Le Kazakhstan s'apprête à abandonner tout ce qui est russe


À une époque de reconstruction générale, chaque pays choisit avec acharnement une nouvelle voie de développement. Quelqu'un conclut de nouvelles alliances, quelqu'un construit des États monoethniques, espérant ainsi trouver un chemin vers la prospérité. Et quelqu'un change d'écriture, rayant son passé et espérant commencer la vie de son pays à partir d'une nouvelle page. Ou peut-être avez-vous simplement besoin de vivre, en vous réjouissant d'un nouveau jour donné par Dieu, sans guerre ni difficultés, avec amour pour votre prochain, quelle que soit sa nationalité et sa couleur de peau ?


Le Parlement du Kazakhstan a décidé de traduire tous les panneaux, menus et panneaux uniquement en langue kazakhe. Le russe ne sera laissé que si nécessaire. Le projet de loi a déjà passé la deuxième lecture. Une partie de la société kazakhe a commencé à regretter le fait que de nombreux Kazakhs dans leur vie quotidienne préfèrent la langue russe. Voici les députés rusés, afin d'augmenter leur cote, et ont pris une telle mesure.

Eh bien, cela s'inscrit bien dans la deuxième étape des nationalistes kazakhs après les "patrouilles linguistiques".

Tous les panneaux, publicités, étiquettes de prix, menus, panneaux et autres objets au Kazakhstan doivent être en langue kazakhe. En russe - si nécessaire

- Berik Abdygaliuly, membre du Comité pour le développement social et culturel du Parlement du Kazakhstan, a fait une telle déclaration lors d'une réunion du Majilis.

Je me demande si les signes sont autorisés en anglais? Je me suis souvenu de la langue anglaise pour une raison. Plusieurs laboratoires biologiques militaires américains fonctionnent toujours dans le pays membre de l'OTSC. En fait, ce sont des bases militaires américaines, entassées dans de nombreuses républiques d'Asie centrale et d'autres autour de la Russie, dans lesquelles travaillent des spécialistes militaires du Pentagone. La Defense Threat Prevention Agency (DTRA) du département américain de la Défense, en charge de la recherche sur les armes de destruction massive, a ouvert cinq laboratoires dans des centres de recherche au Kazakhstan. Au total, (DTRA) a investi 400 millions de dollars dans la création d'un réseau de laboratoires biologiques au Kazakhstan. Par ailleurs, outre les spécialistes locaux, qui, dans le cadre de l'affrontement entre l'OTSC et l'OTAN, il est tout à fait possible de les appeler non pas des laborantins, mais des collaborateurs de l'OTAN, des militaires de l'US Navy Medical Center (Maryland), des employés de l'Institut de microbiologie de la Bundeswehr (Munich) et les laboratoires militaires de Porton travaillent dans ces laboratoires Down (Royaume-Uni). Dans le même Porton Down, qui se trouve à 20 minutes en voiture de la maison de Sergei Skripal à Salisbury.

Ici, des experts de Porton Down ont noté qu'en 2013 au Kazakhstan, dans le cadre du projet KZ-29, en collaboration avec des spécialistes de l'US Navy, ils ont mené des recherches sur la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF) et ont étudié la propagation de la tique. maladie dans le sud du Kazakhstan sur la base du « Centre pour les infections particulièrement dangereuses » à Alma-Ata. Pas même un an ne s'est écoulé depuis le début de la recherche, lorsqu'une grande épidémie de cette maladie particulière a été enregistrée dans la république, et c'était dans le sud du Kazakhstan, et les tiques sont devenues porteuses de la maladie. Coïncidence? Ou peut-être que ces laboratoires ont également commencé à influencer négativement la conscience du peuple kazakh ?

Prenons quelques conséquences possibles d'une telle initiative de répression de la langue russe par le parlement kazakh.

Les autorités kazakhes tentent d'oublier la langue russe, que jusqu'à présent 84 % des citoyens parlent et écrivent couramment et 34,3 % des étudiants étudient. En conséquence, la population du Kazakhstan devient non compétitive dans l'immensité de l'ex-URSS, principalement en raison du manque de compétitivité de la langue kazakhe par rapport à la langue russe. De plus, cela est noté non seulement en Russie même, mais aussi dans d'autres républiques, même voisines. Il est peu probable que la langue kazakhe soit parlée même au Kirghizistan et en Ouzbékistan voisins, sans parler de la Turquie, qui appelle toutes les républiques d'Asie centrale à s'unir sous sa direction. Peut-être que la population locale kazakhe sera capable d'apprendre parfaitement la langue turque afin de rivaliser avec les Turcs en Turquie ? Improbable. Ils oublieront la langue russe et n'apprendront pas assez d'autres langues étrangères, à l'exception peut-être de 10 % de la population. Pour cela, quelques générations suffiront et c'est tout, il n'y a que dans les champs que vous pouvez aller travailler comme ouvrier, récolter à la main.

