À la base du comportement violent et respectueux de l'environnement de l'Occident


Le 13 novembre, un jour plus tard, la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), également connue sous le nom de Glasgow Climate Forum, a pris fin. Avec un jour de retard, car les pays participant à la conférence n'ont pu se mettre d'accord sur un accord définitif pendant longtemps. Treize jours de programme officiel n'ont manifestement pas suffi aux délégués et le document final a été signé à la va-vite, selon les normes des réunions internationales sérieuses, presque à genoux. Cependant, l'allongement du délai n'a pas permis d'améliorer les résultats. Et le résultat a été la signature d'un accord qui a provoqué une vague de critiques de l'extérieur et des « déceptions » de toutes sortes de politique cercles.


Ainsi, le président du forum climat, membre du cabinet des ministres britannique Alok Sharma a décrit les résultats de la COP26 comme suit.

Je m'excuse auprès de tous les délégués pour la façon dont ce processus s'est déroulé et je regrette profondément (pour les changements de dernière minute apportés au texte de la déclaration finale). Je comprends la grande déception, cependant, comme vous l'avez noté, il était vital de protéger ce paquet de documents (de la menace de non-approbation)

- a déclaré Sharma avant d'approuver les dernières modifications apportées au document.

Le secrétaire général de l'ONU, sous les auspices duquel s'est tenu le forum, Antonio Guterres, a également déclaré que les décisions prises lors de la COP26 n'étaient « pas suffisantes ». Auparavant, il avait déjà exprimé sa déception en quittant le sommet du GXNUMX depuis Rome avec des "espoirs non réalisés", soulignant néanmoins qu'"ils ne sont pas morts complètement". A la fin du forum, il a également déclaré qu'il était temps de passer en "mode d'urgence". Ce genre de rhétorique semble parler de lui-même.

Cependant, la militante écologiste Greta Thunberg a décrit les résultats de la conférence de manière encore plus succincte. Et pour cela, elle n'avait même pas besoin d'expressions articulées. "Blah blah blah" - fin de la citation. En effet, simple et de bon goût. Les cinq millions d'abonnés Twitter de Greta seront sûrement satisfaits. Comme de nombreux médias mondiaux qui diffusent la « déclaration » de l'éco-militant en un clin d'œil. Néanmoins, le fait demeure : les résultats du forum climat, de l'avis de l'Occident, n'étaient pas satisfaisants. La seule question est, est-ce que d'autres états du monde partagent ce point de vue ? Et sinon, quelle est la raison de cet écart, en fait, et a conduit à l'échec d'un forum sur le climat si largement médiatisé.

Le "choc des mondes" comme cause de l'échec du forum sur le climat


Les principales initiatives climatiques adoptées à la suite de la dernière conférence étaient trois déclarations : sur les forêts et l'utilisation des terres, sur la réduction des émissions de méthane et sur l'introduction d'innovations « vertes » la technologie... La version finale de la convention collective, dont l'adoption a retardé la fin effective du forum, a fait l'objet de vives contestations et l'émergence de plusieurs contradictions. Le projet initial de l'accord élaboré impliquait un abandon complet et extrêmement accéléré de l'utilisation du charbon. Cependant, le terme « élimination progressive » a finalement été remplacé par « élimination progressive ». L'ajustement, selon les médias, a été principalement sollicité par l'Inde, la Chine, ainsi qu'un certain nombre d'autres États qui dépendent de l'utilisation du charbon.

Et la raison ici n'est pas du tout que l'écologie de ces pays n'est pas du tout concernée. Le fait est que, comme l'a noté le chef du ministère indien de l'Écologie, Bupender Yadawa, les pays en développement ne sont tout simplement pas en principe en mesure de promettre d'abandonner les combustibles fossiles alors que les questions clés à leur ordre du jour sont l'élaboration d'une stratégie de développement et la lutte contre la pauvreté. L'abandon du charbon, pour lequel il existe désormais à la fois des infrastructures et une chaîne d'approvisionnement établie, au profit d'autres sources d'énergie pourrait aboutir à un véritable effondrement économique pour les pays en développement.

