« J'ai vu les Russes ! Ils sont déjà là !" D'où vient la russophobie en Occident ?


La campagne endiablée lancée récemment par l'Occident, et surtout par les États-Unis, pour accuser notre pays d'une prétendue « invasion de l'Ukraine » imminente a déjà largement dépassé les limites de la plausibilité, mais les limites du bon sens le plus ordinaire. Tout ce qui se passe ressemble clairement à une sorte de folie collective, d'hystérie, qui a atteint le degré de maladie mentale. Nous connaissons très bien et depuis longtemps le nom de cette maladie - la russophobie. Ceux qui s'en emparent, n'ont pas le moindre besoin de preuves logiques de leurs théories délirantes et de leurs accusations à l'emporte-pièce. Pour quelle raison?


Après tout, notre pays et son peuple aux yeux des russophobes sont a priori la source du « mal mondial » et on leur attribue toutes les aspirations les plus basses et les traits les plus repoussants qu'on ne peut qu'imaginer. La russophobie ne date pas d'hier, sa naissance, ainsi que sa vitalité enviable, avaient et ont encore des raisons bien précises. Il est multiforme, international et sait évoluer en fonction des "tendances de l'époque", en ne gardant qu'une chose inchangée - une haine pathologique pour tout ce qui est russe et un désir passionné de détruire physiquement non seulement la Russie en tant qu'État, mais aussi, si possible, tous ceux qui y vivent, jusqu'à la dernière personne.

Un peu sur les "pères fondateurs"


Avant de commencer notre étude (quoique plutôt superficielle) de la russophobie, il faut se rappeler d'où et quand le terme lui-même vient. Contrairement aux déclarations de certaines "personnes intelligentes", il ne s'agit pas du tout d'un "récit de propagande du Kremlin", mais d'un mot introduit au 1843ème siècle par l'un des plus remarquables poètes et publicistes russes - Peter Vyazemsky. Soit dit en passant, le prince le plus réel et conseiller secret. C'est avec cette définition que Piotr Andreïevitch a scellé le faux livre d'un certain marquis Adolphe de Custine, publié en 1839 à Paris, « La Russie en XNUMX ». Après avoir passé trois mois dans notre pays, le Français, en rentrant chez lui, a déversé sur la Russie non seulement une baignoire, mais de véritables chutes de boue du Niagara. Son ignoble pamphlet peut-il être considéré comme le « livre saint » des russophobes, l'une des « œuvres documentaires » devenues la pierre angulaire du mensonge universel érigé par eux ? Plus que.

Sans entrer dans trop de détails, je note que c'est de Custine qui doit l'"honneur" douteux à des "découvertes" telles que "l'essence servile" du caractère russe, incompréhensiblement associée à leur "ambition excessive" et "l'irrépressible soif de tyrannie." D'ailleurs, le terme "prison des peuples" en rapport avec notre pays a également été introduit par ce voyou. Comme tout opus ouvertement russophobe, la concoction de de Custine avait le même degré de fiabilité que les fables du baron de Munchausen. Par exemple, lui, qui était sur le territoire de notre pays exclusivement en été, a peint avec beaucoup de plaisir les "terribles gelées russes", aussi, la souche est claire qui a contribué à la cruauté des coutumes locales. Une idée exhaustive de la "vérité" du bâtard est donnée par son affirmation selon laquelle "littéralement devant chaque maison russe il y a une potence, à laquelle le propriétaire lui-même ou sa famille peut être pendu à tout moment". Inutile de dire que, sous une forme aussi horrible, le fou français a sorti la balançoire pour enfants la plus ordinaire?

