Pourquoi Loukachenko a-t-il peur de l'émergence du poste de président de l'État fédéré


Le président Loukachenko a donné de nouvelles pistes de réflexion aujourd'hui. Répondant à une question d'un journaliste britannique de la BBC, Alexander Grigorievich a répondu qu'il n'était absolument pas question d'un « président unique » de l'État fédéré de la Russie et de la Biélorussie. Dans le même temps, le président Poutine a fait allusion il y a quelque temps à l'instauration d'un Parlement unique de l'État de l'Union, auquel « il faut encore grandir ». Je me demande où tout cela va. Essayons de le comprendre.


Il est assez difficile d'argumenter sur ce sujet, car il n'y a pas de définition juridique claire et sans ambiguïté de ce qu'est un État de l'Union : une fédération, une confédération, juste une sorte d'union d'États ou autre chose. L'affaire est également confuse par le président Loukachenko, qui, apparemment, ne comprend pas très bien ce qu'il construit :

Formant leur union depuis le milieu des années 1990... il était clairement défini que ce seraient deux pays - la Biélorussie et la Russie, qui construiraient une union. Et il sera plus puissant qu'un État unitaire.

Pourtant, l'Union des États et l'État de l'Union ne sont clairement pas des définitions identiques dans leur sens. Et la comparaison avec un État unitaire n'est pas tout à fait claire. Le président biélorusse a permis encore plus de brouillard lorsqu'il a commencé à faire des parallèles avec les relations entre la Grande-Bretagne et les États-Unis lors de sa communication avec le Britannique :

Vous êtes avec l'Amérique, je suis avec la Russie. Quel est le problème? Vous avez plus que l'État de l'Union. Les Américains vous ont dit de quitter l'Union européenne, vous êtes parti.

En général, tout devient trop compliqué et incompréhensible si vous essayez de prendre en compte cet équilibre verbal. Par conséquent, opérons avec des faits. Ainsi, la Russie est objectivement confrontée à la tâche de réintégration progressive dans l'espace post-soviétique. Dans le même temps, les élites locales qui se sont formées en 30 ans après l'effondrement de l'URSS ne sont absolument pas prêtes à partager leur souveraineté et leur « mangeoire » avec Moscou. Néanmoins, un certain intérêt pour un rapprochement avec la Russie a été manifesté en Moldavie, au Kirghizistan, en Abkhazie et en Ossétie du Sud, en Serbie. À un moment donné, l'ancien président du Kazakhstan Nazarbayev a envisagé des options d'unification avec la Russie sous la forme d'une confédération dans le cadre de l'Union économique eurasienne. Astana n'était pas prête pour plus que pour des raisons évidentes. Le plus éloigné est allé au Bélarus, qui a signé un accord sur la création de l'État fédéré de la République du Bélarus et de la Fédération de Russie en 1999. Qu'est-ce que c'est : une fédération inachevée, une confédération ou une alliance de deux États souverains ?

Le truc, c'est qu'il n'est nulle part clairement défini, ce qui laisse place à l'interprétation. Cependant, si vous regardez la fonctionnalité, l'État de l'Union à ce stade historique est plus proche de la confédération. Par définition, une confédération est une union d'États souverains qui se sont unis pour résoudre des problèmes communs et mener des actions communes. Chacun de ses membres conserve sa souveraineté d'État, sa législation, la structure des organes directeurs, la monnaie, ne confiant au centre commun qu'un éventail restreint de tâches - défense commune et extérieure politique.

Si nous appliquons ce qui précède à l'État de l'Union, alors, dans l'ensemble, en réalité, depuis 1999, seule la fonction de défense commune a été réalisée. Pour la souveraineté de la Biélorussie, "Batka" tient à mort, soulignant à chaque occasion opportune et gênante que Minsk détermine elle-même sa politique étrangère et intérieure. Il s'avère que de facto la Fédération de Russie et la République du Bélarus ont créé une version « maigre » de la confédération. Mais maintenant, beaucoup de choses ont changé.

