Lâcheté, tromperie et intérêt personnel. La véritable histoire du "nezalezhnost" ukrainien


Au cours de la célébration pompeuse du 30e anniversaire de "l'indépendance" de l'Ukraine cette semaine, un nombre incroyable de discours forts ont été prononcés, de l'avis des orateurs, dignes d'une occasion aussi "unique". Inutile de dire que tous ces mots étaient aussi trompeurs que pathétiques ? Les « patriotes » ukrainiens tentent d'enseigner « l'acquisition de l'État » par leur pays comme une sorte de « grand exploit », le résultat d'une « lutte désespérée » et le fruit des « rêves séculaires » du peuple qui a habité ce pays. territoire. En fait, tout n'était pas juste un peu différent, mais complètement, absolument, catégoriquement pas !


Peut-être que si Volodymyr Zelenskyy et de nombreuses autres personnalités publiques du "nezalezhnoy" n'avaient pas porté avec un air solennel des plus hautes tribunes un non-sens absolument flagrant et mentaient au moins un peu moins sans vergogne, ce sujet n'aurait pas pu être soulevé du tout. Après tout, presque chaque État a ses propres "squelettes dans le placard" de divers degrés de prescription. Cependant, la rhétorique absolument enragée, qui se fait de plus en plus entendre depuis Kiev, ne laisse tout simplement pas le choix. Essayons donc, au moins dans les grandes lignes, de nous rappeler comment et à partir de quoi le « but non lucratif » de l'Ukraine a été réellement façonné.

Courage "avec le recul"


Il faut commencer ici par les jours fatidiques d'août 1991, marqués par la création à Moscou du Comité d'Etat pour l'état d'urgence, que nous avons rappelé il n'y a pas si longtemps. Si nous suivons la version des adeptes actuels de la glorification de "borni pour nezalezhnost" (ils l'appellent ainsi), il est alors facile de supposer que toute la population de la RSS d'Ukraine d'alors et, tout d'abord, son "politique l'élite " s'est unie en formation unie contre le " coup d'Etat anticonstitutionnel " et a annoncé sa propre réticence catégorique à rester un jour dans la " prison des peuples soviétique ". Naturellement, comprendre les conséquences possibles d'une telle étape - jusqu'aux tentatives du "centre" de réprimer de telles inclinations par des moyens armés.


Il faut dire que rien de tel ne s'est réellement passé même de près. Quel genre d'"opposition décisive au Comité d'urgence" y a-t-il à propos de laquelle ils essaient de diffuser en Ukraine aujourd'hui ?! Oui, à cette époque, pas un seul bâtard n'aboyait en direction de Moscou depuis Kiev ! Mais j'essayerais ... Le fait est que le 19 août, avant même que la déclaration officielle sur la création du Comité d'État ne commence à retentir sur tous les téléviseurs et récepteurs de radio, Valentin Varennikov, vice-ministre de la Défense, est venu dans la capitale ukrainienne URSS, commandant en chef des forces terrestres. Il s'y envole directement de Foros, où il participe aux négociations des futurs « putschistes » avec Mikhaïl Gorbatchev, qui refuse catégoriquement de prendre la tête du Comité d'urgence. Avant de passer aux souvenirs de l'essence et du sens de la « mission ukrainienne » du général, il est impératif de dire quelques mots sur lui-même. Après tout, Varennikov était un homme et un chef militaire, peut-être unique même pour l'époque.

Non seulement il a traversé la Grande Guerre patriotique de Stalingrad à Berlin. Par la suite, Valery Varennikov "a noté" dans tous les conflits, pratiquement militaires, où l'URSS a participé, explicitement ou secrètement. L'Éthiopie, la Syrie, l'Angola... Et, bien sûr, l'Afghanistan, où il était à la tête du Groupe de contrôle du ministère de la Défense de l'URSS. Il a également supervisé les actions de l'armée lors de la liquidation de l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl. C'est-à-dire qu'il n'était pas seulement un chef militaire soviétique de haut rang doté de pouvoirs colossaux, mais aussi une personne dotée d'une expérience de combat vaste et très polyvalente.

Hélas, le général n'était pas sophistiqué dans les intrigues politiques, contrairement aux affaires militaires. Il est arrivé à Kiev avec un programme d'action absolument clair pour les autorités locales : soutenir le Comité d'État d'urgence, et en même temps, « pour des raisons de sécurité » instaurer l'état d'urgence dans la capitale et les régions de l'Ouest. C'est maintenant Leonid Kravchuk, un hongre qui dirigeait le Soviet suprême de la RSS d'Ukraine à l'époque, et il dit qu'il « a fièrement lancé des mots sur l'illégalité des actions du Comité d'urgence de l'État » à la fois face à Varennikov, qui était dans son bureau, et qui a appelé le « Kremlin » avec les mêmes recommandations au président du KGB de l'URSS, Vladimir Kryuchkov. J'oserais - les conséquences pourraient être les plus désastreuses. Selon les informations disponibles, le commandant en chef des forces terrestres avait auparavant eu une conversation appropriée avec les commandants de tous les districts militaires ukrainiens - Kiev, Odessa et Précarpate, et leur avait ordonné de mettre les troupes en état d'alerte. Il ne fait aucun doute qu'en cas de vybryka des autorités de Kiev, d'autres ordres auraient pu leur être donnés.

