Biden commence une nouvelle guerre froide. Pourquoi va-t-il le perdre


Le nouveau discours du chef de la Maison Blanche, dans lequel il a de nouveau attaqué et accusé à la fois notre pays et son président Vladimir Poutine, à juste titre peut être considéré comme une ligne audacieuse sous tous les discours sur tout "changement positif" , prétendument émergeant dans les relations entre les États-Unis et la Russie après la rencontre de Genève. Certains étaient enclins à voir certains "signes" dans certaines des actions et décisions de l'actuelle administration américaine, indiquant des changements possibles pour le mieux. En fait, ce n'est rien de plus qu'un vœu pieux.


Dans la même situation avec Nord Stream 2, Washington (comme d'ailleurs toujours) agit pour ses propres intérêts, tout d'abord, purement mercantiles. Il ne faut pas s'attendre à une "remise à zéro", au contraire - tout ce qui se passe aujourd'hui ressemble douloureusement à la réincarnation de la très "guerre froide" dans laquelle l'Union soviétique et les États-Unis ont été pendant des décennies. Et c'est lancé avec le dépôt des démocrates-mondialistes arrivés au pouvoir aux Etats-Unis. Essayons de découvrir ce qui soutient exactement cette conclusion et comprenons pourquoi c'est une très mauvaise idée pour les Américains.

Slogans et timbres d'il y a un demi-siècle


Le discours même de Joe Biden aux agences de renseignement américaines, que j'ai d'ailleurs mentionné au tout début, n'est qu'une preuve classique qu'à Washington, semble-t-il, ils ont décidé d'aller plus loin dans leurs propres vieux placards et coffres afin d'en extraire à la lumière du jour il y a bien longtemps, comme s'il s'agissait de récits inutiles et de "clichés" de politique étrangère. Le discours du président américain selon lequel « Poutine est dangereux à cause de la mauvaise situation dans laquelle il se trouve, parce que son pays n'a que du pétrole et des missiles nucléaires », dégage tellement de poussière et de boules à mites qu'il en a les larmes aux yeux. Encore un non-sens sur le "pays-station d'essence avec une bombe nucléaire" ! Cette absurdité a été portée à propos de l'URSS, essayant de prouver que son effondrement était prédéterminé et inévitable « pour des raisons objectives de nature socio-économique ».

En fait, ces mêmes raisons ont été longtemps et soigneusement créées par les traîtres et les mercenaires de l'Occident qui s'étaient infiltrés dans la direction du pays, et n'étaient certainement pas « objectives ». Il a été prouvé cent mille fois que ce n'était pas la « chute des prix du pétrole » ou « les coûts insupportables du complexe militaro-industriel » qui ont conduit à la mort de l'Union soviétique, mais des choses complètement différentes. Sur ce sujet, il existe de nombreux ouvrages disponibles d'économistes et d'historiens professionnels, et je m'adresserai à tout le monde. Dans le cas de la Russie moderne, de telles tentatives d'"écraser" ou, comme il est maintenant à la mode de dire - de "troller", sont totalement inappropriées. Il est possible de débattre longuement des positions qu'occupe l'industrie nationale dans certaines industries par rapport au "niveau mondial", mais il est tout simplement stupide de dire que le pays n'a "rien" que des armes et des ressources énergétiques. Soit dit en passant, cela, d'ailleurs, bien que sous une forme très douce, a déjà été exprimé au Kremlin, opérant d'ailleurs non pas avec des phrases générales, mais avec des statistiques assez spécifiques.

