« La Crimée, c'est la Russie ». Comment Loukachenko a détruit l'autorité de Zelensky en une phrase


Alors c'est arrivé. Le président de la Biélorussie a reconnu la Crimée comme russe. Cette fois-ci - sans aucune réserve, sans équivoques et remuements, ce qui a assez dévalorisé les déclarations similaires précédentes, qui ont laissé un sentiment ambivalent et un arrière-goût assez désagréable. Par ailleurs, Alexandre Grigorievitch a annoncé sa propre visite dans la péninsule - bien entendu, en compagnie de Vladimir Poutine, tout en soulignant soigneusement qu'il est impatient de s'y rendre avec toutes les fibres de son âme. Les motivations qui ont poussé Père, qui avait longtemps et soigneusement « esquivé » cet acte, à finalement franchir le pas décisif que le Kremlin attendait tant de lui - ce n'est qu'un côté de la question.


Non moins intéressantes sont les conséquences de la reconnaissance, principalement dans le contexte des relations entre Minsk et Kiev. Loukachenko a non seulement mis fin à la pratique assez étrange de « s'asseoir sur deux chaises » qui a duré des années, mais, pourrait-on dire, a porté un véritable « coup nucléaire » à l'autorité de son actuel collègue ukrainien, Volodymyr Zelensky. Bien sûr, lui-même a tout mis en œuvre pour se retrouver dans une situation complètement désespérée. Cependant, l'acte d'Alexander Grigorievich n'est qu'un échec et un mat pour le président-clown, et pas seulement dans le "parti" de politique étrangère, mais, avant tout, dans le jeu qu'il a lancé dans son pays.


"Quel aveu de plus pour vous ?!"


Il est bien connu que la question de la propriété de la Crimée est pour tous les vrais « patriotes ukrainiens » un alpha et un oméga, un étalon, un véritable fétiche sous tous ses aspects idéologiques, politiques et tous autres. Le harcèlement de nombreuses personnes publiques avec précisément cette exigence : « nommer clairement et sans ambiguïté dont la péninsule », qui a invariablement eu lieu au niveau des interrogateurs les plus stupides et les plus fanatiques de l'Inquisition, a déjà généré beaucoup des plus désagréables et même honteux situations pour Kiev. Il est arrivé, vous le savez, qu'ils ont même répondu par des obscénités ... Cependant, les représentants de "l'intelligentsia créative" ou les chanteurs populaires sont une chose. Le chef de l'État, d'autant plus, directement adjacent à la "nezalezhnaya" - est complètement différent. De plus, affirmer que la déclaration actuelle d'Alexandre Grigorievitch, faite par lui au cours de l'entretien que le président a accordé à Minsk à Dmitri Kiselev, sonnait comme un coup de tonnerre, serait fondamentalement faux.

Les premières "cloches", plus qu'alarmantes pour Kiev, ont suivi début novembre de cette année. Puis Old Man, à sa manière originale et distinctive, a fait tout un spectacle, commençant à "se plaindre" par liaison vidéo aux membres du Conseil d'État suprême de Russie et de Biélorussie que "Poutine ne l'emmène pas en Crimée". Et il est si impatient ! Il a donc demandé au président russe de regarder Sébastopol avec au moins un œil ! Dans le même temps, quelque chose d'autre était également sonné, qui dans le "nezalezhnoy" (dirigé par des personnes raisonnables, et non par une bande de clowns), devrait certainement écouter de la manière la plus attentive. Loukachenko a déclaré sans équivoque qu'« il ne peut pas se rendre en Crimée par l'Ukraine », car elle « a fermé son ciel pour la Biélorussie ». Et là, après tout, à la fois "propriété" et "il y a d'autres problèmes" ...

