Droits de l'homme : deux approches opposées


Beaucoup tiennent pour acquis l'existence de droits civils, existant depuis des temps immémoriaux. « Toutes les personnes naissent libres et égales dans leur dignité et leurs droits » - semble si familier et clair. Maintenant, en général, la soi-disant culture juridique a remplacé la compréhension scientifique et historique du droit. Peu de gens pensent à l'essence du droit en général et à l'essence des droits civils en particulier.


Mais en même temps dans politique il n'y a pas de question plus spéculative que la question des droits de l'homme dans différents pays. Les journalistes, le public, la communauté scientifique et les représentants des États, en particulier en Occident, s'intéressent vivement à où, comment et pourquoi « les droits de l'homme sont violés ». C'est vrai qu'il y a des nuances. Premièrement, la "communauté mondiale" fait du bruit sur les violations des droits de l'homme principalement dans les pays qui ne veulent pas danser sur l'air des États-Unis. Deuxièmement, il prête rarement attention aux droits d'une « personne en bonne santé », par exemple, le droit au logement, au travail, au repos, à l'éducation, à la médecine, au développement culturel et à une vie paisible. Les fondations, les médias et les gouvernements occidentaux s'intéressent davantage aux droits des minorités - raciales, nationales et sexuelles. Je ne veux pas mélanger les deux premiers et le dernier, car les droits des petits peuples et nationalités sont effectivement violés à certains endroits, mais une telle confusion est utilisée par les gardiens des droits de l'homme eux-mêmes, donc toutes les réclamations sont faites contre eux . Et l'Occident ne s'intéresse aux droits des minorités nationales que dans la mesure où ils servent à inciter au séparatisme dans certains pays qu'ils détestent, ce qui démontre parfaitement le silence de ces problèmes, par exemple dans les États baltes, la Pologne, la Moldavie et l'Ukraine.

Récemment, les autorités nord-coréennes ont réprimandé l'hypocrisie des pays occidentaux, soulignant, premièrement, que personne ne leur avait demandé d'évaluer la situation des droits de l'homme en RPDC, personne n'avait désigné les pays occidentaux comme arbitre dans cette affaire, et deuxièmement , qu'il existe de nombreux problèmes avec les droits de l'homme; troisièmement, que la politique étrangère des États-Unis et de ses alliés conduit à des catastrophes humanitaires dans différentes régions du monde et, par conséquent, à des violations notoires des droits de l'homme. Un pays petit mais fier a dit quelque chose que les grands et les forts gardent sous silence, ou qu'ils ne font qu'insinuer honteusement de manière diplomatique.

Cependant, il serait simpliste de penser que les « droits de l'homme » ne sont qu'un instrument politique dans les querelles internationales. En fait, c'est toute une idéologie, qui n'est pas sortie de zéro, a une certaine base historique et des étapes de développement.

Qu'est-ce qui est juste


Ainsi, comme vous le savez, le droit est né avec l'émergence de l'État. L'État en tant qu'institution de la société est apparu comme une sorte de pouvoir, dont les différences caractéristiques sont qu'il s'appuie sur la violence organisée (escouade et cachot, police / armée et prison) et, par conséquent, dispose d'un appareil de coercition et de contrôle permanent, pour ainsi dire, sur la société. Il se trouve que l'État a exercé son pouvoir sans utiliser ou avec un usage minimal du droit, mais dans la plupart des cas, s'il y a un État, alors un système de droit se pose. La loi est publiquement divulguée des normes de comportement et des règles de relations entre les personnes, qui sont protégées par la force de la coercition de l'État.

Il est bien évident que l'État ne peut naître que là où il y a déjà une profonde division du travail et il y a la propriété privée. Les États d'origine ont été formés pour protéger la propriété des terres et les esclaves de la strate des dirigeants les plus rusés et les plus prospères qui se sont séparés de la communauté primitive.

