La ruée vers le gaz turkmène attend l'Europe et la Chine


L'hiver approche à grands pas et la crise énergétique en Europe ne fait qu'empirer. Dans le même temps, Gazprom a clairement été désigné comme le principal « coupable », et la presse occidentale commence à entendre des appels à l'envoyer en enfer. Mais qu'est-ce qui remplacera alors le gaz russe ?


Le triomphe général des énergies renouvelables est encore très loin, le nucléaire fait peur pour beaucoup, le charbon est nocif pour l'environnement. Il est également impossible de miser sur le GNL, car dans les conditions d'un marché libéral, les fournisseurs oublient l'Europe et envoient leurs pétroliers en Asie, où le profit est plus élevé. Il ne reste que du gaz, d'ailleurs du gaz de canalisation, de préférence avec des contrats à long terme pour des approvisionnements garantis. Mais où se le procurer, sinon en Russie ? Et là encore, ils commencent à beaucoup parler du gaz azerbaïdjanais.

Corridor de transport de gaz du sud


L'idée de réduire la dépendance de l'Europe vis-à-vis des approvisionnements russes existe depuis longtemps. Dans ce cadre, le soi-disant « couloir de transport de gaz du sud » a été construit, reliant les champs d'Azerbaïdjan au gazoduc turc transanatolien (TANAP) et au gazoduc transadriatique (TAP), qui mène au sud de l'Europe. Le seul problème est que dans le cadre du réseau de gazoducs existant, Bakou ne peut fournir que 10 milliards de mètres cubes de gaz par an aux pays de l'Union européenne. Cependant, le président Aliyev s'est récemment vanté que les réserves prouvées de gaz de l'Azerbaïdjan atteignaient 2,6 XNUMX milliards de mètres cubes et a menacé d'augmenter les approvisionnements :

L'Azerbaïdjan a commencé à fournir du gaz à l'Europe fin 2020. Nous voyons que nous pouvons devenir des fournisseurs de gaz à d'autres pays de l'UE. Nous prévoyons de travailler avec l'UE pour étendre la géographie des approvisionnements.

Dans le contexte de la crise énergétique actuelle, l'intérêt de Bruxelles pour les initiatives de Bakou va évidemment augmenter fortement. Cependant, l'Europe ne sera plus remplie uniquement de gaz azerbaïdjanais. Apparemment, dans un avenir très proche, nous devrions nous attendre à une activation dans le sens d'une connexion au « corridor de transport de gaz du sud » du Turkménistan.

Gazoduc transcaspien


L'Europe lorgne depuis longtemps sur les gisements de gaz turkmènes. Cette république d'Asie centrale est extrêmement riche en réserves de « carburant bleu », qui s'élèvent à environ 19,5 4 milliards de mètres cubes. Cependant, en raison des particularités de sa situation géographique, Achgabat ne peut l'exporter que vers deux pays voisins - la Chine et la Russie. Cela permet aux principaux acheteurs de gaz de fixer des prix confortables pour eux, et la RPC y est notamment parvenue. Le Turkménistan est contraint de vendre du « fuel bleu » à l'Empire céleste à bas prix en paiement d'un prêt de XNUMX milliards émis par la Chine pour la construction d'un oléoduc pour ses propres besoins. C'est comme ça qu'il faut pouvoir faire les choses.

Comme alternative à la Russie et à la Chine, le Turkménistan considérait le marché énergétique de la lointaine Europe. Il était prévu de construire un gazoduc offshore le long du fond de la mer Caspienne, qui devait se connecter au corridor gazier sud. Au détriment du Turkménistan, l'Union européenne pourrait déjà recevoir 30 milliards de mètres cubes de gaz par an, ce qui représente déjà un volume très important. Malheureusement pour Achgabat, le problème du statut juridique instable de la mer Caspienne a fait obstacle à la construction du pipeline transcapien, et tous ces plans sont restés de simples projets. On ne savait pas non plus qui paierait pour la construction du gazoduc.