Le fait que cette fourberie ait été griffonnée et publiée par la suite exclusivement à l'initiative personnelle du marquis soulève de forts doutes. Trois réimpressions en France, des tirages supplémentaires en Belgique, des traductions et des éditions en Grande-Bretagne et aux USA... Eh bien, cela ressemble beaucoup à ce qu'on appelle une "campagne d'information massive" de nos jours. Plutôt une opération spéciale pour diaboliser notre pays à la veille de la guerre de Crimée, qui se préparait déjà à cette époque. Soit dit en passant, cette idée est également suggérée par le fait qu'à peu près à la même époque, en France, ils ont commencé à « alimenter » intensivement le délire concernant un autre texte « sacré » pour les russophobes - « Le testament de Pierre le Grand ». Encore une fois, il ne sert à rien de raconter l'essence de cette falsification - il y a plus qu'assez d'écrits à ce sujet. Le « document », prétendument « obtenu des archives secrètes de l'impératrice Elisabeth », a été démantelé par les historiens « petit à petit » et réfuté sur tous les points.

Néanmoins, certaines personnes continuent à se référer à lui à ce jour, ainsi qu'au torchis de Custine. Soit dit en passant, au vingtième siècle, la plupart du temps, sa diffamation a été réimprimée aux États-Unis (quatre fois) et ... en Russie. Nous avons cette abomination, qui est tombée immédiatement (et à juste titre) sous l'interdiction de la censure immédiatement après sa publication, a commencé à se reproduire, bien sûr, pendant les années de la "perestroïka" et a été rééditée de 1996 à 2008 cinq fois. Un livre audio est également sorti en 2009. L'admirateur le plus ardent "des notes de de Custine était l'un des plus grands apologistes de la russophobie - Zbigniew Brzezinski lui-même, qui la considérait" comme une description idéale du caractère russe et politique systèmes". Et l'ambassadeur des États-Unis dans notre pays, Walter Smith, en 1951, a écrit avec enthousiasme à son sujet que c'est ... "le meilleur ouvrage jamais écrit sur l'Union soviétique". Non, la russophobie, c'est définitivement un diagnostic.

Qui est en avance sur les autres ?


Il se trouve que la Pologne fut peut-être la première au rang d'idéologie d'État. Eh bien, il n'a jamais été possible d'oublier la "possession" à court terme du Kremlin de Moscou, qui a donné lieu aux projets et plans les plus délirants dans la tête des messieurs, avec lesquels presque tout le monde s'y est précipité - des têtes couronnées aux la petite noblesse. Le représentant le plus brillant de cette tribu violente peut être considéré comme le général Michal Sokolnitsky, qui a inlassablement persuadé Napoléon Bonaparte d'attaquer notre pays et de le détruire, démembrant impitoyablement et dotant généreusement Rzeczpospolita. Certaines sources le considèrent aujourd'hui comme la réincarnation de l'ex-ministre de la Défense de la Pologne moderne Anthony Matserevich (je plaisante !).

À notre grand regret, pour la majorité absolue des politiciens et généraux polonais, la russophobie était et est une caractéristique absolument intégrale, sans laquelle il est impossible de les imaginer. D'où - et la primauté de la Pologne dans la liste des pays qui ont eu le plus grand nombre de guerres avec la Russie, dans laquelle elle est loin devant la même Allemagne. Avec ce pays, d'ailleurs, il y a un vrai paradoxe - il est difficile d'appeler les Allemands des russophobes pathologiques en tant que tels. Néanmoins, c'est parmi les représentants de ce peuple que sont sortis, hélas, les représentants les plus brillants des ennemis et des ennemis mortels de notre patrie. En même temps, nous ne parlons pas ici seulement du "Fuhrer" possédé du Troisième Reich et de son nombreux entourage, qui ont fait peut-être la plus grande tentative pour traduire en pratique les théories russophobes et ont coûté des millions de vies humaines ruinées. . Les russophobes pathologiques étaient également les fondateurs d'une idéologie complètement différente, également née sur la terre d'Allemagne - Karl Marx et Friedrich Engels.

