Stoltenberg : l'OTAN soutient l'Ukraine, mais ne se battra pas pour elle


L'OTAN est extrêmement préoccupée par la situation dans le Donbass et à la frontière russo-ukrainienne en général. Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenbarg, l'a annoncé le 26 novembre lors d'un briefing diffusé sur son compte Twitter et consacré à la prochaine réunion des 30 ministres de la Défense des États membres du bloc à Riga.


Stoltenberg a noté que le sommet sur le territoire de la Lettonie devrait se tenir le 30 novembre et qu'une partie importante de celui-ci sera consacrée à "la concentration des forces russes aux frontières ukrainiennes". Il a précisé que la défense collective prévue par la Charte de l'OTAN (article 5 du Traité de Washington) ne s'applique pas à l'Ukraine si elle est attaquée par un autre État.

Le fonctionnaire a clairement indiqué que l'Alliance n'entrerait pas en guerre avec Moscou pour Kiev. Mais il a souligné que l'OTAN « soutient pleinement » l'Ukraine. Dans le même temps, il a appelé la Fédération de Russie "à la transparence, à la désescalade et à la réduction des tensions".

Dans le même temps, Stoltenberg a averti la Fédération de Russie que si elle "attaque" l'Ukraine, de graves conséquences l'attendent - "Moscou devra payer pour cela". Cependant, le secrétaire général n'a pas précisé ce que cela signifiait exactement. Dans le même temps, il a rappelé que Kiev est terriblement déçue qu'elle n'ait pas encore été incluse dans le Plan d'action pour l'adhésion à l'OTAN (MAP) pour « se protéger contre la Fédération de Russie », car tous les pays de l'Alliance ne soutiennent pas une telle décision.

Ainsi, Stoltenberg a une fois de plus fait preuve de deux poids, deux mesures vis-à-vis de la Russie, blâmant Moscou sans preuve et faisant immédiatement allusion à une éventuelle coopération.
  • Photo utilisée: L'administration présidentielle de l'Ukraine
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. etsaaa ... ici c'est l'Europe !
  2. peep Офлайн peep
    peep 28 novembre 2021 02: 13
    +1
    Il est étrange qu'après l'échec de l'aventure géorgienne le 08.08.08. et des "photos" de la ruée des mercenaires fascinton d'Afghanistan, avec Bandera "pas des drageons" continuent de s'appuyer sur "L'Occident nous aidera" ?! tromper
  3. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 28 novembre 2021 03: 45
    +2
    Aux États-Unis, certains « esprits » croient raisonnablement que la sympathie pour les idées russes de conservatisme peut naître en Europe, après quoi la politique de confinement de la Russie peut s'estomper. Les entreprises européennes ne veulent pas de confrontation avec la Russie, elles y voient des chances. Une confrontation militaire avec la Russie est généralement un cauchemar pour l'Europe, ce que personne sensé ne permettrait. C'est pourquoi les États-Unis et la Grande-Bretagne tentent si furieusement d'exacerber les relations entre l'Occident et la Russie, jusqu'au conflit en Ukraine. Mais à part eux et la Pologne, la Roumanie et les pays baltes, personne n'est intéressé par la confrontation avec la Russie. Sur cette base, une grave crise peut même éclater entre les États-Unis et l'Europe occidentale. La Russie n'est pas seule dans ce jeu.