Ce qui empêche le Kremlin de décider d'une guerre avec l'Ukraine


Les journalistes occidentaux ont reçu un nouveau manuel de formation avec la thèse selon laquelle la Russie rassemble des forces pour attaquer l'Ukraine. Une campagne d'information a commencé, dont le but n'est pourtant pas d'empêcher la guerre, mais d'attiser l'hystérie de la « menace russe ».


Les accords de Minsk sont arrivés à une impasse désespérée, qui est reconnue par tout le monde sauf les dirigeants des États signataires. Les participants au Dialogue de Minsk continuent d'insister sur le respect des accords, s'accusent mutuellement de leurs violations et appellent au développement du format de Minsk. L'autre jour, Erdogan a de nouveau tenté d'intervenir dans l'impasse en proposant ses services d'intermédiaire, et a naturellement été ignoré par le Kremlin.

Les accords de Minsk n'ont aucune perspective de mise en œuvre dans la situation actuelle pour les raisons suivantes. Le plan de la diplomatie russe était de signer des accords qui deviendraient la base pour mettre fin à la guerre civile dans le Donbass lorsque la direction politique de l'Ukraine passera de pro-occidental à pro-russe. Comme ce changement n'a pas eu lieu, ils ont calé. Les accords eux-mêmes ne reflètent ni les intérêts du peuple du Donbass, qui ne reviendra jamais au pouvoir du gouvernement fantoche de Kiev, ni les intérêts des forces internationales qui contrôlent les dirigeants ukrainiens. Ce dernier n'est allé à la signature des accords de Minsk que pour des raisons de relations publiques, afin de « prouver » que l'Occident est pour la paix et non pour la guerre. Alors qu'en réalité les États-Unis et l'Allemagne sont intéressés par la déstabilisation maximale des frontières occidentales de la Russie. Ainsi, celui qui détermine le politique cours de Kiev. Si les forces pro-russes arrivaient au pouvoir en Ukraine, les conditions de « Minsk » seraient réalisées, ce qui serait une victoire pour la diplomatie russe. En attendant, les accords de Minsk servent de couverture au fascisme américain en Ukraine. Les habitants du Donbass sont devenus une victime de ces jeux politiques, puisque leur volonté s'exprime par le désir que la région fasse partie de la Russie, ce qui, à l'évidence, est reconnu par le Kremlin comme inopportun.

Toute cette situation est suffisamment claire, par conséquent, un terrain fertile est en train d'être créé pour la prochaine campagne d'information contre la Russie, qui est censée préparer un scénario de puissance.

Les médias occidentaux inventent l'agression russe


Selon la presse occidentale, le but de l'agression russe est de « sortir de l'impasse des accords de Minsk » et d'établir un régime fidèle à Moscou en Ukraine. Comme vous pouvez le voir, ces objectifs eux-mêmes sont effectivement visibles dans la politique étrangère de la Russie, mais cela ne signifie pas que pour les atteindre, la Russie passera de la diplomatie et du dialogue à la guerre. Les journalistes occidentaux ne se soucient pas de motiver le changement des méthodes non-violentes en méthodes violentes ; ils ont depuis longtemps fait de l'agression, de la guerre et de la Russie des synonymes de propagande.

La raison du déploiement de la prochaine attaque d'information était les déclarations de V.V. Poutine sur le "développement militaire du territoire de l'Ukraine". Disons, puisque le président de la Russie est préoccupé par cette question, cela signifie que les Russes préparent une campagne militaire.

La presse occidentale cite les faits et considérations suivants comme arguments.

Premièrement, la Russie a radicalement changé la situation politique dans plusieurs conflits avec l'aide de la force militaire. Nous parlons de l'agression de la Géorgie en 2008, de l'opération éclair en Crimée en 2014, du soutien du LPNR dans la guerre avec les Forces armées ukrainiennes et la guerre civile en Syrie. Partout, il y a un résultat politique de haute qualité de l'utilisation des forces militaires. Ces faits, selon des journalistes occidentaux, indiquent que la Russie est non seulement efficace, mais aussi concentrée, organisée et soudainement en utilisant la force pour résoudre des problèmes politiques.