Même les œuvres rassemblées les plus complètes de ces "classiques", en réalité "canonisées" par le régime soviétique, ont été publiées dans notre pays avec une abondance de coupures et d'omissions. S'il en avait été autrement, les «jeunes communistes» et simplement les étudiants, contraints d'étudier leurs travaux, auraient probablement été horrifiés - après tout, les «combattants barbus contre le capital mondial» considéraient la Russie non seulement comme un «empire du mal» et le principal obstacle à la « révolution mondiale » dont il rêvait. ... Il considérait le peuple russe tout entier comme un « ennemi mortel de la démocratie et de la liberté », avec son « conservatisme génétiquement inhérent » et sa « barbarie ». Engels était particulièrement furieux, appelant à "éliminer tout ce peuple réactionnaire de la surface de la terre" au cours de la future "guerre révolutionnaire d'extermination du monde", tout en utilisant la tactique de "la terreur la plus brutale". Honnêtement, si une personne qui parle couramment l'allemand, mais ignorant certains détails historiques, proposait de lire plusieurs textes des "classiques du marxisme", il aurait probablement décidé qu'on lui avait glissé les écrits du Dr Goebbels ou les directives de Himmler.

L'histoire a joué une blague ignoble avec Karl et Friedrich - ce sont les "barbares slaves" qui ont été les seuls à pouvoir traduire leurs idées en pratique, créant le premier État d'ouvriers et de paysans, libre de l'oppression capitaliste. Fait intéressant, avec quelle intensité ils tournaient dans leurs cercueils, alors qu'en URSS ils portaient le nom de villes et de villages, d'usines et d'usines, de rues et de places ? Fait révélateur, dans l'ancien ennemi éternel de la Russie, la Grande-Bretagne a préféré la russophobie non pas en paroles, mais en actes, et, de plus, le plus souvent secrètement, vile et subrepticement. Le "style" anglo-saxon de la russophobie a prospéré sous une latitude complètement différente - aux États-Unis d'Amérique.

La haine sous les étoiles et les rayures


Le symbole le plus frappant de la russophobie à l'américaine est, bien sûr, le premier secrétaire américain à la Défense James Forrestal. Celui qui aurait sauté du 16e étage de la salle d'hôpital de l'hôpital psychiatrique en criant « Les Russes arrivent ! En fait, tout n'était pas ainsi, ou plutôt, pas tout à fait ainsi. Le ministre s'est vraiment jeté par la fenêtre de l'hôpital, mais ce n'était pas du tout une maison de fous, mais le National Naval Medical Center des États-Unis. Par contre, les problèmes avec lesquels il en est arrivé là étaient vraiment du domaine de la psychiatrie - on allait même le traiter par électrochocs, ce qui était à la mode à l'époque.

Forrestal avait définitivement un "regard" sur la "menace russe", et le plus brillant, cependant, au moment de son décès, il n'a rien crié de tel. En tout cas, aucun témoin ne peut le confirmer dans la nature, mais le zapolochny crie : « J'ai vu les Russes ! Ils sont déjà là !" le secrétaire à la Guerre a peut-être été crédité par des journalistes américains qui ne l'aimaient pas beaucoup. Forrestal était un russophobe non pas en paroles, mais en actes - il a pris une part active à la création de l'OTAN, à l'élaboration de plans de frappes nucléaires contre notre pays (tels que "Totality" et "Dropshot"), et a également harcelé le Le président américain Harry Truman a demandé de multiplier le financement de son département dans le cadre de l'imminente "guerre absolument inévitable avec les Soviétiques". Finalement, il s'est surmené la tête au point qu'en mars 1949, il a été démis de ses fonctions « pour des raisons médicales », et deux mois plus tard, il s'est suicidé. La propagande soviétique en fit plus tard le symbole d'un anticommuniste fou - avec toutes les raisons pour cela. D'un autre côté, à certains égards, Forrestal était loin de certains de ses collègues. En particulier - le même général George Patton.

