021 09: 04
    -2
    Les rumeurs sur la mort de la pipe ukrainienne sont clairement exagérées. Ou n'est-ce pas?

    - Bien sûr qu'ils sont exagérés... - L'Ukraine boira encore beaucoup de sang de Gazprom (ou plutôt de Russie) à travers cette "pipe ukrainienne"...
    -Et la Russie paiera facilement 5 à 7 milliards de dollars à l'Ukraine au cours des 2-3 prochaines années... - Il n'y a aucun moyen d'échapper à cela et il n'y a aucun moyen de s'en débarrasser... - Mais ce sont des toutes les « erreurs de jeunesse » ; qui ne peuvent être corrigés d'aucune façon... - Seul le temps peut les corriger... - donc 5-8 ans...
    - Mais c'est pourquoi la Russie (Gazprom) a commencé à répéter et à refaire ces erreurs avec vengeance ... - Et le temps ne les réparera pas ...
    - Eh bien, maintenant que peut faire la Russie avec le Turkish Stream, que la Russie elle-même a construit avec l'argent de ses contribuables russes ??? - Et que faire avec "Azeri Stream" ; que très bientôt les Turcs commenceront à diriger (pour avoir une très forte influence sur ce "processus du gaz azerbaïdjanais" ... - La Russie a créé tout cela juste pour le plaisir d'un "sourire d'Erdogan" ??? - Même si Erdogan va soudainement quelque part ou il disparaîtra et le pouvoir en Turquie changera ... - alors cela n'affectera en rien les "affaires gazières" réussies de la Turquie ... - La Russie a simplement pris et entraîné la Turquie dans le l'activité gazière sur sa bosse... - pour faire de la Turquie un "concurrent-partenaire" gazier mondial à part entière...
    - Quelqu'un au moins a compris ???
    - C'est bien... - même si la Chine ne permettra pas à la Turquie de "manipuler" le gaz turkmène... - sinon le quota de la Turquie... - en tant que fournisseur de gaz à l'Europe, deviendrait encore plus important... - Et la Russie ... - moins ... - ou plutôt, plus "plus problématique" ...

    L'Ukraine a joué dans l'équipe principale de transit du gaz russe vers l'UE, puis grâce à sa politique stupide et médiocre, elle a été transférée dans l'équipe de réserve, de nouveaux jeunes joueurs prometteurs, l'Allemagne et la Turquie, jouent désormais sur le terrain à la place.

