Nord Stream 2 pourrait devenir une construction légale à long terme


Le gazoduc Nord Stream 2 a été physiquement achevé début septembre 2021. Chez Gazprom, en retenant leur souffle, ils comptaient les jours jusqu'à la fin du délai de 4 mois imparti pour la certification et l'admission du gazoduc au travail. Sur fond de crise énergétique et de prix anormaux du gaz dans l'Union européenne, l'affaire semblait déjà réglée. Hélas, les opposants à la coopération économique russo-allemande n'ont pas non plus dormi et ont tout fait pour transformer le projet en une nouvelle "construction de longue durée", désormais légale.


Il y a deux jours, le 16 novembre, l'Agence fédérale des réseaux (BNetzA) d'Allemagne a décidé de suspendre temporairement la certification de Nord Stream 2. La raison en était que Gazprom ne remplissait pas les exigences des normes de l'Union européenne sur le dégroupage, et maintenant les délais optimistes pour l'achèvement de la certification ont été décalés de début janvier 2022 à au moins mars, lorsque la saison de chauffage se termine et la demande de les volumes de gaz dans l'UE diminueront. Comment est-ce arrivé?

Le dégroupage qu'on a oublié


Les problèmes de Nord Stream 2 sont désormais de nature purement juridique et organisationnelle. Distinguer technique la certification du pipeline et la certification légale de son opérateur technique. Le fait est que, selon les règles antimonopoles européennes, une entreprise qui produit ou fournit du gaz n'a pas le droit de le transporter (pomper). C'est ce qu'on appelle une exigence de dissociation de la propriété. L'UE a étendu sa réglementation aux pipelines en provenance de pays tiers en 2019.

La difficulté réside dans le fait que Gazprom ne respecte pas totalement cette exigence. L'opérateur de Nord Stream 2 est une filiale à 100% du monopole russe Nord Stream 2 AG, enregistré en Suisse. Autrement dit, les deux structures commerciales sont des entités juridiques de pays non membres de l'UE, ce qui complique encore plus la question. En juillet 2021, Nord Stream 2 AG a demandé la certification en tant qu'opérateur de pipeline, mais il y a deux jours, elle a été refusée par l'Allemagne. L'Agence fédérale des réseaux demande la création d'une autre filiale, cette fois de la division suisse de Gazprom, enregistrée en Allemagne, qui gérera la section allemande de Nord Stream 2. Cela crée deux problèmes à la fois.

D'abord, pendant la période de règlement de la question de l'enregistrement d'une nouvelle filiale en tant qu'opérateur, le processus de certification technique du pipeline lui-même est suspendu. Certes, la BNetzA s'engage à reprendre le processus à partir du moment où il a été suspendu, compte tenu des délais de procédure déjà passés (2 mois et 1 semaine).

deuxièmementmalgré la position favorable du régulateur allemand, les délais commencent à s'allonger inexorablement. Si la procédure de certification reprend après les vacances du Nouvel An, elle se terminera plus près de mars. Après cela, la BNetzA soumettra son avis à la Commission européenne, qui aura 2 mois pour prendre sa décision. Cependant, les experts attirent l'attention sur le fait que l'UE a le droit de demander 2 mois supplémentaires pour un examen supplémentaire. Si la décision est positive, le régulateur allemand, à son tour, disposera de 2 mois supplémentaires pour préparer et annoncer sa décision.

Comme vous pouvez le voir, les termes sont tous étirés et étirés. Et ce, à condition que tout aille bien. Si les positions de la BNetzA et de la Commission européenne divergent d'une manière ou d'une autre, cette dernière a le droit de saisir la Cour européenne de justice de Luxembourg. Où peut survenir un écart ?

"Fortune" s'est détourné


Faisons attention à deux autres points très importants.

D'une part, toute une lignée de méchants s'est déjà alignée pour participer au processus de certification Nord Stream 2. Il s'agit de la société énergétique d'État polonaise et de l'Ukrainien Naftogaz avec l'opérateur ukrainien GTS, comme indiqué dans BNetzA :

L'Agence fédérale des réseaux peut confirmer qu'aujourd'hui, elle a attiré les entreprises « Naftogaz d'Ukraine » et « Opérateur de GTS d'Ukraine » à la procédure de certification.


