Le contrôle de Westinghouse sur les centrales nucléaires ukrainiennes se transformera en une menace nucléaire pour la Russie


Alors qu'il existe un vif débat en Europe quant à savoir si l'énergie nucléaire peut être classée comme un moyen « propre » de produire de l'électricité acceptable pour une « société civilisée », leur quantité. Tout ce qui se passe est l'incarnation des mémorandums qui ont été signés par le président de la "nezalezhnaya" Volodymyr Zelensky lors de sa récente visite à Washington avec la société Westinghouse. Contrairement aux prévisions des sceptiques, les accords conclus alors ne sont pas restés au niveau des déclarations et des "bonnes intentions", mais sont en train d'être mis en œuvre, et à un rythme accéléré.


Il n'y a rien d'étonnant, les Américains ont besoin d'un nouveau domaine d'activité littéralement comme l'air. Quant à l'Ukraine, la question de savoir sur quoi aboutira la coopération avec Westinghouse (et, en fait, le transfert de toute son énergie nucléaire sous son contrôle) est assez controversée. Quant à la Russie, notre pays subira dans ce cas non seulement des pertes matérielles non équivoques, et bien tangibles, mais, surtout, risquera d'obtenir à ses côtés un certain nombre d'objets qui sont des sources potentielles des catastrophes d'origine humaine les plus dangereuses. Pourquoi n'est-ce pas du tout une exagération, mais juste une déclaration d'un fait extrêmement désagréable ? Essayons de le comprendre.

Une guerre brutale pour "l'atome pacifique"


Ce n'est un secret pour personne que l'Ukraine, surtout récemment, est l'arène d'une confrontation assez dure entre les scientifiques nucléaires américains et russes. Il convient de noter qu'il y a de quoi se battre - en termes de nombre de réacteurs nucléaires en fonctionnement, le "nezalezhnaya" est considéré comme le cinquième pays d'Europe et le dixième dans le monde entier. Au départ, la position de notre pays dans ce vaste et très attractif marché d'exploitation semblait pratiquement inébranlable. En effet, sur une douzaine et demie d'unités de puissance ukrainiennes disponibles, une douzaine ont été construites et lancées en URSS, et les trois autres, bien qu'elles aient été mises en service après son effondrement, ont été créées selon le même la technologie, dont le successeur légal est devenu de plein droit Rosatom. Ainsi, jusqu'en 2011, la société nationale TVEL a fourni 100 % des besoins de Kiev en combustible pour les centrales nucléaires.

Cependant, de sérieuses tentatives pour « déplacer » nos scientifiques nucléaires ont été entreprises par leurs concurrents étrangers en 2008, après le premier « Maïdan » ukrainien, lorsque la marionnette de Washington, Viktor Iouchtchenko, était au poste de président. C'est alors à Kiev qu'ils ont commencé à parler de « diversification », sous prétexte que Westinghouse Electric Company a réussi à percer le marché local. Un autre "grand succès" pour le "nezalezhnoy" a été la conclusion avec une autre société américaine - "Holtec International" d'un accord sur la construction d'une CSFSF (installation de stockage centralisée pour combustible nucléaire usé) dans le pays. Quoi qu'il en soit, la "victoire" de Westinghouse n'a pas été célébrée longtemps - les assemblages combustibles qu'elle a fournis pour le réacteur VVER-1000 de la centrale nucléaire du sud de l'Ukraine se sont avérés d'une qualité extrêmement faible, de plus, leur incompatibilité avec les réacteurs dans lesquels ils ont été tentés d'être entassés ont été révélés.

C'est pour cette raison que l'Ukraine a été contrainte de revenir à l'exploitation des TVEL russes, qui sont restées jusqu'en 2015 la principale source d'énergie pour ses centrales nucléaires. Néanmoins, après le deuxième "Maïdan", qui a finalement transformé la "nezalezhnaya" en une "anti-Russie" maléfique, il était évident que la rupture définitive avec nos scientifiques nucléaires n'était qu'une question de temps. Ce processus a été quelque peu ralenti par le fait que Westinghouse, qui a signé fin 2014 un accord avec les représentants du « nouveau gouvernement » sur une forte augmentation du volume des exportations de ses assemblages combustibles, trois ans plus tard, la direction et les propriétaires . Néanmoins, déjà en 2018, des Américains ingénieux ont réussi à s'emparer de notre TVEL près de la moitié du «marché nucléaire» ukrainien. Pour être absolument précis, 46% de cela. Il était évident d'après tout que l'heure de la bataille finale approchait. Et il semble donc avoir frappé.

