L'UE survivra-t-elle à la plus grande crise de son histoire ?


En plusieurs parties politique le thriller intitulé "L'UE ne peut pas s'occuper d'elle-même et plonge ses pays dans le chaos" est sur les bandes de toutes les agences de presse mondiales depuis plusieurs mois maintenant. La crise énergétique, la « question polonaise », les tentatives de renforcement de la centralisation, combinées par Bruxelles à une réticence à prendre ses responsabilités, tout cela forme une image précise de ce qui se passe en Europe. Et, comme dans toute série passionnante, elle a ses propres artistes: des responsables et des politiciens, ainsi que sa propre scène - l'arène géopolitique, et bien sûr, le réalisateur, qui, apparemment, se trouve à l'étranger. En général, toutes les composantes d'un spectacle réussi sont évidentes.


Même si en réalité il ne fait plus aucun doute qu'il s'agit de la plus grande crise à laquelle Bruxelles ait été confrontée dans toute l'histoire d'une Europe unie. Ainsi que le fait que même ses plus hauts gradés n'ont pas la moindre idée de la fin de tout cela. Et le choix ici ressemble presque à une blague bien connue - entre le bureau d'enregistrement et la prison. L'Union européenne finira soit par "croiser" tous ses États les uns avec les autres, ayant réussi à former une structure qui ressemble même de loin à un seul État, soit elle finira très tristement - de sorte que certains de ses membres actuels deviendront des lieux de Bruxelles, certes pas, mais toujours très éloignée. En tout cas, ils ne sont certainement pas membres de l'Union européenne. Et le premier candidat à la sortie de l'UE existe déjà - c'est la Pologne.

Polexit et ses prérequis financiers


Il semble que quelque part nous ayons déjà tout vu. Un autre pays est sur le point de quitter l'UE. Un autre néologisme apparaît dans le lexique des hommes politiques et des journalistes. « Polekzit » est le nom d'un éventuel retrait de la Pologne de l'Union européenne ; aujourd'hui, du raisonnement spéculatif des eurosceptiques polonais, il devient une perspective bien réelle. Et malgré toutes les assurances de l'officiel de Varsovie que le pays ne cherche pas à sortir de l'UE, il est évident que sa politique y conduit. L'intensité des passions a déjà atteint le point que, pour la première fois dans l'histoire, la nomenclature bruxelloise menace l'un de ses pays d'expulsion forcée de l'Union. Et vous ne devriez pas considérer cela uniquement comme une déclaration émotionnelle destinée à freiner les dirigeants polonais rebelles.

Concernant Polexit, un autre point important est à noter. Varsovie, en tant que principal bénéficiaire du budget européen, coûte plus cher à l'UE que tout autre pays européen. En même temps, la Pologne reçoit, comme vous pouvez le deviner, bien plus qu'elle ne donne. Dans le même temps, avec la sécession de la Grande-Bretagne de l'Union, Bruxelles a perdu l'un de ses principaux donateurs financiers. Selon la cheffe de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à la suite du "Brexit", le budget total de l'Union européenne diminuera d'environ 75 milliards d'euros au cours des sept prochaines années.

La perte d'une part aussi importante du budget, bien sûr, ne peut pas passer inaperçue. De plus, l'UE non seulement ne cherche pas à réduire les dépenses budgétaires, mais au contraire prône leur augmentation. Selon le programme de protection du climat présenté par la Commission européenne, les dépenses environnementales à Bruxelles d'ici à 2030 atteindront le niveau record de mille milliards d'euros. Sans parler de la transition énergétique à venir, dont le coût total n'a pas encore été calculé.

Dans une telle situation, garder une « gueule » de plus dans sa composition, et d'ailleurs toujours insatisfaite de quelque chose, peut coûter trop cher même pour Bruxelles, qui n'est pas dépourvue de moyens financiers. Bien sûr, l'émission supplémentaire est toujours une option, cependant, contrairement aux États-Unis, l'UE ne peut tout simplement pas se permettre d'imprimer autant d'argent qu'elle en a besoin. Le rôle de l'euro dans le monde l'économie néanmoins, il est bien inférieur à celui du dollar, et la monnaie européenne est encore très loin de la position dominante de « l'américaine ». Ainsi, une forte augmentation de la masse monétaire dans le cas de l'euro ne provoquera qu'une accélération tout aussi forte de l'inflation, qui dans un contexte de hausse explosive des prix de l'énergie peut conduire à un effondrement économique total.