    - Ha... - Oui, qu'est-ce que ça a à voir avec... ici... voilà l'Ukraine ??? - Merde... - "Ne tire pas sur le pianiste - il joue... comme il peut..."...
    - Mais maintenant, tout est "cool et cool" ... - " De nouveaux jeunes joueurs prometteurs - Allemagne et Turquie " sont apparus ... - Hahah ...
    - Non, eh bien, l'Allemagne - c'est bon... - ici il faut vraiment parier sur l'Allemagne... - Et la Turquie est ici... ici... où s'est-elle avérée être ???
    - Mais il s'est avéré que ... - La Russie a payé pour la Turquie et lui a assuré une place dans ce "club du gaz" ... - Eh bien, maintenant la Russie devra payer pour tous les "monstres" et "surprises" de la Turquie .. . - L'Ukraine en comparaison avec la Turquie, cela semblera juste une petite "vilaine" naïve ...
    1. Adler77 Офлайн Adler77
      Adler77 (Denis) 30 Juillet 2021 13: 27
      0
      Malgré ma grand-mère... Bulgarie
      Si ce n'est pas la Turquie, par exemple, alors qui et comment ?
  3. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 30 Juillet 2021 09: 56
    +2
    L'échelle de Richter est utilisée pour déterminer la force d'un séisme. 3,6 sur l'échelle de Richter, ce n'est pas beaucoup.
    La magnitude détermine l'énergie d'un tremblement de terre. Et 3,6 (pas de points ici) en magnitude, c'est déjà grave.
    Les obligations de Gazprom sont bien inférieures à 200 milliards de mètres cubes par an. Il n'y a pas de données, à peine plus de 100-120 milliards.Le taux de pompage minimum était il y a 140 milliards d'années, et aucune obligation n'a été violée. Maintenant, la Pologne et la Bulgarie peuvent être soustraites de ce chiffre. L'Italie, la Slovaquie et certains autres pays abandonnent le contrat dans un délai d'un an ou deux.
    Le GTS ukrainien peut exister s'il aligne le tarif de transit sur le coût du pompage à travers la joint-venture. Poutine et Miller en ont parlé. Le transit par l'Ukraine sera préservé s'il existe une faisabilité ÉCONOMIQUE. Quelque chose me dit que cela signifiait la faisabilité économique pour Gazprom, et non pour l'Europe ou l'Ukraine.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) 31 Juillet 2021 01: 40
      +1
      pour Richter ATP, corrigé, je ne comprenais pas pour la Pologne, la Slovaquie, la Bulgarie et l'Italie, même si leur contrat actuel avec Gazprom se termine, alors il n'y a nulle part ailleurs où prendre du gaz. En 1998, Gazprom a pompé 141 mètres de gaz à travers l'Ukraine seulement, et en 2018, les livraisons de gaz à l'UE (y compris la Turquie) se sont élevées à 200 mètres, en 2019, le même
      http://www.gazpromexport.ru/statistics/
      Tout INFA ouvert
      1. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 06: 08
        +2
        Les obligations contractuelles et les besoins sont des choses différentes. Tu as écrit

        encore une fois, quoi qu'on en dise, mais Gazprom pour remplir ses contractuel engagements envers les acheteurs européens, nous ne pouvons pas encore nous passer d'une pipe ukrainienne

        Pour le moment, sans SP-2 et avec des réparations planifiées, GasProm remplit facilement ses contractuel obligations. Avec la mise en service du SP-2 (même à 50 %) et avec le retrait des contrats de plusieurs pays européens, GasProm remplira facilement ses contractuel obligations et sans CGV.
        J'ai toujours essayé d'attirer l'attention sur le fait qu'il existe une différence significative entre le gaz réellement fourni et le contrat. Les contrats ont été conclus il y a 20-25 ans et les volumes y sont relativement faibles. Ainsi, sans le GTS ukrainien, aucune sanction ne menacera Gazprom. La réalité aujourd'hui. Le transit par la Pologne et l'Ukraine est pratiquement gelé. Et rien de terrible ne se passe. Sauf si le prix sur le hub dépassait 500$. Mais j'ai dû y penser quand ils ont déposé une plainte. Seis GazProm bat simplement l'argent que l'Ukraine, la Pologne et la Bulgarie ont obtenu illégalement par arbitrage.
        L'Allemagne peut demander GazProm préservera le transit afin d'utiliser les installations UGS en Ukraine. Mais il n'a pas de réelle influence sur la Russie. Ainsi, la préservation du transit ne dépend que de la réduction des coûts de transit.
        1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
          Volkonsky (Vladimir) 31 Juillet 2021 09: 41
          +2
          J'ai toujours essayé d'attirer l'attention sur le fait qu'il existe une différence significative entre le gaz réellement fourni et le contrat. Les contrats ont été conclus il y a 20-25 ans et les volumes y sont relativement faibles. Ainsi, sans le GTS ukrainien, aucune sanction ne menacera Gazprom. La réalité aujourd'hui. Transit par la Pologne et Ukraine pratiquement gelé... Et rien de terrible ne se passe. Est-ce le prix de moyeu dépassé 500 долларов... Mais j'ai dû y penser quand ils ont déposé une plainte. Seis GasProm bat simplement l'argent que l'Ukraine a reçu illégalement, Pologne и Bulgarie par l'arbitrage.