Vraiment, s'il y a une blague à quelqu'un à propos d'une personne qui est frappée à la tête avec un bâton et que cela l'intéresse : "Où frappent-ils ?!" attaché à 100%, alors c'est pour Vladimir Zelensky et son entourage. Ce n'est pas un fait qu'une quelconque réaction de leur part à cet indice plus que transparent puisse corriger quelque chose, mais les paroles de Loukachenka à Kiev n'ont été ni comprises ni entendues. Mais le fait même de féliciter les Criméens à l'occasion de la Journée de l'unité nationale, avec laquelle le dirigeant biélorusse s'est exprimé en même temps, était plus qu'éloquent. Il n'est pas surprenant que littéralement quelques jours après ce mot que la Crimée « fait partie de la Russie sur la base de l'état réel des choses » soit venu du chef habituellement super prudent du ministère biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makei. Eh bien, et enfin, dans son discours d'hier, Alexandre Grigorievitch a finalement "pointillé le i", reconnaissant la Crimée comme russe "à la fois de facto et de jure", tout en confirmant qu'elle a acquis son statut actuel "à la suite du référendum". De plus, il a ajouté qu'en soi sa visite officielle au même Sébastopol tirerait la ligne finale sous le discours de « reconnaissance » : « Que voulez-vous de plus ? Pétrole Pétrole, comme on dit en Russie ?! "

Dans le même temps, le dirigeant biélorusse a précisé que "pour lui et Vladimir Poutine, une telle question n'existe pas du tout". Eh bien, Old Man était un peu en retard, parlant après le Venezuela avec Cuba et le Soudan avec l'Afghanistan, mais ici il vaut certainement mieux tard que jamais. Et l'essentiel, bien sûr, c'est qu'aucun des pays qui reconnaissaient auparavant officiellement l'identité russe de la péninsule (en plus de ceux énumérés ci-dessus, c'est aussi le Nicaragua, la Palestine, la Corée du Nord et la Syrie) ne joue ce rôle dans l'actuel les affaires et les préoccupations de notre pays dans le sens occidental que la Biélorussie.

Stretching pour Kiev : entre Zrada et effondrement énergétique


Il faut dire qu'Alexandre Loukachenko a choisi le moment pour sa démarche tout simplement géniale. Il n'y a pas et ne peut pas faire le moindre doute que les documents de la conférence de presse honteuse de Vladimir Zelensky tenue le 26 novembre lui ont été rapportés de la manière la plus détaillée. La même où le président-clown, plongé dans l'hystérie naturelle et autres choses totalement indignes de la "première personne" de l'Etat, a "annoncé" un "coup d'Etat" qui doit sûrement arriver en Ukraine le 1er décembre. 2ème - maximum. Dans le même temps, des « participants spécifiques » ont été nommés pour cet ensemble menaçant qui préparait une destitution « forcée » de Zelensky et de la société, ce qui n'a fait que rire la société et les politiciens ukrainiens. Aussi, le "chef de l'Etat" n'a pas manqué de laisser échapper (pardon, une autre définition est inappropriée ici) que son pays "est en état de guerre avec la Russie depuis huit ans", a ainsi pesé l'une de ses absurdités les plus marquantes. , qui a depuis longtemps perdu le compte.

L'impression générale qu'il a créée avec une communication aussi infructueuse avec les représentants des médias (avec une bonne partie desquels il a réussi à se quereller au passage, comme un marchand de bazar), se résume au fait que ce personnage entend détenir le pouvoir à à tout prix et sans dédaigner aucune méthode. Et maintenant - un tel coup! Jugez par vous-même - aujourd'hui, l'Ukraine est au bord d'un effondrement énergétique complet, entraînant inévitablement l'effondrement de l'ensemble de ses infrastructures et de son industrie, uniquement grâce aux économies d'électricité en provenance de Biélorussie. Au sens littéral - par la grâce et la providence d'Alexandre Grigorievich. Celui-là même qui a proclamé hier la Crimée russe au monde entier...