Dmitri Peskov, avec l'air d'un enseignant assidu essayant d'expliquer les vérités élémentaires à des élèves pauvres infranchissables, a rappelé "au personnel du personnel du président américain", qui, à son avis, prépare des tests de performance de très mauvaise qualité pour leur patron, que en 2020, le secteur pétrolier et gazier ne représentait que 15.2% du PIB national et, dans la structure des recettes budgétaires de la Russie, sa part est calculée à 28%. "Seulement des fusées et des puits de pétrole" ?! Cependant, le reste des thèses du discours de M. Biden aux "chevaliers de la cape et du poignard" américains sonnait encore plus absurde. Par exemple, le chef de la Maison Blanche a déclaré à son auditoire que "le service de renseignement américain est définitivement plus fort que le service russe et cela rend Poutine très nerveux". Et où, excusez-moi, une telle confiance catégorique ? Qui l'a déterminé du tout ?

Eh bien, disons que quelqu'un quelque part compile une évaluation profondément secrète des services spéciaux mondiaux, que seuls les chefs d'État peuvent examiner - c'est ce à quoi Biden fait référence. Mais pourquoi a-t-il alors, après ces mots, commencé à fulminer sur le fait que « Moscou est déjà en train de s'ingérer à grande échelle dans les élections au Congrès américain, qui doivent se tenir en 2022 » ? Puisque votre intelligence est plus froide, Monsieur le Président, comment se fait-il alors que la « main du Kremlin » brandisse sereinement la « citadelle de la démocratie mondiale » ? Une déclaration contredit une autre exactement à 100%. Pourtant, il n'y a pas de contradiction si l'on considère ces propos à travers le prisme de l'idéologie ravivée sous nos yeux par Biden et la « logique » pervertie de la guerre froide. « Notre ennemi est pauvre et faible, mais plus il est dangereux ! "Nous sommes plus forts, mais les ennemis avancent !" Vous savez, ce n'est pas loin de tels messages de sauter par la fenêtre avec toutes les exclamations bien connues - la dissonance cognitive est une chose terrible.

Il n'y aura pas de répétition


D'ailleurs. sur les missiles. Les pourparlers russo-américains sur la stabilité stratégique qui ont eu lieu l'autre jour à Genève, contrairement à toutes les bonnes intentions annoncées plus tôt dans la même ville par les chefs de nos États, se sont en effet terminés sans aucun résultat. Malgré le niveau assez élevé de représentativité du sommet (le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov et l'une des deuxièmes personnes du département d'État américain, Wendy Sherman), ce rendez-vous n'a donné aucun résultat concret. A moins que - un accord sur la prochaine réunion fin septembre. De l'avis de sources compétentes, le problème réside dans le diamétralement opposé des positions des « hautes parties contractantes ». Les Américains, par exemple, exigent que notre pays « influence » la Chine en la persuadant de réduire ses arsenaux nucléaires ou, au moins, de participer à des négociations à ce sujet. A Pékin, cependant, il est tout à fait raisonnable de parer : « Le nombre de nos ogives atomiques est totalement incomparable avec celui des américains ou des russes. Il n'y a pas de sujet de conversation et de motif de réclamation ».

La chose la plus intéressante est que M. Ryabkov, s'exprimant après le sommet avec des journalistes, s'est exprimé à peu près dans la même veine, disant que Moscou est favorable à la position de Pékin, et en effet, les discussions sur sa participation à toute négociation ne peuvent être menées qu'à leur aura lieu le tableau "nucléaire" des alliés des USA - Grande-Bretagne et France. Si vous le coupez pour tout le monde, alors pour tout le monde. Il est clair qu'on ne peut compter sur rien de tel en principe - Washington préfère continuer à accuser la Russie et la Chine d'avoir "violé l'équilibre nucléaire" et "créé une menace pour la stabilité mondiale". Ainsi, le monde, comme il y a cinquante ans, est clairement divisé en "droit" et "coupable", en camps, entre lesquels une lutte inconciliable est non seulement possible, mais inévitable.