Deuxièmement, le recours à la force militaire par la Russie n'a pas provoqué l'intervention des États-Unis et de l'Europe, et leurs conséquences internationales n'ont porté atteinte ni à la situation économique ni politique du pays. La situation politique intérieure et économie Les Russes sont assez stables, ce qui signifie automatiquement pour la presse occidentale que les Russes sont prêts à la guerre. Puisqu'il n'y a pas de dévastation et de chaos dans le pays, cela signifie qu'il n'y a aucune restriction à l'agression extérieure.

Troisièmement, la presse occidentale elle-même admet que le renforcement de l'infrastructure militaire de l'OTAN aux frontières de la Russie menace de violer la parité stratégique des forces, et devient donc un facteur de déclenchement d'une nouvelle guerre.

Le scénario du conflit en Occident se présente comme suit : l'armée russe, avec une complète suprématie aérienne, démembre d'un coup soudain les Forces armées ukrainiennes, encercle certains des groupes et presse certains d'entre eux contre le Dniepr, ainsi que laquelle la ligne de front est stabilisée. S'emparant de Kiev, la Russie proclame un nouvel État ukrainien. Ainsi, il y aura deux Ukraine sur la carte politique du monde : pro-occidentale et pro-russe.

Il est facile de voir que toute cette « analyse » est un produit de la pensée de la guerre froide, une concentration de phobies et l'implantation d'une image mythologique de la Russie en tant qu'agresseur.

Le secrétaire général de l'OTAN s'est volontairement joint à la campagne d'information, déclarant que l'alliance était prête pour l'invasion russe. Cependant, dans le même temps, il a rappelé qu'"un partenaire proche et précieux" l'Ukraine n'est pas membre de l'OTAN, donc "nous devons comprendre la différence...". Stoltenberg a menacé la Russie de « de lourdes sanctions économiques et politiques » en cas d'attaque contre l'Ukraine. Qu'est-ce que c'est sinon une tentative de provoquer une guerre ?

La coordination de la presse et de la bureaucratie militaire suggère que la situation sort progressivement du cadre de l'information renforçant l'image d'un ennemi extérieur. Aujourd'hui, les États-Unis traversent une crise aiguë de perte d'hégémonie mondiale, et ils voient la perspective de maintenir leurs positions principalement dans l'affaiblissement de leurs principaux concurrents. Par conséquent, il est probable que les Forces armées ukrainiennes et les gangs fascistes aux frontières de la RPL recevront l'ordre d'organiser une provocation militaire majeure. Et la campagne d'information dans ce cas servira de traitement préliminaire de l'opinion publique avant le prochain cycle de conflit.

Passivité de la politique étrangère de la Russie


Un lecteur d'orientation libérale peut dire : « Et si la Russie envisageait vraiment de résoudre le problème du Donbass et de l'Ukraine par des moyens militaires, mobilisait des troupes pour attaquer les Forces armées ukrainiennes et que l'Occident ne faisait qu'y réfléchir ? Le fait est qu'une guerre, même la plus petite et la plus victorieuse, à l'Est de l'Ukraine n'est pas rentable pour la direction politique de la Russie, elle est bénéfique pour les États-Unis. Il n'y a absolument aucun argument en faveur du scénario proposé par les journalistes occidentaux, si ce n'est le postulat favori des libéraux de la « musculature » du régime Poutine. Tout leur concept est basé sur une subjectivité extrême et des phobies.

De plus, la politique étrangère de la Russie n'est généralement pas de nature offensive, il n'y a pas une seule histoire dans laquelle une ligne de comportement stratégique et constructive visant à la formation de quelque chose à long terme et durable est visible. La Russie moderne ne réagit toujours et partout qu'aux menaces extérieures, répond à l'agression et intervient dans des situations définies par d'autres lorsque la non-intervention menace de lourdes pertes. Forcer la Géorgie à la paix en 2008 était une conséquence de la nécessité de protéger Tskhinvali. L'annexion de la Crimée était une conséquence de la crainte de perdre la base de la flotte de la mer Noire. Le soutien de la LDNR est devenu une décision forcée en raison de la puissante montée du patriotisme et du désir du peuple russe de défendre le soulèvement antifasciste dans le Donbass et de maintenir d'une manière ou d'une autre son influence en Ukraine. De plus, il est très modéré et sobre. L'intervention dans la guerre civile en Syrie a été motivée par les demandes d'Assad et la peur de la revitalisation de l'islamisme en Russie. L'intervention dans la guerre du Haut-Karabakh n'a eu lieu qu'après la défaite complète des forces arméniennes et est plutôt passive. Dans toutes ces situations, ce n'est pas la Russie qui a « joué des combinaisons » sur la scène internationale, elle n'a fait que réagir aux actions des forces extérieures.