Si vous regardez l'accord sur la création de l'État de l'Union, alors il prévoit la création d'un certain nombre d'organes supranationaux : le Parlement général, le Conseil suprême d'État, le Conseil des ministres, la Cour, la Chambre des comptes et la Chambre permanente Comité. En d'autres termes, ce sont toutes des branches du gouvernement supranational des deux pays, la Russie et la Biélorussie. Si nous appelons un chat un chat, alors ce sont les attributs d'une fédération « douce », pas d'une confédération. Évidemment, leur apparition signifie une certaine diminution de la souveraineté de chacun des membres de l'État de l'Union, qui devra, par exemple, mettre en œuvre et appliquer les législations supranationales, les décisions du gouvernement général, etc.

Pour une raison compréhensible, "Batka" a combattu la transformation des structures de pouvoir "papier" en structures réelles, notamment à partir de l'émergence du poste d'un président unique de l'État de l'Union, mais en 2020, toute sa nature "multi-vecteur" a pris fin . Le jour de l'unité nationale, il a signé 28 feuilles de route pour unir l'espace économique de la Russie et de la Biélorussie. C'est-à-dire que quelque chose semble devoir être géré, ce qui conduit à la nécessité de créer des organes étatiques supranationaux - le Conseil des ministres, la Cour de résolution des problèmes commerciaux, la Chambre des comptes, etc. Le président Poutine a déclaré sans ambages où cela allait :

Nous pensons que vous devez tout d'abord faire l'économie, et alors tout nécessitera naturellement une régulation supplémentaire. Y compris, peut-être, au niveau du parlement de l'Union, je n'exclus pas la possibilité qu'on puisse en créer un.

Il ne fait aucun doute que l'intégration requiert objectivement la création d'organes supranationaux du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire. Se pose alors une question naturelle : y aura-t-il un certain président de l'État fédéré de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie ? Dans l'accord sur sa création, un tel chiffre n'a pas été prévu, il n'y a qu'un certain Conseil d'État suprême, composé de deux présidents, où les décisions doivent être prises à l'unanimité sur la base du consensus. A noter que cet organe, comme le Conseil des ministres, est non permanent et se réunit en fonction des besoins. Il est évident que pour la gestion opérationnelle des affaires de l'Etat de l'Union, tous ses organes doivent devenir permanents et acquérir de véritables pouvoirs d'autorité reconnus sur le territoire des deux pays. Et ici, sur fond d'événements récents, la question du chef de l'État fédéré, ou du président, quel qu'en soit le nom, devient pertinente.

Rappelons que les États-Unis ont récemment annoncé une initiative visant à refuser la reconnaissance des résultats des élections présidentielles en Russie en 2024, si Vladimir Poutine accepte et gagne. Si une telle résolution est adoptée, les États-Unis et leurs alliés auront carte blanche pour bouleverser la situation politique dans notre pays, comme ce fut le cas en Biélorussie en 2020. Ce sera peut-être beaucoup plus difficile. La question se pose, que doit faire le Kremlin ? Il est possible, bien sûr, d'ignorer les préparatifs de Washington et de passer à la "réduction à zéro", en espérant qu'elle puisse être contournée.