Cette figure, considérée en Occident (et par certains dans notre pays aussi) "un véritable héros de la lutte contre le nazisme", en fait, n'était pas seulement un ardent admirateur du Troisième Reich et un antisémite pur et dur. C'était un russophobe du plus haut niveau, pour ainsi dire, test. Non seulement cela, dans ses journaux intimes et sa correspondance personnelle, Patton a fait valoir qu'"il aurait facilement pris Prague et Berlin, si seulement il y avait été autorisé". Il considérait très sérieusement le pays qui avait vaincu les hordes de la Wehrmacht "faible" et s'engageait à le vaincre avec "une gauche", "prenant" également Moscou. On peut parler longtemps de son attitude envers notre pays et notre peuple, mais je me limiterai à quelques citations : Patton considérait tous les Russes sans exception comme « des barbares, des alcooliques chroniques et des fils de pute », tout en affirmant que « il faut comprendre les Russes au niveau du calcul de la quantité de fer et de plomb nécessaire à leur extermination. » La personne la plus gentille, n'est-ce pas ?

Fait révélateur, tous les "russophobes exceptionnels" des années 40 - 50 du siècle dernier se sont mal terminés. Forrestal, comme mentionné ci-dessus, est devenu fou et a sauté par la fenêtre, Patton est décédé des suites d'un accident de voiture survenu dans des circonstances extrêmement "nuageuses" (il y a un fort soupçon que le général " Lost Shore " a été liquidé par son propre peuple ). Le sénateur Joseph McCarthy, qui en 1950 a agité les États-Unis en déclarant que toutes ses structures étatiques "débordaient de communistes et d'agents russes" et qui a organisé une "chasse aux sorcières" sans précédent dans ce pays, qui a brisé beaucoup de vies et de destins , s'est simplement saoulé et est mort de la banale cirrhose du foie, n'atteignant même pas 50 ans. Cependant, les graines vénéneuses généreusement dispersées par ces « pères fondateurs de l'école américaine de la russophobie » ont donné des pousses non seulement abondantes, mais très violentes.

Ce sont les États-Unis qui ont "donné" au monde des russophobes et des russophobes absolument exceptionnels comme, avant la tombée de la nuit, rappelez-vous Zbigniew Brzezinski et George Soros, Madeleine Albright et Hillary Clinton, Michael McFaul et l'inoubliable John McCain. Les représentants actuels de la Maison Blanche, du Département d'État, du Pentagone et d'autres comme eux ne sont que des adeptes et des imitateurs. Il ne faut pas oublier que des flambées de russophobie particulièrement violentes se sont produites en Occident depuis les premiers temps de ces moments où la Russie a acquis une force et un pouvoir particuliers, se dirigeant avec confiance vers la grandeur et de nouvelles victoires. La colère et la calomnie des ennemis ont toujours été la meilleure évaluation de la voie choisie par notre pays.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
    Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 08: 18
    +3
    Après avoir passé trois mois dans notre pays, le Français, en rentrant chez lui, a déversé sur la Russie non seulement une baignoire, mais de véritables chutes de boue du Niagara. Son ignoble pamphlet peut-il être considéré comme le « livre sacré » des russophobes, l'une des « œuvres documentaires » qui sont devenues la pierre angulaire du mensonge universel qu'ils ont érigé ?

    Karamzin ... n'a pas caché ses opinions et ses pensées, bien qu'elles ne correspondent pas à l'ensemble du gouvernement de l'époque ... Et combien ridicules après cela ceux d'entre nous qui prétendent qu'en Russie, il est impossible de dire toute la vérité, et que ça nous fait mal aux yeux !
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 08: 32
      +3
      ... que des flambées de russophobie particulièrement violentes depuis les premiers temps se sont produites en Occident à ces moments où la Russie a acquis une force et un pouvoir particuliers, se dirigeant avec confiance vers la grandeur et de nouvelles victoires.