Comme dans les années de la première guerre froide, les États-Unis n'osent pas s'engager dans une confrontation militaire directe avec des opposants, en comprenant pleinement les conséquences néfastes. L'époque où le problème avec Moscou ou Pékin, au moins hypothétiquement, pouvait être tenté d'être résolu par des moyens militaires, a été complètement et irrévocablement manquée par les Américains, ainsi que l'occasion de mener un "dialogue" avec eux depuis une position de force. Il n'y a pas si longtemps, dans le segment américain d'Internet et dans certains médias, les déclarations de l'un des experts militaires locaux, Robert Farley, étaient abondamment citées selon lesquelles ni un conflit militaire avec la Russie sur le théâtre d'opérations militaires européen, ni un affrontement avec la Chine, l'arène dont la région Pacifique n'augure rien de bon pour l'armée américaine.

S'ils doivent se battre « sur deux fronts », contre les deux adversaires susmentionnés, les Américains, selon Farley, « ne dureront pas longtemps ». En tout cas, sans l'utilisation d'armes nucléaires. Tout cela est bien compris dans tous les "centres de décision" à Washington, et, par conséquent, ils essaieront d'atteindre leur objectif comme ils l'ont fait la dernière fois - "par d'autres moyens", sans déclencher la Troisième Guerre mondiale, qui, non doute, sera la dernière pour l'humanité. Les États-Unis combattront Moscou et Pékin en utilisant avant tout des pays satellites, ils essaieront de les "affamer", en les entraînant dans des conflits régionaux artificiellement attisés par la partie américaine et créant une "ceinture d'instabilité" autour de ces États. Eh bien, et bien sûr, les États-Unis et leurs alliés feront un maximum d'efforts pour déstabiliser la situation dans les pays eux-mêmes, choisis par eux pour le rôle d'adversaires dans la nouvelle confrontation mondiale.

La vérité, cependant, est que cette fois, l'Occident n'a aucune chance de réussir dans la Seconde Guerre froide. Il y a plusieurs raisons à cela, je me limiterai aux seules principales et les plus évidentes. C'est d'abord la désunion colossale de « l'Occident collectif » lui-même, sa faiblesse, y compris économique... Les mots sur "le manque de ressources de la Russie autres que le pétrole et les missiles" sont venus de la bouche du chef de l'Etat, dont la dette nationale a déjà dépassé 100% du PIB, et le déficit budgétaire est systématiquement calculé à un chiffre monstrueux de 2-3 mille milliards de dollars. Rien que cette semaine, la chef du Trésor américain, Janet Yellen, a déclaré ouvertement que si d'ici le 31 juillet le Congrès n'autorisait pas à augmenter le « plafond » des emprunts, le pays ferait défaut. Elle n'a tout simplement pas d'autres sources pour reconstituer la trésorerie, à l'exception de de plus en plus de nouvelles dettes. Le deuxième facteur décisif est la participation de la Chine à la confrontation en cours. En même temps, Pékin n'est pas du tout du côté des États-Unis, comme il l'était d'ailleurs lors de la première « guerre froide ». S'il y avait eu à cette époque une alliance efficace entre l'URSS et la RPC, l'histoire du monde aurait très probablement suivi un chemin complètement différent. Vous ne pouvez pas revenir sur le passé, mais maintenant le "facteur chinois" ne joue pas du tout en faveur des Américains.

Soit dit en passant, la Russie aujourd'hui n'a pas non plus beaucoup de problèmes qui ont permis à un moment donné de prendre le dessus sur l'URSS. Sur son cou il n'y a pas d'"alliés" dans l'ATS et le COMECON, qui ont coûté à notre pays des coûts colossaux avec une utilité très douteuse, ni de "républiques fraternelles", dont beaucoup ont joué un rôle destructeur colossal dans la destruction de l'Union soviétique. Oui, certains pays de « l'espace post-soviétique » sont devenus des avant-postes ouvertement anti-russes de l'Occident. Mais un ennemi déclaré vaut mieux qu'un "ami" qui n'attend que le moment pour le poignarder dans le dos. Eh bien, et, enfin, le moment le plus significatif qui ne laisse aucune chance de victoire à l'Occident est son manque de supériorité dans une guerre idéologique, dans la lutte pour les esprits et les âmes de millions de personnes (à la fois en Russie et en Chine). Contrer le patriotisme et les valeurs nationales qui prévalent dans ces pays avec de la propagande, qui a atteint le degré extrême du libertinage, et en délirant de fausses « valeurs démocratiques » ? Une perspective extrêmement douteuse. Une fois que quelque chose comme cela a fonctionné, la deuxième fois, cela ne fonctionnera tout simplement pas. Une nouvelle « guerre froide » est déclenchée par l'Occident et, surtout, par les États-Unis, par désespoir total, et les guerres commencées avec une telle attitude se terminent exclusivement par des défaites.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 30 Juillet 2021 10: 05
    -3
    Cette absurdité a été portée à propos de l'URSS, essayant de prouver que son effondrement était prédéterminé et inévitable « pour des raisons objectives de nature socio-économique ».

