Pari turc. Pourquoi Erdogan affronte Rosatom et Gazprom


La crise de l'énergie qui a soudainement éclaté en Europe a forcé beaucoup de personnes à considérer l'énergie nucléaire d'une manière nouvelle. Si l'Allemagne et la Belgique refusent catégoriquement les centrales nucléaires, alors dix autres pays européens, la France en tête, ont commencé à insister sur leur préservation. Par ailleurs, Paris s'apprête à lancer la construction de nouvelles centrales nucléaires pour réduire la dépendance de la Ve République vis-à-vis des importations d'énergie. Ankara est arrivée exactement aux mêmes conclusions et a décidé de porter à trois le nombre total de centrales nucléaires dans son pays.


Cela a été déclaré personnellement par le président Erdogan, après avoir visité la centrale nucléaire d'Akkuyu en cours de construction :

Nous prévoyons de mettre en service la première unité en 2023. Ainsi, la Turquie deviendra l'un des rares pays dotés d'énergie nucléaire. Après Akkuyu, nous commencerons les travaux de la deuxième et même de la troisième centrale nucléaire.

En théorie, Rosatom est censé se réjouir ici, car avec une proposition de coopération supplémentaire, le sultan s'est à nouveau rendu à Moscou, contournant les Français et les Chinois. Cependant, tout n'est pas si simple, puisque la mise en œuvre de ces projets va fondamentalement changer le système énergétique de la Turquie, qui risque de revenir hanter une autre entreprise d'État russe, Gazprom, que le président Erdogan pousse essentiellement contre Rosatom. Mais parlons de tout dans l'ordre.

Le plan astucieux du sultan


Le projet de centrale nucléaire d'Akkuyu pour la Turquie a été critiqué à plusieurs reprises, et à juste titre. Rosatom s'est lancé dans une expérimentation avec un modèle économique extrêmement douteux, selon la formule "build-own-operate" (en anglais - BOO, Build-Own-Operate). Cela signifie que la centrale nucléaire appartiendra à une entreprise russe par l'intermédiaire de sa filiale, et la société d'État elle-même supportera l'entière charge de son entretien, de sa responsabilité et de la nécessité de vendre de l'électricité aux consommateurs afin de récupérer les 22 milliards de dollars investis. . Dans le même temps, la Turquie a refusé de signer un accord garantissant des ventes à Rosatom à des tarifs fixes.

Cela contredit complètement la pratique mondiale établie, lorsqu'un entrepreneur construit une centrale nucléaire, en reçoit le paiement et la transfère à un client satisfait, fournissant en outre des services pour maintenir son fonctionnement. Une alternative est un accord entre les investisseurs et le gouvernement, qui s'engage à racheter certains volumes d'électricité à un prix fixe, généralement surévalué, comme ce fut le cas dans le projet britannique de centrale nucléaire de Hinckley Point.

Mais Rosatom a suivi sa propre voie. Le plus qu'Ankara ait pu persuader était son achat obligatoire de 70% du volume d'électricité des deux premières unités de puissance à un prix de 12,35 cents US par kilowatt/heure pendant les 15 premières années, et 30% des deux suivantes. . Une fois qu'Akkuyu aura récupéré, la Turquie recevra 20% de son revenu net. Si l'on ajoute à cela les risques géopolitiques des relations entre Moscou et Ankara, alors le projet de centrale nucléaire en Turquie devient un véritable pari.

C'est ainsi que le "sultan" a proposé au Kremlin de construire deux autres centrales nucléaires en Turquie, dont nous discuterons plus en détail. dit précédemment. Le second peut apparaître près de la ville de Sinop, le troisième - à Ingleada près de la Bulgarie. Il est évident qu'Ankara a déjà des projets d'exportation d'électricité vers l'Union européenne. Si Rosatom signe un accord sur la construction des deuxième et troisième centrales nucléaires turques aux mêmes conditions qu'Akkuyu, il ne reste plus qu'à lui tourner le doigt à la tempe.