      Si de Custine se désinscrit en 1839, alors la Russie est en avance sur la guerre de Crimée perdue (1853-56), l'abolition du servage (1861), le zemstvo et les réformes militaires, l'écrasement russo-japonais (1877-78). Tous ces événements ne sont en aucun cas similaires à "une force et un pouvoir spéciaux... une grandeur et de nouvelles victoires".
  2. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
    Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 08: 34
    +3
    Bismarck est crédité des mots :

    Au fil des siècles, nous sommes devenus convaincus que les Russes ne peuvent être vaincus ; mais on peut facilement leur inculquer de fausses idées, et alors ils se battront.
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 09: 14
      +3
      À propos : la visite de de Custine tomba sous le règne de Nicolas Ier (1825-1855), que certains de ses sujets appelaient Nikolai Palkin dans leur dos. Probablement, les vils "ennemis du peuple" ont calomnié (pour utiliser la terminologie d'une époque soviétique ultérieure).
    2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Vladimir) 29 novembre 2021 15: 09
      0
      Il est impossible de vaincre les Slaves, nous le voyons depuis des centaines d'années. C'est un état indestructible de la nation russe, fort dans son climat, dans ses espaces et dans ses besoins limités. Même l'issue la plus favorable d'une guerre ouverte ne conduira jamais à la désintégration de la force principale de la Russie, qui repose sur des millions de Russes proprement dits ...

      Le chancelier du Reich, le prince von Bismarck, à l'ambassadeur à Vienne auprès du prince Heinrich VII Reuss. Confidentiellement. No 349 Confidentiel (secret). Berlin 03.05.1888/XNUMX/XNUMX

      Les Russes ont la conscience la plus militariste de tous les grands groupes ethniques. Ce qui a été dit catégoriquement ne doit pas être confondu avec l’agressivité, à la fois acquise et, peut-être, innée, inhérente à la fois aux individus et à de nombreuses grandes et petites nations. Dans le même temps, les Russes sont l'une des nations les plus épris de paix, qui s'entend tout naturellement avec le militarisme, sans provoquer de contradictions, mais ne faisant que souligner l'ambivalence et la dualité omniprésentes qui les imprègnent et leur relation au monde. Ils sont étonnamment travailleurs et incroyablement paresseux, ils sont avares et gaspilleurs, ils sont extrêmement sans prétention pour la capacité de survivre dans toutes les conditions extrêmes et en même temps adorent le confort, ils sont courageux envers l'héroïsme et souvent extrêmement indécis, ce qui est facile à confondre avec la lâcheté, ils sont individualistes et collectivistes, ils sont cruels et miséricordieux, ils sont faibles et inatteignables, ils sont conservateurs et révolutionnaires, ils sont inventifs et stéréotypés, ils sont géniaux jusqu'à l'idiotie, et, enfin, ils sont à la fois européens et asiatiques. Et il n'est pas nécessaire de dire que les propriétés décrites sont à un degré ou à un autre inhérentes à tous les peuples et groupes ethniques, et que les Russes ne sont ni meilleurs ni pires que les autres. En fait, nous ne parlons pas du tout de qui est meilleur et qui est pire. Ils sont simplement différents. Ils vivent dans un monde parallèle par rapport à tout le monde, et personne ne peut les comprendre à tout moment et à tout moment, car ils sont complètement imprévisibles!