          En ce qui concerne les points mis en évidence, les prix sont différents selon les hubs, le TTF néerlandais et le NBP anglais sont plus élevés car il n'y a pas d'approvisionnement en gaz par pipeline russe, le CEGH autrichien et le THE allemand sont plus bas pour la raison évoquée ci-dessus. Pour le NBP, le prix n'a pas encore dépassé 500 $ / mille mètres cubes - 495 ... 498, pour le reste il est encore plus bas. La Pologne et la Bulgarie n'ont encore rien reçu de Gazprom, et la Bulgarie n'a même pas encore poursuivi, d'ailleurs, pour quoi ? Le transit à travers l'Ukraine n'est pas gelé, chaque mois Gazprom, en plus des 109 millions de mètres cubes / jour, qu'elle doit pomper en vertu du contrat, achète 15 millions de mètres cubes / jour supplémentaires d'en haut avec un coefficient croissant de 1,2 en plus du tarif
          1. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 12: 50
            +1
            En Bulgarie. L'année dernière, le prix du gaz est tombé à 50 dollars et la Bulgarie a réalisé une baisse des prix du gaz aux prix du hub néerlandais. Textuellement

            La Commission européenne a estimé que Gazprom abusait de sa position dominante en imposant des contrats d'indexation du pétrole à ces consommateurs. Désormais, ces pays peuvent exiger une révision des prix du monopole russe s'ils diffèrent sensiblement des cotations des hubs gaziers d'Europe occidentale.

            Ce qui est amusant, c'est que si le prix du hub est plus élevé que celui de Gazprom, alors personne n'a besoin de révision. Mais la Bulgarie a réussi à ce que maintenant le prix du gaz soit déterminé en Hollande (il en est de même pour l'Ukraine et la Pologne). Informations pour hier

            Les prix du gaz en Europe ont établi un nouveau record de hausse du coût du « fuel bleu » en Asie. La valeur du contrat à terme le plus proche des cotations au comptant - les contrats à terme de septembre sur l'indice du hub gazier TTF sur ICE Futures - a atteint le niveau de 510 $ pour mille mètres cubes, rapporte Interfax.

            https://newdaynews.ru/moscow/731401.html
      2. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 06: 11
        0
        Le lien est bon, mais la même nuance. Les données sur le gaz effectivement fourni sont du domaine public. Les volumes du contrat ne sont indiqués nulle part. Il s'agit d'informations absolument classifiées.
        1. Bakht Офлайн Bakht
          Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 07: 00
          +1
          Encore un point. Suite à votre lien, en 2019, plus de 50 milliards de mètres cubes de gaz ont été fournis aux Pays-Bas, en Turquie, en Italie, en Bulgarie, en Hongrie. Et selon Gazprom, les contrats avec ces pays s'élèvent à 30 milliards de mètres cubes par an. GazProm pompe des volumes supplémentaires. Il remplit facilement les obligations contractuelles.
          Problème général du site. Les gens fournissent des liens sans analyser de manière critique leur contenu. Il ne suffit pas de trouver un lien. Nous devons le vérifier et y réfléchir. Cela ne vous est pas personnel. Ne le prenez pas personnellement.
        2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
          Volkonsky (Vladimir) 31 Juillet 2021 09: 48
          +1
          J'ai analysé uniquement les besoins d'importation de gaz de l'UE, 200 yards est un chiffre réel, sera encore plus élevé, plus 25 yards minimum
          1. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 12: 53
            +1
            Les besoins pourraient dépasser les 200 milliards. Au moins 500 milliards, voire mille milliards. Les obligations contractuelles de Gazprom sont bien moindres. Donc, à proprement parler, le transit ukrainien n'est pas nécessaire.

