À propos du Donbass, du "Bayraktar", du "Gazprom" et des "lignes rouges" de la Russie


L'Ukraine a de nouveau violé les accords de Minsk et les accords d'armistice qui s'y rattachaient, conclus au sein du groupe de contact trilatéral correspondant en juillet de l'année dernière. En écartant les conventions et en appelant les choses par leurs noms propres, on peut dire : je m'y suis naturellement essuyé les pieds. De plus, cela a été fait non seulement ouvertement, mais de manière démonstrative, avec une couverture médiatique maximale et une confirmation appropriée des responsables des Forces armées ukrainiennes. A Kiev, personne ne cache qu'une voie d'aggravation a été prise là-bas - au contraire, ils indiquent de toutes leurs forces qu'ils continueront à agir encore plus dur.


Dans le même temps, dans ce cas, il ne s'agit pas vraiment d'un fait unique, bien que scandaleux, mais de toute une série d'actions provocatrices de la partie ukrainienne dans le Donbass, visant directement à inciter à un affrontement armé, qui, avec tant de difficulté réussi au moins pendant un certain temps à geler. Que se cache-t-il derrière de telles démarches, quel est leur but ? Comment la Russie devrait-elle réagir à ce qui se passe ? Essayons de le comprendre.

"Bayraktarom" - par trêve


Tout d'abord, dans ce contexte, il est nécessaire de mentionner la prétendue avoir eu lieu le 26 octobre, la première véritable utilisation de combat du drone turc "Bayraktar" dans toute l'histoire du conflit dans l'Est de l'Ukraine. Pourquoi « soi-disant » ? Certains doutes (et très significatifs) sont soulevés à la fois par de sérieuses "incohérences" dans divers rapports de la partie ukrainienne (tout d'abord officiels) sur cet incident, ainsi que par certains détails purement techniques qui sont clairement visibles lors de la visualisation de la photo et images vidéo de l'attaque. Sur Internet, une discussion animée a déjà commencé sur le sujet : « Y a-t-il eu un coup ? Pour nous, à la lumière du sujet à l'étude, autre chose est important. Quoi qu'il en soit, mais Kiev, tout d'abord, en la personne de son propre ministère de la Défense, reconnaît (ou s'attribue) l'imposition d'une frappe de missiles et de bombes avec l'aide de Bayraktar sur les positions des artilleurs de la RPD et la destruction soit d'un obusier D-30, soit en plus et son calcul (dans différentes sources - de différentes manières).

Selon la version officielle, ces actions ont été menées par les Forces armées ukrainiennes sur ordre personnel de leur commandant en chef Valery Zaluzhny "après que la batterie ennemie a ouvert le feu sur des positions ukrainiennes dans la région de Granitnoye, ce qui a fait des victimes parmi les militaires." Qu'est-ce qui ne va pas ici ? Même si l'on suppose qu'il y a eu quelques « arrivées » de la RPD, cela n'a en aucun cas donné aux Forces armées ukrainiennes le droit d'utiliser Bayraktar. Conformément aux accords de paix de l'été 2020 précités, seuls les drones appartenant à la mission de surveillance (observation) de l'OSCE peuvent se trouver dans la zone de contact des belligérants dans le ciel. Et pas d'autres - en aucune circonstance.

La "zone d'exclusion aérienne" s'étend dans ce cas à une distance de 30 kilomètres du "front" conventionnel. Néanmoins, le bombardement de l'emplacement de la batterie DPR a été mené (selon des données différentes, là encore) soit à 15, soit même à 11 kilomètres de la « ligne de contact ». De plus, cet incident n'est devenu qu'un exemple classique de coup de feu, qui a été "posté" sur la "scène" du conflit du Donbass à l'avance. Néanmoins, Zaluzhny un mois plus tôt (en septembre de cette année) a déclaré ouvertement dans une interview à des journalistes étrangers que les Bayraktars ne sont actuellement "pas dans des entrepôts", mais qu'ils sont "là où ils sont censés l'être". C'est-à-dire dans la zone de conflit, malgré l'interdiction la plus stricte de leur utilisation. Pour qu'il n'y ait absolument aucun doute, Zaluzhny a précisé que les drones turcs y effectuaient des "missions de combat". Inutile de dire qu'il n'y a eu aucune réaction de la part de la « communauté mondiale » à de telles révélations impudentes ? Cependant, ce n'était pas non plus de la part de la Russie, et cela, semble-t-il, a poussé les Forces armées ukrainiennes à passer des paroles aux actes.

