Russie et Biélorussie : l'unification a commencé


À la veille du 4 novembre, jour de l'unité nationale, les présidents Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine ont signé un décret définissant les voies du développement futur de l'État fédéré entre la Russie et la Biélorussie. Tant la date symbolique que le nom "ancien régime" du document - tout devrait indiquer que l'unification des deux États slaves les plus proches a enfin démarré.


Rappelons que l'accord même sur la formation de l'État de l'Union a été signé en 1999. Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, mais cette forme d'unification supranationale n'est restée que sur le papier. Mais le statut d'allié le plus proche, et même situé à la frontière occidentale, a conféré à Minsk un certain nombre d'avantages incontestables, que le président Loukachenko a habilement utilisés, éliminant des remises et des préférences sans fin pour la Biélorussie.

Les événements de 2014 peuvent être considérés comme un tournant, après que la Crimée de Maïdan est devenue une partie de la Fédération de Russie et que la RPD et la RPL se sont séparées de l'Ukraine, mais se sont retrouvées bloquées à mi-chemin. Ensuite, les relations de Moscou avec ses voisins ont changé de façon marquée : de nombreuses anciennes républiques soviétiques ont commencé à craindre sérieusement une répétition du "scénario de Crimée" quelque part sur leur territoire. Dans le même temps, les relations du Kremlin avec l'Occident se sont fortement détériorées, et la question du « transit du pouvoir » est devenue la plus importante et la plus douloureuse pour les « élites » nationales. Dans ce contexte, les changements dans la paire Moscou-Minsk sont devenus évidents.

"Old Man" n'a pas reconnu avec défi la réunification de la Crimée avec la Russie, et a également parlé négativement de ce qui se passe dans le Donbass, offrant sa capitale comme plate-forme pour le retour de la RPD et de la RPL à Kiev via le processus de négociation. Le Kremlin, cependant, a regardé son partenaire biélorusse avec un nouveau regard, puisque l'État de l'Union est devenu l'une des formes possibles du soi-disant « transit du pouvoir ». De façon inattendue pour le président Loukachenko, une forte pression sur la question pétrolière a commencé à être exercée sur la Biélorussie. En réponse, Minsk a commencé à parler de la transition vers l'achat de matières premières aux États-Unis et dans d'autres pays. La relation s'échauffait constamment et leur point culminant peut être considéré comme le cas scandaleux de la détention de 33 "Wagnerites". On ne sait pas jusqu'où aurait pu aller le fossé entre les deux alliés les plus proches, mais l'inattendu s'est produit.

À l'été 2020, des élections ont eu lieu en Biélorussie, que le président Loukachenko, comme d'habitude, a remportées avec un score écrasant. Cependant, cette fois, les Biélorusses calmes et travailleurs, pour une raison quelconque, ont refusé de reconnaître leurs résultats comme honnêtes et ont commencé à descendre en masse dans la rue. L'Occident a essayé de tirer le maximum d'avantages en soutenant le "président Sveta" Tikhanovskaya et en refusant de reconnaître la légalité de la victoire d'Alexandre Grigorievich. Cela semblait un peu plus, et le régime Loukachenka, qui a été contraint de prendre une mitrailleuse, s'effondrerait et la Biélorussie deviendrait un État européen aussi prospère que l'Ukraine voisine. Il ne fait aucun doute que le « Vieil Homme » n'a survécu que parce que le Kremlin a exprimé son soutien très clairement et sans équivoque, promettant d'envoyer des « vacanciers » et des « anciens combattants ». Après avoir reçu un signal de Moscou, le responsable de Minsk a donné son feu vert à la dispersion violente des manifestations de masse. Cela s'est avéré moche, mais efficace. D'ailleurs, c'est comme ça que ça aurait pu être en Ukraine en 2014, montrer au Kremlin plus politique volonté. Eh bien, apparemment, la leçon a été apprise.

Ce fut le tournant. Désormais, le président Loukachenko est devenu un « paria » de l'Occident qui ne peut plus se permettre de manœuvrer entre la Russie, les États-Unis et l'Union européenne. S'ils attendent la Biélorussie là-bas, alors sans "Batka", et pour Alexander Grigorievich lui-même, les partenaires occidentaux ont accumulé trop de questions pour qu'il puisse effrayer Moscou avec des allusions à une éventuelle "intégration européenne".

Que voit-on un an plus tard, le 4 novembre 2021 ?

D'abord, Moscou et Minsk ont ​​signé un décret sur 28 programmes d'intégration de la Russie et de la Biélorussie. Parmi eux, la convergence et l'harmonisation de la politique macroéconomique, de la politique monétaire, de la réglementation et du contrôle des devises, des systèmes de paiement, du droit fiscal et douanier, du contrôle des transports et du marché des transports, la formation d'un marché unique du gaz, du pétrole et des produits pétroliers, la coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire, du tourisme, des communications et de l'informatisation, et bien plus encore.

deuxièmement, il a été décidé de créer un holding médiatique uni, bien entendu, pour promouvoir une politique unique de propagande et d'information pour la Fédération de Russie et la République de Biélorussie.

troisièmement, Moscou et Minsk ont ​​convenu qu'un cosmonaute de Biélorussie serait envoyé à l'ISS.

