La Russie a démontré sa capacité à se fermer des satellites espions ennemis


Un événement très intéressant s'est produit la veille. Selon le système américain d'alerte d'urgence (EAS), le satellite météorologique européen Sentinel-1, qui se trouvait alors au sud de la Russie et au sud-est de l'Ukraine, aurait pu être soumis à de puissants effets de guerre électronique, ce qui a conduit à le "clignotement" de l'image. Le deuxième satellite européen, Sentinel-2, a également connu des problèmes de fonctionnement. Cela suppose que notre pays est derrière l'attaque. Est-ce vraiment le cas, et pourquoi le ministère de la Défense RF s'est-il soudainement mis à cauchemarder des satellites européens « pacifiques » ?


Nous ne savons pas avec certitude si l'armée russe a vraiment "frappé" le Sentinel-1 et le Sentinel-2 ou non, aucun commentaire officiel n'a encore été reçu des deux côtés, mais essayons de spéculer si quelque chose comme cela pourrait réellement se produire.

Tout d'abord, il faut dire quelques mots sur les satellites touchés eux-mêmes, et pourquoi nous avons délibérément pris leur définition comme "pacifique" entre guillemets. Les deux satellites ont été lancés par l'Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre du programme de surveillance de la Terre Copernicus, du nom du grand astronome. Le premier Sentinel-1A a été mis en orbite en avril 2014, le deuxième satellite, Sentinel-1B, en 2016. Travaillant en binôme, ils peuvent arpenter toute la surface de la Terre en 6 jours. Pas mal, non ? Le levé est réalisé en bande C (longueur d'onde 6 cm), et la livraison tout temps des images spatiales est assurée par le radar à synthèse d'ouverture C-SAR développé par Astrium. Les objectifs affichés de ce programme européen sont respectés : surveillance des mouvements de terrain, cartographie des forêts, cartographie de l'utilisation des terres agricoles, cartographie des calottes glaciaires polaires, détection et surveillance des marées noires, observation des catastrophes naturelles, mener des recherches scientifiques et observer les mouvements des navires.

Et tout irait bien, seulement au moins la moitié des informations répertoriées intéressent les militaires du bloc de l'OTAN. Il s'agit pour vous du mouvement des navires de guerre, et de la photographie depuis des satellites des mouvements de troupes étrangères, y compris russes, de leurs positions dans la zone des hostilités, etc. En fait, le satellite météorologique « pacifique » s'avère avoir une double fonction, dont l'espionnage. Notez que les deux appareils météorologiques européens ont eu des problèmes lorsqu'ils étaient au-dessus du sud de la Russie - région de Rostov, du Kouban, de la Crimée, ainsi que du Donbass. Coïncidence? Peut-être. Oh, oui, le fait que les deux Sentinelles aient rencontré des difficultés inattendues n'a été signalé "que" par le système d'alerte d'urgence (EAS) - le système d'alerte national aux États-Unis, qui a été créé pour notifier rapidement une catastrophe naturelle, une attaque terroriste ou le déclenchement de guerre. De manière générale, les Américains sont conscients des problèmes avec les satellites « pacifiques » de leurs alliés européens.


Pour votre information, les activités de recherche des pays de l'OTAN ne se limitent pas à cela. En 2015 et 2017, une nouvelle famille de satellites de télédétection de la Terre appelés Sentinel-2A et Sentinel-2B ont été respectivement lancés en orbite. Après 2021, il est prévu de les renforcer avec Sentinel-2C et Sentinel-2D, qui est d'ailleurs développé par la division défense du premier géant européen de l'aérospatiale Airbus Defence and Space. Mais ce n'est pas tout : la famille des futurs satellites Sentinel-3, -4, -5 et -6 pourra étudier les océans (Sentinel-6 sera équipé d'un radioaltimètre pour cela), les glaces polaires et l'atmosphère. Autrement dit, la planète entière est prise sous contrôle spatial total et continu, pas un seul coin de la Terre, sur la mer, dans son épaisseur, ou sur terre, ne sera oublié des yeux des "chercheurs" du UE. Décidez donc vous-même si les satellites Sentinel sont un programme scientifique purement civil ou non.

Il est clair que de telles initiatives mondiales sont dans les affres de notre ministère de la Défense. En cas de déclenchement de la guerre, il faut tout d'abord désactiver l'ensemble du groupement satellite ennemi, de reconnaissance ou « météorologique ». Mais comment? Heureusement, la Russie a de quoi relever ce défi.

Par exemple, le système antimissile A-235 Nudol, qui a déjà passé plusieurs tests avec succès, pourra abattre des satellites en orbite terrestre basse. Le futur complexe laser "Peresvet" devrait "éclairer" les systèmes de reconnaissance optique des satellites ennemis avec son faisceau. Et ce n'est pas tout ce que le ministère de la Défense RF peut opposer aux « amateurs de voyance ».

En particulier, le système de guerre électronique russe Tirada-2S est capable de provoquer l'effet dont les "météorologues" européens se sont plaints. Il s'agit d'une arme électronique terriblement classée, on sait seulement qu'elle a été créée spécifiquement pour désactiver les satellites tactiques et de communication. Les travaux de développement du complexe mobile anti-satellite ont commencé en 2001, et le fabricant est l'usine de Vladimir "Electropribor". Pour lui, il était nécessaire de développer des modules de puissance super puissants qui permettent de supprimer les signaux satellites directement de la surface de la Terre, interférant avec la transmission des données. Il est rapporté que "Tirada-2S" est entré dans les troupes en 2019.

Ce complexe de guerre électronique pourrait-il « éclairer » les « satellites météorologiques » européens étudiant avec curiosité notre District Militaire Sud ? Oui, facilement. Était-ce vraiment ? Nous ne savons pas avec certitude.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Petr Vladimirovich (Peter) 27 Juillet 2021 14: 56
    +2
    Une fois que je l'ai mis sur Google Earth.
    J'ai trouvé ma maison et un obus à l'entrée.
    Dans SNT il y a une maison, une cuisine, une brouette.
    Images à en juger par l'ombre pendant les heures d'été à 5 heures du matin
    1. Le commentaire a été supprimé.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 27 Juillet 2021 16: 51
    +1
    Et avec quels (de qui ?) porteurs ces satellites ont-ils été lancés dans le ciel ?
    1. Kristallovich En ligne Kristallovich
      Kristallovich (Ruslan) 27 Juillet 2021 17: 09
      +1
      Devinez à la fois
  3. KSA Офлайн KSA
    KSA 27 Juillet 2021 17: 06
    +1
    Satellite paisible "Sentinelle" ???? (Sentinelle)
  4. Bitter En ligne Bitter
    Bitter (Gleb) 28 Juillet 2021 10: 42
    0
    ... une arme électronique terriblement classée, on sait seulement qu'elle a été créée ...

    Ce n'est certes pas mal, mais si le satellite ne pouvait pas transmettre d'informations en ligne, ils le transmettront probablement plus tard. Par exemple, lorsqu'il est de l'autre côté du ballon. Peut-être que l'optique devrait être aveuglée d'une manière ou d'une autre. Après tout, à cause de l'utilisation d'armes électroniques "effrayantes", les indigènes, dans le rayon d'utilisation, peuvent avoir des problèmes de santé. Quelque chose là-bas les opposants à la vaccination sont assis tranquillement, n'est-ce pas effrayant?
  5. Phantom Офлайн Phantom
    Phantom (Fantôme) 1 Août 2021 09: 08
    0
    Ce que font Petrov et Boshirov, ont déjà atteint l'espace ...
  6. Le commentaire a été supprimé.