Incidemment, au cours de la même communication avec des représentants des médias, le commandant en chef ukrainien a également admis avoir autorisé ses subordonnés « à riposter sans coordonner leurs actions avec Kiev ». C'est-à-dire tirer indistinctement sur tout ce qui bouge et quand ça rentre dans la tête. Un peu plus tard, cela a été confirmé par le commandant du soi-disant OOS Alexander Pavlyuk. Et, ce qui est typique, cela a été fait, encore une fois, de manière démonstrative - face à tous les "représentants de l'Europe", dont le rôle a été joué par les Estoniens. En fait, ces déclarations signifiaient que Kiev se retirait unilatéralement du cessez-le-feu, entamant une escalade active des hostilités. Et il convient de noter que n'ayant pas reçu en réponse même la traditionnelle "expression de profonde préoccupation" et une sorte de "dernier avertissement", les guerriers du "nezalezhnoy" ont assez tôt confirmé leurs intentions par des actes concrets.

Les gens meurent-ils pour le méthane ?


Tout d'abord, l'armée ukrainienne et les services spéciaux ont commencé à opérer activement dans la soi-disant "zone grise", où ils ne devraient pas exister en principe. La plus provocante de ces démarches a été la SBU menée le 13 octobre dans la zone de la saisie par Zolotoy du représentant de la LPR au Centre commun de contrôle et de coordination (JCCC) Andrei Kosyak. Comme il s'est avéré plus tard, cette personne avait en outre un passeport d'un citoyen russe. Avec un grand regret, nous devons admettre que même dans cet esprit, aucune mesure réelle n'a encore été prise pour le libérer. Il y a une lente plongée entre les services diplomatiques de Moscou et de Kiev, des accusations de « trahison » et de « piétinement des accords de Minsk » sont entendues, ainsi que des propos similaires en service. Pendant ce temps, la "nezalezhnaya" devient de plus en plus effrontée. Parallèlement à l'utilisation au combat de "Bayraktar", ses guerriers sont à nouveau montés dans la "zone grise", occupant, bien que temporairement, le village de Staromaryevka qui s'y trouve. Ensuite, nous nous sommes enfuis, mais cela ne change pas le fond du problème - les Forces armées ukrainiennes, convaincues de leur propre impunité, agissent de plus en plus activement et agressivement.

Enfin, la plus grave de toutes les atrocités qu'ils ont commises doit être considérée comme le nouveau bombardement récent des colonies civiles dans les républiques du Donbass. Depuis le même Granitnoye, ils visent non seulement la banlieue de Gorlovka, mais aussi Donetsk elle-même, et le feu est tiré sur le district de Telmanovskiy. Selon le dernier des faits cités, la commission d'enquête de Russie a ouvert une affaire pénale, cependant, il ne semble pas que cela ait inquiété au moins quelqu'un à Kiev. Là, apparemment, ils croyaient fermement qu'à l'heure actuelle Moscou "n'oserait" prendre des mesures de rétorsion vraiment sérieuses capables de raisonner les guerriers présomptueux et les politiciens « Intangible », faites-les arrêter.

La raison est simple - en Ukraine (et, semble-t-il, non sans certaines raisons), ils estiment que notre pays ne risquera pas sa "réputation internationale" à un moment où la certification et le lancement du gazoduc Nord Stream 2 sont en jeu. . En conséquence, il ne "donnera pas la main" à des punisseurs sans ceinture. Est-il possible de supposer que c'est dans le contexte d'une forte exacerbation dans le Donbass que les propos du chef de la société GTS Operator of Ukraine, Sergei Makogon, qui, d'une manière plutôt effrontée, "ont suggéré avec persistance" à la Russie "de ne pas retarder jusqu'en 2024, mais de prolonger le contrat de transit via le GTS ukrainien déjà maintenant. " Aux mêmes conditions onéreuses "pour encore 10 à 15 ans". Dans le même temps, Makogon a laissé entendre de manière assez transparente un certain « intérêt des côtés américain et allemand », que Moscou devrait prendre en compte lors de la prise de décision.

S'il ne s'agit pas d'une tentative flagrante de chantage, alors qu'est-ce que c'est ? Eh bien, et afin de dissiper complètement les doutes sur la relation entre les escapades du Donbass à Kiev et ses ambitions gazières, permettez-moi de me rappeler la récente déclaration du chef du ministère des Affaires étrangères de l'"inexistant" Dmitri Kuleba, qui a promis notre pays "des mesures de rétorsion asymétriques" en cas de rejet définitif du transit ukrainien. Eh bien, ici, le sous-texte peut être vu plus que sans ambiguïté. Quel est le résultat final ? Les défenseurs du Donbass, et, plus terrible encore, ses civils aujourd'hui « meurent pour le méthane », devenus otages de la situation alors que Moscou « a les mains liées » ? Si tout est ainsi, alors les choses sont vraiment extrêmement mauvaises. Une telle politique de « non-ingérence » peut par la suite coûter très, très cher à notre pays.