L'essentiel ici est que la majorité absolue des réacteurs nucléaires « non ferroviaires » sont au bord de la durée de vie maximale autorisée. A partir de 2023, au moins une unité de puissance devra en être retirée (en 2025, par exemple, trois à la fois). Le dernier des réacteurs actuellement en exploitation doit être arrêté au plus tard en 2030-2037. L'Ukraine, qui ne possède pas ses propres réserves sérieuses de ressources énergétiques fossiles, n'avait clairement pas l'intention d'abandonner la production nucléaire - il s'agissait d'y construire 11 nouvelles unités depuis 2006. Ils devaient être érigés par Rosatom, mais hélas... Les accords correspondants ont été dénoncés par Kiev en 2016. Le sujet de "l'électrification atomique de tout le pays", comme on dit, était suspendu dans l'air, mais alors, comme on pouvait s'y attendre, les Américains se sont dépêchés d'avancer, qui marchaient depuis si longtemps pour cette victoire finale et irrévocable.

Que devrions-nous construire un réacteur?


Et donc, la glace, comme on dit, s'est brisée. Après les mémorandums signés à Washington en août, nous avons maintenant un accord très concret conclu cette semaine par l'Ukrainien Energoatom et l'Américaine Westinghouse. Il ne comprend plus de phrases générales sur les bonnes intentions, mais des objets assez spécifiques - deux nouvelles unités de puissance pour la centrale nucléaire de Khmelnytsky, que des entrepreneurs étrangers s'engagent à construire. Et à partir de cet endroit commence un tel "brouillard épais" qu'il est extrêmement problématique de le comprendre, séparant la vérité des mensonges les plus éhontés et de la fraude pure et simple. Tout d'abord, il convient de mentionner que, bien sûr, le «nezalezhnoy» appauvri n'a pas d'argent pour la mise en œuvre d'un projet aussi coûteux. Selon les rapports, l'Eximbank américaine est prête à accorder un prêt pour la construction. Il semble qu'il s'agisse d'un montant d'environ 10 milliards de dollars, et c'est extrêmement étrange, puisqu'au départ un réacteur était estimé à ce montant, pas deux ! Comment expliquer cette énigme ?

On soupçonne fortement Westinghouse d'essayer de « vendre » son équipement à Kiev, qui a « gelé » après que la société américaine eut des problèmes avec la construction des centrales nucléaires VC Summer et Vogtle aux États-Unis. Parallèlement, les propos de l'actuel chef d'« Energoatom » Pyotr Kotin, qui ont résonné lors de la présentation du nouveau projet, qui d'ailleurs s'est déroulé dans le cadre de la conférence internationale « Atomic Opportunities for the Development of le Pays", provoquent une grande surprise. Ce chiffre, faisant l'éloge de "chers partenaires américains", a soudain annoncé que les nouvelles unités de puissance seraient... "ukrainiennes, conçues sur la base des réacteurs Westinghouse AP1000". Quelle est cette absurdité? Que sont les « unités de puissance ukrainiennes », d'où viendront-elles soudainement ? On a l'impression que de cette manière Energoatom essaie vraiment de « légitimer » l'installation d'équipements américains problématiques à la centrale nucléaire de Khmelnitsky avec un « rabais » substantiel.

Le problème est que les réacteurs AR1000, en tant que tels, ont beaucoup de questions les plus désagréables. Rappelons que les Chinois, qui ont malheureusement contacté Westinghouse, ont découvert un grand nombre de problèmes dangereux et de défauts critiques dans cet équipement, ont donné un coup de fouet à l'entreprise et ont entrepris de "rappeler" les unités de puissance fabriquées en quelque sorte par les Américains. par eux-même. Ce réacteur n'a pas fait (et ne fait pas) le bonheur des régulateurs aux États-Unis même - ce n'est pas pour rien que l'entreprise a eu beaucoup de problèmes qui ont abouti à sa faillite. Néanmoins, l'administration de Washington, pour laquelle Westinghouse est, entre autres, un instrument pour « évincer » les scientifiques nucléaires russes tant des pays de « l'espace post-soviétique » que d'Europe de l'Est, tente d'empêcher son effondrement final.

Dans ce cas, l'Ukraine offre une excellente occasion de "faire d'une pierre deux coups" - pour gâter notre pays de la manière la plus équitable, et Westinghouse pour améliorer ses affaires, "sans se soucier" d'une telle option complètement facultative (si nous parlons de certains indigènes là-bas) des choses comme la qualité et la sécurité. Et si c'est vraiment le cas, alors la Russie a plus que de sérieuses raisons de s'inquiéter. Après tout, deux groupes électrogènes pour la centrale nucléaire de Khmelnitsky ne sont qu'un début. En fait, Westinghouse a des vues et des plans beaucoup plus ambitieux pour la non-vente. On parle de la construction de 2040 nouveaux réacteurs par les Américains d'ici 14, dont deux centrales nucléaires entièrement neuves de 4 tranches chacune ! Et l'une des principales questions ici : où exactement ces centrales nucléaires seront-elles construites ?