Dans notre pays, le public alarmé est rassuré par le fait que ces structures n'auront pas de droit de veto. C'est ainsi que l'Allemagne chercherait à « jeter la paille » afin de montrer qu'elle entend tous ses partenaires. Disons que les Polonais et les Ukrainiens s'exprimeront, puis les Allemands feront simplement ce dont ils ont besoin.

En revanche, cette position contient une dose mortelle de naïveté. Nous pensons tous qu'il est impossible de trouver un défaut avec Nord Stream 2, mais ce n'est pas tout à fait vrai. A Kiev, ils indiquent directement où ils frapperont ensuite.

Rappelons que l'entrepreneur suisse Allseas a abandonné le pipeline presque terminé, et Gazprom a dû terminer les travaux par ses propres moyens. Dans ce cas, il s'agissait de la barge « Fortuna », qui n'est pas équipée d'un système de positionnement dynamique, contrairement aux navires poseurs de canalisations suisses. Cela seul donne lieu à des spéculations selon lesquelles Gazprom n'aurait peut-être pas rempli toutes les conditions de la documentation du projet. Cela jetterait un doute sur la tolérance aux contraintes d'un pipeline sous-marin construit par des mains inexpérimentées à l'aide d'une barge non équipée de l'équipement requis.

Voici comment les choses peuvent tourner à la fin. Trois personnes intéressées à perturber le projet ont été impliquées dans la certification à la fois, une polonaise et deux ukrainiennes. Ils peuvent inonder les tribunaux de revendications exigeant, sinon un refus d'exploiter Nord Stream 2, alors une diminution de la pression interne à celui-ci, c'est-à-dire du débit, pour assurer la sécurité. Si leur position est soutenue par la Commission européenne, alors c'est la base du conflit entre Berlin et Bruxelles, comme nous l'avons mentionné plus haut. Autrement dit, le « Nord Stream-2 » risque désormais de devenir inachevé, déjà légal.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 18 novembre 2021 13: 20
    0
    Il est clair que l'UE veut arracher le SP-2 à Gazprom.
    Il est temps de déplacer les entreprises énergivores de l'UE vers la Russie. Ce n'est qu'alors qu'ils pourront rivaliser avec les Chinois, sinon ils feront faillite.
    1. gorénine91 Офлайн gorénine91
      gorénine91 (Irina) 18 novembre 2021 16: 20
      -4
      Il est clair que l'UE veut arracher le SP-2 à Gazprom.

      - Bon, au moins quelqu'un apprécie vraiment la situation...
      - Et puis ici ... ici ... il y a beaucoup de choses à "souffler dans les tuyaux de la victoire" ... - et le tuyau SP-2 lui-même disparaîtra bientôt tout simplement - pour rembourser les dettes et payer les amendes ...
      - Et puis "l'Allemagne compatissante" proposera simplement au pauvre Gazprom... - de lui racheter les actifs pour le tuyau ; et on lui donnera "denYuzhek" - pour les hochets ... - alors il s'assiéra "en jouant et en bâillonnant" ... - et les oncles et tantes intelligents ne changeront que ses bavoirs ... - pour qu'il (Gazprom) - aussi semble "presque aussi intelligent" ...
      - Ici sur le site, il y a des petits hommes qui arrachent déjà leurs sous-vêtements - prouvant "quel profit Gazprom a apporté aujourd'hui" - et à quel point c'est super avancé ... - Et quelle est la prochaine ... - Et puis Gazprom sera simplement offert de « partager » et la « bataille » pour le produit du tuyau SP-2 est encore à venir ...
      - Et Gazprom n'était même pas assez intelligent pour démarrer un pipeline de SP-2 à Kaliningrad ... "Par le pouvoir de la Sibérie") ... - Et un tuyau de SP-2 à Kaliningrad aurait été installé - il aurait été possible lors de la « querelle avec l'Europe » - juste pour approvisionner en gaz les installations de stockage (UGS) de Kaliningrad... - Cependant - ici aussi Gazprom a fait preuve de bêtise - il n'a même pas construit de stockage... - Quant aux vacances il a couru pour fournir du gaz à l'UE ... - Eh bien, du_ra_chok - et seulement ...
      - Mon plus pour vous, M. Bulanov (Vladimir)
      1. Dima Офлайн Dima
        Dima (Dmitry) 27 novembre 2021 18: 43
        -2
        Et qu'y a-t-il à Kaliningrad, ou dans la région de Léningrad, de places pour de telles installations UGS ?
        1. gorénine91 Офлайн gorénine91
          gorénine91 (Irina) 27 novembre 2021 19: 08
          -2
          Et qu'y a-t-il à Kaliningrad, ou dans la région de Léningrad, de places pour de telles installations UGS ?