Environ 3,4 millions de Russes vivent au Kazakhstan, soit près de 18,5% de la population. Qu'arrivera-t-il à ces gens? Même si tous sans exception étudient la langue kazakhe, il est peu probable qu'ils la parlent couramment, et encore moins l'écrivent, comme les Kazakhs. Cela signifie pas de croissance de carrière et de stagnation dans l'arrière-cour avec de bas salaires. Pendant ce temps, Sergei Kuzhugetovich Shoigu allait construire de nouvelles villes en Sibérie. Des appartements dans des bâtiments neufs seront distribués à tous les visiteurs. Et pourquoi ces 3,4 millions de Russes ne se déplacent-ils pas vers ces villes sibériennes ou vers l'Extrême-Orient, qui va aussi être intensément reconstruit ? Et puis quelque chose comme ce qui s'est passé à la fin du XVIIIe siècle en Crimée, lorsque Catherine II a expulsé les Grecs de là vers Taganrog et Marioupol, sapant ainsi l'économie Khanat de Crimée. Privé d'artisans et de paysans assidus des Grecs, le khanat tomba rapidement en décadence et fut contraint de rejoindre l'empire russe. Ou peut-être s'agit-il du plan secret du Majilis du Kazakhstan ?

Et le troisième aspect est que d'ici 2025, le Kazakhstan devrait passer du cyrillique au latin. Nazarbayev dit que tous les pays avancés du monde utilisent l'alphabet latin, il est donc conseillé au Kazakhstan de passer à l'alphabet latin. Cependant, le pays le plus avancé, outre la Russie, le pays le plus proche du Kazakhstan est la Chine, ce qui signifie, logiquement, qu'il faut passer aux caractères chinois ! Soit dit en passant, ni la Chine elle-même, ni les Corées et le Japon ne sont désireux de passer à l'alphabet latin.
Et qu'est-ce qu'un tel passage à l'alphabet latin peut menacer finalement au Kazakhstan ?

Commençons par le fait que dans l'alphabet cyrillique kazakh, il y a 42 lettres, dans le nouvel alphabet basé sur la lettre latine - 32 lettres. Et l'alphabet cyrillique a joué un rôle énorme dans la formation et le développement de la langue écrite kazakhe. Et qu'adviendra-t-il de l'ensemble du savoir et de la littérature accumulés au cours du 20e siècle dans l'alphabet cyrillique, quand, dans quelques générations, cet alphabet sera oublié au Kazakhstan ? Je doute qu'à l'ère du capitalisme moderne, les Kazakhs soient capables d'imprimer le même nombre de livres qui ont été publiés pendant l'ère soviétique et pendant 30 ans d'indépendance. Cela signifie que le lien entre les générations sera rompu. Et cela revient à oublier vos fondements, votre histoire. Soit dit en passant, il est peu probable que les Kazakhs qui vivent dans les régions d'Astrakhan, d'Orenbourg, de Volgograd, d'Omsk, de Novossibirsk et dans un certain nombre d'autres régions de Russie utilisent la novlangue latine et perdront à jamais leurs liens culturels avec le Kazakhstan. Ou peut-être que le Kazakhstan lui-même veut volontairement perdre le contact avec ses compatriotes vivant en Russie ?