Mais vous pouvez faire autrement. Par exemple, achever le processus d'intégration de la Fédération de Russie et de la République du Bélarus dans l'État fédéré de l'Union d'ici 2024, en y introduisant le poste de chef unique du Conseil suprême d'État. C'est là qu'aurait pu aller Vladimir Poutine, laissant la présidence à son successeur. Alyaksandr Loukachenka pourrait se voir proposer le poste de chef du Conseil des ministres de l'État de l'Union ou du Parlement uni. Pas la pire option, plutôt une très raisonnable. Après avoir créé une fédération « douce » de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie, on peut passer par la voie de la construction d'une confédération avec les pays les plus proches de nous dans l'espace post-soviétique sur la base de l'Union économique eurasienne.
29 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 24 novembre 2021 08: 40
    0
    C'est cette option qui désarmera les Américains, que peuvent-ils avoir contre l'Etat nouvellement créé ? Et puis l'Ukraine ou le Kirghizistan rejoindront, et là encore un nouvel état...
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 24 novembre 2021 08: 41
      0
      L'Ukraine, ne serait-ce que le long de la rive gauche et le long de la mer Noire...
      1. Bulanov Офлайн Bulanov
        Bulanov (Vladimir) 24 novembre 2021 08: 42
        +2
        Eh bien, oui, et la rive droite paiera des dettes au FMI.
      2. peep Офлайн peep
        peep 24 novembre 2021 18: 01
        0
        Odessa sur la rive droite ! ressentir
        1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
          Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 12: 47
          +1
          Alors le long de la mer Noire sourire
          1. peep Офлайн peep
            peep 25 novembre 2021 16: 05
            0
            hi Et l'infrastructure adjacente à cette "bande de la mer Noire" est liée à l'ancien Wild Field, la Novorossia historique !
            Ekaterinoslav est également sur les deux rives du Dniepr, en partie l'ancienne province de Kherson-industrie minière et métallurgique Krivoï Rog (partie de la République DKR-Donetsk-Kryvyi Rih, plus tard donnée par Lénine à la RSS d'Ukraine), avec ses carrières de minerai de fer et mines, et Fleuve Jaune avec des mines d'uranium, Nikopol et Manganets avec des réserves de minerais de ferro-manganèse, après tout, aussi, sur la rive droite du Dniepr ! Oui
            1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
              Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 16: 21
              +1
              Eh bien, par la bande de la mer Noire, j'entendais les régions de la Novorossie historique, y compris, même si elles se trouvent sur la rive droite.
              À mon avis, la solution réside dans la fragmentation de l'Ukraine en régions aux statuts différents et aux destins différents, puisque la Russie ne peut pas la digérer entièrement maintenant. Il y a des options :
              1) Nouvelle Russie à la Russie en tant que nouveau district fédéral, la Petite Russie est un protectorat de la Russie, formellement indépendant, ZU est un protectorat de ses voisins européens.
              2) La rive gauche, le pôle de la région de la mer Noire, passe à la Fédération de Russie en tant que nouveau district, tandis que l'Ukraine indépendante reste sur la rive droite, absorbée de manière informelle par ses voisins européens (indésirable).
              3) La rive gauche et la région de la mer Noire restent formellement indépendantes, en tant que protectorat de la Russie. La rive droite reste sous le contrôle conjoint de la Fédération de Russie et de l'Europe. C'est une solution de compromis.
              ... d'autres options sont également possibles.
  2. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
    Dukhskrepny (Vasya) 24 novembre 2021 09: 39
    -2
    Loukachenko pour la présidence de l'État de l'Union
    1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
      Alexndr P (Alexander) 25 novembre 2021 11: 18
      0
      Loukachenko pour la présidence de l'État de l'Union

      laisse ce selyuk gouverner ta ferme, Uasya. Vous pouvez le nommer à la tête de votre coopérative de garage - il y occupe même le poste
      1. Dukhskrepny Офлайн Dukhskrepny
        Dukhskrepny (Vasya) 1 décembre 2021 07: 16
        0
        Oui, il ne va pas piller et vendre aux "amis oligarques" le pays comme ton tsar
  3. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 24 novembre 2021 12: 54
    +2
    l'essentiel est d'unir l'espace avec une monnaie commune - le rouble. Dissoudre la Biélorussie en Russie, de sorte que même aux Jeux olympiques, elle ne puisse pas se produire n'est pas une option. Ils ne seront pas d'accord avec ça. Mais quelque chose comme l'UE, avec un parlement, un budget général séparé (tout en maintenant les budgets nationaux) peut fonctionner. Pour la Biélorussie, ce n'est qu'un conte de fées, car La Russie a un excédent budgétaire et près de mille milliards de dollars de réserves. L'expansion de la zone rouble permettra de dépenser plus d'argent sans risque d'inflation. Les fonds du budget général iront à des projets de l'État de l'Union, ce qui signifiera en fait des injections de plusieurs milliards de dollars dans l'économie biélorusse.
    Et quand tout le monde verra à quelle vitesse la Biélorussie se développe dans l'État de l'Union, beaucoup d'autres voudront y aller aussi.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 24 novembre 2021 12: 58
    -1
    Réformer l'État unioniste en un seul, entraîne la perte du statut international et réduira la Biélorussie au niveau de nombreuses républiques de la Fédération de Russie. Ceci est d'autant plus pénible pour l'instruction publique d'un membre de l'ONU et, plus récemment, avait le statut d'instruction publique, possédant des armes nucléaires et les moyens de leur livraison.
    Tout déclassement est toujours perçu douloureusement, et dans ce cas, il affecte les sentiments nationaux de la classe dirigeante et de la population, que ni Alexander Grigorievich ni les dirigeants de la Fédération de Russie ne peuvent ignorer, et même les partenaires occidentaux se dépêcheront.
    Par conséquent, toute discussion sur la fusion et la création d'un seul État est provocatrice.
    L'essence de l'État unioniste réside dans l'intégration politique, économique, sociale, militaire, tout en maintenant le statut international et l'indépendance de chacun, par analogie avec l'UE - il n'y en a pas d'autre.
    L'obstacle le plus important à un processus d'intégration à part entière est la transition vers une monnaie unique et un mécanisme d'émission de billets de banque communs. Ils décideront de cette question - le reste suivra. Ils ne décideront pas qu'on peut oublier un seul État une fois pour toutes. Ce sera bien s'ils restent des alliés à l'avenir.
    1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
      Alexndr P (Alexander) 25 novembre 2021 11: 19
      -1
      Par conséquent, toute discussion sur la fusion et la création d'un seul État est provocatrice.