Les premiers systèmes juridiques ont été construits sur le principe de la protection de la propriété et des intérêts des classes possédantes - propriétaires d'esclaves, marchands, clergé et, moins souvent, artisans. En d'autres termes, les droits n'étaient accordés qu'à des couches individuelles, qui étaient protégées par l'État. Les esclaves, et plus tard les serfs, c'est-à-dire une partie importante de la population, n'étaient pas des sujets de droit, étaient considérés essentiellement comme des biens.

Droits de l'homme


Dans le même temps, philosophes, fauteurs de troubles et rebelles se sont progressivement introduits dans la tête l'idée que tous les êtres humains sont égaux, au moins en tant qu'êtres humains. Et quel est le moyen le plus simple d'égaliser les gens dans le système habituel d'ordre social ? Accordez des droits égaux.

Ainsi, lors de la Grande Révolution française, l'idée extrêmement audacieuse de transformer tous les peuples en citoyens dotés de droits égaux s'est concrétisée. Ce modèle a progressivement balayé le monde entier, et grâce aux activités diplomatiques de l'URSS, au milieu du XXe siècle, il a reçu une consolidation normative dans le droit dit international (qui, à proprement parler, n'est pas du droit, puisqu'il n'est pas un élément clé de la coercition).

Bien entendu, l'égalité ne donne et ne peut donner aucune véritable égalité économique, politique et culturelle, ne serait-ce que parce qu'elle rend égal l'inégal initial. L'égalité semble particulièrement hypocrite dans des conditions économique polarisation de la société. C'est une chose d'avoir le droit quand on a beaucoup d'argent, et une tout autre chose si on est un clochard.

Peu à peu, les droits de l'homme sont devenus l'objet de spéculations politiques. Le principal problème des droits de l'homme réside précisément dans le fait que leur essence juridique est si formelle que dans la vraie vie, elle est pratiquement incapable de s'exprimer. Quelle que soit l'égalité proclamée, en réalité il est toujours possible de constater une atteinte à la position de certaines personnes. Par exemple, dans les relations de marché, seul l'argent a une valeur réelle. L'argent donne de facto le droit de vivre à sa guise, malgré toutes les lois. Ou un autre exemple - si une société est criblée de préjugés raciaux, nationaux ou religieux. Quelle que soit la loi équitable que l'État peut émettre, sa pratique d'application de la loi sera toujours discriminatoire. Car le problème n'est pas dans la loi, mais dans le contenu des relations sociales et dans la culture des gens. Les personnes hautement cultivées n'ont pas du tout besoin de lois, elles sont capables d'agir selon leur conscience même sans lois.

Deux approches polaires


À une certaine époque, la science juridique soviétique, par opposition à l'occidentale, a avancé la thèse selon laquelle tous les droits devraient contenir des mécanismes pour leur mise en œuvre dans leur déclaration même. Par exemple, le droit au travail ne doit pas flotter en l'air, et l'État est obligé de garantir à chacun un emploi, et selon le droit au logement - de garantir l'utilisation du logement, etc. Plus tard, ce concept a été développé dans d'autres les pays socialistes et semi-socialistes et un tel concept est apparu comme le droit du peuple.

Maintenant, il y a des pays, dont la RPDC, la Chine, le Vietnam (et en partie la Russie), qui considèrent les droits de l'homme non pas comme individualistes en Occident, mais à travers le prisme de la vie de tout le peuple, et c'est plus correct et raisonnable. Dans ce cas, il existe un lien réel entre les droits formels et les conditions de vie. L'État, n'ayant émergé que comme une institution de protection de la propriété, devient progressivement un instrument de régulation des relations sociales et du développement de la société. Cela signifie que la question du bien-être des personnes est résolue dans le domaine de l'économie et de la culture, et non dans le droit.

D'un point de vue scientifique, les gens ne sont pas les citoyens du pays ou de la population. Un peuple est avant tout un collectif, une formation historique objective, lié par des liens économiques, la langue, la culture, la communauté de vie et possédant une conscience sociale stable. Autrement dit, ce ne sont pas seulement des personnes, mais aussi des liens sociaux objectifs entre eux.

