Médias américains : la Russie n'aidera pas à geler l'Europe


Avec l'arrivée du froid, l'Europe ressent de plus en plus la crise énergétique causée par une pénurie de gaz et la hausse des prix de celui-ci. Dans le même temps, selon la ressource américaine Bloomberg, les Européens doutent fortement que la Russie ou le Qatar leur viennent en aide.


Ainsi, lundi 29 novembre au matin, le prix à terme du gaz sur la bourse ICE a atteint 1100 XNUMX dollars pour mille mètres cubes. Selon les analystes, le prix du "carburant bleu" pourrait augmenter encore plus en raison d'une nouvelle baisse de température.

La situation peut être particulièrement grave en France, où de fortes gelées sont attendues en janvier et février. Des coupures de courant en continu sont possibles dans le pays. La situation est aggravée par le fait que la France elle-même est exportatrice d'électricité pour un certain nombre de pays de la région, et le manque d'électricité pourrait ricocher en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni.

La crise énergétique se développe dans un contexte défavorable avec la pandémie de coronavirus dont l'incidence est à nouveau en augmentation. Les pays de la région sont également préoccupés par la propagation d'une nouvelle souche dangereuse, l'Omicron, provenant des pays d'Afrique du Sud.

Pendant ce temps, les principaux fournisseurs de gaz vers l'Europe, la Russie et le Qatar, n'augmentent pas le volume de transport de carburant. Doha a annoncé la production de gaz à pleine capacité, tandis que Moscou fournit du gaz dans les volumes strictement stipulés dans les contrats. Après une baisse des exportations de gaz en novembre, la Russie a augmenté ses approvisionnements, mais ils restent toujours à un niveau bas.

La quantité de gaz que la Russie enverra en Europe en décembre reste un mystère encore plus grand

- Bloomberg note, laissant entendre qu'il est peu probable que la Russie aide à geler l'Europe.
31 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Division canapé Офлайн Division canapé
    Division canapé (Maxim) 29 novembre 2021 17: 01
    +7
    Open sp2 - achetez du gaz bon marché. Ils marchaient sur leur propre queue.
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 29 novembre 2021 17: 50
    +9
    La quantité de gaz que la Russie enverra en Europe en décembre reste un mystère encore plus grand

    Le fait est qu'il n'y a pas d'énigme. Combien est requis en vertu du contrat, tant sera livré. S'il y a des applications supplémentaires, alors sans le SP-2, il est possible de livrer via la Pologne. L'Europe ne demande pas d'approvisionnements supplémentaires en gaz. Dans le cadre du contrat GasPromov, le coût du gaz est deux fois inférieur à celui de la bourse. Les livraisons supplémentaires seront payées en fonction des cotations boursières. Et ce coût ne convient pas à l'Europe.
    Le lancement du SP-2 n'est donc pas pertinent à ce stade.
    En effet, dans tous les articles « analytiques », il manque un paramètre clé. Combien de gaz réel (non à terme) est négocié en bourse ?
    Il existe des terminaux méthaniers sur la côte atlantique des États-Unis. Le levier d'expédition vers l'Europe est plus court que l'Asie du Sud-Est. Mais les transporteurs de gaz ne vont toujours pas en Europe. Causer? Il n'y a pas de consommateurs en Europe. Si vous creusez encore plus profondément, ce ne sont pas les gouvernements qui achètent du gaz en Europe, mais les grandes entreprises. C'est-à-dire qu'ils font des profits, malgré le gel des Européens.
    La Commission européenne prépare un procès contre Gazprom pour 80 milliards de dollars. Et ces gens veulent aussi du gaz ?

    Le petit Johnny espionne ses parents dans la chambre et parle pensivement

    - Et ces gens m'interdisent de me curer le nez !
    1. requin Офлайн requin
      requin 30 novembre 2021 01: 49
      -1
      Quel procès pour 80 milliards, c'est de la bêtise totale... Ce que les idiots écrivent sur le réseau social n'a rien à voir avec le procès.
      La situation est très simple - Gazprom fournit du gaz à la tolérance contractuelle inférieure. Les contreparties aimeraient bien sûr augmenter les approvisionnements, mais pourquoi Gazprom en a-t-il besoin ? Va signer un nouveau contrat pour un nouveau volume - et Gazprom n'est pas intéressé à vendre à bas prix à des contreparties dans l'UE, et ce sont de très grandes entreprises, il n'y a aucune volonté de réduire le prix, ayant une forte remise dans le le prix du contrat.
      Les petits clients ne peuvent pas acheter chez Gazprom - il n'est pas intéressé par les petites livraisons ponctuelles. C'est tout le problème… Je pense que Gazprom a enfin compris qu'il vaut mieux fournir moins et obtenir plus pour cela que l'inverse. Maintenant, après avoir exposé dUrkaina pour le commerce en bourse, Gazprom assure une demande constante et importante, et le faible volume d'approvisionnement de toutes sortes de slovaques et autres petits détritus ne permettra pas de faire un retour virtuel bon marché ...
      1. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 30 novembre 2021 08: 25
        0
        Le Bureau antimonopole de la Commission européenne a commencé à collecter des documents sur l'impact possible de la société russe sur la hausse des prix du gaz dans l'UE, a déclaré le commissaire européen à l'Énergie, Kadri Simson.

