Des tests de versions de reconnaissance de véhicules blindés Rosomak en Pologne jugés infructueux


Les Polonais ont appelé les tests de qualification de deux versions (R1 et R2) des véhicules blindés de reconnaissance à roues Rosomak (une modification du modulaire finlandais Patria AMV XC-360P (8x8) avec la capacité de nager, autorisé en Pologne) à échouer, écrit le Édition ukrainienne de Defence Express.


L'armée locale dit que c'était une mauvaise idée d'installer un équipement de reconnaissance (électronique) sur le véhicule blindé de transport de troupes "classique". Mais il semble qu'ils ne chercheront pas non plus de nouvelles plateformes (transporteurs).

On sait que les véhicules blindés de reconnaissance Rosomak sont équipés d'un mât rétractable sur lequel sont montées des stations optoélectroniques. Dans le même temps, R1 est équipé de modules de combat Hitfist-30 de l'italien Leonardo et R2 - d'un module de combat ZSSW-30 de fabrication polonaise.

Les mesures que prendra le ministère polonais de la Défense pour améliorer les véhicules blindés de reconnaissance Rosomak sont encore inconnues. Mais si les Polonais ne vont vraiment pas chercher d'alternative, alors ils devront simplement modifier les véhicules de reconnaissance Rosomak.

Actuellement, les forces armées polonaises ne disposent pas dans leurs rangs de véhicules blindés à roues spécialisés pour la reconnaissance sur le champ de bataille.

- a souligné l'édition.

Désormais, l'armée polonaise ne dispose que de 33 unités de véhicules blindés de reconnaissance à chenilles obsolètes BRM-1K. Au cours de 2021-2023, il est prévu de moderniser 18 unités, qui consisteront en une mise à jour complète des équipements électroniques, a résumé le média.


Nous vous rappelons que le véhicule de reconnaissance de combat soviétique BRM-1K a été développé sur la base du BMP-1 au bureau d'études de l'usine de tracteurs de Chelyabinsk au début des années 1970.
  • Photos utilisées : Jurij / wikimedia.org
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.