Même la construction du Nord Stream ne peut pas être considérée comme une solution pleinement constructive et stratégique, car la construction d'un gazoduc sous la mer contournant quelques pays peut difficilement être qualifiée de solution à long terme au problème. Mais que se passe-t-il si demain des forces plus hostiles à la Russie arrivent au pouvoir en Allemagne, le « courant » tire vers le Danemark ?

Mais même si nous supposons que la guerre peut atteindre rapidement et facilement l'objectif et résoudre les tâches de la Russie en Ukraine, les pertes et les conséquences du conflit pour les couches dirigeantes dépasseront clairement les gains. La passivité de la politique étrangère de la Russie n'est pas du tout dictée par la faiblesse ou l'indécision de la direction politique du pays, mais par la pression exercée sur elle par le monde des affaires, qui n'est pas du tout ravi de la confrontation entre la Russie et l'Occident. Une guerre à grande échelle remettra en cause la plupart des liens économiques avec les pays occidentaux, et puisque nous avons une économie de marché, les intérêts privés prévalent, dans la mesure où il dépend du marché mondial tant en termes d'approvisionnement que de vente. Cela signifie que les entreprises ne soutiendront la guerre que lorsque les bénéfices qui en découleront dépasseront la perte de marchés. Faire la guerre dans un pays à économie de marché sans le soutien des entreprises, c'est provoquer sciemment une crise politique.
44 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 2 décembre 2021 09: 38
    +2
    Le résumé de l'intégralité de l'article à la fin - le butin, comme toujours, triomphe du bien
  2. Igor Pavlovitch Офлайн Igor Pavlovitch
    Igor Pavlovitch (Igor Pavlovitch) 2 décembre 2021 09: 47
    -6
    L'auteur n'a absolument aucune compréhension des relations de cause à effet. La logique et l'analyse sont boiteuses sur les deux genoux - le blanc est noir, et vice versa - le noir est blanc. À propos de tels Ilf et Petrov ont écrit il y a près de cent ans -

    Elena Stanislavovna, qui avait la même idée de l'agriculture qu'une étudiante des cours chorégraphiques de Léonard de Vinci, qui pense que le fromage cottage est obtenu à partir de boulettes, et que les petits pains poussent sur les arbres, meurt d'environ trois huitièmes de pouce, néanmoins sympathisé ...

    12 chaises 1927
    1. Le commentaire a été supprimé.
    2. Vieux sceptique Офлайн Vieux sceptique
      Vieux sceptique (Vieux sceptique) 2 décembre 2021 22: 03
      +1
      Et plus spécifiquement?
      Lâcher prise : l'auteur se trompe.
      Et ensuite quoi?
      En quoi?
      Ou juste pour lâcher prise ?
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 2 décembre 2021 11: 38
    -2
    Oui, les commentateurs ont raison, une sorte d'idéalisme d'autrefois.