Quatrièmement, dans le cadre de l'Etat Union, la Doctrine Militaire a été actualisée, bien évidemment, en tenant compte des nouveaux défis du bloc de l'OTAN.

CinquièmementPlus particulièrement, Minsk est de facto prête à reconnaître la Crimée comme russe. Comme vous le savez, tous ceux qui envisagent la péninsule ukrainienne reçoivent un visa de Kiev pour la visiter. Ainsi, par exemple, en 2018, la célèbre présentatrice de télévision Ksenia Sobchak l'a fait avec défi. L'arrivée en Crimée par la Russie signifie la reconnaissance de la souveraineté de notre pays sur elle. À cet égard, les dernières déclarations publiques du président Loukachenko sont dignes de mention :

L'Ukraine a fermé le ciel à la Biélorussie et nous ne pouvons pas passer par l'Ukraine jusqu'en Crimée. Vladimir Vladimirovitch m'a tout promis, m'a promis qu'il m'emmènerait avec lui en Crimée, me montrerait de nouveaux objets, ce qu'il y avait de nouveau là-bas. Et beaucoup a été fait. Et aujourd'hui on est parti et ne m'a pas invité avec lui. Eh bien, sinon en Crimée, pouvons-nous aller à Saint-Pétersbourg ?

Peut-être à Saint-Pétersbourg, et peut-être à Sébastopol. Comme vous pouvez le voir, dans ce schéma, il n'y a pas de demande de visa pour Kiev, ce qui signifiera la reconnaissance effective de la Crimée comme russe. Après une telle visite, il n'y aura qu'une étape formelle jusqu'à la reconnaissance officielle par la Biélorussie.
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 5 novembre 2021 15: 41
    -12
    Poutine, nos oligarques, ont un cancer - les tripes sont minces. Par conséquent, si l'unification est correcte, Loukachenka sera le prochain président de la Russie !
    1. isv000 Офлайн isv000
      isv000 5 novembre 2021 23: 40
      0
      Citation: sidérurgiste
      Par conséquent, si l'unification est correcte, Loukachenka sera le prochain président de la Russie !

      Et c'est vrai, et c'est vrai ! Vieil homme - pour chasser les voleurs, et GDP - adversaire extérieur - ce n'est pas pour rien que nous avons un aigle à deux têtes sur nos armoiries ! ..
    2. Vyacheslav Moscow 6 novembre 2021 14: 30
      +3
      Qui est l'oligarque ? Celui qui détient le pouvoir politique, économique, etc. Il n'y a pas de telles personnes en Russie. Mais en Biélorussie, il y a - c'est Loukachenka. Il a le pouvoir absolu dans sa ferme collective. Et une telle personne à la tête d'une puissance nucléaire, tôt ou tard, conduira le monde à la troisième guerre mondiale, ce n'est pas pour rien qu'il a fait l'éloge d'Hitler dans les années 3.
    3. Rico1977 Офлайн Rico1977
      Rico1977 (Alexander) 6 novembre 2021 21: 37
      0
      Il les a mis il y a longtemps.
  2. 123 Офлайн 123
    123 (123) 5 novembre 2021 16: 28
    +1
    À qui avez-vous accroché une image si sombre, il n'y avait plus de tons gais? Ou pas content ?
    1. IMHO Офлайн IMHO
      IMHO (nikitoss) 7 novembre 2021 08: 36
      -4
      Et pourquoi se réjouir que deux grands-pères soient toujours aux commandes ? J'aimerais vivre dans le pays que diffuse Channel One, mais sortir dans la rue et entrer dans les magasins n'est pas heureux.
      1. 123 Офлайн 123
        123 (123) 7 novembre 2021 23: 42
        +2
        Et pourquoi se réjouir que deux grands-pères soient toujours aux commandes ? J'aimerais vivre dans le pays que diffuse Channel One, mais sortir dans la rue et entrer dans les magasins n'est pas heureux.

        De quoi être heureux ? Le pays commence à s'unir. Nous sommes un seul peuple.
        Ce qu'ils vous montrent à la télé, je ne sais pas, je ne le regarde pratiquement pas.
  3. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 5 novembre 2021 17: 21
    -4
    Russie et Biélorussie : l'unification a commencé