      Par conséquent, nous continuerons à vivre aux dépens des Moscovites et à tordre leurs mannequins (c) en chiant sous la porte et en arrêtant les dirigeants de Gazprom, 30 chvkashniki et bien plus encore
  5. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 24 novembre 2021 13: 35
    +1
    Citation: Jacques Sekavar
    Par conséquent, toute discussion sur la fusion et la création d'un seul État est provocatrice.
    L'essence de l'État unioniste réside dans l'intégration politique, économique, sociale, militaire, tout en maintenant le statut international et l'indépendance de chacun, par analogie avec l'UE - il n'y en a pas d'autre.

    De quoi parles-tu. Franchement provocateur ?
    Et qu'est-ce que l'État de l'Union ? Donnez une définition.
  6. peep Офлайн peep
    peep 24 novembre 2021 19: 03
    +1
    Considérant la question de la « délégation de pouvoirs » dans l'État de l'Union soulevée dans l'article, je pense qu'il faut tenir compte du fait qu'Alexander Grigorievich est, en fait, le même dépendant, consensuel, « galère rameur » dans son RB, comme Vladimir Vladimirovich dans le sien dans la RF! Bien que la Constitution leur donne, en tant que présidents, le plein droit de déterminer la politique étrangère de leurs États ...
    Et dans la « galère équipe » Loukachenka « ils commandent la mélodie », mais ce n'est pas lui qui la « dicte (comme les « conservateurs occidentaux des démocraties » « aiment à nous l'assurer, qualifiant indistinctement AGL de « dernier dictateur d'Europe ») » !
    Non, eh bien, "au public" Mais le père joue toujours en solo, dépeint une sorte de simple - "de la charrue", "l'autoritarisme du président de ferme collectif" - tel qu'il a, poli pendant des décennies, l'original (depuis 1994 ses débuts en tant que Président de la République de Biélorussie) « l'image du peuple » ! nécessaire
    Mais en coulisses, pas "à la caméra", comme le font "les gens qui entrent" (et ça se voit par les "yeux coupables" de Rygorych", aucune "formidable bravade" ne peut le cacher...), d'une toute autre manière. , même « collégialement », il y a une « communication » dans le « cercle intérieur » et des décisions conceptuelles sont prises…
    Par conséquent, toutes ces "questions représentatives" du SG et "se règlent" avec des "sphères d'intérêts commerciaux" presque complètement "sans masque social", les "capitalistes" post-soviétiques bourgeois-féodales de la République de Biélorussie et de la Fédération de Russie) devra être globalement « autoritaire » (et pas seulement satisfaire les ambitions personnelles de l'AHL et du VVP - « qui donner, prendre quel poste, aimer ou ne pas aimer, avoir peur - n'a pas peur » et les « garanties de sécurité personnelle » souhaitées ! )" pour que le "processus avance" et que tout "était au rendez-vous"...
    IMHO, je ne m'impose pas! hi
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 12: 36
      +1
      Oui, le facteur d'influence des milieux oligarchiques ne peut être ignoré.
      Les oligarques russes sont objectivement plus forts et intéressés à absorber les petits poissons.
      Cependant, les « élites » biélorusses sont-elles désormais en mesure de négocier fortement ?
      1. peep Офлайн peep
        peep 25 novembre 2021 15: 40
        +1
        Citation: Marzhetsky
        Oui, le facteur d'influence des milieux oligarchiques ne peut être ignoré.
        Les oligarques russes sont objectivement plus forts et intéressés à absorber les petits poissons.
        Cependant, les « élites » biélorusses sont-elles désormais en mesure de négocier fortement ?