D'abord, la société d'État « se jette » dans des projets à très haut risque avec un partenaire commercial peu fiable, qui est la Turquie moderne, non plus 22, mais (22 multiplié par 3) 66 milliards de dollars de budget. En cas d'aggravation des relations entre Ankara et Moscou, ces centrales nucléaires peuvent être simplement nationalisées. Les raisons peuvent être multiples : nous menons une guerre hybride avec les Turcs en Syrie, et en Libye, et au Haut-Karabakh, et maintenant en Asie centrale. La société américaine Westinghouse se fera un plaisir d'aider Ankara à remplacer le carburant russe par l'américain.

deuxièmementAprès avoir dépensé une somme aussi gigantesque de fonds budgétaires en devises étrangères, Rosatom traversera la route de Gazprom. Comme vous le savez, le monopole national a construit le gazoduc Turkish Stream d'une capacité totale de 31,5 milliards de mètres cubes par an. Elle fournit la moitié de ces volumes en transit vers l'Europe, la seconde va aux consommateurs turcs. Ainsi, les quatre centrales d'Akkuyu produiront au total 4800 5 MW de capacité, ce qui, selon certaines estimations, entraînera une diminution de la consommation d'environ XNUMX milliards de mètres cubes de gaz. Si trois de ces centrales nucléaires apparaissent en Turquie, cela équivaudra au volume de gaz que Gazprom peut fournir via l'une des deux lignes du Turkish Stream pour les besoins internes de la Turquie.

Tout simplement génial". Construire à leurs frais trois centrales nucléaires pour les Turcs afin de perdre le marché des ventes de gaz en Turquie. Dans le même temps, Ankara pourra exporter son surplus d'électricité vers la Bulgarie voisine et d'autres pays de l'UE, réduisant ainsi sa dépendance vis-à-vis du gaz russe sur le marché européen. Qui devez-vous être pour accepter volontairement de participer à cela?

Que peut-on faire d'autre


Nous pouvons essayer de réduire les risques géopolitiques exprimés à des risques plus raisonnables. Bien entendu, il ne faut en aucun cas accepter la construction d'une deuxième et d'une troisième centrale nucléaire en Turquie aux mêmes conditions qu'Akkuyu. Aujourd'hui, la situation sur le marché de l'énergie est telle que les positions de négociation de Rosatom sont bien meilleures. Il n'est pas du tout nécessaire de se précipiter pour parvenir à un accord, car il n'y a pas encore eu de file d'attente de ceux qui souhaitent prendre en charge ces projets. Et s'ils construisent, alors soit purement en tant qu'entrepreneur, soit en tant qu'investisseur avec un contrat à long terme pour la vente d'électricité à un prix fixe, qui prévoira directement et sans équivoque une clause de protection contre une éventuelle nationalisation de la centrale nucléaire. .

Concernant le marché du gaz turc. Oui, Gazprom risque de le perdre à moyen terme. La question est que faire des volumes en baisse ? Peut-être vaut-il la peine de les rediriger de la Turquie vers l'Europe, mais pas par le Turkish Stream, mais par le Southern Gas Transportation Corridor. Rappelons qu'aux termes du troisième paquet énergétique de l'UE, le propriétaire du gazoduc est obligé de fournir 50% de sa capacité à un autre fournisseur, qui dans ce cas peut être Gazprom. Et il vaudrait mieux se dépêcher, car dans le contexte de la crise énergétique dans l'UE, Bruxelles et Ankara se tournent de plus en plus vers le gaz turkmène, qui peut transiter par le corridor sud via le gazoduc transcaspien, le gazoduc il ne reste plus d'obstacles à la construction.

