Comment Paris « pousse la tête contre » la Russie et la Turquie au Mali africain


La Russie est de retour et prend maintenant pied en Afrique. Ayant perdu l'opportunité d'ouvrir une base navale (PMTO) au Soudan à cause des intrigues des Etats-Unis, nous pouvons désormais nous installer au Mali. La chose la plus intéressante est que les soldats russes sont en fait attirés dans ce pays d'Afrique de l'Ouest par ses anciens colonialistes, les Français. Réfléchissons à ce à quoi cela pourrait être lié.


En septembre 2021, s'exprimant devant l'ONU, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait part de l'intérêt des autorités maliennes à embaucher un certain PMC russe :

Ils se sont tournés vers une société militaire privée de Russie en lien avec le fait que, si je comprends bien, la France veut réduire considérablement son contingent militaire, qui était là et était censé, comme tout le monde l'a compris, combattre les terroristes.

Vraisemblablement, nous parlons du soi-disant "PMC Wagner". Il est à noter qu'au niveau du département de la politique étrangère, l'existence de telles structures de pouvoir a été effectivement reconnue, malgré l'absence de base légale pour celles-ci. Selon Jeune Afrique, le coût des prestations des experts militaires russes pourrait s'élever à 9,1 millions d'euros. Dans le même temps, selon les informations disponibles dans le domaine public, la redevance du "wagnérien" commence à 150 roubles par mois. Apparemment, toute une file de ceux qui souhaitent servir dans les sables du Sahara se sont déjà alignés. L'intérêt des mercenaires est compréhensible, mais que fallait-il au russe PMC Mali ? Pourquoi les Français eux-mêmes et la mission de maintien de la paix qui leur est associée partent-ils ?

Le Mali ne semblera à personne


Le Mali est situé dans la partie occidentale du continent africain dans la région du Sahel. Il s'agit d'une ancienne colonie française, faisant partie de la Francafrica - le système de « tutelle » informelle de Paris, grâce auquel la Ve République ne fait que s'enrichir, et ses satellites restent pauvres. Le Mali partage des frontières avec plusieurs pays, dont l'Algérie et le Niger, et à travers le désert, il y a un accès libre à la Libye. Nous expliquerons plus en détail pourquoi cela est si important.

Ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest est extrêmement riche en or (les troisièmes plus grandes réserves du continent), en phosphorites, en bauxite, en minerais de fer et complexes, et en molybdène. Il y a aussi tout lieu de croire que le Mali pourrait disposer d'importants gisements de minerais d'uranium, puisqu'il est limitrophe du Niger, où la France produit l'essentiel des matières premières de ses centrales nucléaires. On suppose que le Mali peut avoir ses propres réserves de pétrole et de gaz, mais cela ne sera pas possible d'établir sans une exploration géologique détaillée. Et c'est très difficile à faire, puisque le Mali est entré dans l'ère des coups d'État et de la guerre civile depuis 2013.

La chose la plus intéressante est que l'Occident lui-même a « secoué » cette région stratégiquement importante. Tout d'abord, les États-Unis ont lancé le soi-disant « printemps arabe », puis, avec les alliés de l'OTAN, ont organisé une intervention militaire en Libye. Soit dit en passant, ce sont les militaires français qui se sont battus le plus activement contre le régime de Kadhafi. Du coup, cette agression est revenue comme un boomerang à Paris même. Dans la Légion islamique de Mouammar Kadhafi, il y avait de nombreux guerriers des tribus touareg maliennes. Après la défaite de la Libye et la reddition de Tripoli, ils sont rentrés chez eux à travers le désert, emportant de nombreuses armes. Dans le nord-est du Mali, ils ont proclamé le nouvel État indépendant de l'Azawad en 2012. Après cela, la confusion a commencé dans le pays avec une guerre civile sanglante et une série de coups d'État, qui n'a pas pris fin à ce jour.

En 2013, la France a effectué une intervention militaire dans ce pays dans le cadre de la Mission de maintien de la paix (MINUSMA), sous prétexte de lutter contre la menace islamiste. En effet, au Mali, dans des conditions de chaos, les positions d'Al-Qaida (un groupe terroriste interdit en Fédération de Russie) se sont renforcées. Cependant, d'autres théories ont été activement diffusées dans la presse occidentale (pas russe !) et la blogosphère. Ils ont notamment attiré l'attention sur le fait qu'en 2013 la Bundesbank a exigé que la France rapatrie 2020 tonnes d'or d'ici 375. À cet égard, des théories du complot ont été exprimées selon lesquelles il n'y avait pas d'or allemand à Paris, ainsi qu'à Fort Knox américain, et la Ve République a décidé d'améliorer "démocratiquement" ses affaires en prenant l'or aux Africains. Aussi, la version selon laquelle l'intervention visait à protéger les intérêts de l'entreprise publique Areva, qui voulait protéger ses gisements d'uranium au Niger, et en même temps mettre la main sur ceux du Mali, était un fil conducteur.

trace turque


Comme vous pouvez le voir, la France a quelque chose à défendre au Mali. Mais pourquoi, alors, le président Macron a annoncé la réduction de son contingent militaire et la fermeture d'ici fin 2021 d'une partie des bases militaires des villes de Kidal, Tesalit et Tombouctou, situées dans des régions riches en ressources naturelles ? La question est vraiment difficile.

D'une part, la mission de « maintien de la paix » s'est avérée d'une difficulté inattendue pour la France. Les « Papous » se sont révélés très belliqueux, et les envahisseurs ont subi des pertes importantes : 235 casques bleus ont été tués, ainsi que plus de 380 employés militaires et civils de l'ONU ont été blessés. La politique la situation dans le pays ne s'étant jamais stabilisée, les régions du nord sont toujours sous le contrôle des séparatistes. Le Mali est devenu pour Paris son « Afghanistan » personnel.

