L'OPEP+ et le président américain Joe Biden mettront fin à la "révolution du schiste"


Lors de la dernière réunion, les représentants des pays de l'OPEP+ ont pris une décision commune d'augmenter la production de pétrole. Très bientôt, la Russie pourra à nouveau revenir aux indicateurs « d'avant-crise ». Dans le même temps, une augmentation des volumes entraînera inévitablement une baisse du coût du baril. Le chef de la plus grande entreprise privée nationale Lukoil, Vagit Alekperov, a généralement qualifié le pétrole cher de presque diabolique, ce qui est assez inhabituel d'entendre son producteur. De quoi ou de qui les producteurs de pétrole ont-ils vraiment peur et pourquoi sont-ils prêts à se battre contre un baril cher ?


L'accord OPEP+ pour restreindre la production d'"or noir" sous sa forme actuelle est une conséquence directe de deux événements marquants du printemps 2020. Puis, au même moment, le début de la pandémie de coronavirus et la soi-disant « guerre du pétrole » entre l'Arabie saoudite et la Russie ont coïncidé. Sans aucun doute, il y avait une certaine relation causale entre eux. En raison des restrictions liées au coronavirus, le monde économie a commencé à diminuer, et avec elle le volume de la demande de carburant et d'hydrocarbures. Dans cette situation difficile, Riyad a pris la voie du dumping, inondant le marché de son pétrole bon marché avec un objectif bien évident : asseoir ses concurrents à la table des négociations à ses propres conditions, voire les ruiner et les assommer. Six semaines seulement après le début de cette guerre commerciale, les parties ont pu parvenir à un nouvel accord au format OPEP+ pour réduire la production de pétrole, mais les Arabes ont fini leur jeu au point que "l'or noir" a montré pendant quelque temps un anti-record historique, passant généralement en zone négative. Après le pétrole, le gaz naturel s'est également effondré à des cotations anormalement basses.

Aujourd'hui, après presque un an et demi, on peut parler d'une reprise progressive de l'économie mondiale. Le volume de la production industrielle augmente, le pétrole et le gaz sont à nouveau nécessaires à tous. Le prix moyen d'un baril d'"or noir" est d'environ 70 dollars. Si l'OPEP+ maintient les quotas, alors les cotations peuvent monter à 100 $ ou plus. Cependant, le cartel et les pays qui l'ont rejoint ne veulent pas le faire. Le chef de Lukoil a commenté la situation comme suit :

Je ne voudrais pas voir à nouveau les prix du pétrole au-dessus de 100 dollars le baril, car cela peut stimuler l'investissement dans des projets inefficaces à faible profit, puis conduire à nouveau à ce que nous avons déjà vécu - l'effondrement du marché.

Essayons de comprendre pourquoi Vagit Alekperov a si peur de gagner un peu plus de pétrodollars. Avec le bon sens, il devient clair que ces actions collectives sont dirigées contre un seul pays, qui n'a pas adhéré à l'accord. Nous parlons bien sûr des États-Unis.

La « révolution du schiste » américaine a été une très mauvaise surprise pour tout le monde, faisant des États-Unis le premier exportateur d'hydrocarbures. Washington n'a fondamentalement pas adhéré à l'accord OPEP+, sans assumer aucune obligation formelle. Alors que d'autres réduisaient, l'Oncle Sam a été le premier à commencer à l'augmenter. Cependant, tous ces projets de schiste ont un point faible - le seuil de rentabilité. Pour que la production de pétrole « léger et doux » soit rentable, le baril doit être assez cher. La situation actuelle avec la croissance de l'économie mondiale profite avant tout aux Américains, mais les pays de l'OPEP+ leur ont mis un cochon en amorçant la suppression progressive des quotas. À mesure que la production augmentera, les cours du pétrole commenceront à baisser, touchant des "projets inefficaces et à faible profit".

Le plus intéressant, c'est que la Maison Blanche elle-même peut mettre un terme à la "révolution du schiste". Si le républicain Donald Trump soutenait activement ses travailleurs du pétrole, alors le démocrate Joe Biden misait sur le « vert ». Washington jouera désormais clairement le nouveau programme environnemental aux dépens des producteurs de schiste. Jugez par vous-même.

D'abordLes États-Unis sont revenus avec défi à l'accord de Paris sur le climat, et le nouveau cap du pays est marqué par un « accord vert ».

deuxièmement, l'équipe de Biden a interdit la construction de nouveaux oléoducs et l'extraction d'"or noir" sur les terres fédérales.

troisièmement, le produit de la vente récente de 20 millions de barils de pétrole de la réserve stratégique de pétrole SPR (3,2 % du total) financera le plan d'infrastructure du président, qui fournira 7,5 milliards de dollars pour la construction de bornes de recharge pour voitures et 73 milliards de dollars supplémentaires - sur les infrastructures de transport d'énergie propre.