Si nous relions la construction de deux nouvelles centrales nucléaires en Turquie et la perte éventuelle de son marché du gaz à l'accès de Gazprom au corridor de transport de gaz du sud par le biais des normes du troisième paquet énergétique de l'UE, alors les risques géopolitiques pour la Russie diminueront considérablement.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 11 novembre 2021 19: 14
    -1
    - En général - il est difficile de comprendre quelque chose dans cette confusion - et cela vaut-il la peine d'essayer - un tel charabia continu ...
    - Personnellement, je serais pour ... - pour toute cette "construction" de centrales nucléaires et tout le reste en Turquie - mais seulement pendant le règne de Catherine II - tk. tout de même, la Turquie serait vaincue (elle disparaîtrait en tant qu'Etat en général - c'est ce à quoi aspire Catherine II) - et tous ces "nouveaux bâtiments" iraient encore en Russie... pour apporter des "projets similaires" à la vie ...
  2. Kim Rum Eun Офлайн Kim Rum Eun
    Kim Rum Eun (Kim Rhum Yn) 12 novembre 2021 07: 28
    0
    nous menons une guerre hybride avec les Turcs en Syrie, en Libye et dans le Haut-Karabakh...

    1) Il faut définir plus précisément qui est ce « nous » ? L'auteur lui-même en collaboration avec son verbiage ?
    2) Si nous parlons de la Fédération de Russie, alors la position officielle de la Russie est que les forces armées de la RF sont en Syrie à l'invitation officielle du gouvernement légitime de la RAS, et en Libye et au Karabakh, elles "insisteront" officiellement.
    3) Ensuite, vous devez définir le terme "guerre hybride". Si vous regardez de très près, alors ce portail est littéralement "dans les premières tranchées" de cette même guerre.

    Taki ouais...

    - En général, il est difficile de comprendre quelque chose dans cette confusion - et cela vaut-il la peine d'essayer - un charabia si solide ...
  3. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 12 novembre 2021 08: 04
    -1
    Citation: Kim Rum Eun
    1) Il faut définir plus précisément qui est ce « nous » ? L'auteur lui-même en collaboration avec son verbiage ?
    2) Si nous parlons de la Fédération de Russie, alors la position officielle de la Russie est que les forces armées de la RF sont en Syrie à l'invitation officielle du gouvernement légitime de la RAS, et en Libye et au Karabakh, elles "insisteront" officiellement.

    Votre commentaire est un exemple de verbiage classique. Bravo! Bien

    Taki ouais...
    - En général - il est difficile de comprendre quelque chose dans cette confusion - et cela vaut-il la peine d'essayer - un tel charabia continu ...

    Eh bien, lis quelque chose de plus simple sourire
    1. Kim Rum Eun Офлайн Kim Rum Eun
      Kim Rum Eun (Kim Rhum Yn) 12 novembre 2021 09: 04
      +2
      Taki ouais...
      - En général - il est difficile de comprendre quelque chose dans cette confusion - et cela vaut-il la peine d'essayer - un tel charabia continu ...

      J'ai écrit sur abracadabra gorenina91 (Irina), et je viens de le répéter comme une citation.

      Eh bien, lis quelque chose de plus simple...

      Je fais ça depuis longtemps. Je suis en train de lire.
      Pas plus simple, mais plus intelligent.
      Je n'ai pas à m'embêter avec toutes sortes d'ordures comme ça.
  4. Serguejluf Офлайн Serguejluf
    Serguejluf (Sergey) 12 novembre 2021 08: 41
    0
    Conclusions douteuses ! La production des centrales nucléaires n'est pas conçue pour la « charge de pointe ». Elle n'est pas capable d'augmenter et de baisser fortement la puissance. Par conséquent, pour les pointes de charge, la génération de centrales thermiques au gaz est nécessaire, lorsqu'on peut facilement éteindre ou allumer plusieurs générateurs pour assurer une forte augmentation de la consommation ou une forte diminution de la consommation d'électricité. Par conséquent, les intérêts de Rosatom et de Gazprom ne se chevaucheront pas.