Désormais en Asie centrale, l'écriture cyrillique est restée au Tadjikistan et au Kirghizistan. L'alphabet latin est utilisé depuis longtemps en Ouzbékistan et au Turkménistan. Il me semble que seuls les Tadjiks et les Kirghizes auront un avantage significatif à l'avenir pour trouver un emploi dans les vastes étendues de la riche Russie. Et les Kazakhs ? Les Kazakhs choisissent une voie différente - la voie de l'abandon de leur ancienne littérature et écriture et du développement futur commun avec la Russie. Peut-être que la Turquie se rapprochera d'eux avec le temps ? Après tout, il est peu probable que les Kazakhs réussissent à s'asseoir sur deux chaises, à rester dans l'OTSC et à s'engager pleinement dans une voie de rapprochement avec la Turquie, membre de l'OTAN. Nous devrons choisir. Ou à la Russie, avec laquelle ils ont vécu ensemble pendant tant d'années, ou à la Turquie, qui rêve de faire revivre l'Empire ottoman. Tout d'abord, vous devez vous rappeler comment les Ottomans ont traité les Kazakhs ...
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
34 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 9 Octobre 2021 12: 33
    +6
    Au Tadjikistan, à la fin des années 80, la loi sur la langue a été adoptée, dont la discussion (alors une mode à la mode - discussion) a été menée dans la presse. Il n'y avait qu'une seule raison pour le passage à la langue officielle - le tadjik. Les spécialistes russophones (de toute nationalité) étaient de la tête et des épaules au-dessus des russophones. La concurrence entre les médecins et les enseignants russophones était incomparablement plus élevée. Et sous le prétexte douteux : « Comment un médecin qui pratique une opération chirurgicale sur un patient venu de province, s'il ne connaît pas une langue commune, communiquera-t-il ? ne vaut pas un centime. Le patient sous anesthésie ne comprend aucune langue. Et pour le médecin, le bavardage ne fait que gêner. Ce n'est qu'un exemple de cette idiotie nationale, qui tourne en rond au plus près des structures de pouvoir, engagée dans cette absurdité.



    Mon article dans le "Soirée Douchanbé" de l'époque. Je voudrais demander dans les mots de l'inoubliable N.V. Gogol- "Eh bien, ces fichus Polonais vous ont-ils aidé?".... Les résultats sont apparus presque immédiatement, après avoir accepté cette absurdité. Les médecins et les enseignants ont été les premiers à être licenciés. Et ce, rien que dans la république, en retard sur la situation générale de l'URSS dans tous ces indicateurs.
    1. Kim Rum Eun Офлайн Kim Rum Eun
      Kim Rum Eun (Kim Rum Yn) 9 Octobre 2021 17: 34
      -4


      Je voudrais demander dans les mots de l'inoubliable N.V. Gogol- "Eh bien, ces fichus Polonais vous ont-ils aidé ?"

      Ce n'est pas Gogol qui l'a dit, mais le héros littéraire Taras Bulba.
      Et il a dit non, mais d'une manière différente.
      Votre talent est perdu, ce qui est à peu près le même que celui de Gogol.
      1. Tatiana Офлайн Tatiana
        Tatiana 9 Octobre 2021 23: 39
        +5
        Lénine a souligné que gonfler leurs enjeux nationaux est un attribut - une propriété inaliénable - de la lutte de classe de la bourgeoisie nationale, de ses représentants individuels pour leur propriété privée, pour leur capital personnel, pour les marchés de leurs produits - pour leur DOMINANCE économique, pour leur POUVOIR personnel . Et un rôle important à cet égard est joué par l'imposition ARTIFICIELLE d'autres peuples de leur LANGUE nationale. À savoir.

        Grâce à l'imposition de leur langue nationale kazakhe à d'autres peuples dans les mêmes MNOGONats. Au Kazakhstan, toute la nation nationalisante, tout le peuple kazakh est automatiquement entraîné dans la lutte de la bourgeoisie nationale kazakhe pour sa souveraineté nationale dans le pays à un niveau irrationnel et inconscient. Quelle multinationale. l'État prend un caractère asocial.
        Dans le même temps, l'inflation du nationalisme kazakh, quelles que soient les formes particulières qu'il manifeste, finit par se transforme dans son ensemble en une lutte des Kazakhs nationalisants pour la redistribution de l'ensemble MULTINATS. propriété publique dans le pays en faveur d'UN seul - cette nation nationalisante kazakhe.
        C'est une tentative de représentants de la nationalité kazakhe de rejoindre les multinationales. l'État de s'enrichir aux dépens de quelqu'un d'autre - aux dépens des représentants d'autres nationalités, les excluant de la participation égale avec eux à la division partagée de la propriété multinationale globale dans le pays, et surtout sur les moyens de production et la terre, réduisant ainsi le nombre de personnes participant à la section.
        Ainsi, les Kazakhs au Kazakhstan, avec l'abolition de la langue russe, volent tout simplement les Russes.