Quel est l'intérêt d'accuser la Chine de discriminer les minorités sexuelles si le peuple chinois et l'État chinois considèrent l'homosexualité comme une forme de comportement déviant ? A quoi bon, par exemple, reprocher à l'URSS la répartition obligatoire du travail, si ainsi le bien public du peuple était atteint - des installations industrielles étaient érigées, la capacité de défense du pays était renforcée.

En d'autres termes, deux approches des droits de l'homme ont émergé : égoïste et collectiviste, privée et populaire.

De plus, l'approche occidentale des droits de l'homme a une pratique historique négative. Les pays occidentaux ne parviennent pas à atteindre l'harmonie et la prospérité du peuple sur sa base. Les exemples de pays occidentaux heureux ne résistent pas à la critique : d'une part, ce sont des pays microscopiques du nord de l'Europe, d'autre part, leur « prospérité » se construit sur plus d'argent d'un citoyen ordinaire que dans d'autres pays, et troisièmement, leur bien-être économique est construit sur un échange inégal, c'est-à-dire en fait, ils volent des régions et des pays arriérés d'une manière ou d'une autre. Il est impossible de transformer la Russie et le monde entier en Danemark ou en Norvège, car les modèles économiques de ces pays ne sont pas autosuffisants ni même indépendants.

La pratique historique de l'approche collectiviste des droits de l'homme en tant que réalisation des droits et des intérêts du peuple n'est pas non plus sans faille, mais peu diraient que, par exemple, la « stagnation de Brejnev » a été une période beaucoup plus heureuse pour notre peuple que d'autres. époques. La Chine a réussi à éradiquer l'extrême pauvreté qu'aucun autre grand pays ne peut faire. N'est-ce pas un argument ?

Ici, la différence de vision du monde dans les approches se manifeste. Certaines personnes sont prêtes à argumenter avec de la mousse à la bouche que la liberté au sens occidental du terme est plus importante que la gratuité de l'éducation, de la médecine, de la culture, des réalisations, etc. Ce qui est important, c'est qu'on leur donne personnellement le droit de réaliser leurs penchants pour l'enrichissement et le bonheur philistin, et que l'État n'interfère pas. D'autres préfèrent penser dans des catégories plus patriotiques et collectivistes, arguant du bien commun du peuple.

Il en va de même pour l'essence de l'État : soit il ne sert qu'à protéger la propriété avec une égalité formelle, soit il peut agir comme un moyen de développement de la société.

Par conséquent, la RPDC prétend qu'elle construit « le paradis sur terre » non pas pour des individus abstraits, mais pour le peuple. Et en Occident, ils ne peuvent même pas comprendre cela. Ils sont préoccupés par les droits des minorités sexuelles et des dissidents.

Quelle approche est l'avenir - seule l'histoire le montrera. Mais purement méthodologiquement, un individu sans société n'est rien, et la société ne remarquera même pas la perte d'un individu.

Par conséquent, lorsque V.V. Poutine dit qu'une personne devrait être au centre de toutes les activités de l'État, et une question sournoise se pose : quel genre de personne ? C'est une autre affaire si vous mettez les gens au centre.
14 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 28 Octobre 2021 22: 51
    0
    Votre article convient à une revue scientifique. Vous avez soulevé un tel sujet - "sans un demi-litre" ne peut pas être résolu. Pendant que je lisais, je me suis souvenu de tant de choses, tant de "copies" ont été brisées.

    Les personnes hautement cultivées n'ont pas du tout besoin de lois, elles sont capables d'agir selon leur conscience même sans lois.

    Tout à fait d'accord. Le pouvoir de conscience actuel ne suffit pas, donc, nous avons beaucoup de questions avec les droits.
  2. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 28 Octobre 2021 22: 53
    0
    Et l'Occident ne s'intéresse aux droits des minorités nationales que dans la mesure où ils servent à inciter au séparatisme dans certains pays qu'ils détestent, ce qui démontre parfaitement le silence de ces problèmes, par exemple dans les États baltes, la Pologne, la Moldavie et l'Ukraine.