Heureusement pour Achgabat et ses partenaires européens, en 2018 la « Convention sur le statut juridique de la mer Caspienne » a été signée. Les cinq pays de la mer Caspienne, y compris la Russie, ont établi de nouvelles règles pour la pose de pipelines sous-marins. Or, pour cela, le consentement des seuls voisins les plus proches est suffisant, et non des cinq États. En d'autres termes, l'autorisation de Moscou pour signer un accord entre Bakou et Achgabat n'est plus requise. Certes, une réserve a été émise selon laquelle d'autres parties à la Convention pourraient exiger la mise en œuvre de toutes les normes environnementales, retardant ainsi le processus. La pratique montre que dans le cas de Nord Stream 2, le Danemark a pu allonger les formalités administratives pendant plusieurs années, mais a finalement été contraint de délivrer un permis. Pourquoi les dirigeants russes ont donné leur feu vert à un projet énergétique concurrent de Gazprom, l'auteur des lignes n'a pas encore pu le découvrir par lui-même. Mais à Bakou et Achgabat, ils se sont immédiatement ragaillardis. Début 2021, l'Azerbaïdjan et le Turkménistan ont signé un protocole d'accord sur l'exploration et le développement conjoints des ressources en hydrocarbures du champ Dostlug (Druzhba) dans la mer Caspienne. Un événement très symbolique et le nom du projet. Contre qui les anciennes républiques soviétiques seront probablement amies, et c'est donc clair sans explications inutiles.

Alors qu'est-ce que nous avons. Une crise énergétique à grande échelle se développe dans le Vieux Monde. Le coupable est Gazprom. À l'heure actuelle, il existe un projet de remplacement du gaz russe par un autre, par exemple azerbaïdjanais ou, mieux encore, turkmène. Compte tenu de l'intérêt accru de l'Europe et de l'extrême politisation de la question, on peut supposer avec une forte probabilité que Bruxelles elle-même trouvera les investissements nécessaires à la construction du gazoduc transcaspien. Dans le même temps, Moscou lui-même, pour une raison quelconque, s'est lié les mains en signant la Convention sur la mer Caspienne. Et après?

Maintenant, il ne reste plus qu'à s'appuyer sur la position de la Chine. Pékin est extrêmement intéressé par le maintien de son statut exclusif et n'a pas besoin de gaz turkmène pour commencer à se diriger vers le marché alternatif européen. Pourquoi le ferait-il ? La RPC considère clairement toutes ces réserves de « carburant bleu » comme les leurs, et les Chinois profitent de la préservation du statut semi-cabal d'Achgabat. Cela signifie qu'après le retrait volontaire de la Russie du jeu, l'Empire céleste entrera dans la bataille du gaz turkmène avec l'Europe, qui sera contrainte d'utiliser d'autres moyens de pression.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 1 novembre 2021 13: 49
    0
    Attendre / ne pas attendre...
    Vous pouvez tout aussi bien écrire sur la Russie, la Biélorussie, les Saoudiens et Star Wars.
    Le prix et la bande passante sont essentiels.

    S'il n'y a pas de tuyaux vers l'Europe, mais qu'il y a des tuyaux vers l'Asie, une logistique courte, et le prix là-bas est également plus élevé (comme le soulignent les médias), alors quel est le combat ?
    Et là, les verts mûriront ...
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 1 novembre 2021 13: 56
    0
    Le président Aliyev s'est récemment vanté que les réserves prouvées de gaz de l'Azerbaïdjan atteignaient 2,6 XNUMX milliards de mètres cubes et a menacé d'augmenter les approvisionnements :

    La Russie peut-elle également produire du gaz à la frontière avec l'Azerbaïdjan ?
    Et pourquoi Eltsine a-t-il dû, en 1991, renoncer à un pays aussi riche en gaz que le Turkménistan ? C'est à peu près ainsi que la Bulgarie a abandonné le gazoduc traversant son pays. Très myope !
  3. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 1 novembre 2021 14: 05
    0
    Citation: Sergey Latyshev
    S'il n'y a pas de tuyaux vers l'Europe, mais qu'il y a des tuyaux vers l'Asie, une logistique courte, et le prix là-bas est également plus élevé (comme le soulignent les médias), alors quel est le combat ?

