Quelle « main invisible » est entrée dans les poches des Européens et qu'est-ce que Gazprom a à voir là-dedans ?


L'Europe est maintenant dans la tourmente - les prix du gaz sur les hubs européens se mettent à jour un maximum historique après l'autre, et les prix de l'électricité ont grimpé en flèche. Les hamburgers s'évanouissent à la vue des reçus pour l'électricité et le chauffage, et les fiers Britanniques sont passés au pâturage - en raison d'un manque de dioxyde de carbone (qui est un sous-produit de la production d'engrais, qui a été arrêtée en raison de la flambée des prix du gaz et de l'électricité), il n'y avait rien pour tuer l'oiseau et le bétail avant l'abattage, par conséquent, tous les Britanniques risquent de devenir végétariens en masse. Et ce n'est que le moindre des problèmes qui pèsent désormais sur les Européens. Et vous savez qui est à blâmer pour cela - Poutine et Miller. Deux méchants hollywoodiens qui font des cauchemars maintenant dans la pauvre Europe. Voyons qui est là à qui Rabinovich et s'il était là du tout (Rabinovitch est un nom commun, au lieu de lui, vous pouvez entrer Abramovich, Usmanov, Mishustin, Miller, Lavrov, Shoigu, Poutine, la liste est longue, nous sommes toujours à blâmer pour eux uniquement parce que, ce que nous sommes).


Et il y a tout juste un an, au printemps et à l'été 2020, le prix du gaz sur les bourses européennes est tombé à 65 $ / mille mètres cubes (à titre de comparaison, PJSC Gazprom vend du gaz à ses consommateurs en Russie à un prix plus élevé - 70 $ chacun ). Pourquoi, alors, messieurs les Européens, n'ont pas reproché à Gazprom de réduire les approvisionnements en gaz de l'Europe ? Car alors, au milieu du coronavirus et pendant un hiver chaud et rempli jusqu'au col des stockages souterrains de gaz, personne n'en avait besoin là-bas. Gazprom a subi des pertes et les responsables européens se sont frottés les mains - le rêve de l'idiot de la main invisible du marché est devenu réalité. Ensuite, les prix des contrats à long terme ont dépassé les prix actuels des hubs gaziers. Et parfois. Les responsables européens se sont serré la main et se sont souvenus avec admiration de celui qui a proposé la directive gaz du troisième paquet énergie. Ils ont pointé du doigt les pays qui se sont bêtement liés à des contrats à long terme avec Gazprom, et ont dit que ces imbéciles pouvaient désormais aller à la bourse et s'acheter quelques kilogrammes de gaz du marché à un prix plusieurs fois inférieur à celui qu'ils , idiots, achetez au monopole russe.

Mais la musique n'a pas joué longtemps dans les bureaux des rêveurs européens. Cela n'a pris qu'un an. Et déjà cette année, tous ceux qui, par stupidité, se sont liés par des contrats avec l'infâme Gazprom, reçoivent systématiquement "le gaz le plus agressif du monde" à un prix toujours bas, et ceux qui croient aux contes de fées des fonctionnaires européens, adhérents de la main invisible du marché, allez espérer y mettre la main sur quelques kilogrammes de méthane maudit (peu importe de qui la production). Mais il n'est pas là, et celui qui est clairement au dessus de leurs moyens. Maintenant, cette main invisible du marché fouille effrontément dans les portefeuilles des Britanniques, des Danois, des Suédois et même des bourgeois, qui n'ont pas encore eu le temps de se rendre à la merci de Miller and Co., secouant les derniers sous de leurs poches pour payer les tarifs de l'électricité et du chauffage qui montent en flèche. En Grande-Bretagne, des industries entières sont déjà à l'arrêt (en particulier les entreprises métallurgiques et pétrochimiques) - à un tel prix de l'électricité, personne n'a besoin de leurs produits.