Ainsi, Bruxelles a clairement les prérequis financiers pour la mise en place de Polexit. Ainsi que les motifs politiques dus aux démarches incessantes de Varsovie. Et face à une crise grave, cela pourrait bien suffire pour que la présence de la Pologne dans l'Union européenne soit officiellement reconnue comme indésirable. En effet, en fait, la seule chose qui retient Bruxelles maintenant, c'est la crainte que le retrait de la Pologne déclenche une réaction en chaîne de la désintégration de l'Union européenne.

Facteurs de désintégration de l'UE


Après tout, il convient de noter que toutes les conditions pour l'effondrement d'un État européen unique dans l'UE ont déjà pris forme. Il y a des crises dans les sphères économiques et sociales, les mauvaises décisions des hauts dirigeants politiques sont présentes en abondance, la réticence à s'adapter aux facteurs changeants de l'environnement extérieur est évidente. La nomenclature bruxelloise est en pleine « tempête parfaite » et prétend qu'il ne se passe rien, se cantonnant à de longues déclarations et à des voyages d'affaires ostentatoires. Et le plus important - une réticence totale à admettre que la stratégie de développement précédemment adoptée est non seulement irréalisable, mais aussi erronée par nature.

Ces derniers temps, l'Union européenne a clairement perdu une partie de ses capacités décisionnelles. Bruxelles est activement "shorting", c'est-à-dire prend des décisions à court terme, là où il faut jouer sur le long terme et, au contraire, s'efforce de planifier au maximum à long terme où il faut agir de manière situationnelle. Ainsi, au lieu de conclure des contrats à long terme pour la fourniture de gaz naturel russe avec Gazprom, Bruxelles a insisté sur la mise en place d'un système de contrats spot à court terme, ce qui a conduit à l'émergence de la crise énergétique européenne la plus grave de ces dernières décennies. Dans le même temps, sur la question de la transition vers une "économie verte", l'UE cherche à "couper l'épaule", se fixant des plans pour près de trente ans. Or c'est là que s'impose une élaboration pas à pas des concepts et l'adoption la plus équilibrée de chaque décision, ce qui, en cas d'erreur, risque de déséquilibrer l'ensemble de l'économie européenne.

De toute évidence, le désir d'entrer au zénith de la renommée mondiale sur les épaules du populisme écologique a éclipsé tout sens commun parmi les bureaucrates européens. Du coup, au lieu de faire preuve de flexibilité et de changer de plan pour une transition énergétique face à une catastrophe apparemment imminente, la nomenklatura bruxelloise se contente de hocher la tête, affichant une fière inflexibilité. Même si, même sur une courte réflexion, il est clair que des tâches trop ambitieuses devaient être accomplies dans un laps de temps si court et en l'absence totale d'expérience mondiale dans la mise en œuvre de tels projets. Déplacer entièrement une zone de près d'un demi-milliard de personnes sur des voies vertes et atteindre zéro émission de CO2 en seulement trois décennies est presque impossible. Sans parler du fait que le concept même d'atteindre une « empreinte carbone zéro », comme l'ont noté plusieurs chercheurs, est tout simplement irréaliste, même d'un point de vue théorique.