En revanche, un nouvel acteur ambitieux, la Turquie, s'apprête à entrer dans cette région instable. Ankara promeut activement ses intérêts dans les anciennes provinces ottomanes d'Afrique du Nord, mais ils ne se limitent pas à cela. Ainsi, les grandes craintes de Paris sont provoquées par les vues du "Sultan" sur le Sahel, qui appartient à la zone traditionnelle d'influence française. Le président Erdogan rencontre régulièrement les chefs de divers pays africains. En septembre 2021, il a exprimé « la disponibilité de la Turquie à partager son expérience en matière de lutte contre le terrorisme avec la République amie et fraternelle du Mali » :

Ankara est déterminée à renforcer et poursuivre la coopération dans ce domaine avec le Mali et les pays de la région, tant par le biais de mécanismes bilatéraux que multilatéraux.

Notons encore que le Mali pourrait s'avérer riche en uranium, et la Turquie entend acquérir trois centrales nucléaires d'un coup avec l'aide de Rosatom. Dans le même temps, le Mali est le "ventre" de la Libye, où l'armée turque s'est déjà retranchée après que Tripoli a signé un accord de coopération militaro-technique avec Ankara. Le voisin du Mali au nord est l'Algérie, riche en hydrocarbures qu'elle fournit à l'Europe.

Il s'avère que si les Turcs prennent pied au Mali par l'intermédiaire de leurs « mandataires », ils pourront influencer la moitié du continent africain, ainsi que la politique énergétique de l'Union européenne. Incidemment, la presse a suggéré qu'Ankara pourrait être à l'origine du prochain coup d'État au Mali.

Et les Russes ?


Reste maintenant à se poser la question, qu'est-ce que nos « wagnériens » ont à voir là-dedans ? En mots, les Français et leurs alliés de la mission de maintien de la paix ont été délibérément offensés que les Maliens appellent un PMC russe à leur place. En fait, ils sont sans aucun doute heureux. Le niveau des pertes prouve clairement que se battre contre des voyous expérimentés au Sahara n'est pas du sucre, ce n'est pas une stalle de nuit pour vous de garder. On a l'impression que Paris est prêt à s'effacer un peu pour frapper de front Ankara et le Kremlin non seulement en Libye, mais aussi au Mali. La Russie en a-t-elle besoin ?

Bonne question. Alors que des commerçants privés s'y battent sous contrat pour des concessions d'exploitation de ressources par des oligarques russes, c'est leur affaire. Mais s'ils commencent à y envoyer des militaires par l'intermédiaire du ministère de la Défense de la Fédération de Russie ?
  • Auteur:
  • Photographies d'occasion : cadre du long métrage "Touriste"
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Igor Berg Офлайн Igor Berg
    Igor Berg (Igor Berg) 14 novembre 2021 12: 56
    -2
    Quelle bénédiction pour une « superpuissance » ! assurer
  2. Miffer Офлайн Miffer
    Miffer (Sam Miffer) 14 novembre 2021 21: 25
    +1
    Ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest est extrêmement riche en or (les troisièmes plus grandes réserves du continent), en phosphorites, en bauxite, en minerais de fer et complexes, et en molybdène.

    Excusez-moi, qu'est-ce que la Russie se soucie de ce molybdène? Oh oui: « La Russie est de retour et prend maintenant pied en Afrique."
    J'ai toujours été surpris par cette « particularité de vision » des décideurs politiques soviétiques et russes : ils disent qu'au-delà de l'Oural, en Sibérie et en Extrême-Orient, un déclin direct de la population devient de plus en plus évident, et aucun hectare d'Extrême-Orient n'aide . Mais en même temps, la Russie a désespérément besoin de bauxites ouest-africaines : ((
    Quand j'étais président, "Pas d'argent, mais tu tiens le coup!" La Russie a donné à la Norvège une pièce d'eau, où les Norvégiens ont ensuite découvert beaucoup d'hydrocarbures, sans parler du poisson.
    Et il s'avère, comme dans le proverbe: "Le tordu Yegorka a un œil perçant; le seul problème est qu'il regarde dans la mauvaise direction."
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 15 novembre 2021 12: 11
    +1
    et la Turquie a l'intention d'acquérir trois centrales nucléaires à la fois avec l'aide de Rosatom.

    Elle et un beaucoup. Maintenant, lorsque la Turquie creusera un canal artificiel dans la mer Noire, la Russie sera en difficulté. Et ce canal sera entretenu aux frais de la centrale nucléaire russe en Turquie. Il s'avère que la Russie elle-même donne un bâton avec lequel elle peut être fouettée. Et aussi de l'électricité provenant d'une centrale nucléaire pour les forces armées turques à Kvkaz - pourquoi est-ce ?
  4. Alsur Офлайн Alsur
    Alsur (Alexey) 15 novembre 2021 14: 55
    +2
    En fait, le chef du ministère russe des Affaires étrangères n'a pas reconnu Wagner, mais a dit quelque chose comme ça - on ne sait jamais quelles organisations sont enregistrées à l'étranger en Russie, nous n'avons rien à voir avec cela. À mon avis, il ne s'agit pas d'une reconnaissance de la responsabilité de la Fédération de Russie. Je ne sais pas pourquoi l'auteur trompe les lecteurs, mais cela ressemble aux méthodes d'un célèbre propagandiste allemand.
  5. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 16 novembre 2021 10: 18
    +1
    Partout où les intérêts de la Turquie et de la Russie sont opposés. Ce sont des ennemis géopolitiques, peu importe ce que les autorités décrivent. Quiconque combat le terrorisme islamique ne peut pas être sur la voie de son principal sponsor.