      Même l'issue la plus favorable de la guerre ne conduira jamais à la désintégration de la Russie, qui est soutenue par des millions de croyants russes de confession grecque. Ces derniers, même s'ils sont subséquemment sectionnés par des traités internationaux, se réuniront aussi rapidement que les gouttelettes de mercure sectionnées se retrouveront ainsi.
      C'est un état indestructible de la nation russe, forte dans son climat, dans ses espaces et dans sa simplicité, ainsi que par la conscience de la nécessité de protéger constamment ses frontières. Cet État, même après une défaite totale, restera notre progéniture, un adversaire en quête de vengeance ... Cela créerait une situation de tension constante pour l'avenir, que nous serons obligés de prendre sur nous-mêmes si la Russie décide de nous attaquer. Mais je ne suis pas prêt à assumer cette responsabilité et à initier par nous-mêmes la création d’une telle situation.
      Nous avons un exemple déjà raté de la «destruction» d'une nation par trois opposants puissants, une Pologne beaucoup plus faible. Cette destruction a échoué pendant aussi longtemps que 100 ans. La vitalité de la nation russe ne sera pas moindre; À mon avis, nous réussirons mieux si nous les traitons simplement comme une menace permanente contre laquelle nous pouvons créer et maintenir des barrières de protection. Mais on ne pourra jamais éliminer l'existence même de ce danger ...
      En attaquant la Russie d'aujourd'hui, nous ne ferons que renforcer son désir d'unité; attendre que la Russie nous attaque peut conduire au fait que nous attendrons avant sa désintégration interne, avant qu'elle nous attaque, et de plus nous pouvons attendre cela, moins nous pourrons, au moyen de menaces, l'empêcher de sombrer dans une impasse.

      Otto von Bismarck
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 29 novembre 2021 09: 07
    +3
    C'est peut-être pour ça qu'ils jettent de la boue sur Ivan le Terrible parce qu'il a mené une politique pro-russe et s'est marié exclusivement avec des filles russes ?
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 09: 31
      +3
      Ouais C'est vrai. rire
      Le grand empereur Pierre Ier (représenté sur des billets de 500 roubles russes), a d'abord épousé une "fille russe", puis l'a jetée dans le monastère.
      Après cela, il s'est légalement marié et a fait de la reine impératrice une fille d'origine ethnique et sociale complètement boueuse, qu'il a retirée soit de son maréchal Shein, soit d'Aleksashka Menshikov; son poste s'appelait "portomoya" (blanchisseuse), et elle s'appelait Marta Skavronskaya, désolé, Catherine I.