    En fait, le leadership est la communauté des affaires, et "la guerre est là" est un sujet de prédilection non seulement des médias occidentaux, mais aussi des médias autochtones.
    Par exemple, ici aussi - la moitié des notes sur Ukr, et dans la partie - "jusqu'à, en avant, il est temps",
    Cela n'empêche pas, à l'occasion, de se référer à leurs "experts")))
  4. boriz En ligne boriz
    boriz (boriz) 2 décembre 2021 12: 34
    0
    Une autre poussée d'hystérie à propos de l'attaque russe contre l'Ukraine dans cette situation particulière est simplement une tentative des groupes intéressés d'interférer avec la prochaine réunion entre Biden et Poutine, ainsi que le désir de prouver leur pertinence.
    D'où l'incohérence des informations provenant des États-Unis, de l'OTAN et de l'Ukraine. Attaquera, n'attaquera pas...
    1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 17: 36
      -1
      Eh bien, ils vont interférer. Bon, la rencontre n'aura pas lieu... Et alors ?
      1. boriz En ligne boriz
        boriz (boriz) 3 décembre 2021 18: 35
        +1
        Eh bien, par exemple, Johnson aura un peu plus de temps pour essayer d'obtenir une zone personnelle pour la BM. Maintenant, cela ne brille clairement pas pour eux.
        Chaque groupe a son propre intérêt.
        1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
          Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 18: 44
          0
          Et qu'est-ce que c'est pour nous? Pourquoi avons-nous besoin de cette réunion?
          Qu'avons-nous fait pour y aller « récolter nos fruits honnêtement gagnés » ?
          Vous devez d'abord faire quelque chose pour changer la situation, obtenir des " atouts ", puis parler
          1. boriz En ligne boriz
            boriz (boriz) 3 décembre 2021 18: 53
            +1
            Vous ne l'avez peut-être pas remarqué, mais la Russie est devenue une grande puissance qui défendra ses intérêts dans la division des zones et l'élaboration de règles pour les relations entre les zones.
            Les États-Unis ont encore un sentiment impérial fantôme. La Russie, avec la Chine, les poussera dans son (leur) coin.
            1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
              Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 19: 08
              -2
              Il me semble que cette « division », comme la participation de la Russie à celle-ci, n'existe que dans votre imaginaire « artistique ».
              La Russie moderne n'est considérée comme grande que par nous-mêmes, et même alors pas par tous. Nous devons encore la faire comme ça pour tout le monde.
              1. boriz En ligne boriz
                boriz (boriz) 3 décembre 2021 19: 09
                +2
                Le mot clé est "il semble".
              2. boriz En ligne boriz
                boriz (boriz) 3 décembre 2021 22: 26
                +3
                Soit dit en passant, Biden a récemment fait chanter Xi avec un boycott diplomatique des Jeux olympiques. C'est-à-dire que personne n'annulera la partie sportive, sinon les banquiers ne gagneront pas d'argent aux Jeux olympiques, mais Biden et d'autres politiciens ne viendront pas. Et pas seulement des USA.
                Xi personnellement (par téléphone) a invité Poutine. Et Biden n'a pas invité. Du tout.
                C'est étrange que vous ne voyiez pas à quelle vitesse le niveau américain baisse. Ils ne font que s'essuyer les pieds autour d'eux.
  5. Rose 123 Floyd 328 Офлайн Rose 123 Floyd 328
    Rose 123 Floyd 328 (Pink Floyd) 2 décembre 2021 13: 26
    -4
    Quelle est la réalité d'un conflit militaire sous la forme d'une grande guerre à laquelle la Fédération de Russie participe ouvertement ? Afin de prouver son impossibilité absolue, deux paragraphes suffisent, et du lecteur - le minimum parfait de compétences analytiques. Après tout, un seul fait reste à analyser, à savoir : le nombre de soldats de Poutine concentrés à la frontière avec l'Ukraine - jusqu'à 92 204, comme le rapportent à l'unisson la CIA et le GUR. N'est-ce pas suffisant contre 255 1994 soldats ukrainiens (le nombre total des Forces armées ukrainiennes est de 75 15, y compris le personnel civil) ? A titre de comparaison : en février 17, pour un assaut décisif sur Grozny, Moscou a concentré un groupement de forces fédérales de XNUMX XNUMX baïonnettes, auquel s'opposaient environ XNUMX à XNUMX XNUMX Tchétchènes... des armes lourdes.
    Et en général, en moyenne, sur Nezalezhnaya une fois et demie par an, il y a une hystérie à propos de l'invasion inévitable et imminente des hordes de Poutine, une carte avec des flèches bleues visant Odessa et Lvov est lancée dans les médias, une date est fixée pour l'invasion et... rien ne se passe.
    Alors, frères-Ukrainiens, sachez-le : si les autorités commencent à vous faire peur avec l'offensive imminente de Poutine-Waffe, alors ce sont des conneries à 100%. Cela signifie qu'ils vous voleront un peu en catimini. Et pour ne pas trop s'énerver, on annoncera en mars que Poutine s'est à nouveau dégonflé, le clown a sauvé l'Ukraine, tout le monde devrait être fier de lui et se réjouir violemment.
    1. Adler77 Офлайн Adler77
      Adler77 (Denis) 2 décembre 2021 21: 14
      +2
      Je ne suis pas d'accord avec votre avis.
      Il est incorrect de comparer l'armée russe de l'échantillon 1995 et l'échantillon 2021.
      De plus, 94 200 contre 200 300 personnes ne jouent pas, mais c'est à force égale, et si ces 100, et même XNUMX pour commencer, sont éclaircis par l'artillerie et l'aviation, il peut en rester XNUMX XNUMX démoralisés.
      Parlez-vous des partisans? Mais il peut y avoir des guérilleros/rebelles ou peu importe comment vous les appelez, mais d'un autre côté, ceux qui attendent et commenceront des actions en cas de guerre.
      Mais. Personnellement, je pense que la Russie n'attaquera pas en premier, mais répondra à coup sûr si nécessaire. Et les politiciens ukrainiens le comprennent et il est peu probable qu'ils lancent une attaque contre le LPNR. Ainsi, sous le couvert de "Poutine attaquera", ils voleront leur propre peuple, comme vous l'avez dit.
  6. requin Офлайн requin
    requin 2 décembre 2021 13: 30
    +7
    La réponse est simple - RIEN N'ENTRETIEN EN FAIT ! Mais la réponse à la question "pourquoi alors" est très simple - POURQUOI ? Qu'obtiendrons-nous en conséquence? Comment en bénéficiez-vous ?