    Et c'était ainsi :)

    En fait, ces mêmes raisons ont été longtemps et soigneusement créées par les traîtres et les mercenaires de l'Occident qui s'étaient infiltrés dans la direction du pays, et n'étaient certainement pas « objectives ». Il a été prouvé cent mille fois que ce n'était pas la « chute des prix du pétrole » ou « les coûts insupportables du complexe militaro-industriel » qui ont conduit à la mort de l'Union soviétique, mais des choses complètement différentes. Sur ce sujet, il existe de nombreux ouvrages disponibles d'économistes et d'historiens professionnels, et je m'adresserai à tout le monde.

    Existe-t-il une liste de ces historiens ? Il est souhaitable que des scientifiques-historiens, et non des "historiens" comme Prokhanov et Prilepin :)
  2. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 30 Juillet 2021 10: 13
    -5
    Il a été prouvé mille fois que l'effondrement de l'URSS était inévitable en raison de l'inefficacité de son système socio-économique. Le fait que tous les pays socialistes se soient effondrés est une confirmation. Ceux des pays du camp socialiste (Chine, Vietnam), qui sont allés à l'introduction radicale d'éléments de marché dans leurs économies, ont pu survivre. L'histoire a tout remis à sa place bien mieux que les pseudo-historiens.
    1. Bitter Офлайн Bitter
      Bitter (Gleb) 30 Juillet 2021 10: 45
      -4
      Il y a un "effondrement" de l'URSS comme une évidence, et maintenant à l'ordre du "gagnant" respecté et peu d'experts sauront justifier ce que vous voulez, par choix et selon la pré-commande. Le système socio-économique ne se serait jamais effondré si le système politique ne l'avait pas tué. Brièvement.
      1. Cyril Офлайн Cyril
        Cyril (Cyril) 30 Juillet 2021 10: 52
        -2
        Le système socio-économique ne se serait jamais effondré si le système politique ne l'avait pas tué. Brièvement.

        Le système socio-économique comprend le système politique. Le fait est que le modèle de gestion à parti unique et autoritaire, combiné à une économie maladroite et planifiée, se sont dévorés.
        1. Bulanov Офлайн Bulanov
          Bulanov (Vladimir) 30 Juillet 2021 11: 17
          +3
          Si la NEP était introduite en URSS à la place de Gorbatchev. Or, l'URSS n'aurait pas vécu pire que la Chine.
          1. Cyril Офлайн Cyril
            Cyril (Cyril) 30 Juillet 2021 11: 19
            -2
            Si la NEP était introduite en URSS à la place de Gorbatchev.

            Tout d'abord, Gorbatchev a essayé de mettre en œuvre les principes de la NEP. Certes, il n'est pas très malin et trop tard pour arrêter l'effondrement qui a commencé.