        hi Sergueï, en effet, toutes les « élites » biélorusses n'ont pas encore accepté « l'intégration » dans l'État de l'Union, enfin, qui n'est plus seulement une « formalité de devoir » profitable (pour les autorités biélorusses), cela ne correspondent à leurs aspirations occidentales (qui pour l'instant, comme Yanyk et Azirov, LAS et ses « associés » masquent du mot « multi-vecteur », tentant de « dériver vers l'Occident » de manière anti-russe, mais à aux dépens de la « Russie fraternelle », telle qu'elle est, « discrètement », a fait tout l'ukrov duré jusqu'à ce que les « intégrateurs européens incontestés » Yanyk et Azirov tentent de forcer cette « transition » antirusse occidentalisée « et arrachent complètement ukRuina » de la table, "créer tous les préalables avec leurs actions "imprudentes" d'intégration européenne "et provoquer un" euromaid "coup d'état réussi !) ...
        Les responsables et politiciens biélorusses (comme leurs homologues ukrainiens en octobre 2013-janvier-février 2014) ont "remué-vibré" beaucoup en août-septembre 2020, et certains "précipités" ont même "fait de faux départs avec des sur-chaussures" - ils " a couru devant la locomotive ", dans le calcul d'être le premier à attraper des " pièces d'argent " des marionnettistes d'outre-mer ...
        Seul un soutien sans équivoque (et non le terne « mâcher de la morve olympique », disent-ils, « il se dissoudra de lui-même, nous avons des obligations de transit de gaz vers l'Europe et les Jeux olympiques de Sotchi, le calme n'est que calme », comme ce fut le cas à Kiev » Euromaidan"...) de Moscou, intransigeance active du militant Butler (en aucun cas ambivalent, pour le reste de sa vie "brisé par la prison", imposant "profesor" bosselé Yanyk-Léopold, tombé inconscient même d'une tomate pourrie jetés sur lui...) et incapacité à négocier ("entré dans le déni" par attitude envers les plus proches collaborateurs de Loukachenka qui sont prêts à "négocier") le marginal "gouvernement Maïdan (des salauds qui se rongent entre eux," zmagars ", quasi « intellectuels-maîtres d'idées » tels que le sot et méchant écrivain russophobe « Nobel Sveta »...) » les ont empêchés de « rendre » leur « patron » à la merci des criminels « Maïdan » et des files d'attente fidèles à la succursale de Minsk (ou même vers Varsovie et Vilnius voisines) de l'"ameropospatsiya" pour de délicieuses « gâteries savoureuses » !
        Des dirigeants occidentaux stupides, essayant d'effrayer, ont également incité et rejeté des "sanctions personnelles", se sont transformés en "responsabilité", leur propre "atout" latent au sein de la haute direction de la République de Biélorussie (pariant sur des drageons de subventions shtetl sans valeur - stupides "intellectuels" bruyants de "l'opposition blanche" ) ... et servez-le bien ! Wassat
        Pourquoi, le "père" biélorusse lui-même, peu importe à quel point sa "lukanomie" est alimentée par des prêts russes irrécouvrables, regarde toujours vers l'Occident avec espoir et ne se lasse pas d'y "donner des signaux" comme "j'appartiens, eh bien, emmenez-moi dans votre cercle, ne rejetez pas "?!
        Même dans une interview avec un journaliste britannique, cela se manifeste clairement, derrière toutes les « équivoques » évasives de Loukachenka ?! sourire
        Vladimir Poutine et ses compagnons d'armes devront encore « serrer et serrer » vers l'État unioniste, s'obstinant à « plier leur ligne » du Père biélorusse et de son cabinet !
        Chesslovo, Sergueï, je serai sincèrement surpris si tout sera réglé "comme si c'était écrit" avec le SG de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie ; s'il n'y a personne, il n'y a pas de problème "avec qui alors Vladimir Poutine devrait négocier, si, en fait, tout est " lié " aux " rejetés par l'Occident ", conventionnellement " pro-russe ", l'occidental AG Loukachenko, et sans lui tout change " les schémas " chez un " homme politique " biélorusse presque totalement occidentalisé ??!) !
  7. boniface Офлайн boniface
    boniface (Alex) 25 novembre 2021 02: 13
    -1
    ... Dans le même temps, le président Poutine a fait allusion il y a quelque temps à l'instauration d'un Parlement unique de l'État de l'Union...