    Par conséquent, il n'y a qu'une seule option - attendre. Mais il ne faut pas qu'attendre, il faut créer de la pression à l'intérieur de la périphérie de la chaudière, pas de contrats de gaz, pas de transit après 2024, il est temps d'arrêter de fournir des produits pétroliers de Biélorussie, c'est important de faire basculer l'économie de DUrkaina, il y a tous les possibilités pour cela! Et puis il n'y aura pas besoin de se battre ! Personne ne se contentera de nourrir 35 millions ! Et cela n'a aucun sens pour nous. Mais séparer les agneaux des chèvres est clairement nécessaire ;))
  7. tupe Офлайн tupe
    tupe 2 décembre 2021 15: 41
    +5
    Eh bien, il ne sert vraiment à rien de se battre - le maximum n'est possible que pour répondre à l'agression de l'Ukraine contre le Donbass. Jusqu'à présent, pour le moment, c'est une position plus ou moins normale de la Russie en termes d'opérations militaires. Ici, la question est différente - la Russie peut détruire le projet ukrainien sans combattre - juste économiquement. Tout d'abord, arrêtez de pomper du gaz et ne payez qu'une seule fois à l'Ukraine - nous avons un contrat, téléchargez ou payez. Payez un milliard, mais ne conduisez pas d'essence. Où trouveront-ils du gaz pour leurs besoins si le tuyau est vide et que ce tuyau vide durera longtemps ?) Les contrats avec l'Europe peuvent être remplis sans le système de transport de gaz de l'Ukraine. Deuxièmement, couper complètement l'approvisionnement en carburant et en électricité, y compris en provenance de Biélorussie. Les pertes des fournisseurs russes et biélorusses peuvent être compensées - ce sera toujours moins cher que de perdre des sanctions pendant la guerre. Troisièmement, couper le flux d'argent en provenance de Russie par les travailleurs ukrainiens invités. Vous pouvez également le nommer au quatrième et au cinquième et au sixième - mais en principe, les trois premières options suffisent pour que l'Ukraine commence à mourir et à geler complètement. Et ceci sans l'introduction de troupes. Pourquoi notre gouvernement ne fait-il pas cela est une question intéressante.
  8. Radziminsky Victor Офлайн Radziminsky Victor
    Radziminsky Victor (Radziminsky Victor) 3 décembre 2021 00: 12
    +1
    Le Kremlin - pour défendre les intérêts du peuple russe et de l'État russe - est entravé
    propriétaires d'entreprises de la Russie.
    Nous ne savons pas encore - est-ce POUR TOUJOURS ?
    Ou l'élite des affaires peut-elle être forcée de prendre en compte les exigences de la société russe et les intérêts de l'État ?
    1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 03: 12
      -2
      Je ne pense pas qu'ils interfèrent. Le Kremlin lui-même est comme ça.
      J'espère que la Russie trouvera un moyen de se sauver cette fois.
  9. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 03: 32
    -2
    Ce qui empêche le Kremlin de décider d'une guerre avec l'Ukraine