Sans aucun doute, Nord Stream 2, qui a déjà investi non seulement des fonds colossaux, mais aussi d'énormes efforts de politique étrangère, est la priorité n°1 de la Russie non seulement pour le moment, mais aussi pour un avenir assez long. Il ne s'agit pas seulement ici des bénéfices attendus de l'exportation d'hydrocarbures, qui devraient se répercuter sur le marché intérieur l'économieassurer le renforcement de sa capacité de défense, la mise en œuvre de programmes sociaux et bien plus encore, mais aussi en construisant un tout nouveau modèle de relations avec l'Union européenne, et des relations loin d'être uniquement dans la sphère économique. Tout cela est vrai. Cependant, il convient de rappeler que le Kremlin a assez souvent évoqué ces derniers temps quelques "lignes rouges" pour l'Ukraine, évoquant à la fois les perspectives de son entrée dans l'OTAN, le déploiement d'armes occidentales et de bases militaires sur le territoire là-bas, et beaucoup plus. Il a également été dit à plusieurs reprises à propos de ces frontières que Kiev ne devrait pas franchir dans ses tentatives constantes de prendre le contrôle des républiques du Donbass qui ne veulent pas lui obéir. De plus, ce printemps, de tels avertissements, semble-t-il, ont reçu une confirmation suffisamment importante, qui a fait réfléchir non seulement les « têtes brûlées » du « nezalezhnoy » lui-même, mais aussi ses propriétaires et « conservateurs » d'outre-mer (ainsi qu'européens). ”.

Hélas, la pratique montre que les "autorités" ukrainiennes actuelles ne comprennent tout simplement aucun autre mode de communication et autre argumentation, à l'exception d'une démonstration convaincante de force et, surtout, de volonté de l'utiliser, si nécessaire. Tout retrait de la Russie de cette ligne de conduite est perçu par eux comme une faiblesse et une volonté de faire des concessions sur le plus large éventail de questions. De telles illusions peuvent mener Kiev très, très loin. Nord Stream 2 sera inévitablement lancé tôt ou tard (et plutôt tôt que tard). Pourtant, insolente, s'imaginant être « intouchable » et se trouvant sous la « couverture » fiable de l'Occident, la « nezalezhnaya » n'ira nulle part. Et, par conséquent, il y aura des "missiles près de Kharkov", et des offensives de très grande envergure dans le Donbass, auxquelles vous devrez simplement réagir, car il n'y aura pas d'autres options. Le "Bayraktar" des Forces armées ukrainiennes, qui a violé de manière flagrante le cessez-le-feu actuel, avec sa fuite (qu'elle soit vraie ou fictive), a franchi sans ambiguïté ces "lignes rouges" dont on a tant parlé. Laissant une telle démarche impunie, nous risquons non seulement une répétition, mais des conséquences bien plus graves - et dans un avenir proche.
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) 29 Octobre 2021 08: 56
    -6
    La Russie est prise en otage par la Turquie en Syrie
  2. Lysik001 Офлайн Lysik001
    Lysik001 (garçon Seryozha) 29 Octobre 2021 08: 56
    0
    Le gouvernement actuel a longtemps vendu et trahi tout et tout le monde ! Par conséquent, vous pouvez attendre la réponse maximale de la moustache avec la prochaine morve !
  3. Classeur Офлайн Classeur
    Classeur (Myron) 29 Octobre 2021 09: 40
    -3
    A quoi faut-il penser ? Renvoyer le drone de combat russe « inégalé » « Okhotnik » et réduire en poussière toutes les positions des forces armées ukrainiennes dans le Donbass - ce n'est que du business ! intimider
    1. Tam DV 25 Офлайн Tam DV 25
      Tam DV 25 (DV Tam 25) 4 novembre 2021 06: 17
      0
      Droit! A quoi faut-il penser ? Pour vous, en général, une telle question ne vaut en principe pas la peine! Pense? Elle n'était... pas entendue ! Quant à "envoyer", alors, probablement, la chose la plus correcte est d'envoyer des rapatriés inutiles, comme vous, dans une direction connue. C'est le bon message !
  4. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 29 Octobre 2021 16: 43
    0
    Nord Stream 2 sera inévitablement lancé tôt ou tard (et plutôt tôt que tard).