        Le nationalisme bourgeois exagéré est dégoûtant parce que, essentiellement, est la politique de vol par un peuple de tous les autres peuples... Et une manifestation antisociale extrêmement radicale de ce nationalisme est le racisme, accompagné du régime d'apartheid.
        1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
          Alexeï Davydov (Alexey) 10 Octobre 2021 11: 59
          +4
          Tu as raison Tatiana.
          Il y a un autre facteur.
          Il s'agit de l'incapacité de la Russie à formuler d'une manière ou d'une autre ses objectifs géopolitiques dans l'espace post-soviétique, combinée à sa politique intérieure impuissante.
          Cela ne donne pas une opportunité, et ne suscite pas chez les acteurs géopolitiques une volonté de prendre en compte le facteur Russie dans leurs actions.
          Que dire de leur respect pour ses intérêts.
          Nos pétrels et nos poséidons, comme vous le comprenez, nous sont absolument inutiles ici.
          En politique intérieure, la Russie a encore des rêves agréables qui sont évidents pour tout le monde, sauf pour ses dirigeants.
          Je voudrais vous rappeler que le Kazakhstan, sa frontière extérieure, TOUT EN est une ligne de défense éloignée de la Russie contre une attaque de missiles, augmentant le temps de vol possible des missiles.
    2. Cyril Офлайн Cyril
      Cyril (Cyril) 10 Octobre 2021 05: 11
      -2
      Et sous le prétexte douteux : « Comment un médecin qui pratique une opération chirurgicale sur un patient venu de province, s'il ne connaît pas une langue commune, communiquera-t-il ? ne vaut pas un centime. Le patient sous anesthésie ne comprend aucune langue. Et pour un médecin, le bavardage ne fait que gêner.

