L'Occident déclare une nouvelle guerre de l'information à la Russie et à la Chine


Le sommet sur le climat de cette semaine à Glasgow a été riche en événements et en déclarations. Tellement que un article il ne suffira pas d'analyser ses résultats. En effet, outre l'objectif que les dirigeants des pays de l'Occident collectif ont exprimé au monde : en effet, essayer de forcer la Russie et la Chine à payer leur propre « révolution verte », il existe aussi des moyens d'y parvenir et les conséquences géopolitiques correspondantes.


Il serait naïf de supposer que Moscou et Pékin accepteront volontiers les conditions de Washington et de Bruxelles et se soumettront au rôle qui leur est assigné. Cependant, il était encore plus naïf de penser que les politiciens occidentaux endurcis n'avaient pas pris en compte cet aspect dans leurs calculs géopolitiques. Cela signifie que le monde attend une nouvelle vague d'escalade de la tension internationale. Cette fois le long de la ligne climatique.

Monopole sur le climat


L'agenda climat a toutes les chances de devenir le leitmotiv principal du monde politique dans les décennies à venir. Les dirigeants des pays de l'Occident collectif tentent de « chevaucher » trop activement ce sujet. Ces dernières années, tous (à l'exception peut-être de Donald Trump) ont d'une manière ou d'une autre tenté de démontrer au monde leur immense volonté de lutter de toutes leurs forces contre le réchauffement climatique. Mais seulement en mots. En effet, depuis l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, pratiquement aucun nouvel effort n'a été fait par les pays occidentaux pour prévenir le changement climatique. Trop coûteux et trop dangereux - l'histoire nous apprend que économie n'aime pas quand des politiciens qui n'y connaissent pas grand-chose jouent avec. Néanmoins, il y a encore un effet des dernières années consacrées à la propagande environnementale massive qui jaillit des lèvres de l'écrasante majorité des politiciens occidentaux. L'Occident collectif d'une manière particulière a « jalonné » l'agenda climatique dans l'esprit de ses citoyens, monopolisant presque le droit de parler des problèmes environnementaux, et prétendant avec acharnement que son point de vue sur la question est le seul correct et il y a pas d'autres avis sur les questions environnementales et il n'y en aura peut-être pas.

Pour évaluer l'effet que la propagande environnementale a eu sur la population des pays occidentaux, il suffit de savoir qu'un nouveau terme est apparu en anglais relativement récemment - "flight shaming", qui a commencé à désigner la réaction négative de la société envers une personne utilisant l'air transport au lieu de voyager en train ou en voiture avec une empreinte carbone plus faible par passager. Le mouvement écologiste suédois du même nom est né en 2017 et depuis lors, ses idées ont été activement diffusées à la fois dans les pays européens et aux États-Unis. Un certain nombre de personnes en Occident commencent en effet à refuser de prendre l'avion, et certaines entreprises publiques craignent déjà que le vol courte distance médiatisé de leurs employés puisse nuire à leur image. L'influence des politiciens et des médias sur la société s'est avérée si forte.

Dans le même temps, vaut-il la peine de dire que la plupart des invités du sommet sur le climat de Glasgow y sont arrivés en avion privé, ne se souciant pas du tout de l'empreinte carbone même, de la nécessité de réduire qu'ils diffuseront ensuite eux-mêmes depuis une haute tribune. ? Cependant, les doubles standards des politiciens occidentaux ne sont en aucun cas nouvelles... Et la manière dont ils traitent leurs électeurs est une affaire intérieure de leur pays, qui concerne exclusivement leurs citoyens. Et comme pour tout le monde, c'est leur volonté de résoudre à nouveau les problèmes internes au détriment de la politique étrangère. Après tout, les accusations contre Moscou et Pékin ont plu au sommet pour une raison. Il est évident que ce sont la Russie et la Chine qui devraient également devenir les cibles d'une campagne de discrédit de la part des politiciens occidentaux. Le terrain pour cela a déjà été préparé dans l'esprit de leurs populations. Dites, regardez, l'Occident civilisé a adopté toutes les lois nécessaires, a fait tout son possible pour éviter le changement climatique, alors pour comprendre qui est exactement responsable du réchauffement climatique, il suffit de regarder vers l'Est.