La main invisible du marché européen du gaz


Ici, cela devrait probablement expliquer ce qui se passe. Et pour cela il faudra revenir à 2019, quand, en prévision de problèmes d'approvisionnement en gaz russe dus aux négociations prolongées entre la Russie et l'Ukraine concernant son transit par le territoire de l'Indépendance, l'ensemble de l'Europe, ne sachant pas comment ces négociations finirait, a marqué les siens et pas seulement les leurs, et même les installations de stockage souterraines ukrainiennes avec le méthane russe détesté. L'année 2020 est arrivée. L'accord, Dieu merci, a été signé le 31 décembre 2019 (d'ailleurs, dans des conditions défavorables pour la Fédération de Russie), mais l'année a été non seulement anormalement chaude, mais aussi coronavirus, la consommation de gaz a baissé en même temps que son prix. Gazprom a subi des pertes et les Européens ont remercié Dieu, qui leur avait envoyé le troisième paquet énergétique, en achetant du gaz en bourse, où il était encore moins cher que le gaz qu'ils injectaient dans l'UGS.

Mais tout a une fin. La fin du coronavirus 2020 est également arrivée. Il a été remplacé en 2021, avec son hiver anormalement froid et son printemps non moins froid, qui a dévoré toutes les réserves de gaz européen accumulées dans l'UGS. Et puis cette main très invisible du marché s'est activée, qui, en l'absence de véritable gaz, a commencé à en augmenter le prix. Dans le même temps, Gazprom a régulièrement rempli ses obligations contractuelles dans le cadre de contrats à long terme et l'a même dépassé, dépassant de 23% les indicateurs de l'année dernière, mais il n'y avait toujours pas assez de gaz. Et la raison en n'était pas du tout l'insidieux Miller ou l'ignoble Poutine, mais les mêmes fournisseurs de GNL des États-Unis, du Qatar, d'Algérie et du Nigeria, des caravanes envoyant leur gaz liquéfié au lieu de geler l'Europe vers les marchés premium d'Asie du Sud-Est, où le prix est dû à un hiver tout aussi froid, lorsque Toutes leurs stations éoliennes et solaires étaient recouvertes d'une croûte de glace, en général se sont envolées dans les cieux, franchissant le plafond de 1100 350 $ / mille mètres cubes (en Europe alors le prix était environ 34 $). À qui la faute de cette situation : Gazprom avec ses 66 % de parts ou le reste des fournisseurs de gaz détenant 200 % du marché gazier européen ? Gazprom n'est pas du caoutchouc, dans les meilleures années, il ne fournissait à l'UE que 600 milliards de mètres cubes de gaz par an, alors que l'Europe ne consommait que XNUMX milliards de mètres cubes de gaz importé (sans compter son propre gaz). Ni Miller ni Poutine ne sont capables de couvrir une telle pénurie. Ne passons pas d'un mal de tête à une tête en bonne santé.

Mais après l'hiver anormalement froid et long de 2021, qui ne s'est terminé en Europe qu'à la mi-avril, un été tout aussi anormalement chaud est arrivé. L'asphalte et les gens fondaient à cause de la chaleur, les climatiseurs fonctionnaient à pleine charge, où pouvaient-ils avoir de l'électricité pour eux ? C'est vrai, seulement en brûlant du gaz (après tout, l'atome et le charbon en Europe, grâce aux idiots environnementaux bénéfiques dirigés par Greta Thunberg, ont longtemps été interdits). Mais il n'y a pas de gaz ! Ce n'est pas non plus dans le PGH. Que font les prix dans ce cas ? C'est vrai - ils grandissent. Peu de gens ont osé reconstituer leurs UGC sur une tendance croissante (maintenant ceux qui ne l'ont pas fait vont les télécharger à un prix plus élevé et maudiront le jour où ils espéraient la main invisible du marché).

Et puis il y a eu l'accident d'août à l'usine de traitement de gaz d'Ourengoy, qui a limité la capacité du monopole russe à fournir son gaz naturel d'environ 3,2 milliards de mètres cubes (le chiffre a été calculé à la fin de l'année). Afin de ne pas perturber ses obligations contractuelles, Gazprom a dû s'approvisionner en gaz à partir de ses installations européennes de stockage souterrain de gaz (principalement de Reden en Allemagne, de Haidach en Autriche et de Bergermeer aux Pays-Bas). En conséquence, "Reden" se réunit cet hiver avec presque zéro résidu (dans le reste des installations UGS, la plénitude est d'environ 70%). Mais l'accident est un cas de force majeure et il n'est même pas comme il faut d'en blâmer Gazprom. Les Britanniques, en revanche, ne blâment pas le vent qui s'est éteint en mer du Nord, arrêtant pendant un mois entier tous leurs parcs éoliens qui y produisent de l'électricité pour Foggy Albion, ce qui a entraîné une augmentation des prix de l'électricité et contraint la Grande-Bretagne à découvrir la centrale thermique au charbon mise en veilleuse. En conséquence, seuls les pays qui avaient des contrats à long terme avec Gazprom ont gagné, les autres ne peuvent que serrer la main invisible du marché et remercier les responsables européens de s'être autant amusés maintenant.