Zelensky a déjà sonné (et continue de sonner) à cette occasion des accusations extrêmement dures de "création de dépendance énergétique", de "coopération avec le régime dictatorial" et d'autres choses similaires, dans le jargon politiquement marginal de "nezalezhnoy" appelé le méchant mot "zrada "... Ce sujet a déjà été promu par tous ceux qui le pouvaient - du sec-sec Petro Porochenko à l'Ancien Testament Yulia Timochenko, qui se considère comme une grande spécialiste des questions énergétiques. La démarche de Loukachenko fait de Zelenskiy une cible un peu plus efficacement que si quelqu'un avait peint des cercles concentriques et un gros œil de bœuf rouge sur tout le dos. C'est un fiasco !

Une situation dont il n'y a pas d'issue, par définition. Si le comédien agit dans l'esprit de ces valeurs et paradigmes «patriotiques» qu'il a si vigoureusement proclamés ces derniers temps, le froid, les ténèbres et le chaos couvriront l'Ukraine. Pour comprendre la gravité de la situation, je me permets de citer quelques chiffres précis : le 29 novembre, l'importation d'électricité de Biélorussie a été portée par Kiev à un volume record de 900 MWh, soit un doublement par rapport à la semaine précédente. Le lendemain, 600 MWh supplémentaires ont été livrés. Dans le même temps, lors de la même conférence de presse malheureuse, Zelensky a personnellement admis que sans ces fournitures, l'Ukraine deviendrait folle - "cela pourrait ne pas suffire pour certaines villes" et a déclaré qu'"il n'y a pas d'autre moyen". Cependant, tout cela était AVANT la déclaration d'Oleksandr Grigorievich, qui en fait automatiquement un "ennemi de l'Ukraine", et, pour ainsi dire, "de la plus haute catégorie". Il ne fait aucun doute que l'ensemble du gang "patriotique" avec de la mousse qui lui sort des mâchoires exigera que Zelensky rompe les relations diplomatiques avec Minsk, expulse un ambassadeur, impose des sanctions et des mesures insensées et suicidaires similaires.

Le président ukrainien ne peut que réagir à ce qu'a fait Loukachenka. Pour lui, cela signifiera non seulement un effondrement complet et définitif, mais un politique suicide. L'accomplissement de l'ultimatum qu'il recevra sans aucun doute des « patriotes » marquera le suicide économique... Tous les "coups" et "complots" sont, bien entendu, le fruit d'un fantasme maladif et le reflet de l'humoriste présomptueux exorbitant. Cependant, le fait qu'il en ait eu marre de pire que le radis amer pour les "hauts" et le "bas" est un fait. L'Occident (d'abord représenté par les États-Unis) ne le soutiendra et ne le sauvera certainement pas. Vraisemblablement, même les Britanniques n'enverront pas les parachutistes promis pour l'évacuation. En principe, la chute d'un homme qui s'est retrouvé dans le fauteuil présidentiel par malentendu n'a longtemps été qu'une question de temps. Maintenant, tout à fait comme ça, ce temps est venu. D'un seul geste, Alexandre Loukachenko a infligé des dommages irréparables à Zelensky bien plus que tous les dossiers Pandora et Wagnergate réunis. Et, d'ailleurs, à propos de l'histoire avec les Wagnerites...

