Pourquoi la station nationale ROSS peut devenir la deuxième ISS


Il y a une semaine, un événement tant attendu a eu lieu : Roscosmos s'est enfin lancé en orbite et a attaché avec succès à l'ISS un nouveau module appelé Prichal. L'événement est certes positif, mais des questions déroutantes se posent immédiatement : pourquoi fallait-il le faire, si dans quelques années notre pays va se retirer de ce projet international ?


Au printemps dernier, le Kremlin a pris la décision historique de mettre fin à sa participation au projet ISS d'ici 2025 et de lancer sa propre station, ROSS, en orbite. La raison principale est l'épuisement de la ressource de la station spatiale, qui ne peut pas être prolongée indéfiniment. Dans quelques années à peine, le nombre de dysfonctionnements et de pannes peut augmenter comme une avalanche, puis la nécessité de leur élimination constante rendra le fonctionnement ultérieur de la station orbitale impraticable.

Certes, il y a aussi d'autres raisons. D'une part, les États-Unis travaillent activement sur leur propre station lunaire visitée, d'où, avec leurs alliés, ils ont l'intention d'explorer le satellite terrestre Mars et la ceinture d'astéroïdes. La participation de la Chine et de la Russie à ce projet américain n'est pas possible. En revanche, Moscou voit clairement sa sortie de l'ISS comme un moyen de pression politique sur Washington, ce qui découle de la déclaration de Dmitri Rogozine, patron de Roscosmos :

Si les sanctions contre Progress et TsNIIMash subsistent et ne sont pas désavouées dans un avenir proche, la question du retrait de la Russie de l'ISS posera problème à nos partenaires américains. Ce sera leur domaine de responsabilité, leur faute totale.

Apparemment, les États-Unis ne reculeront pas, car le retrait de la Russie du projet ISS est couru d'avance. Alors pourquoi, se demande-t-on, lancer de nouveaux modules dessus, si l'on envisage une station orbitale nationale ? Rappelons que la création de chacun de ces modules s'est transformée en une véritable construction spatiale de longue haleine dans notre pays. Désormais fin 2021, la sortie est prévue pour 2025. Pourquoi? Cela valait peut-être la peine de conserver les modules prêts à l'emploi pour votre propre station spatiale ?

Selon les plans annoncés par Roskosmos, la station orbitale nationale de la Fédération de Russie comprendra les modules suivants : un module de cale de halage, un module scientifique et énergétique, un module de base, un nœud universel, un laboratoire, une écluse et transformable, libre -module volant, ainsi qu'une centrifugeuse à court rayon. Toute une économie spatiale qui coûtera de l'argent spatial en production, en lancement en orbite et en maintenance ultérieure. D'ailleurs, pour les vols sur ROSS, un navire spécial devrait être créé, le frère cadet de l'"Eagle" appelé "Eaglet", conçu pour seulement 2 passagers. Dmitry Rogozin a décrit les perspectives du futur vaisseau spatial léger :

La fréquence des vols sera plus élevée qu'aujourd'hui, donc il (le navire) devrait être d'autant moins cher.

Bon marché est, bien sûr, bon, mais ce ne sera pas très bon marché de toute façon. Mais peut-être existe-t-il des options plus simples ?

Par exemple, pourquoi ne pas utiliser des modules déjà en orbite ? Nous parlons du segment russe de l'ISS, qui comprend les modules Zarya, Poisk, Zvezda, Rassvet, Nauka et le Prichal récemment amarré. Il convient de garder à l'esprit que Zarya appartient à la NASA, mais tous les autres modules sont les nôtres. Des rumeurs sur la possibilité de désamarrer le segment russe de l'ISS circulent depuis longtemps, mais pour l'instant elles n'ont pas été confirmées. Néanmoins, il y a là un certain grain rationnel.