    1) Pays baltes - Lituanie, Lettonie, Estonie. Autant que je sache, l'approche des problèmes des minorités y est quelque peu différente.
    2) Je n'ai pas entendu dire que les Polonais pinçaient les minorités.
    3) Et avec la Moldavie, l'auteur a frappé le ciel avec son doigt.

    En général, cela ressemble à un paragraphe du manuel d'études sociales pour la 8e année du secondaire.
    1. Adler77 Офлайн Adler77
      Adler77 (Denis) 29 Octobre 2021 08: 57
      +1
      Pourquoi, les droits des minorités nationales sont violés dans les pays baltes et en Moldavie, en Ukraine et en Pologne, c'est le droit de parler, de recevoir une éducation dans leur langue maternelle, et bien d'autres aspects. Ou voulez-vous dire qu'il n'y a pas de tels problèmes dans les pays énumérés ?
      1. Miffer Офлайн Miffer
        Miffer (Sam Miffer) 29 Octobre 2021 11: 58
        -1
        Le député politique vous a-t-il dit à l'information politique qu'il y avait de tels problèmes là-bas ?
        Ou avez-vous lu ceci ici?
        1. Adler77 Офлайн Adler77
          Adler77 (Denis) 29 Octobre 2021 15: 34
          +2
          Non, ma femme est de Transnistrie, j'y vais beaucoup. Le conflit vient juste de naître de la réticence des dirigeants moldaves à prendre en compte l'opinion des minorités nationales.
          J'ai entendu parler dans les médias des passeports de non-ressortissants dans les États baltes, n'est-ce pas ?
          L'ukrainisation violente est aussi une tromperie ?
          Niez-vous réellement l'existence de problèmes ou n'êtes-vous pas d'accord avec quelque chose ? Avec quoi?
          1. Miffer Офлайн Miffer
            Miffer (Sam Miffer) 29 Octobre 2021 20: 29
            0
            La Transnistrie est comme un pays séparé de la Moldavie, bien qu'elle y soit légalement incluse. Il a son propre espace d'information, d'autres autorités, des lois, etc.
            Maintenant, si vous personnellement, et non votre femme, viviez à Chisinau, et non dans la RMP, alors vous pourriez dire quelque chose de précis sur la Moldavie ici. Et dans le cas que vous avez décrit - span.

            Conflit? Quel conflit ? 1992 ? Le début de ce conflit le 2 mars 2022 aura 30 ans. Au fil des ans, beaucoup d'eau a coulé sous le pont du Dniestr. Tout coule et change. Et tu n'arrêtes pas de me dire que quelqu'un est opprimé là-bas. Surtout l'idiotie est l'interdiction de parler dans la langue maternelle.

            Baltes : dans ce cas, Lituanie + Lettonie + Estonie. Donc?
            Parlez-moi des passeports des non-citoyens en Lituanie. J'écouterai.
            Les non-ressortissants de Lettonie et d'Estonie ont plus de droits que vous, étant citoyen russe en Russie.
            Le 14e maire de Riga, Nil Ouchakov, a été maire pendant près de 10 ans. Quelqu'un l'a pincé d'une manière ou d'une autre ? Dites-nous en détail, j'écouterai avec plaisir.

            Ukrainisation forcée ? Vous, encore une fois, ne vivez pas en Ukraine, vous pouvez "entendre quelque chose des médias" sur la situation là-bas. Si vous lisez Reporter, Political Review et des portails similaires, vous avez une image clairement déformée de ce qui s'y passe. Et je n'ai pas besoin de me frotter ici à propos de "'re coming out-fascists", "Juifs-Bandera" et ainsi de suite. La vérité est quelque part entre les deux.