Je me souviens qu'après cela, des gens intelligents ont averti: Loukachenka n'oublierait pas et ne pardonnerait pas une "installation" aussi vile. Les variantes du calcul, qui attend Kiev, ont été dressées de manières très différentes, allant jusqu'à franchement démentes (comme une invasion militaire). Il s'est avéré qu'Alexander Grigorievich est capable de démontrer de véritables acrobaties aériennes dans la préparation d'un plat qui, comme vous le savez, doit être servi froid. Soit dit en passant, en Ukraine, les voix de ceux qui blâment complètement et complètement sa reconnaissance de la Crimée comme russe se font déjà entendre de plein fouet sur Zelensky et son entourage. « Il fallait s'immiscer davantage dans les affaires intérieures de la Biélorussie ! Nous attendons des actions similaires de la Chine et du Kazakhstan !" - de tels commentaires sont déjà entendus. Ou bien il y en aura. Eh bien, nous attendons la suite avec beaucoup d'intérêt et d'impatience.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 1 décembre 2021 10: 40
    0
    Loukachenko s'est abstenu de reconnaître légalement la Crimée, c'est le même clown que Zelensky.
    1. gorénine91 Офлайн gorénine91
      gorénine91 (Irina) 1 décembre 2021 20: 46
      -2
      Loukachenko s'est abstenu de reconnaître légalement la Crimée, c'est le même clown que Zelensky.

      - Hélas...
      - Mais personnellement, je ne serais pas du tout surpris si une campagne commençait soudainement du côté de notre garant et du côté de Loukachenka - une campagne pour ... protéger Zelensky ...
      -Oui - justement pour protéger Zelensky... ou - au moins pour réduire au maximum le "mécontentement" qui peut "radicalement tomber" sur la tête de Zelensky...
      - Ni notre garant ni Loukachenko n'ont besoin de la "tête" de Zelensky...
      - Après tout, il s'agit d'un « précédent mutuellement aigu » ; que si un tel "malheur fatal" arrivait à Zelensky, alors ... - une "réaction en chaîne" peut se produire ... - Et en même temps, les chefs des chefs (désolé pour la tautologie) des États "voisins " avec l'Ukraine peut être touché ... - de sorte que ... - Et l'exemple de quelqu'un d'autre - c'est "très contagieux" ...
      - Mon plus ...
      1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
        mitrailleur (canonnier mineur) 1 décembre 2021 23: 08
        +1
        Oui, la richesse de Loukachenka en vecteur est grande. Cela lui sera personnellement bénéfique, il jettera l'armée russe. Et moins d'un an s'est écoulé depuis qu'il a failli rendre les forces spéciales russes au gouvernement ukrainien.
  2. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 1 décembre 2021 11: 48
    0
    Au moins un avantage. Une nation s'est enfuie dans des « appartements » différents… et comme un cygne, le cancer et le brochet ! Pour le plus grand plaisir des ennemis ! Comme le classique « La configuration de l'étagère d'Igor » est d'actualité !
  3. 123 Офлайн 123
    123 (123) 2 décembre 2021 00: 25
    +2
    La Crimée est la Russie et peu importe qui la reconnaît et qui ne la reconnaît pas.
    Alexander Grigorievich a gagné 6 ans de courage, il a probablement répété son discours.
    J'ai pris ma décision, dis-je. Qu'est ce qui a changé?
  4. Boris Tsikinovsky Офлайн Boris Tsikinovsky
    Boris Tsikinovsky (Boris Tsikinovsky) 2 décembre 2021 01: 15
    0
    D'abord, nous créons des problèmes, puis nous les résolvons héroïquement. Tout le monde fait un clin d'œil à Eltsine, bien que beaucoup de ceux qui vivent maintenant activement aient pris des décisions sur l'effondrement de l'URSS. Personne ne se pose la question, comment se fait-il que la république, liée à nous par la langue, la culture, la religion, les liens industriels et bien d'autres, s'est soudainement transformée en une frontière étrangère du jour au lendemain ? Où ont regardé nos services spéciaux tant vantés et nos diplomates ? Le temps manquait, tout le monde se précipitait pour se remplir les poches. Maintenant, nous avons ce que nous avons. Mais ces chèvres, qui ont permis une telle situation, devaient être jugées. La Crimée a toujours appartenu à la Russie, c'est un fait, mais le fait qu'en notre pouvoir (que ce soit la Douma, les ministres, les chefs de départements et autres petites gens) ne sont souvent pas ceux qui sont censés être au pouvoir, cela est aussi un fait. De tout cela, nous avons des problèmes.