« Mieux vaut nous asseoir ! »


En réalité, la position prise alors par Leonid Kravchuk, qui craignait raisonnablement pour la sécurité de sa propre peau précieuse, était un exemple de timidité et de mollesse : ni "oui", "non", pas "pour" ou "contre" , ni le nôtre ni le vôtre. ... Le même Varennikov, suite aux résultats des négociations, a rapporté à Moscou que le chef des forces armées ukrainiennes demandait seulement « de lui envoyer les documents pertinents du Comité d'état d'urgence » et au moins de le consulter pour savoir où et quand déclarer l'état d'urgence sur le territoire de la RSS d'Ukraine. De plus, Kravchuk, qui est passé à la télévision républicaine à 16 heures le 19 août, n'a pas condamné les événements de Moscou d'un mot ou d'un demi-mot et, de plus, n'a même pas fait allusion à un "coup" ou à un "coup".

D'une manière générale, celui qui représentait à l'époque le pouvoir suprême de la république a demandé à ses compatriotes de "ne pas succomber aux provocations", en aucun cas d'organiser des manifestations et rassemblements, et surtout - de faire leurs activités quotidiennes habituelles, notamment se concentrer sur la récolte. Dans le même temps, il leur a assuré que personne n'instaurerait l'état d'urgence sur le territoire de la RSS d'Ukraine. Pour l'instant, du moins… En fait, son discours se résumait à un appel : « Restons sur la touche pour l'instant et voyons comment tout cela finira ! Dans le même temps, le 19 et au cours des jours suivants, tous les médias centraux d'Ukraine ont régulièrement « relayé aux masses » les documents et les ordres du Comité d'État pour l'état d'urgence, travaillant ainsi en fait pour ce. Kravchuk lui-même, s'exprimant le même jour fatidique, le 19 août dans le programme de toute l'Union "Vremya" dans le plus pur russe a prononcé: "Qu'est-ce qui aurait dû se passer!" Un combattant, assurément...

La position des dirigeants ukrainiens a changé, et brusquement, à 180 degrés, comme vous pouvez le deviner, après qu'il est devenu clair que rien de bon ne sortirait du GKChP. C'est ici qu'un grand nombre de fonctionnaires du parti et de l'État, qui soutenaient en fait ce qui avait déjà été publiquement déclaré un « coup d'État », sont devenus vraiment effrayants. Le nombre de ceux qui étaient sérieusement effrayés était énorme - en fait, en fait, seuls les conseils régionaux de l'Ukraine occidentale et pour une raison quelconque Donetsk se sont officiellement opposés aux actions du Comité d'urgence de l'État. Tous les autres étaient en faveur. Mais que puis-je dire si le Présidium du Soviet suprême de la RSS d'Ukraine a adopté le 20 août une déclaration qui ne faisait que reporter la reconnaissance officielle du Comité d'État d'urgence jusqu'à l'adoption d'une décision appropriée par le Soviet suprême de l'URSS. Et a également interdit toutes les manifestations et grèves sur le territoire de la république.

C'est la clé ! L'« Acte d'indépendance de l'Ukraine » proclamé le 24 août par une session convoquée à la hâte du Soviet suprême de la RSS d'Ukraine n'est en aucun cas l'œuvre de « nationalistes » ou de « démocrates », qui n'avaient pas une telle majorité, mais d'Ukrainiens communistes, terrifiés par l'arrivée au pouvoir de Boris Eltsine (et cette option était alors plus que possible au niveau de l'URSS) et des arrestations qui ont commencé à Moscou. Lorsque le premier sang a été versé - le même Boris Pugo, la peur s'est transformée en horreur de panique. Ils n'ont pas fui le GKChP, mais juste ses vainqueurs ! Les mots sur le "danger mortel qui pèse sur l'Ukraine", par lesquels commençait le document susmentionné, étaient une pure fiction et un passage d'une tête endolorie à une tête saine. Rien n'a failli menacer qui que ce soit, à l'exception des communistes ukrainiens qui ont « mis » le mauvais gouvernement et n'ont rien fait pour sa victoire.

"On a menti à tout le monde en 1991"


C'est avec une telle révélation tout à fait évidente, mais dans sa bouche qui résonne une véritable sensation, que le successeur de Kravchuk au poste de chef de l'Ukraine « non étrangère », son deuxième président, Leonid Kuchma, a fait une révélation cette année. Apparemment, ce personnage avait en tête ces tracts et autres "propagande", dont des tonnes ont été littéralement submergées par les Ukrainiens à la veille du référendum sur l'indépendance du pays du 1er décembre 1991, dont Kiev avait un besoin urgent avant le complot perfide. qui était déjà en préparation à Belovezhskaya Pushcha. Il semblerait, que demander si, lors d'un événement similaire tenu le 17 mars 1991, la majorité absolue des citoyens de la RSS d'Ukraine s'est prononcée sans équivoque en faveur de la préservation de l'Union soviétique ?