      Mais avant le traitement, le médecin doit procéder à une anamnèse et à un examen du patient, ce qui sera au moins difficile à faire sans comprendre la langue.
      1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
        Petr Vladimirovich (Peter) 10 Octobre 2021 13: 55
        +1
        Dans les hôpitaux, il y a toujours plusieurs personnes sur les tournées, les pansements, les opérations. Dans la RK multinationale, où le russe est la langue de communication interethnique selon la constitution, tout est normal à cet égard.
        D'ailleurs, en Afrique du Sud il y a 14 langues officielles, dans la confédération suisse il y en a quatre et rien, tout est normal dans ces pouvoirs, compte tenu des spécificités, bien sûr...
  2. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 9 Octobre 2021 12: 55
    +3
    Pour présenter une demande pour le retour de nos terres, qu'il a héritées de la Russie. Le fascisme y est cultivé, comme l'ukrainien, mais avec l'aide de notre quasi-alliée la Chine.
  3. AICO En ligne AICO
    AICO (Vyacheslav) 9 Octobre 2021 12: 58
    -1
    Peu importe combien vous manquez avec un tel parcours - tracez l'itinéraire plus précisément dans le JARDIN, TOUT DANS LE JARDIN !!!
  4. coupez les régions du nord - et au revoir, K-stan ! Laissez-les s'asseoir dans des yourtes et laper des kumis, chassant les mouches
    1. py si
      maintenant c'est facile à faire quand OTAN est dans la stupeur et qu'un grand-père débile est assis à Tonova Voshi
  5. Shelest2000 Офлайн Shelest2000
    Shelest2000 9 Octobre 2021 13: 24
    +6
    La morale de cette fable est
    Ne faites pas le bien - vous ne recevrez pas de mal en retour ...
  6. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 9 Octobre 2021 14: 24
    +2
    L'algorithme des actions est le même pour toutes les formations étatiques post-soviétiques. Le Kazakhstan a été créé par le gouvernement soviétique comme l'une des républiques de l'URSS, et pendant la période d'industrialisation, la langue russe s'est répandue dans la république socialiste soviétique kazakhe.
    Après le coup d'État d'Eltsine, l'effondrement de l'URSS et l'acquisition du statut d'État par l'ancienne République socialiste soviétique kazakhe, les cercles dirigeants ont été confrontés à la tâche de renforcer le pouvoir, de passer de la politique de classe de l'internationalisme à la politique nationale. Le déplacement de la population russophone a suivi, la révision de l'histoire et la création de la sienne, nationale kazakhe, l'étape la plus importante a été la transition vers l'État, la langue kazakhe, etc.
  7. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 9 Octobre 2021 14: 54
    +9
    Je n'ai jamais été un nationaliste russe, ni dans mon âme ni dans mon cœur, mais maintenant je le suis devenu, après avoir passé deux ans et demi sous les bombardements et les bombardements de nos « non-frères » ukrainiens, et tout ce qui s'est passé en Ukraine sera dans toutes les républiques d'Asie centrale. Même l'URSS ne s'est pas effondrée, et déjà à partir de ces républiques d'union "fraternelles", les Russes ont versé un arbre sur leur patrie ancestrale à cause de l'oppression de l'ethnie slave là-bas - Russes, Ukrainiens et Biélorusses. Ils se montrent déjà, et c'est Et la question est de savoir pourquoi avons-nous créé une sorte de stadjiks boueux de l'OTSC, les Ouzbeks, les Kirghizes et les Kazakhs, après tout, à la première occasion, ils retourneront nos armes contre nous, et notre gouvernement le comprend parfaitement, mais continue flirter avec ces Asiatiques. L'Occident a besoin de ces républiques comme tremplin pour une agression contre nous, et les aborigènes locaux seront honorés du sort des Indiens d'Amérique du Nord. Il est urgent de commencer le rapatriement du peuple russe vers sa patrie ethnique de ces républiques asiatiques, et de mettre fin à toutes relations avec nos futurs ennemis.
    1. DV tam 25 Офлайн DV tam 25
      DV tam 25 (DV tam 25) 10 Octobre 2021 07: 42
      +2
      Droit. C'est exact! Mais pas dans ce mode. Poutine ne veut mettre personne dans une position inconfortable. C'est donc le cas. Pour être honnête, ce que veulent les autorités russes n'est pas clair. Bien sûr, tous ces experts, politologues et analystes, expliqueront clairement et honnêtement avec les faits pourquoi tout est ainsi, et pas autrement… mais tout cela est de la pure merde sauvage ! Depuis probablement dix ans ou plus, les Russes demandent à Poutine et Cie - que peuvent-ils offrir à tout le monde, à part le commerce des hydrocarbures (et dans leur poche) ? Donc personne n'a vraiment expliqué, c'était comme le plan de Poutine, qui semble fonctionner, puis les thèses, puis les messages, puis je ne me souviens pas d'autre chose, mais de très important, puis la Crimée... mais dites-moi précisément - où allons-nous ? ???? Pourquoi????? Au nom de quoi ????? Ils sont silencieux. Eh bien, il n'y a pas de guerre... eh bien, qu'est-ce qu'il y a ? Paix? Il y a la paix - c'est bien, c'est peut-être la principale réalisation de ce régime - il n'y a pas de guerre (pas encore ?). Bon, et le reste ? Attendre les poussées ? Ou pas? En général, la société a des malentendus. Bref, quand ces questions naïves seront énoncées dans une muculature officielle, comme la Constitution et quelque chose comme ça selon le principe fondamental, alors alors... alors nous vivrons. Et nous allons punir ukrov et envoyer ces demi-kirgiz quelque part pour qu'ils y restent. Bien où envoyer ces imbéciles, ils vivent déjà au Kazakhstan (au Kazakhstan, Karl !). Et à tous les autres, nous montrerons notre volonté inflexible, nos nerfs d'acier et nos poings forts. Et comme là, dans presque des classiques, la citation : "bahn plus d'une fois, le monde entier en poussière... mais alors..." Bref... tout plus tard.
      Mais sérieusement, je crois que la Russie et le peuple russe ont une chance. Certainement là !
      Toutes les 14 autres (13 ?) Sœurs stupides - définitivement NON !
  8. radvas Офлайн radvas
    radvas (Igor) 9 Octobre 2021 15: 40
    +1
    Tous les gémissements de l'auteur n'ont pas de sens. Le processus ne peut pas être arrêté. Toutes les anciennes républiques de l'URSS s'efforcent désormais de s'appuyer contre l'hégémon, les États-Unis. A l'instar de la même aspiration de la Russie dans les années 90. Un exemple très attractif pour l'élite locale - Gorbatchev, Kozyrev et bien d'autres se sont bien installés sur les biens volés.
    1. AICO En ligne AICO
      AICO (Vyacheslav) 9 Octobre 2021 17: 28
      0
      Appuyez-vous contre l'hégémonie des États-Unis - pour sentir plus de viande de cadavre solide ! Ce hehemon-pokemon va bientôt se rouler sur les petits doigts sous la couchette !!!
  9. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 9 Octobre 2021 17: 01
    -1
    Tout d'abord, vous devez vous rappeler comment les Ottomans ont traité les Kazakhs ...