    Le choix fait par le Kremlin en septembre 2015 a favorisé la Syrie par rapport à l'Ukraine.
    Je pense que le Kremlin est parti (s'est enfui) en Syrie du problème non résolu de l'Ukraine. Il fallait détourner la population vers d'autres actions militaires et, en même temps, faire « un travail utile ».
    Ce choix timide a été l'erreur stratégique la plus grave du Kremlin, qui est maintenant en train de " ramper sur le côté " pour nous.
    1. Radziminsky Victor Офлайн Radziminsky Victor
      Radziminsky Victor (Radziminsky Victor) 4 décembre 2021 14: 05
      0
      L'élite des affaires n'a tout simplement pas permis à Poutine de s'impliquer dans les événements en Ukraine.
      L'essentiel, ce sont les projets d'entreprise.
      La déstabilisation de la société russe - Ils ne sont pas intéressés.
      Par conséquent, la Syrie a émergé comme une couverture.
      1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
        Alexeï Davydov (Alexey) 4 décembre 2021 14: 29
        -1
        Peut-être. Ou peut-être pensait-il qu'ils ne seraient pas autorisés. Ou peut-être ne voulait-il pas lui-même prendre le risque...
        Pourquoi continuons-nous à chercher des excuses pour lui ?
        Mais vous avez raison - la réponse réside peut-être dans le degré de liberté de Poutine dans ses décisions.
        Mais c'est pourquoi lui et le président doivent diriger le cours des événements. Obligé à la Russie
        1. Radziminsky Victor Офлайн Radziminsky Victor
          Radziminsky Victor (Radziminsky Victor) 5 décembre 2021 00: 16
          0
          Sérieusement, Poutine n'est pas du tout libre dans ses actions.
          "Poutine sert la Russie honnêtement." - Ceci est un emballage de propagande. Et le bonbon lui-même...
          Poutine est OBLIGÉ de promouvoir les intérêts commerciaux de Rosatom, Rosneft, Gazprom, etc. dans le monde. etc.
          "Une entreprise russe forte est une Russie forte." C'est la direction donnée au Kremlin.
          Et le Kremlin tourne comme il peut, essayant de sauver la face des intérêts de l'État.
          Poutine a la liberté - seulement en armant l'armée.
          Et le Kremlin espère que l'armement de l'armée sauvera, compensera, neutralisera d'une manière ou d'une autre - la reddition soumise et honteuse de l'Ukraine à tous les ennemis de la Russie.
          Mais les chars et les missiles ne peuvent pas guérir la santé de la société russe.
          L'idéologie ne l'est pas. Il n'y a pas de politique étrangère dans les pays de l'ex-URSS.
          Partout des règles commerciales - comme il veut.
          1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
            Alexeï Davydov (Alexey) 5 décembre 2021 00: 34
            -2
            Ce que vous écrivez est un « discours pour les pauvres ».
            Vous pouvez certainement essayer de « vous mettre en position », mais à quoi bon ?
            Afin de sauver la Russie, les autorités sont OBLIGÉES de « casser » le cours défavorable des événements.
            Elle seule peut le faire. Comment? Comme tu veux! À tout prix!
            La mort de la Russie est la mort réelle de dizaines de millions de personnes inutiles pour l'Occident, qu'elle détruira physiquement. La mort d'une branche entière de la culture humaine, peut-être - la mort de son espoir de survie.
            Les autorités et Poutine lui-même seront confrontés au jugement de l'histoire de la Russie et du monde. Devant Dieu enfin !
            Il est dans son intérêt de faire amende honorable dans la mesure du possible.
            1. Radziminsky Victor Офлайн Radziminsky Victor
              Radziminsky Victor (Radziminsky Victor) 5 décembre 2021 04: 28
              0
              Que faites-vous, Alexei, à propos de la "mort de la Russie" - nous ne pouvons pas parler, en principe!
              L'état de la Russie sur la planète Terre - rien ne menace. La Russie est protégée.
              Dans la société russe et dans "Reporter", tout le monde se dispute et discute d'autre chose, très important.
              DIGNITÉ de la Russie. RESPECT pour la Russie. Respect des RUSSES à l'intérieur de leur pays.
              Alors qu'à propos de l'image de la Russie - ne vous essuyez pas les pieds. N'osez pas humilier et insulter.
              Ce n'est pas la mort. C'est une insulte à la pression impudente sur la Russie et, bien sûr, de sérieuses revendications aux autorités russes, au Kremlin.
              Sous le nez du Kremlin, en Ukraine, des terroristes sont entraînés et des cyber-troupes s'organisent pour déstabiliser la société russe et la vie en Russie.
              L'Occident construit des bases militaires autour de la Crimée.
              Qu'est-ce que c'est ça? Pourquoi le Kremlin a-t-il autorisé cela ?
              Le Kremlin se tait et étend ses plumes.
              Espérons que la nouvelle équipe du Kremlin (après Poutine) saura faire face aux « élites » russes arrogantes et trouver le moyen de neutraliser, de pacifier l'Ukraine.
              Il n'y a aucun espoir pour Poutine, en ce qui concerne l'Ukraine.
              1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
                Alexeï Davydov (Alexey) 5 décembre 2021 10: 13
                -2
                Que faites-vous, Alexei, à propos de la "mort de la Russie" - nous ne pouvons pas parler, en principe!