Le fait est que les prix des contrats à long terme selon le modèle traditionnel de Groningen sont liés au prix du pétrole et sont ajustés avec un décalage de trois, six et neuf mois (chaque signataire a son propre décalage). C'est pourquoi en 2020, ils ont dépassé ceux de la bourse, et en 2021, ils augmentent à la vitesse d'un escargot (jusqu'à présent, au cours des 9 derniers mois, Gazprom les a augmentés de 199 $ à 269 $ pour mille mètres cubes - comparez avec la bourse, qui a déjà dépassé les 1100 XNUMX, et dites-moi qui en a profité ?).

Et nous connaissons les noms de ces personnes. En 2020, la filiale de Miller, Gazprom-Export, a fourni 174,9 milliards de mètres cubes de gaz à l'Europe. Parmi ceux-ci, 78 % se trouvaient en Europe occidentale et 22 % en Europe orientale. Parmi les leaders figurent l'Allemagne (45,84 milliards de mètres cubes), l'Italie (20,80), la Turquie (16,40), l'Autriche (13,22), la France (12,39), les Pays-Bas (11, 81), il y a même de fiers Britanniques (6,03), les Polonais (9,67), les Hongrois (8,64), les Tchèques (5,01) et les Slovaques (8,62). 21 pays sur 27 membres de l'UE (plus la Turquie et la Grande-Bretagne, qui ne sont pas membres de l'UE) ont utilisé les services de Gazprom - dont 12 d'Europe de l'Ouest et 11 de l'Est. Les Slovaques ont contourné les Tchèques dans la consommation de gaz uniquement parce que leurs indicateurs dissimulent le gaz « inverse » qu'ils reçoivent pour les non-frères d'Ukraine. Alors que tout le monde est content, personne ne se plaint (sauf les non-frères et les Polonais, mais ne parlons pas des pauvres).

Par exemple, les Autrichiens, au lieu de suivre les conseils des responsables européens et, ayant abandonné les contrats à long terme, achetant du gaz aux hubs gaziers européens (échanges), ont signé en 2015 un contrat à long terme avec Gazprom pour la fourniture de gaz russe. vers l'Autriche à un prix fixe (environ 240 $/mille mètres cubes) jusqu'en 2040. Les Hongrois ont fait de même récemment, ayant signé un contrat avec Gazprom pour 15 ans, jusqu'en 2036 inclus. L'accord est entré en vigueur le 1er octobre de cette année. Dans le cadre du nouvel accord, Gazprom fournira annuellement 4,5 milliards de mètres cubes à la Hongrie avec la possibilité de modifier les volumes de gaz fournis en 10 ans. Dans le même temps, 3,5 milliards de mètres cubes passeront par la Serbie (lire - à travers le "Turkish Stream") et 1 milliard de mètres cubes par l'Autriche (lire - à travers SP-2). Tout en contournant l'Ukraine. Selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, qui a signé un accord avec Gazprom au nom de Budapest, son pays achètera désormais du gaz "à un prix bien plus avantageux que dans le cadre d'un contrat arrivé à expiration". distances, est devenu beaucoup moins cher pour le recevoir via TP et SP-2). À propos de papa Loukachenko, qui a récemment extorqué du gaz russe à Poutine pour une autre année au prix de 128,5 $ / tsd. cubes, même parler ici est en quelque sorte gênant.