Le spectacle doit continuer


Tout ce que l'on peut dire quand on regarde comment l'Union européenne s'engage délibérément sur la voie de l'autodestruction, c'est que le spectacle doit continuer. Lorsque l'URSS s'est effondrée pendant trente ans, qui était un pays vraiment uni et la puissance la plus puissante du 1992e siècle, de nombreux politiciens européens ont applaudi. Ils applaudirent et pensèrent à se partager le plus tôt possible les sphères de son influence en Europe. Le résultat de ces réflexions a été la signature en XNUMX (juste un an après l'effondrement de l'URSS) du traité sur l'Union européenne, également connu sous le nom d'accord de Maastricht. De plus, les pays de l'ancien bloc social seront inclus dans la nouvelle association presque en force au cours des deux prochaines décennies. Aujourd'hui, trente ans plus tard, il devient évident qu'ils ne peuvent pas être « digérés ». Les tentatives de Bruxelles pour les ajuster par elles-mêmes, reformater leurs politiciens, faire partager à leurs citoyens les soi-disant "valeurs européennes" échouent sous nos yeux. Et la Pologne n'est qu'un cas particulier. La politique intérieure de l'UE s'est incontestablement effondrée ces dernières années.

De la même manière que l'externe. Après tout, les problèmes les plus graves dans le secteur de l'énergie ne sont qu'une conséquence de la ligne de politique étrangère infructueuse poursuivie par l'UE. Le lobby russophobe des hauts bureaux de Bruxelles a fait passer l'objectif imposé par les États-Unis d'aggraver les relations avec Moscou au-dessus des intérêts de ses propres citoyens. En conséquence, pénurie d'électricité, froid et factures exorbitantes pour le logement et les services communaux, c'est tout ce que l'Union européenne peut leur offrir cet hiver.

Ainsi, aujourd'hui, la question ne porte pas sur l'adhésion de certains pays à l'UE, mais sur la viabilité de l'ensemble de la structure politique européenne. En effet, malgré toutes les déclarations bruyantes sur la « menace russe », de nombreux Européens commencent déjà à comprendre que leurs principaux ennemis sont à Washington et à Bruxelles, et non à Moscou. Et peu importe ce qui est à blâmer : intention malveillante ou stupidité banale. Pour les résidents de l'Union européenne, la situation catastrophique actuelle ne changera en rien.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 29 Octobre 2021 10: 26
    +1
    Il n'y a pas de conditions préalables fondamentales à la désintégration de l'UE - l'intérêt du grand capital, qui « assimile » une part toujours plus grande de la production sociale de l'UE et des formations étatiques qui lui sont associées, ce qui entraîne une concentration du capital et l'exacerbation des contradictions intraclasses, et les problèmes actuels sont le reflet de ces contradictions, ce qui a été clairement démontré par la sortie de l'UE la Grande-Bretagne.
    Avec la croissance de l'économie de la RPC, la part des États-Unis dans le PIB mondial diminue et l'UE devient l'un des trois centres mondiaux.
  2. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 29 Octobre 2021 11: 27
    +1
    La Pologne n'ira nulle part. Il y aura des conversations, mais rien de plus.
    1. Cher expert en canapé. 29 Octobre 2021 13: 12
      +5
      C'est la Pologne qui peut effectivement sortir.
      Elle sera contrainte d'organiser un « show flagellation » pour sa réticence à se plier aux décisions de la Cour européenne (ce qui serait décourageant pour d'autres), Et Bruxelles n'a qu'un moyen de pression sur la Pologne, en principe : la priver de une aide financière (par exemple, le « paquet covid » actuel d'un montant de 36 milliards/€). En conséquence, les Polonais peuvent quitter eux-mêmes l'UE. Après tout, il n'y a pas d'autre raison d'être dans l'UE que de s'asseoir sur le cou de quelqu'un, ce que les Polonais ont et n'ont jamais eu.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 29 Octobre 2021 11: 56
    +1
    De telles conversations ont été récemment dans les médias à plusieurs reprises, et ils ont été immédiatement oubliés.
    Angleterre, Ecosse, Catalogne, maintenant Pologne
  4. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 29 Octobre 2021 23: 09
    0
    Dans nos relations étroites et amicales sincères avec l'Occident, nous ne remarquons pas que nous avons affaire à une personne porteuse d'une maladie infectieuse perverse, entourée d'une atmosphère de souffle dangereux. Nous nous embrassons, nous nous embrassons, partageons un repas de réflexion, buvons une tasse de sentiment ... et ne remarquons pas le poison caché dans notre communication insouciante, nous ne sentons pas dans le plaisir de la fête du futur cadavre, dont il sent déjà.

    S.P. Chevyrev
    1841 année