    Le président Poutine ne bégaie pas, mais parle.
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 09: 51
      +1
      Regarder le bazar
      1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
        Alexndr P (Alexander) 25 novembre 2021 11: 20
        -2
        Regarder le bazar

        tu es un "journaliste" très arrogant
        Et en fait, vous bégayez et vous vous interrogez sur le marc de café dans presque tous vos articles - et Poutine fait la même chose.
        1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
          Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 12: 33
          +1
          Les guillemets ne sont pas appropriés. Je suis un bon journaliste précisément parce que je fais bien mon travail. Je ne suis obligé de chanter des louanges à personne ici, ce que je vois, c'est ce que j'écris. Il y a assez de laquais sans moi.
          Et Poutine, oui, il fait des affaires...
          1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
            Alexndr P (Alexander) 25 novembre 2021 12: 36
            -2
            Je suis un bon journaliste précisément parce que je fais bien mon travail.

            Eh bien, le voici, pour ainsi dire, sans options alors, puisque vous le pensez rire
            dans une usine ou dans une exploitation forestière, vous apporteriez plus d'avantages à l'État. et il y aurait plus de sens de votre part, ainsi que moins d'eau sur Internet
            1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
              Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 12: 38
              +1
              Tout à fait raison. Et pas seulement moi. Et tu apprends à épeler ton nom correctement, puis tu parles de journalisme.
              1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
                Alexndr P (Alexander) 25 novembre 2021 12: 38
                -1
                rire OK OK
                1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
                  Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 12: 39
                  +1
                  Bien, OK
  8. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 25 novembre 2021 14: 27
    +1
    Il a toute sa vie et toutes ses valeurs sous ses fesses - c'est le fauteuil du président. Et soudain, dans l'état de l'union, ce ne sera pas lui, mais une sorte de Tikhanovskaya, ou Babaryko, ou un autre grand ami à lui.
  9. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 25 novembre 2021 15: 47
    +1
    Citation: Pishchak
    Vladimir Poutine et ses compagnons d'armes devront encore « serrer et serrer » vers l'État unioniste, s'obstinant à « plier leur ligne » du Père biélorusse et de son cabinet !
    [b] Chesslovo, Sergueï, je serai sincèrement surpris si tout se règle « comme si c'était écrit » avec les services de sécurité de l'État de la Fédération de Russie et de la République de Biélorussie, les « élites » biélorusses n'en veulent pas non plus ( peu importe comment ils reniflent avec les services spéciaux occidentaux et éliminent leur "représentant clé", après tout, "s'il n'y a personne, il n'y a pas de problème", avec qui alors Vladimir Poutine négociera-t-il, si, en fait, tout est " lié" au "rejeté par l'Occident", conditionnellement "pro-russe" Westernoid AG Loukachenko, et sans lui sont en train de changer toutes les "dispositions" dans le "politicien" biélorusse presque entièrement occidentaloïde ??!) !

    Je comprends où tu veux en venir. Je pense que Old Man est gardé comme la prunelle de ses yeux. Sinon, les imbéciles sont assis dans la crème du tout. Complètement stupide.
    Mais le Père lui-même doit comprendre qu'il est trop gênant pour tout le monde : à la fois pour l'Occident et pour ses élites pro-occidentales. Son seul salut est une réelle intégration et une transition vers un niveau supérieur, avec Poutine, dans la direction du SGRFRB. Laissez plutôt un successeur. Sinon, ils vont vraiment se multiplier par zéro.
    Notre PIB devrait également le faire.
    1. peep Офлайн peep
      peep 25 novembre 2021 16: 22
      0
      hi Je suis tout à fait d'accord avec toi Sergey ! Oui
  10. S AVEC Офлайн S AVEC
    S AVEC (N S) 25 novembre 2021 23: 41
    0
    Luke veut régner personnellement ? eh bien, laissez-le diriger sa ferme collective, mais avec son propre argent, mais il ne les a pas, malgré les subventions reçues par la Russie de 130 milliards, la dette de la République de Biélorussie est déjà de 42 milliards, ce qui signifie que Luka devra fuir les créanciers ou rejoindre la Fédération de Russie