La loi n'est pas écrite aux imbéciles


Mais la Pologne, qui expire fin 2022 un contrat à long terme valable avec Gazprom pour la fourniture de gaz russe, a solennellement annoncé qu'à partir de 2023 elle n'allait pas le renouveler et envisage de passer complètement au gaz de sa propre production et liquéfié. gaz naturel de production américaine et qatarie. Je souhaite bonne chance aux camarades polonais et bon vent dans le dos. Une femme avec une charrette - c'est plus facile pour une jument ! Mais peu importe à quel point la haine pathologique des Russes et le sens de leur propre exclusivité ont joué une blague cruelle avec les descendants de la noblesse orgueilleuse. Poussés uniquement par ce sentiment, ils ont refusé il y a un an de prolonger l'accord à long terme avec Gazprom, arrivé à échéance en mai 2020, en vigueur depuis les années 90 du siècle dernier, pour le transit du gaz russe à travers leur territoire. via le gazoduc Yamal-UE les capacités de transit de l'opérateur local Gaz-System conformément aux règles énergétiques européennes, conformément aux normes du Troisième Paquet Énergie, lorsque le prix est formé par le marché au cours des appels d'offres aux enchères, comme compromis entre l'offre et la demande de tous ceux qui souhaitent acheter ces capacités, en fonction de leurs besoins (pour une journée, pour un mois, un trimestre). Et Gazprom, bien qu'étant le seul à vouloir participer à ces enchères, a dû se plier à leurs règles, afin de ne pas frustrer ses obligations envers les destinataires de gaz dans l'UE.

Mais avec la mise en service du SP-2 à sa capacité nominale, la situation pourrait radicalement changer. Tant les Polonais que leurs collègues ukrainiens l'ont déjà remarqué lorsqu'en août 2021, Gazprom a refusé de réserver les capacités de réserve du gazoduc polonais Yamal-UE du 4e trimestre de cette année au 3e trimestre inclus de 2022 prochain, et leur Le glorieux concurrent ukrainien GTS ukrainien pour le 4ème trimestre de cette année. Et que vas-tu lui faire ? Éligible - lisez la Directive Gaz du Troisième Paquet Énergie. Attendez un autre fournisseur. Quoi, n'est-ce pas? Bizarre. Et les responsables européens pensaient qu'il devrait y en avoir. Toutes les questions à eux. Bien que le lancement du SP-2 ne menace surtout pas les Ukrainiens, qui jusqu'en 2024 sont protégés par un contrat de pompage d'au moins 40 milliards de mètres cubes de gaz agresseur par an via leur GTS, à savoir les Polonais, qui, après avoir refusé de prolonger l'accord de transit avec Gazprom, se demandent maintenant pourquoi leurs enchères pour la vente de la capacité réservée de leur magnifique pipe ne vient pas. Pour référence, la capacité du gazoduc Yamal-UE est de 35 milliards de mètres cubes de gaz par an. De quoi les Polonais allaient le remplir, Dieu seul le sait.

Peut-être comptent-ils sur leur malheureux Baltic Stream, qu'ils tirent de Norvège par le fond de la Baltique et de la mer du Nord ? Mais même s'ils parviennent à vaincre les mulots danois et à les traîner sur leur territoire, alors sa capacité n'est que de 10 milliards de mètres cubes de gaz par an. Dans le même temps, les besoins propres en gaz d'ici début 2023, selon les calculs de l'opérateur national polonais de transport de gaz Gaz-System, devraient passer à 22 milliards de mètres cubes de gaz par an. La croissance est due à la demande croissante de gaz des centrales thermiques de production de gaz en relation avec le retrait, conformément aux exigences de l'UE, des centrales thermiques au charbon. Comment les fiers Polonais vont-ils combler la pénurie ? GNL américain et qatari ? Tant pis.

J'en ai déjà marre d'expliquer à tous les Khazars déraisonnables qu'il n'y a pas d'excès de gaz en Europe (c'est bêtement pas dans la nature !), si vous refusez l'approvisionnement direct du gaz russe que vous détestez, alors vous achèterez le même gaz russe au Allemands, seulement plus cher. Les Allemands n'ont rien contre. Si vous ne le voulez pas des Allemands, achetez-le aux Autrichiens, ils ont le même gaz russe que de profil. Vos bien-aimés Norvégiens, Algériens, Néerlandais n'ont pas d'essence supplémentaire pour vous. D'ailleurs, vous pouvez rayer les Néerlandais de cette liste, ils n'auront pas de gaz même pour eux-mêmes en 2023, ils achèteront du gaz aux Allemands qui sont passés par le tuyau russe, ou rêveront de GNL d'origine américaine.