        D'après ce que je comprends, la déclaration du commissaire européen à l'énergie est "un non-sens complet". La solution habituelle dans de tels cas est de 10 % du chiffre d'affaires de l'entreprise.
        Vos constructions logiques me sont incompréhensibles. Les petites livraisons sur la bourse ne sont vraiment pas intéressantes pour GazProm, mais la situation s'annonce différente. L'Europe n'achète PAS de gaz cher, mais ferme la production. C'est-à-dire que la demande de gaz diminue en raison du prix élevé. En raison de la baisse de la demande, la part de Gazprom sur le marché européen est passée de 33 % à 40 %.
        Vendre "moins mais plus", c'est très bien pour les économistes. De bonnes intentions, séparées de la production d'idéalistes dans les bureaux. Vous demandez aux opérateurs comment maintenir la pression en tête de puits et quelles pourraient en être les conséquences. Et qu'est-ce que cela signifie de boucher le puits, puis de le réactiver. Ce n'est pas un brûleur à gaz dans la cuisine pour arrêter l'exploitation minière en tournant un bouton. Et puis il est aussi facile de le construire. Ce sont des milliards de dollars d'investissements. Et ils sont prévus depuis des décennies. Avec les échanges commerciaux et les décisions à court terme, personne ne risquera le développement de nouveaux dépôts.
        1. requin Офлайн requin
          requin 1 décembre 2021 20: 27
          +1
          N'écrivez pas de bêtises. Vous n'avez pas besoin d'"étouffer" quoi que ce soit. Le débit, en moyenne, pour les puits évolue sans le moindre problème de 30-40%, tout dépend du puits et de la géologie. Sur grand, en règle générale - moins, sur petit - plus. Mais avec des exportations de 200 milliards et une production de 500 milliards, quels sont les problèmes pour réduire les exportations de 20 à 30 milliards de m3 ? Vous n'avez même pas besoin de réduire quoi que ce soit artificiellement, de le secouer, juste d'augmenter le traitement... Il ne s'agit pas d'un horizon de planification - un an, mais plusieurs !
          1. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 1 décembre 2021 22: 31
            +1
            Encore une "bêtise"...
            Eh bien, que pouvez-vous faire si tout le monde est connaisseur.
            Bien entendu, le débit des puits est régulé. Le pétrole et le gaz. C'est-à-dire qu'il est nécessaire de réduire la production de 10%. Après tout, le gaz est fourni à l'Europe non pas par toute la Russie, mais uniquement par Yamal.
            Les puits de gaz sont beaucoup plus difficiles à régler que les puits de pétrole. Le débit de gaz est dix fois plus élevé que le débit de pétrole. L'huile est un liquide incompressible. Gaz - non. Le volume de gaz à la surface augmente des dizaines et des centaines de fois. Disons que la pression à la tête de puits est de 1 atmosphère, dans le réservoir à une profondeur de 1 km - 250 atmosphères. Quelle quantité de gaz sera extraite du réservoir jusqu'à la surface ? Plus la géologie. Avec un débit élevé, un colmatage des puits se produit. Les réparations coûtent des millions. Le reconditionnement d'un puits souterrain est l'une des opérations les plus difficiles.
            Les instituts sont spécialisés dans "l'exploitation des puits de pétrole et de gaz". Cela s'apprend. Ensuite, ils travaillent pendant plusieurs années pour acquérir de l'expérience. Il y a un risque de boucher le puits (c'est quand même bien). Ce sera pire si le dépôt est ruiné.
            Je ne suis pas opérateur. Mais j'ai passé beaucoup de temps avec eux. Avec les meilleurs spécialistes. Ce n'est pas aussi facile qu'il y paraît.
            Oui, si l'horizon de planification est de plusieurs années, alors c'est plus facile à faire. Mais le problème est que l'Europe ne prévoit pas une telle période. Ils ne voulaient pas de gaz l'année dernière. Ils en veulent plus. Qui peut dire combien de gaz l'UE veut en six mois ?