          - Oui ... bien sûr - il n'y a pas de place ... - même les résidents locaux sont obligés de se faufiler à travers des foules de leur espèce dans les rues bondées de monde - le manque de territoire est si urgent ...
  2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
    Volkonsky (Vladimir) 18 novembre 2021 14: 10
    0
    et quelle tristesse de cela pour Gazprom ? les Allemands veulent se geler les oreilles - qu'ils les gelent, Gazprom est assez satisfait des prix actuels du gaz, pourquoi devraient-ils être renversés par le lancement du SP-2 ?! Nous l'allumerons en été, lorsque les prix chuteront d'eux-mêmes, s'ils baissent (Biden a besoin de prix élevés pour que son vert brillant puisse rivaliser avec la production d'électricité au charbon et au gaz).
  3. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 18 novembre 2021 16: 40
    +3
    Les Nord Streams sont depuis longtemps devenus des objets mis en veilleuse et à cet égard, la Fédération de Russie subit de lourdes pertes.
    C'est bien si nous parvenions à compenser au moins une partie des coûts des cours d'eau du nord à prix d'échange. Le rapport sera annoncé, il sera vu.
    La persistance de la Fédération de Russie, à la limite de l'imposition paranoïaque de ses services à des « partenaires » occidentaux, est incompréhensible.
    Pour le budget de l'Etat, 30%, c'est beaucoup, mais pas critique. Ils auraient pris et résilié tous les contrats, comme l'Ukraine. Cela ne fonctionnera pas de rediriger les volumes libérés vers l'est, mais au moins les prix sur le marché intérieur diminueront.
    1. gorénine91 Офлайн gorénine91
      gorénine91 (Irina) 18 novembre 2021 19: 23
      -1
      Les Nord Streams sont depuis longtemps devenus des objets mis en veilleuse et à cet égard, la Fédération de Russie subit de lourdes pertes.
      C'est bien si nous parvenions à compenser au moins une partie des coûts des cours d'eau du nord à prix d'échange. Le rapport sera annoncé, il sera vu.
      La persistance de la Fédération de Russie, à la limite de l'imposition paranoïaque de ses services à des « partenaires » occidentaux, est incompréhensible.
      Pour le budget de l'Etat, 30%, c'est beaucoup, mais pas critique. Ils auraient pris et résilié tous les contrats, comme l'Ukraine. Cela ne fonctionnera pas de rediriger les volumes libérés vers l'est, mais au moins les prix sur le marché intérieur diminueront.

      - Cela nécessite du cerveau, des actions professionnelles compétentes et une décision volontaire - rien de ce que Gazprom ne possède pas ...
      - Personnellement, j'ai déjà beaucoup écrit à ce sujet - j'ai essayé (avec suffisamment de détails) de transmettre au public - mais ça ne sert à rien... - tout est comme des pois contre un mur !!!
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 18 novembre 2021 20: 30
    -1
    Je dis tout le temps : « Les médiocrités ne résolvent pas les problèmes, elles les créent !
    1. Le commentaire a été supprimé.