    - Et pas seulement les Ottomans... - Aux Kazakhs et Kirghiz beaucoup (comment dire "plus tolérants")... - Les peuples caucasiens sont très inadéquats (pour rien que tous les deux se considèrent musulmans)... - Mais les Caucasiens "l'écartent" en quelque sorte lorsqu'il s'agit des Mongoloïdes musulmans (Kazakhs et Kirghizes)... Il n'y a pas d'amitié particulière (pour le moins) entre Tatars et Kazakhs... - la même chose - entre Kazakhs et Ouzbeks. .. - Les Kazakhs pensent probablement que s'ils "passent soudainement à l'alphabet latin", alors ... alors ... ils monteront immédiatement "un cran plus haut" ... - Mais ce "step-penny" peut s'avérer être au contraire ... dans le sens descendant ... - Mais au fait - c'est leur affaire ...
  10. OUI UZH Офлайн OUI UZH
    OUI UZH (OUI) 9 Octobre 2021 17: 42
    +1
    Notre peuple doit être retiré, la nationalité n'a pas d'importance. Laissons ces pays faire leurs erreurs, ils n'ont pas besoin d'intervenir et de persuader que cette merde inutile sortira toujours.
    1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
      Dukhskrepny (Vasya) 10 Octobre 2021 09: 07
      -7
      Où exporter ? La Russie elle-même est dans la merde
      1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
        Petr Vladimirovich (Peter) 10 Octobre 2021 14: 07
        +1
        Sournois, mon cher, mais honnêtement et dur à travailler jamais essayé?
        Bien qu'à en juger par votre ton, vous n'êtes jamais allé en Russie...
  11. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 9 Octobre 2021 18: 02
    +1
    Eh bien, qu'en est-il de Poutine et de Lavrov qui se taisent ? Et nous avons de la vodka kazakhe pour 120-160 roubles. Eh bien, ne faites pas pression sur ces Kazakhs économiquement, ainsi que sur Bandera ? Poutine et Lavrov ont été assignés par la Russie au commerce, pas à la défense des Russes !
    1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
      Dukhskrepny (Vasya) 10 Octobre 2021 09: 06
      +1
      Que doivent-ils dire ? Selon la loi, les panneaux sur les institutions gouvernementales, les en-têtes sont écrits en russe et en kazakh. Chastniki écrivent à un souhait. En fait, tout reste comme les 30 dernières années. Vous demandez à l'auteur pourquoi il déforme l'information !?
      1. aciériste Офлайн aciériste
        aciériste 11 Octobre 2021 08: 50
        0
        Nous avons beaucoup de Kazakhs russes qui travaillent. Ainsi, cette année, pas un seul n'a été autorisé à entrer au Kazakhstan. Sans en expliquer la raison. Pas à mes parents, pas aux tombes. D'autres sont appelés par leurs parents à ne pas sortir dans la rue sans raison. L'auteur ne déforme donc pas l'information, mais ne dit pas toute la vérité. Sinon, comme dans notre pays, les pogroms de ces Kazakhs n'ont pas commencé.
  12. Georgievic Офлайн Georgievic
    Georgievic (Georgievic) 9 Octobre 2021 18: 36
    +2
    Citation : radvas
    Tous les gémissements de l'auteur n'ont pas de sens. Le processus ne peut pas être arrêté.