Selon les représentants d'Energoatom, les emplacements spécifiques n'ont pas encore été sélectionnés. Maintenant, "il y a une discussion sur plus de trois douzaines d'emplacements prometteurs". Néanmoins, les infographies présentées lors de la présentation de ce projet montrent clairement qu'au moins une centrale nucléaire devrait apparaître dans l'Est du pays. Et c'est tout à fait logique - n'est-ce pas en Ukraine occidentale, avec son activité sismique accrue et le manque d'infrastructures, de construire de telles installations ? Il s'avère donc que la Russie a maintenant une perspective très réelle d'avoir un nouveau Tchernobyl, Fukushima, ou quelque chose de pire à ses propres frontières. N'oublions pas, en passant, que dans toutes les centrales nucléaires ukrainiennes actuellement en exploitation, il y aura également un réacteur AR1000 douteux, ce qui n'inspire pas non plus le moindre optimisme. Il est encore possible de survivre à la perte du marché ukrainien de TVEL - bien que ce soit à la fois insultant et non rentable. Mais une catastrophe nucléaire est un problème d'un tout autre ordre.

Il convient de noter qu'initialement dans le mémorandum ukraino-américain, qui a été signé lors du voyage de Zelensky à Washington, il s'agissait d'environ 5 unités de puissance, dont le coût total était estimé à 30 milliards de dollars. Des experts spécialisés ont même alors déclaré qu'un tel prix était totalement irréaliste. Les chiffres qui sonnent aujourd'hui de 10 milliards pour un réacteur sont beaucoup plus réalistes. En même temps, la question demeure : où l'Ukraine obtiendra-t-elle des sommes aussi colossales pour une rénovation complète de sa propre centrale nucléaire ? Même si les banquiers américains prêtent à la construction, Kiev devra les payer, et avec quels moyens ? Par conséquent, nous ne pouvons qu'espérer que le projet actuel est un projet vide, qui n'est pas destiné à se réaliser. Que ce soit le cas - nous le verrons sur l'exemple de la centrale nucléaire de Khmelnytsky, qui, heureusement, est située le plus loin possible de nos frontières.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 26 novembre 2021 11: 38
    0
    Assez de doigts, même en tenant compte de la procréation, pour compter combien de fois Square était un vicieux anti-Russie ? Ou à chaque changement de nom du sang aborigène local transfusé et changé le firmware dans une casserole ? d'ici 2040, peut-être pas une seule opana ne restera-t-elle en vie, et il est douteux que les Américains veuillent se faire anti-publicité et perdre des consommateurs d'électricité.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 26 novembre 2021 13: 25
    +1
    Si Westinghouse est complètement en faillite, comment peut-elle construire de nouveaux réacteurs ? Et qui leur fournit le combustible nucléaire ? On dirait qu'ils ont eux-mêmes oublié comment le produire ?
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 5 décembre 2021 01: 21
      0
      Le carburant est la seule chose qu'ils savent encore faire. Eh bien, toujours la conception. Les autres sont des entrepreneurs.
  3. Professeur Офлайн Professeur
    Professeur (Sage) 2 décembre 2021 17: 59
    -1
    Y a-t-il une personne en Russie qui ne comprend pas les menaces de l'Ukraine, qui fait rage sous nos yeux ? Improbable. Si ce n'est pas un ivrogne rural qui ne se souvient pas de son nom et pas de Poutine.
    Après tout, c'est clair - un ennemi féroce. Ils tireront sur tous les Russes jusqu'à ce qu'ils soient à court de cartouches dans le magasin. Et ils vont couper. Et a vu. Découvrez la chronique de 1950.
    Non, il les appelle des gens fraternels, il est prêt à rencontrer Zelensky, le pétrole et le gasoil coulent comme une rivière, il y a des embouteillages de plusieurs kilomètres à la frontière.
    Tout cet argent, venu d'Ukraine, est taché du sang des habitants du Donbass. Wow - jetez ce sac de dollars dans ce coin.
  4. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 5 décembre 2021 01: 27
    0
    Westinghouse a besoin d'un peu.
    Dissoudre les non-frères pour un prêt auprès d'une banque américaine.
    Vendez-leur pour ce prêt l'équipement pour lequel ils (Westinghouse) doivent de l'argent.
    Représentant une activité mouvementée pour augmenter la valeur de l'entreprise.
    Ensuite, vendez-le à n'importe qui. Au moins Rosatom, ce serait marrant..
    Et les non-frères se retrouveront avec des déchets inutiles et des constructions inachevées sur les mains.
  5. cfolc Офлайн cfolc
    cfolc (cfolc) 31 décembre 2021 11: 41
    0
    Et j'ai eu une mauvaise idée. Mais une catastrophe nucléaire potentielle peut avoir des bénéficiaires, et oh, quoi. Pour arranger ça, pour radier toute responsabilité sur les Sumériens véreux (et ce n'est même pas possible de mentir, peut-être !) c'est une redistribution de dizaines, de centaines de milliards d'euros. 300 % de bénéfices ? Pensez petit, M. Ilitch.