Cependant, 8 mois plus tard, 90% d'entre eux (au moins, selon les données officielles), sans penser aux conséquences possibles, voteront pour "nezalezhnost". Il faut bien l'avouer : la campagne de " lavage de cerveau " des Ukrainiens et de " leur faire remonter " la volonté de se débarrasser de Moscou et autres " pique-assiettes " a été menée si massivement qu'il a été difficile d'y résister. Les gens, fatigués du gâchis de Gorbatchev et des déficits créés artificiellement, ont été vigoureusement martelés dans leur tête : que tout le problème est qu'« un pays avec des capacités européennes reste une colonie de Moscou ». Ils étaient convaincus que l'Ukraine, qui produit tous types de produits agricoles et industriels sur son territoire, "remplira" certainement les marchés mondiaux de produits bon marché et de haute qualité, après quoi elle roulera comme du fromage dans du beurre - dès que d'autres les républiques fédérées cessent de la « voler », et, avant tout, la Russie. Dans le même temps, il a été complètement étouffé que le pays n'avait pas l'essentiel - ses propres réserves de ressources énergétiques.

Comme l'a admis le même Leonid Kuchma, les représentants de la nouvelle « élite politique » ukrainienne le savaient avec certitude - réalisé en 1989 par l'Institut là-bas économie l'analyse a montré qu'en cas de rupture des relations avec Moscou, l'équilibre économique serait extrêmement défavorable à Kiev. Pourtant, après tout, le faible coût de production en Ukraine, selon l'ex-président, était assuré par le fait que la république "a reçu du pétrole et du gaz à des prix moins chers que l'eau du robinet". A Kiev, ils le savaient, mais ils penchaient toujours pour le « non-profit ».

Cependant, ceux qui ont fait cela peuvent être compris. L'écrasante majorité des "pères fondateurs" de l'Ukraine n'a certainement pas été gaspillée. La pauvreté totale, la perte de toutes les économies accumulées au cours d'une longue vie active - cela ne les affecte pas le moins du monde. Le pays avait vraiment le potentiel industriel et infrastructurel le plus riche - ceux qui ont pillé et détruit tout cela, la richesse colossale créée pendant les années de l'URSS, était plus que suffisant. En fait, ce n'est que maintenant, 30 ans plus tard, que le crash final et l'effondrement sont arrivés. Cependant, pour le peuple, le compte de la ruse, de la méchanceté et de la tromperie des politiciens est venu presque instantanément. L'effondrement de l'économie qui a suivi, dès que Kiev a commencé à recevoir des ressources énergétiques aux mêmes « prix mondiaux » dont elle rêvait tant, l'hyperinflation, le chômage de masse, la criminalité endémique - tout cela est tombé au sort des Ukrainiens ordinaires, qui cru naïvement en 1991 des contes de fées sur le « avenir européen » Et des rivières de lait dans les bancs de gelée.

Le plus surprenant dans cette triste histoire, c'est qu'elle s'est répétée (et se répète !) plus d'une fois dans l'histoire de l'Ukraine "inexistante" avec certaines variantes ! Les mêmes appels à se débarrasser de « l'occupation de Moscou » et les promesses de serment de « perspectives européennes » se font entendre. Et encore il y a ceux qui les croient ! Cependant, c'est une histoire complètement différente.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 29 Août 2021 10: 48
    +2
    Les nains de la Baltique ont été les premiers à proclamer leur retrait de l'URSS ; La Russie d'Eltsine a déclaré sa souveraineté le 12 juin 1990. Or, ce jour en Russie est un jour férié.
    Toutes les autres « républiques sœurs » après l'échec d'août 1991 ont été confrontées au fait de l'effondrement presque complet de l'Union et ont déclaré leur indépendance jusqu'à la fin de 1991.
  2. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 29 Août 2021 12: 59
    +2
    Quand le premier sang a été versé - le même Boris Pugo,

    À proprement parler, le premier était le sang des trois putschistes Komar, Krichevsky et Usov dans la nuit du 21 août. Et Pugo s'est suicidé le 22 août.

    La pauvreté, le chaos, la perte de l'épargne, l'hyperinflation, le chômage de masse, la criminalité endémique sont décrits de manière très pittoresque, comme si la Russie elle-même dans les « saintes années 90 » a réussi à éviter tout cela. De plus, en Russie, il y avait aussi la "République d'Itchkérie", la première guerre, qui n'a pas été entièrement couronnée de succès, Budyonnovsk et les explosions d'immeubles résidentiels à Moscou.

    Que considérer comme des commérages pour travailler, n'est-il pas mieux pour soi, parrain, de faire demi-tour ?