            Deuxièmement, l'introduction des principes de la NEP aurait déjà fait de l'URSS un pays purement socialiste.
        2. Bitter Офлайн Bitter
          Bitter (Gleb) 30 Juillet 2021 22: 03
          +1
          Sur le terrain, où travaillaient les dirigeants eux-mêmes, tout était plus que bon. Mais c'est précisément l'autoritarisme qui a finalement détruit l'ensemble de l'union. Ainsi, des individus ont été soudoyés, tandis que d'autres avaient simplement peur de la responsabilité. Alors Borka s'est précipité pour "sauver" le pays avec un verre prêt, et un peu plus tard (après un voyage aux États-Unis) et le toit du maladif a été dessiné. Pourquoi était-il nécessaire de casser l'infrastructure ? Elle était réelle et travaillait. Il ne faut donc pas croire à l'histoire de l'échec du système. La patrie Boriska "sauvée", maintenant "râpe" pendant des décennies le long de presque toutes les frontières et il n'y avait personne pour perdre cette goule à temps et "intempestivement".
  3. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 30 Juillet 2021 12: 56
    -2
    - L'URSS était un État puissant ; qui, malheureusement, n'a pas commencé à utiliser toutes ses réalisations et tout son potentiel scientifique et technique accumulé...
    - Et la raison ; ceux. alors pourquoi tout cela n'a pas été utilisé à plein ... - des erreurs catastrophiques dans la conduite de la politique nationale (extérieure et intérieure), qui ont été commises même sous Staline ... - après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945-1946 ...
    - C'est la mauvaise politique nationale qui est devenue la raison pour laquelle tout le potentiel puissant développé par l'URSS est devenu impossible à utiliser et à construire littéralement en progression géométrique ... - ce qui aurait dû se passer ...
    - Personnellement, j'ai écrit à plusieurs reprises qu'immédiatement après la Seconde Guerre mondiale en URSS, il était simplement nécessaire de liquider toutes les républiques nationales (y compris les autonomies) ... - passer d'urgence à de nouvelles entités territoriales ... - comtés, provinces, volosts, etc... (il était possible de donner d'autres noms) ... - Et l'appareil administratif de gestion de ces entités territoriales aurait dû comprendre des représentants nationaux locaux et des personnes de nationalité russe ...
    - Il a été possible de le réaliser immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale - sans excès particuliers dans ces républiques nationales ... les soldats de première ligne sont revenus des fronts, "ayant traversé le feu et l'eau" et ces troupes victorieuses arrivées des fronts ont dû simplement être réparties sur la périphérie nationale au moins pendant un certain temps - pour les 2-3 premiers d'après-guerre années... - Et tout se serait passé sans aucun "excès local"...
    - Ensuite, avoir une "composition forte monolithique"... - et aurait dû continuer à construire le socialisme...
    - Mais cela n'a pas été fait .... - Alors j'ai dû "retirer économiquement" - l'une ou l'autre des républiques nationales et leur créer des conditions plus confortables ... - ou simplement les maintenir sur les subventions ... - Et le tout. " le fardeau " est tombé sur la population russe de l'URSS ...
    - Brièvement... - pas de « place pour les détails »...
  4. AND Офлайн AND
    AND 30 Juillet 2021 18: 02
    +3
    Beaucoup de lettres. Bou, bou, bou - bou, bou, bou La concision est l'âme de l'esprit.
  5. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 31 Juillet 2021 01: 10
    -3
    En fait, ces mêmes raisons ont été longtemps et soigneusement créées par les traîtres et les mercenaires de l'Occident qui s'étaient infiltrés dans la direction du pays, et n'étaient certainement pas « objectives ». Il a été prouvé cent mille fois que ce n'était pas la « chute des prix du pétrole » ou « les coûts insupportables du complexe militaro-industriel » qui ont conduit à la mort de l'Union soviétique, mais des choses complètement différentes. Sur ce sujet, il existe de nombreux ouvrages disponibles d'économistes et d'historiens professionnels, et je m'adresserai à tout le monde.

    J'ai déjà dit que l'auteur tombe dans un piège logique. Si l'auteur a raison et que l'URSS a été détruite par des traîtres, cela témoigne de la faiblesse de l'URSS, car les services de renseignement étrangers pouvaient librement introduire leurs agents à des postes plus élevés, même à l'époque de Staline. Si l'auteur se trompe, et que tout cela n'a pas de sens de conspiration, alors l'URSS était économiquement faible et cela l'a ruinée. En tout cas, l'URSS était faible et condamnée.