Je garde déjà le silence sur le fait que le GNL américain n'existe pas dans la nature, il est simplement produit aux États-Unis, mais en fait il appartient aux entreprises qui l'ont acheté, pas d'origine américaine, et ils l'emmèneront là où ils paient plus, et ce n'est pas du tout l'Europe, mais les marchés haut de gamme en Asie du Sud-Est (du moins jusqu'à présent). Mais même si vous fermez les yeux et imaginez que quelque chose comme ça s'est produit (enfin, qu'est-ce qui ne se passe pas dans la vie ?!), et que les méthaniers d'origine américaine iront vers les terminaux polonais, alors il convient de rappeler que la capacité du le seul GNL dont ils disposent actuellement est le terminal de Swinoujscie 5 milliards de mètres cubes de gaz / an avec la possibilité d'augmenter à 7,5 milliards de gaz par an, puis même après cela la capacité totale de leurs terminaux de regazéification ne sera que de 1,5 milliards de mètres cubes de gaz , qui, compte tenu de leur propre demande de gaz naturel de 4,5 milliards de mètres cubes de gaz / an, n'aidera clairement pas leur opérateur national de pétrole et de gaz PGNiG à remplir Yamal-EU et à entrer sur le marché gazier de l'UE avec votre proposition.

Si les Polonais ne savent pas se compter, alors je les aiderai. Le "moins cher" du monde, mais avec les atomes de liberté, le gaz naturel liquéfié américain - 12 milliards de mètres cubes (je compte au maximum), je peux y ajouter du GNL qatari, je ne suis pas désolé, je peux toujours' t avaler plus de 12 milliards de terminaux méthaniers polonais dans un État (quelqu'un a-t-il vu sur la carte où se trouvent Gdansk et Swinoujscie et où se trouvent le Qatar, nager là-bas, ne pas nager, pas beaucoup plus près de l'Amérique - mais que ne pouvez-vous pas faire embêter les Russes ?). Nous y ajoutons le gaz du gazoduc norvégien via le Baltic Stream encore inexistant - 10 milliards de mètres cubes supplémentaires. Total : 22 milliards de mètres cubes. Les Polonais ont fermé leur propre besoin. Amende! Et comment vont-ils aider les non-frères avec leur besoin de gaz importé à 10 milliards de mètres cubes/an. Et ils allaient encore le vendre aux Tchèques, aux Lituaniens et aux Slovaques. Pour tout, les Polonais ont 5 milliards de mètres cubes de gaz de leur propre production. Il n'y en a clairement pas assez pour toutes les souffrances. Ils peuvent être poussés dans Yamal-UE, ils peuvent être livrés via des interconnecteurs spécialement construits en Ukraine et en Lituanie, cela ne provoquera plus de gaz, et le merveilleux tuyau polonais menant de la Russie à l'Europe reste vide à 6/7. C'est le résultat de la victoire de la bêtise et de la russophobie sur le bon sens. Leurs collègues ukrainiens arriveront bientôt à ce résultat. Il reste à attendre fin 2024.

résumé


Résumer. Conformément à ses obligations contractuelles, Gazprom va pomper cette année 183 milliards de mètres cubes de gaz à ses consommateurs européens associés à des contrats à long terme. C'est minime. Au cours des 8 premiers mois de cette année, selon les rapports PJSC, résumés en septembre, il a déjà pompé 138,6 milliards de mètres cubes, d'où on peut conclure qu'il a livré à l'UE, en tenant compte de la Turquie, 2018 milliards de mètres cubes de son produit. Gazprom remplit et dépasse ses obligations contractuelles - il n'y a aucun moyen d'aller au fond des choses. Il est stupide de reprocher à Miller de ne pas entrer dans les échanges européens avec son produit - Gazprom ne participe pas à la spéculation. Participer ou non à la vente aux enchères est son affaire, personne ne peut être contraint ici. De plus, même sans participer à l'enchère, il augmente les tarifs, augmentant ainsi le profit de Gazprom. Donc, comme vous pouvez le voir, après les résultats de huit mois, tout va bien pour le monopole russe ! Miller cette année peut avoir des problèmes uniquement avec les trous pour les commandes - il n'y a plus de place pour eux sur sa veste.