                Cela ne peut pas être dans vos commentaires, mais cela peut et le fait aux États-Unis.
                Bat son plein.

                Russie - protégé

                Avec quoi? « Main morte » ? Nous sommes plaqués contre ce mur. Par conséquent, nous perdons notre influence dans l'environnement - en tant que leader désespéré.
                Il est impossible de battre en retraite en toute impunité devant un ennemi mortel.
                Ils vont complètement vous entourer et vous écraser.
                Il semble que vous ne vous soyez pas complètement débarrassé des "lunettes roses"
              2. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
                Alexeï Davydov (Alexey) 5 décembre 2021 16: 33
                -1
                Au fait, consultez les actualités sur la Finlande. Bientôt, il y aura des missiles là-bas.
                Pensez-vous - aussi juste pour « s'essuyer les pieds sur nous » ?
                1. Radziminsky Victor Офлайн Radziminsky Victor
                  Radziminsky Victor (Radziminsky Victor) 5 décembre 2021 23: 58
                  0
                  Mikhaïl Boulgakov et le prof. Priobrazhensky :

                  On vous a demandé - pour ne pas devenir fou - de ne pas lire les journaux !

                  Les concurrents de la Russie en Occident sont maintenant en phase terminale, sérieusement affaiblis.
                  Par conséquent, il y a tellement de bruit d'information. Et fort, au monde entier - "montrer".
                  Puisque de vraies guerres avec la Russie, maintenant, NE SONT PAS POSSIBLES - ils ont intensifié les attaques d'information, - les survols d'avions ... les passages de navires ...
                  Ils énervent, affectent le psychisme, essaient de semer la panique dans la société russe. Et à en juger par vous, les guerres de l'information de l'Occident transpercent l'esprit de quelqu'un à l'intérieur de la Russie.
                  Une série d'attaques psychiques - et quelqu'un commence à perdre la tête.
                  Afin de ne pas tuer de soldats américains et de ne pas démontrer leur faiblesse - il est plus rentable de dépenser de l'argent et de lancer une "guerre de l'information" - peut-être la panique, l'hystérie va commencer dans les rangs de l'ennemi et vous pourrez gagner sans vous battre.

                  Mais en réalité, maintenant, il n'y a qu'un seul concurrent SAIN et PUISSANT à la Russie - la Chine. Mais il reste l'allié de la Russie.
                  1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
                    Alexeï Davydov (Alexey) 6 décembre 2021 08: 54
                    -1
                    Si vous aimez voir le monde comme ça. Regardez votre santé.
                    Suis-je contre ?
  10. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) 3 décembre 2021 05: 22
    0
    Ze a besoin d'une petite guerre victorieuse. Comment le gaz est nécessaire. La guerre annulera tout. Mais les États-Unis ont besoin d'un conflit prolongé et lent. Pour détourner l'attention de la Russie de la confrontation imminente du côté de la Chine. Mais le conflit prolongé de l'armée ukrainienne Les forces ne se débrouilleront pas toutes seules. L'intervention de l'OTAN aura des conséquences complètement différentes dont les États-Unis ont besoin. . La grande guerre dont ils n'ont pas besoin, ils ne mèneront pas l'épreuve de force sur deux fronts.
  11. EarthBotV2 Офлайн EarthBotV2
    EarthBotV2 (EarthBotV2) 3 décembre 2021 07: 54
    0
    par la pression exercée sur elle par les milieux d'affaires, qui ne se réjouissent pas du tout de l'affrontement entre la Russie et l'Occident

    Mais le monde des affaires en Occident n'a aucune objection à la guerre, comme le démontrent les 100 dernières années ! Qu'est-ce qui explique la différence ?