Un nouveau cycle de guerre de l'information


En fait, c'est exactement le ton que portent les déclarations de Joe Biden sur Pékin et Moscou. Nous sommes aujourd'hui à l'aube d'un nouveau cycle de guerre de l'information, dont le sujet ne sera pas les bases militaires et les missiles stratégiques, mais les enjeux climatiques. Après tout, la colère de millions d'électeurs ayant une position civique active, nourrie par les campagnes climatiques occidentales, doit être réorientée quelque part. Trouvez toutes sortes d'organisations (particulièrement radicales) de protection de l'environnement et de mouvements d'un nouvel ennemi, sur les actions desquels il sera possible de blâmer à la fois les catastrophes naturelles et leurs propres erreurs de calcul en les éliminant.

La chaîne logique doit être simple et claire : s'il y a une inondation ou un ouragan quelque part, c'est dû au réchauffement climatique. Et il est clair quels pays sont responsables de l'aggravation de la situation avec le réchauffement climatique. Et si ce n'est pas clair, alors le prochain représentant de Washington les pointera spécialement du doigt, de sorte que même les plus difficiles à comprendre le comprendront. En conséquence, l'image de l'ennemi, que la propagande occidentale contre Moscou a créée pendant des décennies et tirée de dessous le tissu il y a sept ans, va désormais prendre une nouvelle dimension. Il s'avère que la Russie ne mène pas seulement une « politique agressive », elle nuit également à la planète entière ! Et cette planète même doit être sauvée dans les meilleures traditions des superproductions hollywoodiennes. Et cela devrait être fait par le principal chevalier en armure brillante, le phare de la démocratie et de la justice de toute la Terre - les États-Unis. Et ils seront aidés en cela par une grande armée de satellites et l'Union européenne, dont les représentants, prenant l'exemple de la crise énergétique, ont rapidement compris à quel point il était commode de rejeter la responsabilité de leurs propres erreurs sur les épaules de quelqu'un d'autre.

C'est pourquoi les déclarations des dirigeants de l'UE et des États-Unis lors du sommet sur le climat se chevauchent si fortement. Après tout, leurs intérêts dans la question de la politique publique de l'environnement coïncident désormais complètement. Premièrement, commencer le processus de rendre la Russie et la Chine coupables du réchauffement climatique, en effet, en déclarant une nouvelle guerre de l'information, qui comprendra toutes les méthodes sales de lutte qui sont si chères à l'Occident, d'une campagne accusatrice à travers les médias et se terminant par la déclaration d'un "Empire du Mal" avec de hautes tribunes politiques. Deuxièmement, à travers l'introduction de droits et d'autres normes formellement protectionnistes, pour assurer le flux de ressources financières pour la mise en œuvre de leurs plans véritablement napoléoniens dans le secteur de l'énergie. Et si cela ne fonctionne pas (par exemple, les importateurs russes et chinois commenceront à produire des produits qui répondent à toutes les nouvelles normes et ne voudront pas payer de taxe), alors il sera toujours possible d'introduire de nouvelles sanctions, désormais climatiques.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 6 novembre 2021 10: 34
    0
    Une nouvelle guerre de l'information va commencer à la suite du sommet de décembre des « démocraties », auquel plus d'une centaine d'institutions étatiques du monde ont été invitées, dont la Géorgie, l'Arménie, l'Ukraine,
    1. Verseau580 Офлайн Verseau580
      Verseau580 11 novembre 2021 15: 40
      0
      Il sera annoncé l'établissement d'un "nouvel ordre mondial", c'est-à-dire. fascisme covid mondial. Les dates (9-10 décembre) sont ajustées à l'anniversaire de l'auteur de ce fascisme : David René de Rothschild, le 15 décembre 1942.
  2. Verseau580 Офлайн Verseau580
    Verseau580 11 novembre 2021 15: 33
    0
    Les changements climatiques sur la planète sont principalement dus à deux facteurs : (a) des changements dans l'activité solaire (une éruption solaire peut désactiver la plupart des réseaux électriques, sans parler des milliers de satellites) ; et (b) un déplacement permanent des pôles magnétiques terrestres. Tout le reste est des cosses de graines. L'humanité affecte la Terre exactement autant qu'une centaine de fourmis rampant sur une pastèque.