      Et si je me souvenais déjà de "Katka", alors la seconde d'entre elles était une sorte de princesse allemande (l'origine sociale n'a pas déçu, contrairement à la nationalité) et a régné sur la Russie de 1762 à 1796. Il est bien connu qu'à la suite de ses actions, la Russie s'est littéralement transformée et s'est considérablement étendue géographiquement, sans parler de la liquidation du Khanat de Crimée, du Zaporozhye Sich et de la partition de la Pologne. Elle était une grande souveraine, bien qu'une « nemchura non russe ».
  4. Nikolaï V-Maltsevski Офлайн Nikolaï V-Maltsevski
    Nikolaï V-Maltsevski (Nikolay V-Maltsevsky) 29 novembre 2021 09: 26
    +3
    L'Occident et les Etats-Unis s'indignent d'être tous 100% homosexuels, homosexuels, et la RUSSIE est un pays orthodoxe et ne supporte pas leurs "valeurs"... En Russie, en RUSSIE, de tels gays et koblichs peuvent donner un coup de main , et ils ont des transgenres qui s'embrassent passionnément. Pourquoi le COVID-19 s'est-il propagé dans le monde entier ? Il a dû détruire les pays où le mariage homosexuel est autorisé. Et la colère qui ronge les homosexuels pour ça. que la RUSSIE a d'innombrables ressources naturelles, mais ils n'ont rien. C'est juste dommage pour la RUSSIE que toutes ces richesses ne vont pas toujours aux besoins du peuple, auquel elles appartiennent de droit. Mais je pense que tout cela n'est qu'une question de temps et la RUSSIE sera le pays le plus riche et le plus prospère du monde. Et ces Russophobes bleus, qu'ils disparaissent complètement du champ de vision de la RUSSIE...
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 14: 49
      +3
      Sœur Alyonushka vous a dit : « Ne bois pas l'eau d'une flaque d'eau, tu deviendras un enfant !
      Tu as désobéi, kaneshna, et le résultat s'est immédiatement manifesté dans toute sa tragédie et sa profondeur. Oui
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 29 novembre 2021 11: 39
    +2
    La question n'est pas de savoir qui a donné le plus aux russophobes, mais les raisons de la russophobie tout au long de presque toute l'histoire de l'existence de l'État russe.
    Il semble que les entités étatiques européennes territorialement petites et désunies n'aient jamais pu résister à elles seules à l'énorme éducation publique à l'Est et l'ont donc toujours perçue de deux manières - d'une part, comme une menace potentielle, et d'autre part, comme un objet d'expansion.
    Avec le passage au capitalisme, s'y sont ajoutés les intérêts économiques, et si les formations étatiques occidentales ont principalement résolu le problème par l'expansion maritime et la colonisation sur d'autres continents, alors la Grande-Bretagne centrale, et surtout non-hameau, a fermé l'accès à la Atlantique en passant par la mer du Nord, la Manche, Gibraltar puis le canal de Suez. Ainsi, pour la même zone non rurale, l'enseignement public le plus développé, seule la direction orientale est restée ouverte - l'Empire russe, l'URSS, la Fédération de Russie.
    Aujourd'hui, le non-hameau est l'épine dorsale de l'UE. L'économie non agricole s'intéresse au développement des relations avec la Fédération de Russie et à ses ressources, mais est entièrement contrôlée par les États-Unis et la Grande-Bretagne à travers l'occupation effective, le contrôle des communications mondiales, le « Chancellor-Act » juridiquement fondamental " et de nombreux accords internationaux.
    Toute expansion est générée par les intérêts politiques et économiques des classes dirigeantes et s'accompagne d'une course aux armements, de la formation d'alliances et d'un endoctrinement, exposant le sujet de l'expansion sous un jour exclusivement négatif.
    Tout cela a formé une attitude méfiante persistante envers l'énorme éducation publique parmi les classes dirigeantes et la population de l'Europe, qui s'est propagée à tous les territoires sous leur contrôle à travers le monde.
  6. Nikolaï N Офлайн Nikolaï N
    Nikolaï N (Nikolay) 29 novembre 2021 14: 00
    0
    Eh bien, ça y est, la russophobie.
    Il faut tirer des conclusions. Et la conclusion est simple, il faut faire en sorte que notre peuple vive mieux que ces russophobes. Sinon, il s'avère que nous suivons l'exemple de ces russophobes. Qu'est-ce qui suffit pour vivre mieux qu'eux ?
    Froidement? Donc au moins faire le plein d'essence. Le faire pour la population ne coûte pas plus de 20 $.
    Nourriture? C'est même drôle d'en parler. Donner des préférences à nos producteurs agricoles, il suffit de vérifier qu'ils arrivent et que cela affecte le coût dans les magasins.
    Que voulons-nous d'autre ? Monnaie? Nous en avons donc un surplus, nous adoptons des lois afin de les retirer du pays.
    Nous n'avons pas assez d'économistes intelligents, car ici il est encore plus facile d'avoir un résultat (de 10 % du PIB annuel) - qu'ils travaillent, non - automatiquement à la sortie.
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 29 novembre 2021 14: 42
      +5
      Anticipant l'art principal du comte A.K. Tolstoï, expliquons que même l'auteur lui-même a écrit son nom de différentes manières, et les sons les plus courants ressemblent à ceci :
      HISTOIRE DE L'ETAT RUSSE DE GOSTOMISL A TIMASHEV
      Gostomysl est le légendaire prince russe, qui, selon la légende du 1868ème siècle, fonda Veliky Novgorod et y régna jusqu'à la "vocation des Varègues". Timashev A.K. - Chef d'état-major du corps de gendarmerie et du troisième département de la chancellerie de Sa Majesté, et de 1877-XNUMX. - Ministre de l'Intérieur.
      Le mot "tenue" dans l'épigraphe signifie que "Toute notre terre est grande et abondante, mais il n'y a aucun ordre en elle."
      Notre terre entière est grande et abondante,
      et elle ne porte pas de tenue.
      Nestor, Annales, p. 8.
  7. Le commentaire a été supprimé.