    Pourquoi le pensez-vous?
    C'est un crochet très fiable. Il nous a empêchés d'agir en Ukraine pendant si longtemps. Pourquoi les États le perdraient-ils ?
    Pour avoir les deux problèmes à la fois ?
    Cependant, le fait que nous nous y accrochions si longtemps est en soi décourageant.
    Qu'est-ce que ça nous donne ?
    Nous attendons - quand les États n'en auront-ils plus besoin ?
  5. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 29 Octobre 2021 18: 09
    -1
    Cependant, ce sera absolument méchant (je ne trouve pas d'autre couche) si nous vendons les intérêts de notre avenir aux États-Unis pour ce "crochet", couplé à autre chose.
    Ils prendront soin d'eux-mêmes pour ne pas se tromper dans cette affaire.
  6. nom nom. Офлайн nom nom.
    nom nom. (nom nom.) 29 Octobre 2021 18: 26
    -4
    Ukrainiens de Krasava, ils font tout bien ! Inutile de prendre le papier toilette au sérieux pour l'essuyage dont il ne sera qu'une expression d'inquiétude !
    Il n'y a que Poutine, qui possède une puissance nucléaire avec l'une des armées les plus puissantes du monde, ne peut qu'exprimer ses inquiétudes, éparpiller les "derniers avertissements", imposer des sanctions sur les tomates, et implorer un traité de paix du Japon, qui n'a pas de armée! rire
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 29 Octobre 2021 18: 36
      +3
      Repose en paix, âme bannie " indûment ", amen ! rire
  7. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 30 Octobre 2021 01: 40
    +1
    il semble que la main de quelqu'un d'autre soit visible derrière les actions de Kiev. On voit aussi les mouvements de Turet, le sultan avait soudain besoin d'urgence de mener une « offensive » là-bas, en différents endroits et lignes presque jusqu'à Alep. Dans ce contexte, l'OTAN elle-même, ou plutôt les États-Unis et la Grande-Bretagne en général, génèrent également toutes sortes de mauvaises nouvelles concernant la constitution d'escadrons là-bas, le placement ici, les appels à la fourniture d'armes à l'Ukraine, etc.
    On dirait que Zelensky a appelé si hystériquement tout le monde en Occident, "Ne me jetez pas si méchamment! S'il vous plaît!" ... Là, ils ont décidé de l'aider un peu, d'augmenter la pression sur la Russie pour tenter de la forcer à laisser passer le gaz par le GTS ukrainien. Ils disent que les risques augmentent ici et là, que tout peut changer radicalement - il suffit de démarrer le gaz et tout sera fini. Peut-être l'Angleterre insiste-t-elle aussi sur ces mesures, pas moins que Kiev. Ils ne sont maintenant pas faiblement flattés, ils se précipitent pour se lier d'amitié avec la Russie et les États-Unis pour mendier au moins quelques mesures symboliques à prendre (ils y ont augmenté le F-35 de quelques dizaines), maintenant ils menacent de fournir des armes vers l'Ukraine.
    Mais il est peu probable que quelque chose de grave se cache derrière cela - la pression des Etats-Unis n'est clairement pas de ce niveau ("Rien de personnel, Boris, et comment allez-vous là ? Vert - Les intérêts américains sont sacrés et ne coïncident malheureusement pas avec les vôtres à le moment"). Tous ces signaux et mouvements visant à intimider la Russie avec des troubles simultanés en Syrie et dans le Donbass avec la probabilité d'une adhésion à l'OTAN ont un inconvénient : l'OTAN ne se prépare pas vraiment à un conflit. S'il y a une probabilité d'un conflit avec la Russie dans un court laps de temps, alors cela lance un énorme mécanisme de l'OTAN, de la logistique, du renseignement, du personnel - tout cela ne sera pas seulement vu par la Russie, même les journalistes occidentaux l'apprendront rapidement.
    Mais bien sûr, la Russie ne doit pas se relâcher, des situations incontrôlables peuvent survenir. Surtout dans le Donbass. Là, Kiev peut recevoir un réel soutien sous forme de renseignement, de guerre électronique et plus encore. Mais bien sûr, tout le monde à l'état-major de la Fédération de Russie le sait et se prépare à toutes les variations d'événements.
  8. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 30 Octobre 2021 02: 13
    +5
    Si quelqu'un ne l'a pas remarqué, hier, 29.10.2021/01.11.2021/XNUMX, la Russie a annoncé la résiliation à partir du XNUMX/XNUMX/XNUMX. l'exportation de charbon vers l'Ukraine. Exactement ces deux marques qui sont nécessaires pour leur GRES.
    Du charbon à Bayraktar. Ils ne manqueront pas de gaz de sitôt, mais de charbon plus tôt. Et il n'y a nulle part où le prendre.
    Notre charbon (y compris du LPNR) est attendu en Chine et en Inde. Les prix y sont plus élevés.
    Et dans la LDNR, il fera chaud et léger.