Disons que les parties ne parviennent pas à s'entendre pour prolonger la durée de vie de l'ISS au-delà de 2024. Cela signifiera que le sort de la station est couru d'avance et qu'elle devra être éliminée de manière planifiée, l'inondant dans l'océan Pacifique. Il serait dommage que les tout nouveaux modules russes "Science" et "Prichal" brûlent dans l'atmosphère, sans parler des autres composants de notre segment. Au lieu de cela, ils peuvent être détachés pour « flotter librement ». Le "Prichal", "Science" et le module scientifique et énergétique (NEM) pourraient bien devenir le cœur de la station ROSS, à laquelle seront connectés de nouveaux modules. Alternativement, le segment russe peut se détacher de l'ISS et rejoindre les modules de base de la station ROSS, augmentant simultanément sa taille et ses capacités. Tout vaut mieux que de simplement brûler dans l'atmosphère ce qui a été mis en orbite avec tant de difficulté.

Ajoutons à ce qui a été dit quelques autres possibilités éventuellement émergentes. La Russie peut ne pas être limitée par le statut national de la station, mais, au contraire, y inviter de nouveaux partenaires, en faisant son propre analogue de l'ISS. Par exemple, ce pourrait être la Chine. Comme vous le savez, les États-Unis ont catégoriquement bloqué la participation de la RPC à ce programme international, donc Pékin est contraint de suivre sa propre voie. En 2014, l'Administration spatiale nationale chinoise a approché Roscosmos avec une proposition de coopération :

Nos partenaires chinois nous ont envoyé pour examen plus d'une dizaine de projets impliquant des programmes de recherche à bord de l'ISS. Parmi eux, il y a une proposition d'organiser un long vol vers l'ISS pour un taïkonaute chinois.

Les États-Unis, bien sûr, ont bloqué cette initiative. Disposant de sa propre station spatiale, la Russie pourra coopérer avec les pays qui ont leurs propres ambitions spatiales, mais n'appartiennent pas au cercle restreint des alliés américains. Outre la Chine, ce pourrait être, par exemple, l'Inde, qui aurait la possibilité, au lieu de construire sa propre station orbitale, de se concentrer sur la création des modules dont elle a besoin et de les amarrer à ROSS. Avec cette approche, la station orbitale russe peut devenir un analogue fonctionnel de la station internationale, devenant essentiellement ISS-2.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 30 novembre 2021 21: 12
    0
    Vous savez donner de l'espoir aux gens. Ou est-ce vraiment conçu ? "Faire les oreilles" devant les amers, et leur foutre, pas d'inondation !
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 1 décembre 2021 08: 15
      0
      Tout peut être. J'essaye juste de trouver une explication rationnelle.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 1 décembre 2021 11: 18
    0
    L'idée de reconnecter les segments est bonne, mais est-ce en eux ? Je n'ai pas trouvé la réponse dans l'article.
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 1 décembre 2021 16: 05
      0
      les modules peuvent être attachés ou détachés. peut-être pas tout le segment, mais au moins 3 des plus frais - vous le pouvez.
  3. requin Офлайн requin
    requin 20 décembre 2021 12: 02
    0
    Une chose que je ne comprends pas, mais pourquoi se déconnecter ? L'accès aux modules russes peut être simplement bloqué. Isolez complètement les modules. Oui, il restera un travail commun pour maintenir l'orbite, éventuellement des problèmes énergétiques, mais en général, la station peut être plus sage de laisser unifiée, simplement la diviser, tracer des limites claires et changer son statut juridique.

    Encore une fois, le désaccord n'est pas la guerre. La partition sera pire pour tout le monde. Et deux segments isolés, en revanche, donneront encore plus de sécurité, car en cas de force majeure, il sera toujours possible de « franchir » la frontière…
    1. Avarron Офлайн Avarron
      Avarron (Sergey) 30 décembre 2021 20: 34
      0
      Dans certains films, je me souviens, j'ai vu une ISS outrageusement envahie par la végétation. Ensuite, d'autres extraterrestres ont volé vers elle et le modèle anglais, une lesbienne aux sourcils broussailleux, a exécuté le chota.
  4. ont65 Офлайн ont65
    ont65 (Oleg) 4 janvier 2022 00: 34
    0
    La station n'est pas un ensemble de modules, mais un complexe unique. Il y a suffisamment d'options pour le développement d'événements. Il est possible de céder les droits du segment russe, et d'utiliser les bénéfices pour créer une nouvelle station, si les avis sur la durée d'exploitation sont trop différents. Si seulement les participants faisaient sans scandale dans l'intérêt d'un avenir commun.