            Alors. L'horizon de planification est au maximum d'un an.
            Un changement dans le régime de production de pétrole menace d'épuiser le champ. Malheureusement, j'ai vu de tels dépôts. Après l'obtention de son diplôme, il a travaillé au Turkménistan à Nebit-Dag. Il était très amical avec l'ingénieur en chef du NGDU. Le journal ne tolérera pas ce qu'il a dit au sujet de ses prédécesseurs.
            Pendant la guerre, le meilleur terrain d'Azerbaïdjan, Balakhanskoïe, a été inondé.
            Malheureusement, je crois que le plus grand champ de la Caspienne - ACG est maintenant inondé. Il n'y a pas de données, mais le débit montre que l'extraction est réalisée de manière prédatrice.

            Donc tu as raison. La production de gaz peut être augmentée et diminuée. C'est possible. Les conséquences seront démêlées par d'autres.
            1. requin Офлайн requin
              requin 2 décembre 2021 11: 42
              +1
              Débit - réglementé, oui, en quantités limitées, mais réglementé. Mais sans conséquences. Les conséquences sont le résultat de la stupidité ou d'une réglementation excessive. Mais surtout, il s'agit de l'horizon de planification - c'est de cela dont nous parlons ! Les intérimaires de Gazprem ne sont prêts à penser à rien du tout ! Qu'est-ce qu'ils se soucient de l'UE? Vous fournissez 150 Mds sous contrats, et 20-30 Mds supplémentaires par spot, et c'est tout ! Qui les empêche de réguler le marché ? Avec 40% du marché ? Maintenant, ils ont commencé, mais qu'est-ce qui bloquait avant ? Vous craignez pour le GNL de schiste américain ? Ne connaissaient-ils pas auparavant le coût de production, de liquéfaction, de livraison ? Vérité? Je voulais juste vraiment tout de suite, moi-même et l'herbe ne pas pousser ! C'est cette position de Gazprom qui nous a amené au 3ème paquet énergie ! Il est clair que l'UE pensait que Gazprom serait plié... Pas de problème... Ils ont mal calculé, bien sûr... mais il était possible de ne pas en parler ?

              Et pour autant que je sache, ACG fait exactement le contraire - une production incontrôlée, un débit trop élevé, ce qui est extrêmement dangereux non pas pour le puits, mais pour le champ. Bien sûr, toutes sortes d'agents de soutènement et de fracturation hydraulique permettent de l'augmenter, mais ces "drogues" ne peuvent pas être utilisées à la légère...
              1. Bakht Офлайн Bakht
                Bakht (Bakhtiyar) 2 décembre 2021 12: 45
                0
                Pas cohérent. Le troisième paquet énergie a une logique complètement différente. Gazprom n'a rien à voir avec ça. Just Gazprom envisage une décennie. Le troisième paquet énergétique pour une conjonction momentanée.
                Donc je ne suis pas d'accord avec toi sur aucun point.
                1. requin Офлайн requin
                  requin 2 décembre 2021 13: 35
                  +1
                  Vous confondez le don de Dieu avec des œufs brouillés, cause et effet ! Le troisième paquet énergétique est une tentative de changer la politique de Gazprom, et il est né du sentiment que c'est possible ! Et il s'est avéré, en fait, au cours des dernières années! Oui, on peut essayer d'expliquer cela par le fait que Gazprom faisait du dumping pour ne pas laisser entrer le GNL de schiste en Europe. Mais c'est une mauvaise explication.
                  1. Bakht Офлайн Bakht
                    Bakht (Bakhtiyar) 2 décembre 2021 14: 28
                    0
                    Vous avez tort. Gazprom a travaillé strictement selon les règles européennes. Les messieurs ont juste décidé de changer les règles. Et assis dans une flaque d'eau. Gazprom fonctionne toujours selon les règles européennes
          2. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 1 décembre 2021 22: 39
            +1
            Voici un petit lien pour changer le débit des puits.
            https://www.neftemagnat.ru/enc/92

            La productivité pratique d'un puits est précisément la productivité industrielle. Il dure longtemps et ne nuit ni au puits ni à la formation. Avec une telle productivité, le réservoir et le puits fonctionnent silencieusement. Pour obtenir une productivité pratique, il est nécessaire de produire du gaz avec une certaine contre-pression. Pour chaque formation, il existe une « pression de travail optimale » dans le puits de forage contre la formation.