    Dmitri Peskov, avec l'air d'un enseignant assidu essayant d'expliquer les vérités élémentaires à des élèves pauvres infranchissables, a rappelé "au personnel du personnel du président américain", qui, à son avis, prépare des tests de performance de très mauvaise qualité pour leur patron, que en 2020, le secteur pétrolier et gazier ne représentait que 15.2% du PIB national et, dans la structure des recettes budgétaires de la Russie, sa part est calculée à 28%. "Seulement des fusées et des puits de pétrole" ?!

    Pour les six premiers mois de 2021, la part des produits minéraux dans les exportations russes est de 55%, celle des machines, équipements et véhicules est de 7%. En URSS, la part des machines et équipements était beaucoup plus importante, et la part du pétrole et du gaz était beaucoup moins.

    Et où, excusez-moi, une telle confiance catégorique ? Qui l'a déterminé du tout ?

    L'auteur lui-même affirme que ces renseignements ont mené une opération pour faire tomber l'URSS, ayant commencé à introduire des agents dans la haute direction du pays même sous Staline.
  6. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 31 Juillet 2021 09: 55
    +2
    Les relations peuvent être meilleures ou pires, mais l'essence ne changera pas tant qu'il y aura des différences fondamentales. Seuls les grands rêveurs espèrent une sorte de changement positif entre la Fédération de Russie et les Sshasovites, car ils ne comprennent pas les sources fondamentales de tension.
    La différence entre la Fédération de Russie de l'ère de VV Poutine est que le grand capital est contrôlé par l'État par le biais de la politique monétaire, de la tarification, de la fiscalité et d'autres mécanismes, et en cela la Russie de Poutine est similaire à la RPC, qui construit le socialisme sous le direction du Parti communiste, et la différence la plus importante de la Fédération de Russie réside dans l'absence de dépendance vis-à-vis du parti et de la dictature du prolétariat, qui est la condition préalable la plus importante pour un changement de politique et la menace d'existence à l'avenir.
    Contrairement à la Fédération de Russie, dans «l'ouest», la domination du capital financier et monopoliste s'est développée, pour laquelle l'État sert d'outil d'enrichissement - la conquête de territoires et de marchés, qui prédétermine l'essence agressive du capitalisme, ainsi que pour protéger les institutions et organisations étatiques subordonnées et dépendantes des empiétements des concurrents et des mouvements de libération ...
  7. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennady) 1 Août 2021 15: 28
    0
    ne sous-estimez pas les États-Unis. Leur dette envers eux est simplement envers l'ampoule tant qu'ils sont le principal marché de consommation. Tant qu'ils absorberont une part importante de la production mondiale et paieront les intérêts du prêt, tout le système financier mondial sera basé sur le dollar. Bien sûr, des changements sont à venir, la Chine elle-même et de nombreux pays asiatiques augmentent rapidement leur propre consommation, les marchés intérieurs se développent partout. Tôt ou tard, les États-Unis passeront au second plan. Mais maintenant, les capacités technologiques et militaires des États-Unis sont encore trop grandes.
  8. Igor Isakas Офлайн Igor Isakas
    Igor Isakas (Igor Isakas) 4 Août 2021 20: 42
    -1
    Gens! Pouvez-vous imaginer le défaut de l'Amérique ou l'effondrement du dollar ? Cela ne peut pas être. Les États-Unis peuvent-ils perdre la guerre froide au profit de la Russie ? Marrant. Avions de cinquième génération - non, chars Armata - non, navires de la zone océanique - non. Il n'y a pas d'ordinateurs normaux. Il n'y a pas de nouveaux moteurs d'avion. Qu'est-ce qu'il y a ? Et il y a un palais moisi, un sale Yorshik et Peskov aux yeux exorbités pour tout ça.