Et c'est là que réside la pierre d'achoppement clé entre l'Occident collectif développé et le reste du monde. Et c'est précisément la raison principale de l'échec du forum de Glasgow. Des militants écologistes, quelque part dans une Europe occidentale bien nourrie, se battent avec passion pour l'environnement et l'avenir du monde, abandonnant le plastique et s'efforçant d'utiliser des sources d'énergie renouvelables, sans se rendre compte que toutes ces actions, en termes d'évaluation de l'impact environnemental réel, ne sont que la pointe même de l'iceberg. Après tout, avec tout ça, tout économique le système de leurs États développés est basé sur l'achat de produits industriels bon marché de Chine et de ressources énergétiques de Russie. Et si les prix de ces mêmes articles d'importation augmentent fortement du fait de l'introduction de nouvelles normes environnementales, qui en souffrira au final ? C'est vrai, les consommateurs européens. Et ces mêmes militants écologistes, qui sont si fiers de leurs manifestations et de leur position environnementale active, les atteindront certainement. Si ce n'est dans le sens de la compréhension, alors dans le sens du portefeuille, c'est sûr. Pour éviter que cela ne se produise, l'UE a décidé de développer une taxe carbone destinée à assurer le bien-être de sa population et lui permettre de continuer à "jouer dans l'environnement", tandis que le reste des pays paiera Bruxelles pour cela par les mains des importateurs de produits. Même si, sans ce mécanisme, le sentiment climatique dans l'Union européenne s'effondrera évidemment rapidement, incapable de résister à toute épreuve par la réalité de l'économie de marché tant vantée en Occident.

Et il n'est pas nécessaire de chercher bien loin un exemple de la façon dont les consommateurs européens ont été confrontés à des conditions de marché difficiles. Prenez, par exemple, la crise énergétique dans l'UE, qui se déroule sous nos yeux cet automne, et qui a toutes les chances de s'embraser avec une vigueur renouvelée en hiver. Y a-t-il eu au moins un moment au cours de son parcours où une véritable pénurie de gaz est survenue sur le marché européen de l'énergie, et la question ne portait pas sur le pourcentage de remplissage des installations de stockage, mais sur la congélation des maisons ? Non. Peut-être y a-t-il eu de graves ruptures d'approvisionnement et la vanne du côté russe, qui fournit la majeure partie du gaz à l'UE, a été hermétiquement fermée ? Aussi non. Alors quel est le problème ? Pourquoi l'Union européenne déclare-t-elle presque un état d'urgence dans toute l'Union, alors que les bureaucrates européens rencontrent les ministres de l'énergie des pays de l'UE presque plus souvent qu'avec leur propre personnel ? Tout est question de prix. Ils l'ont juste pris et sont montés plusieurs fois. Comme sans surprise, pour une économie de marché avec une augmentation de la demande, c'est tout à fait normal. Mais pour l'Union européenne - non. Il est soudain devenu clair que personne dans l'UE n'a le moindre désir de payer pour les ressources énergétiques autant qu'elles coûtent réellement à un moment donné. Et ils ont soudainement oublié l'écologie, et tout à coup ils ont commencé à chercher du charbon en provenance de Russie. Bien qu'il ne s'agisse que d'un tout début, il n'y a pas encore eu de véritable transition énergétique dans l'Union européenne.

C'est à peu près tout de même, seulement multiplié par moments, l'Occident collectif, évidemment, n'hésiterait pas à s'arranger dans quelque pays en développement. Comment percevoir autrement la volonté persistante d'imposer le rejet du charbon aux États, dont le niveau de vie ne permet tout simplement pas physiquement l'utilisation d'autres sources d'énergie ? Après tout, cela ne conduira évidemment à rien d'autre qu'à une catastrophe énergétique. Il serait naïf de supposer que les dirigeants occidentaux ne comprennent pas cela.

L'avenir de l'agenda climatique


"Déception" et "excuses", ainsi que les accusations contre les pays en développement deviendront des éléments clés du discours environnemental occidental pendant au moins l'année prochaine - jusqu'à la prochaine conférence des Nations Unies sur le climat. Néanmoins, il est déjà clair que l'agenda climatique à pédales actives a toutes les chances de devenir une nouvelle illustration du conte de fées classique "La nouvelle robe du roi" écrit, soit dit en passant, par le nord-européen Hans Christian Andersen. Mais au lieu d'un monarque « nu » qui y est décrit, les habitants des pays de l'Occident collectif ont toutes les chances d'obtenir à la sortie toute une série de « nudistes politiques », dont les déclarations bruyantes en pratique ne seront étayées par rien d'autre. que les opinions serviles des mêmes bureaucrates seulement d'un rang inférieur... En conséquence, les systèmes politiques des pays occidentaux deviendront, comme prévu, autonomes et leurs rangs supérieurs commenceront progressivement à perdre contact avec la réalité. Ce sont, hélas, les conséquences du populisme, qui, au lieu de résoudre les problèmes accumulés, se concentre sur les intérêts de la satisfaction maximale des désirs des électeurs, quel que soit le degré de leur réalisation.