            Vous avez en quelque sorte manqué la Pologne. La Pologne est généralement au-delà de votre perception ...
            1. Adler77 Офлайн Adler77
              Adler77 (Denis) 29 Octobre 2021 20: 55
              0
              Je ne connais rien à la Pologne.
              A propos de l'Ukraine, il y a de nombreuses minorités ethniques qui y vivent, qui dans certaines régions constituent la majorité de la population, elles aimeraient recevoir une éducation dans leur langue maternelle, regarder la télévision dans leur langue maternelle, ont-elles cette opportunité ? Autant que je sache, non.
              Quant aux pays baltes, je ne peux pas vous le dire avec certitude, puisque je ne suis pas politologue, mais je sais qu'il y a des citoyens et des non-citoyens là-bas. Il s'agit bien d'une inégalité. Quant à la comparaison des droits des non-ressortissants d'Estonie et de Lettonie par rapport aux miens, en tant que citoyen russe, je voudrais écouter et comparer.
              Eh bien, à propos de Kishinevo et de PMR, je ne vois pas ce qui vous rend indigné. Le PMR est de jure la Moldavie et cela ne les dérangerait pas de mettre fin au conflit, mais à condition que leurs demandes soient satisfaites, mais la Moldavie est contre et les négociations sont dans l'impasse. Si la Russie n'était pas là, tout serait fini depuis longtemps pour les pays russophones, à l'instar des pays d'Asie centrale et de l'Ukraine. Donc je n'ai pas besoin d'aller à Chisinau, il ne s'agit pas de lui.
              D'où viens-tu?
              1. Miffer Офлайн Miffer
                Miffer (Sam Miffer) 29 Octobre 2021 22: 36
                +1
                Je ne connais rien à la Pologne.

                Vous en savez un peu plus sur l'Ukraine, les pays baltes et la Moldavie.
                Vous avez Internet, cherchez, lisez. Cela aidera peut-être.
                Vous avez aussi le droit d'être délirant.

                Ne soyez pas là pour la Russie tout aurait fini depuis longtemps pour les russophones à l'instar des pays d'Asie centrale