            C'est scientifique. Et n'écrivez pas environ 30-40% d'ajustement des puits. Je ne définirai pas votre message comme "non-sens". Si vous êtes un spécialiste, alors c'est une chose. Si vous prenez simplement des informations sur Internet, c'est complètement différent.
            1. Bakht Офлайн Bakht
              Bakht (Bakhtiyar) 1 décembre 2021 23: 10
              +1
              Il s'agit du manuel standard de Gazprom pour l'exploitation des gisements de gaz. Document normatif

              5.12 Régime technologique d'exploitation des gisements de gaz aux pics de charge est établi sur la base des modes technologiques d'exploitation des puits, sous réserve des conditions suivantes :
              - le taux moyen de production des puits augmente de plus de 20 % des valeurs moyennes du trimestre en cours pour une période n'excédant pas 12 jours au cours de ce trimestre avec un facteur de fonctionnement du puits égal à 1

              5.13 Le mode de réduction non planifiée des niveaux de prélèvement de gaz est un mode introduit pour une durée limitée avec une baisse de la demande de gaz.
              Le mode correspond au mode de fonctionnement technologique minimal admissible du champ avec écart par rapport à la conception production quotidienne pas plus de 20%.

              Donc je peux répéter. Bien entendu, il est possible de réduire et d'augmenter le débit des puits de gaz. Pas plus de 20 % et pour une durée très limitée. Les gisements de gaz sont exploités en continu et sont surveillés presque quotidiennement. Il n'est pas possible d'augmenter ou de diminuer la production de gaz en un clic depuis Bruxelles. Par conséquent, un contrat à long terme de 20 à 25 ans est requis. Et il n'y a absolument aucune raison pour que GasProm se présente en bourse avec des prix de 1000 ou 2000 dollars par millier de mètres cubes. Ces prix ne sont joués que par des spéculateurs avec des contrats à terme non livrables. C'est-à-dire avec du gaz papier.
              1. requin Офлайн requin
                requin 2 décembre 2021 13: 43
                +1
                Oui, nous sommes donc arrivés à la conclusion qu'il est possible de réguler le débit simplement en le réduisant instantanément. Mais il ne s'agit pas d'action instantanée ! Il suffit de restreindre la mise en service de nouveaux puits, non pas d'intensifier la production, mais simplement de commencer à pomper dans les installations UGS - il y en a 70 milliards en Russie, et l'injection de 20-30 milliards par mois entraînera déjà un problème sur le marché. Même simplement passer une partie de la centrale thermique au gaz - parfois, il vaut mieux la brûler chez soi que de casser le marché ! Livraisons à long terme - uniquement dans le cadre de la tolérance inférieure ! Qu'est-ce qu'il y a sur le chemin ? Avec une part de marché de 40 %, c'est stupide de ne pas l'utiliser ! Sinon, pourquoi est-elle ?