            Dans le zoo sur la cage de l'éléphant, il est écrit qu'il mange 40 kilogrammes de pain, 30 kilogrammes de pommes de terre, 50 kilogrammes de chou, 20 kilogrammes de bananes ... Un des visiteurs demande à l'employé:
            - Dis-moi, l'éléphant va-t-il tout manger?
            - Il va manger quelque chose, mais qui va lui en donner?!
      3. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 31 Juillet 2021 06: 19
        +1
        En début d'année, Elena BURMISTROVA, vice-présidente du conseil d'administration de Gazprom, a annoncé que la société s'attend à une vague de renégociations de contrats long terme venant à échéance en 2021-2024 avec ses anciens clients d'Europe de l'Ouest. Pendant cette période, le monopole les contrats avec les Pays-Bas, la Bulgarie, la Serbie, l'Italie, la Turquie et la Hongrie arrivent à terme avec un volume de plus de 30 milliards de mètres cubes.
  4. GRF Офлайн GRF
    GRF 30 Juillet 2021 10: 17
    +1
    Oui, beaucoup de gens en ont besoin, mais est-ce suffisant pour qu'elle survive ? C'est quoi l'usure ? Comment les Ukrainiens investissent-ils dans sa réparation/entretien ? Après le Maidan, j'ai entendu comment les têtes creuses menaçaient de le faire sauter/fermer/démonter, c'est un héritage "communiste", alors la vérité était qu'ils étaient rassurés, mais pour combien de temps ? Le libellé du prochain accord de transit sera-t-il adéquat? L'Ukraine ne mourra-t-elle pas ? Quelles recommandations le FMI aura-t-il ? L'Europe aura-t-elle besoin de tels volumes de gaz ? Après tout, l'âge de pierre peut arriver de manière très inattendue ...
  5. Kofesan Офлайн Kofesan
    Kofesan (Valery) 30 Juillet 2021 23: 34
    -1
    Des rumeurs en Europe selon lesquelles le gaz coûtera 500 euros et même plus sont publiées par leurs journaux les plus « autorisés » et régulièrement. Certains avec peur, certains dans un murmure, mais non, non, et une telle "publication" percera dans toutes sortes de moments et de spiegels ... Ceci, bien sûr, si SP2 est arrêté par les Américains ou les "verts" avec les Américains ...!

    Dans ces articles, l'Europe laisse clairement entendre à ses hamburgers qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Toutes les menaces SP2, peu importe d'où elles viennent, sont en fait du BLUFF !

    Conclusion : le SP2 ne sera jamais arrêté, mais ils essaieront de prétendre qu'ils sont très, très mauvais par rapport au SP2. Ils obtiendront des réductions de prix, le financement de l'Ukraine de Bandera (et le financement de seulement cette partie, qui est l'Ukraine de Bandera) aux dépens de la Russie... Et nos gestionnaires efficaces enfonceront une porte ouverte et, très probablement, succomberont à un "divorce".