La dernière hausse des prix sur les bourses du gaz à partir de 800 $ et au-dessus (maintenant, ils ont déjà dépassé le plafond de 1100 800 $ pour mille mètres cubes) n'a en général rien à voir avec Gazprom (Miller était assez satisfait des 2 $). C'est le travail de spéculateurs déjà boursiers qui sont haussiers (nous avons ce qu'on appelle une diversion baissière). Spécifiquement la spéculation sur les bourses dans divers contrats à terme, contrats à terme, dérivés, options, swaps et autres instruments financiers spéculatifs qui n'ont rien à voir avec le gaz réel (puisque le commerce est effectué avec du gaz « papier », pas du gaz réel), et a conduit à de telles un saut dans son prix... Les vendeurs de ce gaz "papier", essayant de gagner de l'argent sur le HYIP, négocient en fait les restes du gaz pompé dans l'UGS par divers résidents, y réduisant son inventaire, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante des prix avec un réapprovisionnement limité en stockage par les principaux fournisseurs (dont Gazprom). Le lancement du SP-23 pourrait y mettre un terme, mais les prix ne baisseront pas beaucoup, car il est pratiquement impossible de combler le déficit des installations européennes UGS de XNUMX milliards de mètres cubes de gaz (comme l'a récemment déclaré Miller, qui, se référant aux experts internationaux, a déclaré que cet écart avant le début de la saison de chauffage ne peut plus rattraper).

Si le gazoduc n'est pas mis en service, l'Europe risque d'être confrontée à des prix du gaz très élevés en hiver et à l'impossibilité de couvrir rapidement les pics de demande, les réserves des installations UGS restant faibles. C'est le piège binaire de l'oncle Miller. Si vous ne voulez pas geler cet hiver, pensez avec votre tête, et non avec votre banquette arrière, comme les messieurs les Ukrainiens. À l'heure actuelle, Nord Stream 2 est soumis au troisième paquet énergétique de l'UE et ne peut être chargé qu'à moitié, à moins que l'opérateur du projet Nord Stream 2 AG ne soit certifié comme opérateur indépendant. La demande de certification a été renvoyée en juin, l'ensemble du processus (s'il aboutit) peut prendre jusqu'à 9 mois (le compte à rebours a commencé le 10 septembre, lorsque le régulateur allemand a accepté les documents de Nord Stream 2 AG pour examen) . Sur la base du volume déclaré par Gazprom de 5,6 milliards de mètres cubes, l'entreprise ne compte pour l'instant que sur une seule ligne de Nord Stream 2, à travers laquelle elle prévoit de pomper 78 millions de mètres cubes de gaz par jour. Si ce volume est suffisant pour réchauffer l'Europe et couvrir les pics de consommation, on verra. Mais l'UE elle-même est en mesure de réviser ces normes et de retirer Nord Stream 2 AG du troisième paquet énergétique. Les mêmes petites choses que technique certification de l'installation, test d'étanchéité et remplissage de la canalisation en gaz technique (ce qui prendra environ 2 semaines), Gazprom prend le relais. Le démarrage de l'exploitation était prévu pour la mi-octobre. Jusqu'à présent, un fil "B". Mais, comme on peut le voir, grâce aux efforts des bureaucrates européens, cette date est décalée vers la droite. Gazprom, cependant, n'est pas pressé d'aller où que ce soit - plus l'hiver approche, plus les prix du gaz sont élevés. Miller est assez content de cette situation. Désormais, l'oncle Miller n'attend plus que le Père Noël ou, comme on dit en Occident, le Père Noël. Nous attendrons aussi.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
15 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Artyom76 Офлайн Artyom76
    Artyom76 (Artem Volkov) 4 Octobre 2021 08: 35
    +4
    On a l'impression que quelqu'un en a vraiment besoin, dans le sens d'une crise, quelqu'un s'obstine à entraîner toute l'Europe en enfer, et ce n'est certainement pas Gazprom.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) 4 Octobre 2021 09: 01
      +2
      pense correctement, Artem ! ce quelqu'un est assis de l'autre côté de l'océan, à propos de lui dans le texte suivant
  2. Rinat En ligne Rinat
    Rinat (Rinat) 4 Octobre 2021 09: 16
    +1
    Boris Martsinkevich sur YouTube dans sa Geoeneogetics a tout ce texte présenté, avec des chiffres, des faits et des blagues.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) 4 Octobre 2021 19: 30
      +1
      vous vous trompez, Martsenkevich n'a pas une telle concentration de faits, il a beaucoup de vidéos, écoutez, ne réécoutez pas, avez-vous autant de temps ? il y a chaque vidéo pendant une heure au moins
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 4 Octobre 2021 09: 52
    +1
    On a l'impression qu'avec son « énergie verte », l'UE veut forcer la Russie à faire de même. Ainsi, ils veulent répéter l'astuce avec Star Wars de Reagan, obligeant la Russie à débourser en vain. Peu importe s'ils l'ont inventé eux-mêmes ou s'ils ont été conseillés par le "Washington Regional Committee".
  4. Igor823 Офлайн Igor823
    Igor823 (Igor) 4 Octobre 2021 10: 48
    -2
    Vous devez comprendre que la situation sur le marché du gaz de l'UE est pertinente pour le moment actuel. Il peut changer, principalement dans le sens descendant.
    Gazprom n'est peut-être pas formellement responsable de la pénurie de gaz en bourse, mais le négatif qui en résulte peut jouer en sa défaveur.
    Alors sur un ton hautain et sarcastique, ça ne sert à rien.
    De plus, il ne faut pas oublier que les bévues de Gazprom sont compensées par le budget russe, et que les médailles et les dividendes sont entièrement personnels.
  5. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 4 Octobre 2021 12: 58
    0
    Volodia, pourquoi tenez-vous Miller pour un meunier ? Lisez attentivement mes commentaires clin d'œil .
    Tout recemment:

    Oui, Gazprom fournit du gaz dans le cadre de contrats à long terme. Mais est-ce tout ?
    Par exemple, Gazprom fournit du gaz à la société allemande Gazprom Germania (le nom évoque-t-il des associations ?). L'entreprise opère entièrement dans la juridiction de l'Allemagne et strictement selon les installations du 3ème paquet énergétique de l'UE. Gazprom Germania possède la plus grande installation UGS d'Europe à Rehden avec une capacité de 4,7 milliards de mètres cubes de gaz. Désormais, Gazprom Germania détient 100% des actions de l'UGS Rehden. Là, elle pompe le gaz de Gazprom. La société allemande Gazprom Germania doit-elle vendre du gaz aux prix négociés par Gazprom ? La question est rhétorique. Sables Européens en entier.
    Inutile de dire qui détient 100 % des actions de cette société entièrement allemande ?
    Il y a aussi différents mouvements. Il est clair, de part en part légitime :

    « En 2015, PJSC Gazprom a porté à 100 % sa participation dans les sociétés européennes de négoce et de stockage de gaz WINGAS, WIEH et WIEE.

    D'ailleurs, concernant la certification, tout est sous contrôle, le gaz peut être démarré à tout moment.
    Dans mon commentaire sur un homme d'affaires haussier à ce poste : https://topcor.ru/21923-jenergetik-severnyj-potok-2-ne-smozhet-spasti-evropu-ot-gazovogo-krizisa.html#comment-id-193988
    Le commentaire est long, je ne l'ai pas copié ici.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) 4 Octobre 2021 19: 44
      0
      n'a pas compris les revendications? Gazprom n'est pas impliqué dans la distribution (vente) de son gaz en Europe, il s'occupe uniquement de la production, de la livraison et, dans certains endroits, du stockage. A qui la GG vend du gaz et à quel prix est son affaire.
      1. boriz Офлайн boriz
        boriz (boriz) 4 Octobre 2021 21: 53
        0
        Oui, aucune réclamation, clarifications.
        100% des filiales de Gazprom sont engagées dans la vente au prix d'échange.
        Et la trompette peut être allumée à tout moment. Si nécessaire. Et le temps n'est pas limité. Il est déterminé par l'Autorité minière de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.
        1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
          Volkonsky (Vladimir) 4 Octobre 2021 23: 57
          -1
          en mode test
          1. boriz Офлайн boriz
            boriz (boriz) 5 Octobre 2021 22: 55
            -1
            Quelle différence cela fait-il dans quel mode pomper du gaz pendant deux semaines ? Il ne rentrera pas en Russie. Nous devrons le stocker à Rehden.
            1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
              Volkonsky (Vladimir) 7 Octobre 2021 19: 54
              0
              Je ne comprends pas les gens qui mettent des contres, j'ai juste expliqué comment Gazprom peut contourner les frondes du Troisième Paquet Énergie
  6. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 4 Octobre 2021 14: 54
    +1
    - Eh bien, rien de tel ... - tout ce résumé ... - vous pouvez lire ...
    - Mais qu'est-ce que le "crime" ??? - Dans la cour, il y a un « sourire animal du capitalisme » continu… - Depuis longtemps déjà toutes les « normes et règles de l'étiquette » ont changé… - et le « noble Gazprom » continue de se comporter avec les « requins de capitalisme" - comment ... comment ... en tant que " gentleman socialiste " ...