                Et quel est le problème de sortir des contrats de Groningue ? Si la part est de 40 % ? Nous pouvons facilement manipuler le marché si un volume énorme est exactement acheté sur le marché ! Un déficit apparaît déjà lorsqu'il y a un déficit de 3-5%, alors qu'est-ce qui nous a empêché de l'utiliser dans les périodes précédentes ? Stupidité ou corruption ? Quelque chose me dit que ce n'est pas de la bêtise...
                1. Bakht Офлайн Bakht
                  Bakht (Bakhtiyar) 2 décembre 2021 14: 29
                  -1
                  Tu as mal compris. Vous ne pouvez pas modifier instantanément le débit.
                  1. requin Офлайн requin
                    requin 4 décembre 2021 15: 58
                    +1
                    Bon, vous pouvez, par exemple, en lavant, mais, oui, dans des limites modestes... Mais vous devez modifier le débit à 5 % près, pas plus ! Il est possible et raisonnable de ne rien limiter du tout en production, la question n'est pas à quelques jours voire mois ! Restreindre la production, c'est arrêter le forage et mettre en service de nouveaux puits ! Restreindre les exportations ne limite pas nécessairement la production, c'est aussi une augmentation de notre propre consommation, c'est aussi pomper dans nos propres installations UGS - ce n'est pas toujours un long processus, nous devons "pomper" le marché dans notre intérêt ...
                    1. Bakht Офлайн Bakht
                      Bakht (Bakhtiyar) 4 décembre 2021 17: 50
                      +2
                      5% n'est pas 30-40%.
                      Personne ne dit qu'il n'est pas nécessaire de forer ou d'explorer. Nous parlons du désir de l'Europe d'obtenir plus de gaz maintenant.
                      Et l'opinion de beaucoup sur ce site est que Gazprom ne sait pas planifier.
                      Vous devez toujours définir des conditions aux limites et lire les nouvelles. Et puis l'image peut devenir plus claire.
                      D'abord. GazProm fonctionne conformément aux lois européennes et se conforme aux décisions de la Commission européenne de l'énergie et de l'arbitrage de Stockholm.
                      Seconde. Personne n'a réduit la production à Yamal. GasProm pompe à pleine capacité. Il y a eu de nombreux articles de presse à ce sujet.
                      Troisième. Personne en Europe n'a commandé de volumes supplémentaires de gaz. Dans tous les cas, A. Merkel a déclaré qu'elle n'était pas au courant de cas où Gazprom n'avait pas répondu à des demandes supplémentaires.
                      Une conséquence de ces conditions. GasProm pompe dans le même volume sans changer le processus technologique. Le gaz excédentaire est pompé dans ses propres installations de stockage dans tout le pays. Depuis novembre, le gaz excédentaire est pompé dans leurs installations de stockage en Europe. Il s'agit du propre gaz de Gazprom, pour lequel personne ne le paie. Au contraire, Gazprom est également dépensé pour le transit et le stockage du gaz.
                      Il n'y a tout simplement aucun sens économique à augmenter le transit vers l'Europe. Personne ne l'a commandé et personne ne le paiera. Miller et Poutine ont déclaré à plusieurs reprises que sans contrat d'achat de gaz, il ne peut y avoir de contrat de transit de gaz. Ce qui est très logique. Où et à qui télécharger ?
                      L'Europe n'est pas prête à payer le prix d'échange à GazProm. Dans le même temps, l'Europe paie le prix de l'échange à la Norvège. Ce n'est pas seulement politique, mais aussi économique. Les pipelines en provenance de Norvège sont plus courts. Et pendant que la Norvège fait face à ces volumes. Peut-être qu'en hiver l'Europe voudra du gaz de la Russie. Ensuite, le transit sera augmenté.
                      Ainsi, en raison de la géographie, la Norvège bénéficie actuellement des prix élevés du gaz. Gazprom planifie pour une longue période. Et les prix élevés du gaz ne sont pas rentables à long terme. Le marché se rétrécit. Même maintenant, en raison de la contraction du marché, la part de Gazprom est passée à 40 %. Par quels moyens?
                      1. requin Офлайн requin
                        requin 5 décembre 2021 11: 15
                        +1
                        Vous avez absolument raison... Tout se passe MAINTENANT ! Gazprom fournit le volume minimum requis dans le cadre de tous les contrats. La question n'est pas MAINTENANT, mais le fait qu'une pratique aussi évidente n'a jamais été réalisée auparavant ! Gazprom conduisait du gaz conformément à la tolérance supérieure des contrats, puis, après cela (!!!) il est également monté sur place, faisant tomber le tabouret sous lui ! Qu'est-ce que c'était? Pourquoi?

                        Je le répète, les questions ne portent pas sur la politique actuelle de Gazprom ! Et au dernier !
                      2. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 12: 11
                        +1
                        GazProm n'a JAMAIS gravi les échelons. Vous avez des informations incorrectes.
                        C'est une autre affaire que les entreprises allemandes ont vendu du gaz sur place, qui ont acheté du gaz à Gazprom pour 200-300 $ et vendu pour 1000 $.
                      3. requin Офлайн requin
                        requin 5 décembre 2021 12: 16
                        +1
                        C'est maintenant le cas. Et avant ça, au-delà de la tolérance, le GP roulait à l'essence pour quoi ? Que serait-il divulgué sur place, cassant le prix, mais donnant des pots-de-vin ?! Oui, ce n'était pas la SE elle-même en tant que commerçant qui tradait en bourse... Mais en fait, il a participé, cassant le marché pour lui-même (au même endroit, dans les contrats, dans la majorité, il y a sur place ! Depuis longtemps, et déjà...)
                      4. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 12: 22
                        +2
                        Au-dessus de la tolérance, GazProm a livré du gaz à la demande. Et ils ont été payés. L'année dernière, le prix au comptant était de 50 $. Et en vertu du contrat (Groningue) - 130 $. Il y a une différence?
                        GazProm n'était PAS RÉELLEMENT impliqué. Et il ne participera pas au trading au comptant. Le contrat comportait une clause d'irrecevabilité de la revente de gaz. Stockholm a annulé cette disposition l'année dernière. On ne peut donc parler que de la participation de Gazprom aux ventes spot depuis l'année dernière. Mais encore une fois, il n'y a pas eu d'implication directe.
              2. Bakht Офлайн Bakht
                Bakht (Bakhtiyar) 4 décembre 2021 17: 51
                +1
                Oui, aussi en plus. Éviter le contrat de Groningue est absolument non rentable, car il ne permet fondamentalement pas de prévoir sur une longue période.
                1. requin Офлайн requin
                  requin 5 décembre 2021 11: 21
                  +1
                  Je ne suis pas d'accord. Du tout! Gazprom, en tant que propriétaire de la ressource principale, en tant qu'opérateur avec 40% de l'énorme part de marché, ne peut pas planifier ?! Oui, bien sûr, le marché est un travail constant, oui, et le risque aussi ! Je parle comme une personne qui a changé des dépôts bancaires en comptes de change ! ;))