    Plus précisément, ils prétendront avoir succombé à la tromperie. En fait, c'est comme un hommage pour leur sécurité personnelle dans leurs maisons achetées depuis longtemps sur la Côte d'Azur ! Leur ou leurs enfants...
    Ils ne se soucient pas des intérêts de la Russie. Ils sont déjà bien nourris !
  6. requin Офлайн requin
    requin 31 Juillet 2021 09: 52
    +1
    D'où l'auteur a-t-il obtenu les obligations de Gazprom pour 200 milliards de m3 ? Compte tenu de la tolérance (droit de l'acheteur de réduire le volume d'achats jusqu'à la limite inférieure fixée par le contrat), le volume obligatoire de fournitures est nettement inférieur, car Gazprom a également le droit de fournir selon la tolérance, ce qui est désormais le cas, qui a augmenté les prix du gaz ... - vendre moins, obtenir plus, puis l'année dernière, l'utyrk a mal fini - vendre du gaz à Baumgarten ci-dessous
    prix de revient!
  7. George W. Bush - moyen Офлайн George W. Bush - moyen
    George W. Bush - moyen (George W. Bush - moyen) 31 Juillet 2021 22: 39
    +2
    Malheureusement, il est évident que ce sont les Ukrainiens, et non leur gouvernement, et non les Américains avec les Européens, qui font la promotion du nazisme dans l'ex-RSS d'Ukraine. Ce ne sont pas des touristes et des diplomates occidentaux en 2013, des foules de milliers de personnes ont rempli les villes de l'ex-URSS et là ils ont chevauché et crié "Moskalyak on Gilyak" (accrochez les Russes aux branches !), ) !!! Cela a été fait par la population ukrainienne dans l'ex-URSS. Qui avec un énorme %% a élu un juif nazi qui a ouvertement soutenu tous ces Maidans avec leurs appels à la destruction de la population russe de l'ex-RSS d'Ukraine à la présidence de l'ex-RSS d'Ukraine. Les Ukrainiens ne savaient-ils pas, en brûlant les citoyens russes non armés d'Odessa, qu'ils voulaient simplement la fédéralisation de l'ancienne RSS d'Ukraine et l'amitié avec la Fédération de Russie. ...? Ou les Ukrainiens n'ont-ils pas vu les bombardements et les bombardements brutaux de Lougansk et de Donetsk, choisissant Porochenko, qui a également payé pour le Kiev Maidan ?! Porochenko, qui, avant la rentrée 2014, avait promis de conduire les enfants du Donbass dans les sous-sols avec des bombardements ukrainiens !! ?? .... La différence entre les Ukrainiens vivant dans l'ex-URSS et les Russes n'est pas dans la langue / mov. Et en idéologie. Le Russe, qu'il soit Poleschouk, Hutsul, Lemok ou Rusyn de Transcarpatie, est un internationaliste par nature. Le russe est une croyance ! L'Ukrainien est un nationaliste, et maintenant, à en juger par les actions des Ukrainiens, il est nazi, nazi par conviction. ..... Oui, et il est devenu clair à partir de 1991 immédiatement, lorsque des travaux pseudoscientifiques (y compris dans l'imprimerie de la Verkhovna Rada) sur l'infériorité des Russes, comme nous appelaient alors les Ukrainiens - "le sale ugro -Finlandais " . En outre. Toutes ces années, les Ukrainiens n'ont développé que le thème de l'infériorité ouralo-turque du non-slavisme des Russes. Comme si nous, les Russes, avions honte de la parenté avec les Finlandais et les Turcs !?! .... Et depuis 2013, les Ukrainiens ne nous ont pas donné d'autres noms que des vestes matelassées (travailleurs acharnés). Et les Biélorusses sont appelés scoops. Mais eux-mêmes, les Ukrainiens-ukroarii, etc. Malade. Long et chroniquement malade du nazisme. … Et les Ukrainiens, malgré le choix de la population russe de l'ex-URSS, ne choisiront que des racailles comme Porochenko ou Zelensky. Les nazis sont essentiellement différents et ne choisiront JAMAIS. Et pour les Russes, la route vers les élections est fermée par l'interdiction des partis de Slobozhanshchina et de Novorossiya, ou par la persécution des politiciens russes.
  8. Valérie Elenin Офлайн Valérie Elenin
    Valérie Elenin (Valeriy Elenin) 2 Août 2021 01: 39
    +2
    Gazprom doit transférer du gaz aux consommateurs européens qui reçoivent du gaz via le système de transport de gaz ukrainien, à la frontière russo-ukrainienne. Laissons l'Europe payer pour le transit vers l'Ukraine, des doutes s'installent sur le fait que les Européens accepteront le tarif que nous payons actuellement. Aller encore plus loin pour vendre de l'essence pour des roubles et aménager une place dans cette direction. Pourvu que le GTS entre l'entrée et la sortie ait moins de 60 milliards de mètres cubes, ce sera juste amusant pour les Européens de la cupidité ukrainienne. L'Europe pourra alors apprécier l'Ukraine à sa juste valeur. Il est probablement logique pour Gazprom de s'éloigner des formules de prix complexes, mais de le faire dans des directions différentes. Par exemple ukrainien, le prix du rouble à la frontière avec l'Ukraine n'est pas inférieur à 50 % du prix pour le consommateur final en Europe. Une très bonne offre.