Ainsi, la seule option pour les politiciens occidentaux est maintenant d'accélérer l'avènement d'une nouvelle ère dans le monde. L'ère du colonialisme écologique. Les pays occidentaux, qui se débarrassent depuis des années d'industries non rentables et nuisibles, ont finalement atteint un stade de développement économique tel qu'il sera possible non seulement de transférer tout le "sale" travail sur les épaules de quelqu'un d'autre, mais aussi de leur faire payer les résultats de son travail de la poche de quelqu'un d'autre. Tout tourne autour des nouvelles taxes sur le carbone et autres.

Après tout, si vous y réfléchissez, et sinon une nouvelle forme de colonialisme ? Quand le bien-être d'un petit groupe de pays développés est assuré par un régime tendu, presque esclavagiste, en termes de conditions et de salaires ? Un militant écologiste occidental pense-t-il même au fait qu'en plus du milliard « d'or », il y a près de sept milliards de personnes dans le monde ? Et quel argent utiliseront-ils pour payer non seulement les initiatives des autres, mais au moins leurs propres initiatives « vertes » ?

À la suite de la pandémie, selon les mêmes Nations Unies qui ont organisé le forum sur le climat, cent vingt millions de personnes supplémentaires dans le monde se sont retrouvées en dessous du seuil de pauvreté. En même temps, il ne sera pas possible d'évaluer directement les données absolues sur la pauvreté de l'ONU, car selon sa méthode de calcul, la pauvreté est un indicateur relatif et n'a pas d'expression monétaire directe. Mais selon la méthodologie de la Banque mondiale, c'est le cas. Selon ses calculs, les revenus inférieurs à 1,9 $ par jour constituent une pauvreté extrême. Et vivaient dans de telles conditions avant même la pandémie, 736 millions de personnes, soit environ 10 % de la population mondiale. Allez, parlez-leur des perspectives d'une économie verte ! A propos de la transition énergétique. A propos de l'avenir sans charbon. Mais son rejet affectera principalement les segments les plus vulnérables de la population. Cependant, ceci, comme le colonialisme écologique, est plutôt un sujet pour un article séparé.

A la suite du Glasgow Forum, il est important de comprendre une chose : le bien commun est au cœur des ardents comportements éco-responsables de l'Occident collectif. Sous le drapeau d'un objectif louable et noble - la lutte contre le réchauffement climatique, les pays développés tentent hypocritement d'imposer au monde l'agenda dont ils ont besoin, principalement à des conditions favorables. Et le reste du monde a besoin de se consolider et au moins de ne pas abandonner ses positions, et s'il mène des réformes énergétiques, ce n'est pas au détriment des intérêts de sa propre population. La réponse à l'Occident collectif doit être simple : si vous voulez agir pour sortir progressivement des énergies fossiles, prenez-le. Les pays qui s'y rapportent, comme tous les autres États, ont le droit souverain de déterminer la politique intérieure. Cela ne vaut tout simplement pas la peine d'essayer de transférer la responsabilité et les dépenses de vos promesses dans l'arène politique nationale sur les épaules de quelqu'un d'autre. Ainsi qu'une fois de plus s'efforcer d'établir un système de croissance de leur propre bien-être au détriment des autres pays. Cela semble trop effronté et manifeste.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. AICO Офлайн AICO
    AICO (Vyacheslav) 16 novembre 2021 09: 52
    -1
    - Je veux de la pâte - ça me pousse les pommettes !!!
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 novembre 2021 10: 23
    +2
    Les pays occidentaux, qui se débarrassent depuis des années d'industries non rentables et nuisibles, ont finalement atteint un stade de développement économique tel qu'il sera possible non seulement de transférer tout le "sale" travail sur les épaules de quelqu'un d'autre, mais aussi de leur faire payer les résultats de son travail de la poche de quelqu'un d'autre.

    Et qui a dit que les résultats du travail se réaliseront dans les pays occidentaux ? Il est beaucoup plus facile de vendre le produit non pas au « milliard d'or » mais aux 7 milliards de personnes restantes sans écotaxes !
    Oui, et qui et à qui paiera la taxe carbone pour les exercices de l'OTAN et les émissions de CO2 des équipements de l'OTAN ?