                  Oui, il faut gérer le marché, puisque vous en avez 40 % des parts ! Oui, il faut TRAVAILLER ! Mais oui, c'était plus facile de couper les pots-de-vin ;)) Le bossu aimait aussi sourire en couverture des magazines, et ne pas penser au pays !
                2. Bakht Офлайн Bakht
                  Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 12: 16
                  +2
                  GazProm est opérationnel. Il y a un an, la part de Gazprom était de 33 %. Maintenant 40%.
                  J'ai toujours été émerveillé par les gens qui, n'ayant pas une information complète, tirent des conclusions globales. Je ne prétends pas être omniscient, puisque les contrats sont des informations classifiées. Mais jusqu'à présent, il est clair que Gazprom a augmenté sa part sur le marché européen du gaz de 33 à 40 %. Cela indique-t-il une mauvaise gestion ou vice versa ?
                  GazProm a augmenté ses revenus cette année. Cela indique-t-il également une mauvaise planification ?

                  Pouvez-vous dire exactement de combien de gaz l'Europe aura besoin dans 6 mois ? Le marché ne peut pas être géré. Après l'abandon de Groningue, le marché est dirigé par des spéculateurs. La planification à long terme devient irréaliste. D'où la volonté de Gazprom de sortir des hésitations momentanées.

                  Les comptes d'échange sont super. Que ferez-vous si l'échange se bloque ? Pensez-vous que vous pouvez sauter à temps?
  • Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 30 novembre 2021 08: 45
    +1
    La stabilisation du marché du gaz en Europe est possible. Mais pour cela, il est nécessaire d'effectuer certaines actions que les économistes libéraux ne peuvent pas effectuer en vertu du principe. Il s'agit d'un rejet de la directive européenne sur le gaz et de la suppression des échanges à terme sur l'énergie (pétrole et gaz). Je veux dire spécifiquement « futurs non livrables ». Cela éliminera les spéculateurs du marché. Et la conclusion de contrats à long terme pour que les sociétés minières puissent planifier leurs dépenses et leurs revenus.
    1. requin Офлайн requin
      requin 5 décembre 2021 11: 25
      +1
      Encore une fois vous avez raison ! Bon sang! Puisque nous sommes forcés, profitons-en ! Nous, en tant que propriétaires de la ressource, qui, en fait, n'a nulle part ailleurs où prendre et remplacer, DEVONS L'UTILISER ! Qui nous empêche de « secouer » le marché ? De plus, certains des principaux entrepreneurs nous aideront activement dans ce domaine !

      Il faut "décaler" à bon escient, bien sûr ! Qu'est-ce qu'il y avait avant ?!
      1. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 12: 19
        +2
        L'absence de contrats empêche le marché de trembler. S'il n'y a pas d'acheteur pour votre produit, comment pouvez-vous gérer le marché. Disons que vous avez apporté une tonne de pommes de terre au marché. Et ils ne l'achètent pas. Pouvez-vous influencer le marché?
        Encore. Il n'y a pas de contrats pour l'achat de gaz supplémentaire. La part de Gazprom n'a augmenté que du fait que l'Europe RÉDUIT les achats de gaz. Pourquoi leurs installations de stockage de gaz sont-elles vides ? Et ils ne prévoient pas d'y pomper du gaz supplémentaire. Le prix est trop élevé. C'est pourquoi les prix du gaz très élevés sont DÉFAVORABLES pour GasProm.
        1. requin Офлайн requin
          requin 5 décembre 2021 12: 42
          +1
          Comment pas ? LA TOLÉRANCE est précisée dans les contrats ! Dans le cadre du contrat, de gré à gré ou avenant, vous pouvez livrer le volume minimum ou plus, et de manière significative ! Et en gérant cela, vous faites également basculer le marché. Maintenant - seulement le minimum contractuel, selon lequel la condition "prendre ou payer" fonctionne. Et avant ça ?!

          Les prix élevés ne sont-ils pas rentables pour Gazprom ? Oui, vous pouvez trouver une excuse et une explication... pour tout... Mais qu'est-ce qui vous empêche de faire une remise sur le marché ? Et pas 70-80% au prix ?! Et surtout, siègent-ils à Gazprom ? Qui remplacera 200 milliards de m3 de gaz pour l'Europe ? Comment? Ou allons-nous parler de valeurs humaines communes ?