    Tandis que... Gazprom bat tous ceux qui seulement "ne se rapprochent pas"... - des amendes, des sanctions et du chantage... - néanmoins, Gazprom continue de marmonner la phrase usée avec le sourire de Léopold le chat : "Servi à manger" ou quoi que ce soit "Les gars, allons..." ...
    - Et où est le réel avantage et intérêt de la Russie ??? - Allons tous ensemble mieux nous-mêmes "nous allons manger"... cette nourriture... - "Qu'avons-nous Hekuba... - que nous sommes Hekuba"... - Ou plutôt, nous tous cette Europe, etc. nous ; pourquoi ne pas leur parler et établir nos propres règles ??? - Pourquoi sommes-nous si inquiets pour l'Europe ??? - Et où sont ces hivers froids, alors que toute l'Europe aurait brûlé tous ses meubles pour du bois ??? - Oui, cela n'arrivera jamais...
    - Et quand l'Europe était-elle gelée et affamée par le vent ??? - Oui, même demain des gelées éclateront en Europe... - "Noble Gazprom" fournira encore rapidement n'importe quelle quantité de gaz à l'Europe (au-delà des limites)... - Il le prendra de son propre... - et donnez-le-leur ... - chargera Yamal-EU et le tuyau ukrainien à pleine force, et les Européens SP-2 sauteront et courront pour ouvrir et applaudir ... avec des fleurs ...
    - Alors qui est en laisse ??? -Qui est qui essaie constamment de plaire ??? - En Russie, toute une génération a déjà grandi "en observant et en participant" à ces révérences obséquieuses (merci de ne pas confondre avec l'inverse)... - En quoi diffère-t-on de la Pologne à cet égard ??? - Nous essayons de servir et de servir ... - Et eux - L'Europe et l'UE ... - ils essaient tous de nous humilier et de nous punir ... - c'est une sorte de paradoxe ... - de stimuler dans le russe génération un sentiment de leur propre infériorité ...
    - Et maintenant, il vaut également la peine de s'attendre à de telles "surprises" de la Turquie sur le Turkish Stream, ce qui ne semblera pas un peu ... - Et cela commencera bientôt ...
    - Merde... - La Norvège s'est enrichie et a augmenté son approvisionnement en matières premières... - Quand la Russie va-t-elle s'enrichir et s'élever ??? - Eh bien, personnellement, je suis très content... - Je suis content pour Gazprom qu'il fasse preuve d'une telle noblesse vis-à-vis de l'Europe et d'autres comme ça... - Mais à quoi ça sert ???
    1. Vasya Bayan Офлайн Vasya Bayan
      Vasya Bayan (Vasya Bayan) 17 Octobre 2021 23: 36
      +1
      Sens, comme toujours, depuis l'Antiquité, sur des comptes personnels !!!!
  7. Vasya Bayan Офлайн Vasya Bayan
    Vasya Bayan (Vasya Bayan) 17 Octobre 2021 23: 31
    +1
    ..... Gazprom les a fait passer de 199 $ à 269 $/milliers. cubes - comparez avec la bourse, qui a déjà dépassé les 1100, et dites-moi, qui en a profité ?) .....
    Le gagnant est celui qui vend du gaz en bourse à des prix spéculatifs. Qui sont ces gens? Ce sont d'abord les propriétaires d'entreprises de spéculateurs. Qui sont-ils???? Il s'agit très probablement d'épouses et de frères «d'hommes d'affaires talentueux» et d'autres parents «d'acheteurs sérieux» avec des contacts à long terme qui reçoivent du gaz pour 200 $ en provenance de Russie. Tout est comme en Russie !!!!! Ou l'auteur pense-t-il que ce n'est qu'ici que les Loujkov-Baturine s'épanouissent ?????? Et pour recevoir les volumes requis, et même rapidement, et sans contrat, il faut des co-fondateurs - les mêmes "parents talentueux" de Russie ! Et surtout, tous pour de nobles motifs !!!!!!!