QuatrièmementLe Parti démocrate des États-Unis a l'intention d'augmenter le taux d'imposition des sociétés de 21 % à 28 % et de remplacer les subventions aux entreprises de combustibles fossiles par des investissements dans les sources d'énergie renouvelables. The Hill commente ceci comme suit :

La suppression de ces subventions apportera environ 35 milliards de dollars de recettes fiscales, qui seront consacrées au développement des sources d'énergie renouvelables. En parallèle, les démocrates au Congrès rédigent une législation taxant les grandes compagnies pétrolières qui ont émis le plus de gaz à effet de serre entre 2000 et 2019, arguant que la mesure pourrait générer 500 milliards de dollars sur les 10 prochaines années.

Cinquièmement, le secteur de la production pétrolière américain attend toujours une série d'"optimisations" fiscales : annulation de la compensation des taxes étrangères sur la production, annulation du crédit de récupération du pétrole, annulation de l'amortissement des coûts intangibles de forage, annulation de l'amortissement de l'exploration et frais de forage, suppression de l'exonération de l'impôt sur les sociétés pour les partenariats publics sur les énergies fossiles.

Enfin, la pression s'exercera également au niveau des entreprises. Ainsi, Larry Fink, le patron de la société d'investissement BlackRock, a promis de faire pression sur les entreprises qui saboteraient la transition énergétique « verte » et refuseraient de réduire les émissions nocives dans l'atmosphère.

Ainsi, il y a de très réelles chances que la « révolution du schiste » américaine soit étranglée par les autorités du pays à la Maison Blanche. Et les pays de l'OPEP+ se feront un plaisir de les y aider.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 septembre 2021 22: 51
    -1
    Cette révolution du schiste était donnée. En fait, c'était il y a 10 ans.
    Et dans l'actualité, ils ont été "étranglés" et "étranglés" pendant les mêmes 10 ans. La dernière fois "enfin étranglée" était assez récente, lorsque les prix ont chuté dans la couronne.
    Et là encore ...

    Soit dit en passant, ils ont écrit que Gazprom les développe également officiellement ....
  2. MaîtrePaix Офлайн MaîtrePaix
    MaîtrePaix (..) 9 septembre 2021 09: 51
    +2
    Où Biden obtient-il de l'électricité verte ? Des centrales thermiques qui fonctionnent aux hydrocarbures polluants ? Ou des centrales hydroélectriques qui modifient l'écosystème environnant ? Ou des centrales nucléaires, qui sont les seules inoffensives ?
  3. Alexandre Kotler Офлайн Alexandre Kotler
    Alexandre Kotler (Alexandre Kotler) 11 septembre 2021 16: 45
    -1
    La façon dont les États-Unis mènent la révolution verte est correcte, réfléchie et raisonnable. L'ère des ressources énergétiques est révolue, on peut discuter de plus ou moins, 5 ans, et c'est tout. L'industrie des matières premières aux États-Unis n'a jamais été, en volume total, la première. En termes de part dans l'économie, 3-4%, alors qu'en termes absolus de production elle est bien supérieure à celle de la Russie, elle ne joue pas un rôle aussi important. Ce n'est pas en vain que les principales sociétés pétrolières et gazières des États-Unis ont commencé à investir d'énormes sommes d'argent dans les économies vertes. En particulier, Exxon Mobile construit un énorme réseau de recharge de voitures électriques à travers le pays. Le nombre de panneaux solaires augmente sous nos yeux (cela se remarque surtout du fait qu'aux USA, incomparable avec la Russie, et même avec l'Europe, le nombre de maisons individuelles, unifamiliales avec des batteries installées sur le toit. Ces les familles, non seulement se sont tournées vers les énergies renouvelables, mais aussi Ils gagnent en vendant l'électricité excédentaire. De vastes étendues parsemées d'éoliennes font désormais partie du paysage. De nouvelles centrales nucléaires, à ma connaissance, ne sont plus construites.
    Oui, c'est une énergie propre, mais elle reste extrêmement dangereuse malgré la technologie. Comment, dans cette situation, les travailleurs du schiste peuvent tourner, leur propre problème, tk. dans les conditions actuelles d'évolution vers les technologies vertes, il est naïf de compter sur l'aide et les subventions de l'État. Par conséquent, ce que Trump a fait, c'est avant-hier, et les actions de Biden sont demain.
    Par conséquent, tant pour l'OPEP que pour la Russie et le schiste, il s'agit d'une étape dépassée. L'agenda de la communauté mondiale, on ne s'en souvient même pas. Et s'ils s'en souviennent, alors comment s'en débarrasser le plus tôt possible.
    C'est dommage qu'en Russie ils continuent à mâcher la même gomme de pétrole et de gaz, sans se rendre compte qu'en général, il n'y a rien à dire. Je regarde ces danses rondes de la Russie autour de SP-2 et je suis étonné du nombre de mines qui se brisent pour rien.
    Dans la même Allemagne, 50% de l'énergie AUJOURD'HUI est produite à partir de sources renouvelables.
    De quel avenir peut-on parler ?!