    Les prix du gaz turkmène en Chine sont très bas. Ceci est directement écrit dans l'article et expliqué pourquoi. En Asie, les prix du GNL sont plus élevés. Ce sont deux choses différentes.
    Il y a déjà un tuyau en direction de l'Europe depuis l'Azerbaïdjan. Il suffit de traverser la mer Caspienne depuis le Turkménistan, et maintenant il n'y a plus d'obstacles à cela.
  4. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 1 novembre 2021 14: 15
    +3
    Pour information. Sur le dépôt Dostlug. Il s'agit d'un champ de condensats de pétrole et de gaz, où les études géophysiques n'ont pas encore été réalisées. Ses limites et ses réserves ne sont donc que provisoires. Aujourd'hui, elle est estimée à 100 milliards de mètres cubes de gaz. Combien d'entre eux sont récupérables est encore inconnu.

    Personne ne fera passer le gazoduc au fond de la mer Caspienne. A proximité se trouve le champ ACG développé ("Azeri-Chirag-Guneshli"). Dans le cas du développement de Dostlug, il vous suffit de le connecter à ACG et l'infrastructure est déjà là. Ce n'est qu'à quelques kilomètres d'un gazoduc sous-marin. Selon les données publiées, 70 % des coûts sont supportés par le Turkménistan et 30 % par l'Azerbaïdjan. En conséquence, la division des bénéfices dans les mêmes proportions.

    Et enfin, le plus important. L'entrepreneur et l'exécutant des travaux sur le terrain ont été identifiés. Il s'agit de la société russe LUKOIL. Quelle surprise... Donc, en gros, ce sera le gaz russe.

    Des levés géophysiques devraient avoir lieu en 2022. Le traitement des données prendra plusieurs mois. D'ici fin 2022, le développement du domaine pourrait commencer. Il atteindra sa capacité nominale dans trois ans.


    Et c'est un bateau frontière turkmène juste au bord du terrain. La photo de l'année dernière.
    L'Azerbaïdjan n'y est pas autorisé. Peut-être que l'exploration sera également effectuée par une société russe.
  5. Le commentaire a été supprimé.
  6. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 1 novembre 2021 15: 18
    -5
    La ruée vers le gaz turkmène attend l'Europe et la Chine

    - Oui, quel "combat" ??? - Le combat est déjà terminé...
    - La Chine ne laissera jamais le Turkménistan sortir de son ... étreinte ... - Ça y est - le train est déjà parti ...
    - Ici aussi, la Russie a peu de chances de pouvoir se libérer de la même « étreinte » (il est urgent de « maîtriser » tout le « rond-point » de la Voie du Nord)… - Et même le Turkménistan, encore plus. ..
    - Quant à la Caspienne ... - alors ... puis ... alors la Russie a très, très bien " rompu " dans cette Caspienne ... - Pourquoi la Russie est-elle devenue l'initiatrice, puis a-t-elle signé la " Convention sur la Statut juridique de la mer Caspienne?" ?? et ainsi de suite ... - = Eh bien, pourquoi la Russie l'a-t-elle fait ???
    - Eh bien, maintenant... - Bien sûr, la Chine ne laissera aller le Turkménistan nulle part et ne laissera personne entrer au Turkménistan (ni la Turquie, ni les autres)... - Mais cela ne facilite pas la tâche de la Russie... - Et Le Kazakhstan - aujourd'hui aussi est tombé sous l'influence de la Chine ... - la même chose s'est produite avec l'Iran ... - Ainsi avec la division officielle de la Caspienne et de ses zones côtières ... - La Russie a beaucoup perdu ses positions dans la Caspienne ... - Qui d'autre avait une telle "influence spéciale", des positions aussi fortes que la Russie - personne d'autre ... - Alors aujourd'hui l'Europe n'a rien à faire dans la Caspienne ... - La Chine est déjà "au pouvoir" là ...
  7. Youri Gagarine Офлайн Youri Gagarine
    Youri Gagarine (Youri Gagarine) 1 novembre 2021 19: 19
    0
    Je me demande si le Reporter vérifie l'incompétence des articles « analytiques » ?
    Je voudrais demander à l'auteur pourquoi affirmer pourquoi il n'a pas l'intégralité des données ?