          Désormais, Gazprom bénéficiera d'une augmentation des prix des contrats, avec un décalage de 3-6-9 mois. par la comptabilisation des prix au comptant. Là maintenant, plus de 80% des contrats sont comme ça. C'est vrai, c'est le nombre de contrats, pas le volume de livraison pour eux... Et avec les volumes, comment ? Je pense que le modèle de Groningen est là à 100% ;)) et Iliya a tort ? Oui, le marché va se contracter, et alors ?

          Oui, l'Europe va déjà renoncer au gaz ! Eh bien, de l'atome! Et la centrale hydroélectrique n'est pas non plus orange maintenant avec eux ;)) Mais là c'est clair, simple idiotie, même un enfant vraiment malade est utilisé ;)) Ils ont déjà « renoncé » au charbon, désormais à 300 dollars la tonne !

          Gazprom ne devrait pas penser et vivre seulement pour le moment, combien il recevra ici et maintenant, c'est la psychologie d'un voleur, Gazprom est une entreprise d'État, et devrait penser non seulement aux petits gains momentanés, mais mondiaux et à long terme solutions. Et le gaz est une ressource limitée, il ne peut pas être cultivé ou produit, ce qui signifie qu'aucun dumping de marché ne peut être utilisé pendant longtemps ! Le coût du gaz n'est pas seulement « le coût de production + TVA + transport », c'est une ressource finie et il faut s'en souvenir !
          1. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 12: 59
            +2
            Des options supplémentaires sont spécifiées dans le contrat. C'est-à-dire qu'il y a une fenêtre. Mais il n'est nécessaire qu'à la demande du consommateur. Il y a une demande - il y aura un changement de volume DANS LES LIMITES spécifiées dans le contrat.

            Les prix élevés ne sont pas rentables en raison de la diminution du volume des fournitures. Et, par conséquent, le profit est perdu. C'est-à-dire que vous proposez d'extraire plus de "ressource finale" et de la fournir à l'Europe afin de réduire le profit de l'entreprise publique ?
            Le modèle de Groningen est mort après les décisions de Stockholm. Ils sont désormais majoritairement ancrés sur place. Et le principe du take-or-pay est également mort. Stockholm a annulé cette disposition. Mais pour une raison quelconque, il a conservé la position « télécharger ou payer ». Par conséquent, il n'est actuellement pas rentable pour GazProm d'augmenter ses approvisionnements en Europe. J'ai dit à maintes reprises que l'arbitrage de Stockholm reviendrait hanter l'Europe. Si vous pensez que Gazprom a de mauvais managers, alors de toute façon, ils font deux têtes de plus que les Européens.

            Je vois dans vos déclarations que vous êtes partisan des décisions momentanées, sans planification à long terme. Encore. Abandonner Groningue détruit entièrement la planification à long terme. Par conséquent, augmenter l'approvisionnement de l'Europe n'a pas beaucoup de sens. Et je pense que c'est une erreur de pomper du gaz dans les installations UGS en Europe. Mais Gazprom dispose désormais d'un excédent de gaz et n'a nulle part où aller. Il est donc injecté en Europe. Peut être nécessaire en hiver. Mais il n'y a pas de médiums ni à Gazprom ni ici sur le site. Quelle sera la conjoncture en hiver - personne ne le sait. La consommation devrait rester élevée jusqu'à l'été 2022. Mais cela est supposé. Et personne ne sait ce que la Commission européenne de l'énergie va jeter d'autre.

            À l'heure actuelle, Gazprom suit le volume de ses approvisionnements. Sur demande. Plus une petite quantité de surplus dans leurs magasins. Quel est le problème? SP-1 fonctionne à 100 % de sa capacité. Le turc et tous les autres flux fonctionnent à 100 % de leur capacité. Transit par l'Ukraine dans les limites du contrat. Le transit par la Pologne n'est pas réclamé. Tout est conforme à la législation de l'UE et aux décisions de la Commission européenne.
            Pourquoi se violer pour faire baisser le prix du gaz en Europe ?
            1. requin Офлайн requin
              requin 5 décembre 2021 13: 31
              +1
              1) À l'heure actuelle, il n'y a pas d'augmentation du volume des demandes. Seul le volume minimum garanti est fourni ! C'est surtout stupide (mais il y avait probablement des nuances non contractuelles, comme un rollback !) 60-70% via la Suisse, qui l'a vendu ? Et comment as-tu eu ce gaz ? Pas intéressé?!

              2) J'ai écrit spécifiquement au sujet d'une diminution des approvisionnements vers l'UE, pas d'une augmentation et d'un dumping ! Comment avez-vous décidé que le contraire est vrai ?!