    - Euh, il ne faut pas en parler si directement, pour ne pas "se moquer"...
    - Tout est si fragile, éphémère, pesant et changeant que... quoi... qu'il ne faut pas trop s'y fier...
    - Loukachenko est constamment rusé, esquivant, perdant du temps ... - Il a donc "attendu" la création d'un centre politique notoire - et même ridiculement simulé, mais déjà légalisé à l'étranger, où quelqu'un S. G. Tikhanovskaya est prêt à " le remplacer " dans son poste ... - et en Biélorussie même, il est venu à l'utilisation des forces de sécurité pour " neutraliser " la situation dans le pays ...
    - Qu'est-ce qu'il fallait apporter à ça ???
    - Untel ... - quand il est devenu évident que Loukachenka ne pouvait tout simplement "pas s'asseoir sur son trône" (bien qu'il ait changé les chefs des agences de sécurité) et que la Russie puisse simplement "ne pas sauver son trône" une fois de plus .. - et maintenant ... ce Loukachenko ... - dès qu'un peu "oklematsya" ... - il continue toujours à tirer les mêmes "cornemuses" ...
    - La Grande-Bretagne fichue, guindée et ennuyeuse... ; qui adopte des lois et des amendements d'État depuis des décennies ... - Bon sang, même cette Grande-Bretagne a réussi à proposer une sorte de "Brexit", à collecter son argent et ... et ... et à se précipiter de l'UE .. . - Et Loukachenka esquive tout... - et tire sur le caoutchouc...
    - Eh bien, il arrivera à... - Il arrivera à la "mauvaise situation"...
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 5 novembre 2021 20: 18
    -7
    Tout est correct. Le vieil homme a de nouveau surpris tout le monde. Si traduit en normal :

    Premièrement, la Russie traînera sur elle-même 28 programmes d'intégration, principalement dans l'économie douanière-butin-tarifaire. Quoi bien.

    Deuxièmement, ils créeront une seule fille médicale et apprendront au père à compter correctement les voix lors des élections.
    Et puis il pense comme les montagnards...

    Troisièmement, Moscou paiera pour le cosmonaute de Biélorussie, juste pour qu'il soit (en mémoire de l'URSS. Et de leurs galoches spatiales?) ...

    Quatrièmement, le Kremlin donnera des armes plus récentes, pour effrayer les voisins. Parce que La Biélorussie a des dettes, relativement bon marché.

    Cinquièmement, l'approche multivecteur de Batkina deviendra encore plus multivecteur.
    La Crimée ne l'a pas reconnu, mais lui reproche déjà de ne pas avoir été invité à voler ...
  5. Vyacheslav Moscow 6 novembre 2021 13: 31
    -2
    Loukachenka a déjà tout fait pour qu'il n'y ait pas d'union entre la Russie et la Biélorussie. Si l'année dernière les syabras ont refusé de voter pour lui, l'année prochaine, d'ailleurs, ils ne soutiendront pas la constitution. Avec qui alors s'unir ? Avec le dernier dictateur d'Europe, qui n'a besoin de la Russie que de l'argent ? La situation est bloquée. D'un côté, les syabras commencent à nous haïr discrètement, et de l'autre, Loukachenka a rasé tout le paysage politique. Eh bien, il ne s'agit pas de transférer la Biélorussie à Tikhanovskaya. Nous devons attendre et endurer cette goule multi-vecteurs.
  6. Abakan Офлайн Abakan
    Abakan 6 novembre 2021 17: 49
    -2
    Citation: sidérurgiste
    Poutine, nos oligarques, ont un cancer - les tripes sont minces. Par conséquent, si l'unification est correcte, Loukachenka sera le prochain président de la Russie !

    entre Loukachenko et Poutine près de 60 ans de présidence et ils seront présidents à vie. Khadafi ou Saddam n'ont pas pu rivaliser boissons aigle à deux têtes, nous serons le premier pays avec deux présidents
    1. John Wick Офлайн John Wick
      John Wick (John Wick) 6 novembre 2021 20: 27
      +1
      C'est vrai - deux Kirill c'est le pouvoir clin d'œil
  7. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 7 novembre 2021 08: 29
    0
    Il est grand temps, mais la Russie doit enfin prendre soin d'elle-même.
  8. Krilion Офлайн Krilion
    Krilion (Krilion) 7 novembre 2021 11: 16
    0
    Je ne comprends pas pourquoi tout le monde est si heureux .. en fait, Loukachenka a obtenu ce qu'il a fallu si longtemps pour extraire - l'accès à des ressources bon marché aux prix russes .. . "petit mais séparé appartement" .. vous pouvez oublier le retour des prêts reçus ... dans les 30 prochaines années (ou combien de temps cela durera) à nouveau des câlins et des baisers avec des vœux dans la "fraternité" éternelle .. une fois encore une fois .. Les Russes sont des gens naïfs ... Loukachenka a encore une fois trompé tout le monde, comme il l'avait fait 20 ans auparavant ...
  9. Reika Kuramori Офлайн Reika Kuramori
    Reika Kuramori (Kuramori Reika) 7 novembre 2021 12: 39
    -2
    Pourquoi avons-nous besoin d'une autre république appauvrie autour de nos cous ? Donnez ce parasite avec la famille Natsik. Laissez Kadhafi se sentir. Celui-ci a trop longtemps vécu aux dépens des autres.
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 9 novembre 2021 20: 48
      +2
      L'Ukraine ne vous suffit pas ?
    2. Ulysse Офлайн Ulysse
      Ulysse (Alexey) 9 novembre 2021 22: 34
      -2
      Pourquoi avons-nous besoin d'une autre république appauvrie autour de nos cous ?

      L'Ukraine est maintenant appauvrie.

      En Biélorussie il y a une production sérieuse, un peuple travailleur qui ne s'enfuit pas en masse à l'étranger pour gagner de l'argent après la "révolution de la dignité". ressentir