    Tout est correct, car pendant 60 ans aux États-Unis, il y a eu des institutions pour l'effondrement de l'URSS (et continuent d'exister et de fonctionner avec succès), et maintenant à la fois la Russie et son entourage, et elles fonctionnent selon des plans à long terme conçus pendant des années. Trouvez des agents d'influence capables, formez-les, gérez-les. Maintenant, si vous effectuez un travail d'analyse, il y a deux ou trois personnalités clés au Tadjikistan qui le font, forment l'opinion publique, influencent la création de lois ! Le problème est résolu simplement, les chiffres sont trouvés et retirés silencieusement ! La CIA travaille donc en Fédération de Russie depuis 10 à 15 ans. Regardez combien de personnalités clés sont mortes en Fédération de Russie ces dernières années dans des circonstances peu claires, chimistes, biologistes, physiciens, sociologues, politiciens !
  13. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) 10 Octobre 2021 08: 34
    -1
    L'auteur est trompeur : d'une part, les enseignes des institutions étatiques, écoles, hôpitaux, les formes de ces institutions seront en deux langues : kazakh et russe. Des participants à volonté, mais ils laisseront 90% en russe. Deuxièmement, le Kazakhstan est le seul république dans la CEI, où il y a encore des panneaux et du travail de bureau en russe.t l'écriture est également en cyrillique.. Dans la même Russie, quand il y a une diaspora kazakhe, personne ne fait de panneaux en kazakh et il n'y a même pas d'écoles en Kazakh, ce dernier a été fermé il y a quelques années. Il y a deux poids deux mesures. Et il n'y a pas lieu d'en faire une tragédie. Les citoyens russes devraient prêter attention au taux de mortalité le plus élevé de la population russe au cours de ces trente dernières années, après 1994 en Russie en tant que Résultat de l'épidémie de covid et de la réforme des retraites du "leveur de la Russie à genoux" Poutine : Et ne cherchez pas "un grain dans l'œil de votre voisin"
  14. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) 10 Octobre 2021 08: 36
    -1
    L'auteur est trompeur: "Dans les normes de la loi" sur les langues ", cela est très clairement énoncé: les panneaux et les en-têtes des organisations de l'État sont indiqués dans les langues d'État et russe, ainsi que, si nécessaire, dans d'autres langues.

    Les amendements adoptés visent principalement à systématiser et à rationaliser l'utilisation de la langue officielle. Ceci est important dans le cadre de la réforme de la langue kazakhe dans son ensemble et correspond à son statut, inscrit dans la Constitution de notre pays "
  15. ont65 Офлайн ont65
    ont65 (Oleg) 10 Octobre 2021 09: 11
    0
    La langue n'est qu'une partie du problème avec les républiques qui faisaient partie de l'URSS. Contrairement à l'Ukraine, où les Russes sont des peuples autochtones, la Russie a fourni ses spécialistes à nombre d'entre eux, souvent dans différents ordres d'universités. Les hommes, surtout les spécialistes, sont la même ressource pour l'État que n'importe quel autre, et, de plus, créent non seulement de la plus-value, mais modifient aussi les conditions de vie dans un territoire donné. Il est grand temps au niveau de la CEI d'adopter des lois sur les règles des partis d'accueil et de fourniture sur la base des mêmes conditions qui existaient en URSS pour cette catégorie de personnes bénéficiant des garanties de l'État et respectant les droits de ceux qui sont partis avant la effondrement du syndicat. Sans règles, un tel processus est comme l'analogue de la traite négrière. Les gens doivent être respectés. La construction d'un État mononational dans le monde moderne semble quelque peu étrange, mais ses constructeurs sont obligés d'offrir et de financer le déménagement de manière civilisée à tous ceux qui ne veulent pas les voir comme des citoyens.
  16. tempête-2019 Офлайн tempête-2019
    tempête-2019 (tempête-2019) 10 Octobre 2021 10: 09
    -1
    Le Parlement du Kazakhstan a décidé de traduire tous les panneaux, menus et panneaux uniquement en langue kazakhe.

    Que le Kazakhstan retourne en Russie toutes les régions du nord de la Russie, puis au moins en chinois ou en espagnol ils écrivent et parlent.
    Dans le cas contraire, ils recevront un "deuxième Donbas".
    1. Le commentaire a été supprimé.
    2. Le commentaire a été supprimé.
  17. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 10 Octobre 2021 10: 23
    0
    Citation: Cyril
    Et sous le prétexte douteux : « Comment un médecin qui pratique une opération chirurgicale sur un patient venu de province, s'il ne connaît pas une langue commune, communiquera-t-il ? ne vaut pas un centime. Le patient sous anesthésie ne comprend aucune langue. Et pour un médecin, le bavardage ne fait que gêner.

    Mais avant le traitement, le médecin doit procéder à une anamnèse et à un examen du patient, ce qui sera au moins difficile à faire sans comprendre la langue.