                99% des Moldaves connaissent le russe dans une certaine mesure, ils sont donc également « russophones ».
                1. Adler77 Офлайн Adler77
                  Adler77 (Denis) 29 Octobre 2021 22: 58
                  -1
                  Vous vous êtes éloigné de répondre à mes questions, le conseil de rechercher sur Internet est tout simplement ridicule, vous recherchez vous-même sur Internet la confirmation de mes mots et vous les trouvez.
                  Connaître le russe et le considérer comme natif sont des concepts différents, les Moldaves en Moldavie ne sont pas russophones.
                  Vous êtes juste une sorte d'interlocuteur pas sérieux, vous avez commencé si cool, juste pour votre santé, mais vous avez terminé dans le style dont vous avez besoin et recherchez clin d'œil
                  Comment y a-t-il une comparaison des droits des citoyens vous et des non-citoyens des républiques baltes ? Cela m'a-t-il vraiment intéressé ?
                  1. Miffer Офлайн Miffer
                    Miffer (Sam Miffer) 29 Octobre 2021 23: 53
                    +2
                    Vous parler, c'est comme parler à un arbre, alors je ne crucifie pas trop.
                    Pour les surdoués, sur les doigts : en Lituanie, qui est aussi une république balte, il n'y a AUCUN NON-CITOYEN. Ces catégories ne sont disponibles qu'en Lettonie et en Estonie. Si vous n'arrivez pas à comprendre cela, que peut-on vous expliquer d'autre ? Les règles de la langue russe, d'ailleurs, de votre langue maternelle ? Donc tu ne le connais pas vraiment non plus.
                    Et je ne vais pas chercher la confirmation de vos bêtises sur Internet, j'ai des choses plus importantes à faire.
                    1. Adler77 Офлайн Adler77
                      Adler77 (Denis) 30 Octobre 2021 10: 05
                      -1
                      Oh oui, la réponse typique. La transition vers la violence personnelle. D'accord, comparons les droits des non-ressortissants d'Estonie et de Lettonie avec les droits des citoyens de la Fédération de Russie, quelle est la différence au sujet de laquelle vous avez argumenté avec tant de véhémence ?
                    2. Adler77 Офлайн Adler77
                      Adler77 (Denis) 1 novembre 2021 23: 03
                      0
                      Je ne l'ai pas cherché, mais d'une manière ou d'une autre, il est apparu dans le flux.
                      Les Polonais ethniques sont régulièrement et massivement soumis à des actions discriminatoires en Ukraine concernant la liberté de religion, l'éducation dans leur langue maternelle et la liberté d'expression. La publication Msn Wiadomości écrit à ce sujet, citant la déclaration officielle du vice-ministre des Affaires étrangères de Pologne Shimon Shinkovsky, faite lors d'une réunion du département concerné.
                      Comment c'est? Est-ce qu'ils mentent ?
                      :))))
                      Et où as-tu disparu camarade :)
  3. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 30 Octobre 2021 16: 28
    +2
    Le recensement de la population 2021 se réduit à l'envoi par courrier par boîtes aux lettres du formulaire n°7 homologué par arrêté de Rosstat n°17.09.2020 du 553 septembre XNUMX, dans lequel ils demandent à participer au recensement de l'une des trois manières suivantes :
    1. Jusqu'au 8 novembre 2021, remplir en toute autonomie les formulaires de recensement sur Internet sur le portail des Services de l'État
    2. Jusqu'au 14 novembre 2021, appelez et convenez de l'heure d'arrivée du scribe chez vous
    3. D'ici le 14 novembre 2021, visitez le site de recensement stationnaire
    À en juger par l'efficacité de la vaccination contre le Covid-19, qui, malgré toutes les mesures de campagne et de coercition, n'atteindra jamais le niveau requis, il se peut qu'à la suite de ce recensement, l'ensemble de la population de la Fédération de Russie soit comparable à la population de Moscou en vue de l'approche formelle de Rosstat au recensement de la population ...
    Au lieu de tels morceaux de papier, ils prendraient des informations auprès des sociétés de gestion de la maison et du ministère de l'Intérieur, le résultat serait beaucoup plus proche de la réalité.
  4. Valery Alexandrovich Proskurnin 31 Octobre 2021 22: 37
    0
    Je vais me permettre d'ajouter quelques roubles à la tirelire commune ...

    Donc:

    La loi telle que l'univers recouvre, enveloppe le système social, ce qui conduit à la nécessité d'avoir - dans le domaine de la Raison - plus ou moins uniforme règles d'action au sein d'un système de droit (privé, individuel) au service d'un système social spécifique et de tous les types de subjectivité inhérente, tels que: l'État, divers types d'institutions et d'organisations, ainsi que les individus dans leurs relations formelles et informelles, à la fois entre eux et avec d'autres personnes morales.

    Il est important de noter ici que les règles (procédures, opérations) ne peuvent être efficaces que pour des unités identiques (groupes d'unités), sinon elles (règles) ne peuvent pas être utilisées. Pour cela, tel unités universelles, comme 'individu', 'personne morale', 'droit de l'homme' et bien d'autres, permettant de travailler avec une grande variété réelle, mais au détriment des mêmes opérations appliquées aux unités monotones.

    Un « individu » est un « espace vide » universel ou une unité (discrète) de fonctionnement, strictement proportionnée à une autre unité du système juridique, au même titre que tout « droit de l'homme » individuel. Et ce n'est pas une qualité mystérieuse de ces unités elles-mêmes, en particulier des personnes ou des organisations. Le fait est que ils sont les moyens du travail de la Raison humaine, qui fonctionne avec des universaux simples. C'est la qualité même de Reason !

    Le moyen/instrumentalité, en particulier, réside dans le fait que les mots, concepts, expressions et opérations avec eux à la fois dans les travaux des juristes et dans les textes des documents juridiques, nous pouvons (parce que nous avons appris) et sommes obligés à rapport à la vraie vie, avec nos (et non nos) actions dans cette réalité « vivante ».