              3) Il y a une diminution des approvisionnements maintenant, précisément dans le cadre de la tolérance inférieure, et c'est CORRECT ! La question est, pourquoi seulement maintenant ?

              4) Les conditions "prendre ou payer" n'ont été modifiées que dans le contrat avec Durkaina, et "télécharger ou payer" ont été introduites, plus précisément, elles ont été clairement formulées et introduites après coup, et collectées, mais oui, c'est un précédent ... Et comment cela peut-il se terminer s'il y a des différends avec l'Allemagne ou l'Autriche - Dieu le sait ! Mais pas bon pour Gazprom, c'est sûr...

              5) L'arbitrage de Stockholm a montré l'"équité" de la "justice" européenne. La prochaine étape, c'est le tribunal britannique sur les dettes des DUrkains, alors qu'ils repoussent tout à l'infini pour une raison quelconque... Exit ? Eh bien, au moins, il est temps de déménager en Suisse depuis la Suède. Et mieux - à Moscou! Si vous ne voulez pas, allez voir...

              6) Les installations UGS dans l'UE sont exactement ce qu'il faut pour remplir ! Premièrement, c'est une assurance contre d'éventuels problèmes de transit. Deuxièmement, un effet de levier court, pour entrer dans l'échange par le sceau... Il va falloir sortir. Mais l'échange a un plus - nous ne voulons pas, nous ne vendons pas ! Il n'y a aucune obligation s'il n'y a pas de contrat d'échange, il suffit de savoir s'en servir. Quel est le problème? Transférer des volumes gratuits vers la production de GNL ou d'engrais ?
              Oui, il faut du pouvoir pour une chose, cela pour une autre !

              Et vous n'avez pas besoin de médiums, vous avez juste besoin d'avoir un cerveau et de travailler ! Comme partout et toujours ! Et à Gazprom, ils n'ont commencé à s'occuper de ça que maintenant... C'est trop tard... C'est dommage !
              1. Bakht Офлайн Bakht
                Bakht (Bakhtiyar) 5 décembre 2021 17: 57
                +2
                Je ne veux pas me répéter.
                Vous n'avez pas raison. Il ne sert à rien de répéter les arguments une fois de plus. Faites toujours attention à l'heure.
                Et le principal. Le take-or-pay a été supprimé pour tous les contrats. Pas seulement pour l'Ukraine. Et auparavant, il était impossible de revendre du gaz. Ce principe a également été annulé après Stockholm. Bien qu'en ce qui concerne l'Ukraine, ce principe a toujours été violé.
                Je n'aime pas trop les managers. Surtout les cadres intermédiaires. Mais dans ce cas, les décisions sont prises au plus haut niveau. Les menagers n'y sont pour rien. Les décisions sur le transit et les volumes sont prises au niveau Miller (en accord avec Poutine). Il est peu probable que vous ou moi soyons plus intelligents que ces personnes. Et nous n'avons guère plus d'informations qu'eux.
                Donc, vos affirmations sur la stupidité de Gazprom sont ABSOLUMENT sans fondement.
                1. requin Офлайн requin
                  requin 6 décembre 2021 01: 08
                  +1
                  La stupidité dans ce cas est un concept conditionnel, c'est plutôt une couverture pour le concept de vol et de corruption.J'ai juste utilisé une définition plus douce. On sait parfaitement quoi et combien et combien gagnent actuellement, par exemple Wintershall DEA ou WinGas ;)) Et que ces sociétés sont détenues à 49% par... Gazprom ? Et ce sont eux qui se taillent désormais la part du lion dans le volume spot de l'échange ? ;))) Et quoi, 49% de leurs bénéfices sont soumis aux impôts russes ? ;))

                  Et je ne suis pas sûr que le principe "take or pay" soit annulé dans tous les contrats - oui, en polonais, tchèque, lituanien et ukrainien - oui, ils sont annulés... Mais pas dans tous. Tout le monde n'est pas allé au tribunal. Et cette condition fonctionne encore pour certains contrats néerlandais et norvégiens, qui ont déjà 30 ans... Ils ne peuvent être résiliés sans passer par la justice. Bien sûr, ils seront annulés devant les tribunaux, mais après tout, tous les contrats n'impliquent pas la juridiction suédoise, mais seulement celle de Gazprom ... Gazprom a généralement un problème avec les avocats, et pas seulement avec les freaks suédois, mais aussi avec la formule de prix , par exemple, pour le Blue Stream .. Soi-disant il y avait une erreur ... arithmétique (!!!) et nous avons conduit du gaz pour 80 $ Botas, quand il est allé en Allemagne pour 230 $ ... Mais nous ne savons pas pour bien sûr, personne ne rend compte publiquement, mais il n'y a pas de fumée sans feu !