    Se mettre d'accord. Mais un médecin, si je comprends bien sa profession, se fie à des données plus objectives qu'aux sentiments d'une personne, déformés par de nombreux facteurs imprévisibles. Et dans un premier temps, à titre informatif, vous pouvez parler avec le patient par l'intermédiaire d'un assistant qui parle deux langues. par exemple, travailler avec une infirmière. Même sa faible formation en médecine sera suffisante pour communiquer dans sa langue (natale) avec le patient. Le bilinguisme suggéré par les participants sains d'esprit dans la discussion interdit-il cette option ?
  18. ALEXANDRE VILYANY Офлайн ALEXANDRE VILYANY
    ALEXANDRE VILYANY (ALEXANDRE VILYANY) 10 Octobre 2021 13: 53
    0
    Il est surprenant que la Russie se tait ........
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 10 Octobre 2021 16: 53
      +1
      Qu'ils fassent ce qu'ils veulent. Nous nous soucions moins.
      Lorsque le Kazakhstan "indépendant", en partant du sud, commencera à se transformer en "champ sauvage", nous n'aurons pas d'obligations envers l'ensemble de la population. Notre métier est d'emmener les russophones du sud vers les villes de Choïgou, de prendre le contrôle du nord du pays et des gisements nécessaires au sud. Le reste des réfugiés ne devrait pas être autorisé à entrer dans la Fédération de Russie. Le reste du territoire - à développer en décennies, en fonction des opportunités et des besoins économiques.
  19. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 10 Octobre 2021 16: 46
    +1
    Comme le disait Napoléon Bonaparte : « La géographie, c'est le destin !
    Le Kazakhstan n'a que deux options, les caractères cyrilliques ou chinois. Il n'y aura pas d'autres zones monétaires à proximité.
    Dans le même temps, la Chine est plus indésirable pour les Kazakhs que la Russie. C'est leur avis.
    Tout autre choix coûtera beaucoup plus cher au Kazakhstan.
    Il est étrange que Nazarbayev ne comprenne pas ce qui se passe dans le monde, il l'a toujours considéré comme un homme intelligent.
  20. Yuri Titov Офлайн Yuri Titov
    Yuri Titov (Youri Titov) 12 Octobre 2021 14: 21
    0
    En Russie également, tous les panneaux, étiquettes de prix et publicités avec des instructions d'utilisation du papier toilette doivent être rédigés uniquement en russe !!! Qu'ils pleurent...
    Car les Kazakhs sont bien mieux en Turquie ! Et avec les Turcs du Monde ils sont 100 fois meilleurs qu'avec les Russes !
    Et même les Ukrainiens combattent les Russes avec leurs mains et leurs pieds !
  21. Nati Koshka_87 Офлайн Nati Koshka_87
    Nati Koshka_87 (Ela) 15 Octobre 2021 01: 19
    -1
    Commençons par le fait que le Kazakhstan, comme l'Ukraine, est une nouvelle formation artificielle née sous les bolcheviks et l'URSS. Et à l'exception de la langue russe, il ne pouvait pas y en avoir dans le Kazakhstan nouvellement créé. Alors que l'URSS l'était, le Kazakhstan était son extrême périphérie, comme un tampon. L'URSS n'est pas devenue, le Kazakhstan est devenu un pays indépendant sans histoire. Oui, il n'a pas d'histoire, et n'en a jamais eu. Et celui qui était principalement lié à l'URSS. De plus, le Kazakhstan n'est pas la Russie. Et maintenant, un État indépendant, un pays, a le droit de faire ce qu'il veut. Il ne doit rien à la Russie, et plus encore de prendre soin de la langue russe et de la préserver. Et si c'est le cas, pourquoi le Kazakhstan, en tant que pays et État indépendant, devrait-il prendre soin de la langue russe et la préserver alors qu'il a son kazakh national, nouveau et artificiel, entre guillemets ? Et pour les Russes vivant au Kazakhstan, le Kazakhstan non plus ne devrait pas et n'est pas obligé, et plus encore de prendre en compte aucun de leurs intérêts. Et si c'est le cas, alors soit les Russes du Kazakhstan s'adaptent aux nouvelles réalités et exigences, conditions, et s'ils ne peuvent pas, ne veulent pas, alors laissez-les les faire tomber quelque part. Cela signifie que tous ceux qui vivent à côté des Russes ne vivront pas volontairement au Kazakhstan, qui ne connaissent aucune autre langue que le russe, il n'y aura pas d'autre moyen que de quitter le Kazakhstan et de retourner dans leur patrie historique, la Russie. Pas une mauvaise affaire pour eux. Sinon le meilleur dans ce cas. Car la vie au Kazakhstan est à peine plus élevée que la vie en Russie.

    Ainsi, le Kazakhstan n'est pas la Russie, et il ne doit rien à la Russie, comme tout ce qui lui est lié et à travers l'ex-URSS, et a le droit de mener toute politique indépendante et nationale.