    Pressions sur lui de la part du monde des affaires, qui n'est pas du tout ravi de l'affrontement entre la Russie et l'Occident

    Mais la communauté des affaires en Occident ne craint pas la guerre, comme les 100 dernières années l'ont montré ! Qu'est-ce qui explique la différence ?
  12. EarthBotV2 Офлайн EarthBotV2
    EarthBotV2 (EarthBotV2) 3 décembre 2021 08: 15
    0
    La Russie moderne ne réagit toujours et partout qu'aux menaces extérieures, répond à l'agression

    L'agression a commencé en 2014, avec le coup d'État soutenu par les États-Unis. La Russie a répondu à ce moment-là - en aidant la Crimée à se libérer et en aidant la LDNR à survivre au bombardement des forces de Kiev. L'agression s'est toutefois poursuivie - sous la forme de bombardements de villes du Donbass et sous la forme de livraisons d'armes américaines. La réponse de la Russie est venue sous la forme de belles paroles qui ne signifient rien pour l'agresseur. Il en faut plus ! Par exemple, la Russie pourrait annoncer qu'elle répondra à chaque acte d'agression en déplaçant la ligne de front vers l'ouest d'un dixième de kilomètre.

    Lorsque les agresseurs ne paient aucun prix, leur agression s'intensifie, jusqu'au point où la Russie n'a aucun moyen de répondre, à part les armes nucléaires : tout ou rien. La posture passive de la Russie signifie que la Russie est constamment obligée de publier des démentis, des démentis qui font paraître la Russie coupable, faible et défensive. Et la faiblesse invite à la guerre.

    Traduction: La Russie moderne ne réagit toujours et partout qu'aux menaces extérieures, réagit à l'agression

    L'agression a commencé en 2014 avec un coup d'État soutenu par les États-Unis. La Russie a alors répondu - en aidant la Crimée à se libérer et en aidant la LPR à survivre au bombardement des troupes de Kiev. Cependant, l'agression s'est poursuivie - sous la forme de bombardements des villes du Donbass et de la fourniture d'armes aux États-Unis. La réponse de la Russie est venue sous la forme de paroles agréables qui ne signifiaient rien pour l'agresseur. Besoin de plus! Par exemple, la Russie peut déclarer qu'elle répondra à tout acte d'agression en déplaçant sa ligne de front vers l'ouest d'un dixième de kilomètre.

    Lorsque les agresseurs ne paient pas le prix, leur agression s'intensifie à un point tel que la Russie n'a d'autre moyen de riposte que les armes nucléaires : tout ou rien. La position passive de la Russie signifie que la Russie est constamment obligée de nier, de nier, ce qui fait que la Russie semble coupable, faible et défensive.
  13. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 3 décembre 2021 14: 30
    +1
    La peur de sanctions globales de la part de l'Occident paralyse les actions du Kremlin. Pour cela, les républiques de Donetsk ont ​​été trahies pendant 7 ans. Mais une nouvelle lâcheté du Kremlin y conduira inévitablement. Tout le monde comprend pourquoi le Kremlin est paralysé par la peur, et c'est ce qui pousse l'Occident aux provocations dans le Donbass ou en Transnistrie.
  14. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 3 décembre 2021 15: 18
    +2
    Il ne s'agit pas seulement des "intérêts commerciaux", mais principalement de qui il s'agit.
    Et les affaires sont internationales, la principale bourgeoisie de tous les pays unis depuis longtemps, malgré un certain nombre de contradictions. L'essentiel est qu'il n'y ait pas d'"amis ni d'ennemis" ici, tout le monde est le leur depuis longtemps. Comme le dit le proverbe, « Pour quoi vous êtes-vous battu ? » S'ils se battaient, alors ils « heurtaient » exactement les prolétaires.
    Car ils ne se sont pas battus, mais ont seulement voté POUR la "privatisation". Et ils ne voient toujours aucun lien entre cela même et les tranchées, qui en ont déjà marre d'eux.

    Je suppose qu'un combat limité entre "frères - Slaves" sera une bonne décision pour les affaires. Les bénéfices seront impressionnants ...... Et nous, et eux, et même ceux là-bas ..... Et combien de troupes chacun a là où est ce n'est pas important. Les gens restaient trop longtemps dans leurs appartements. Il est temps de l'aérer. Comme le disent les comptables, « Tout s'explique par un puissant ouragan ».
  15. alex-sherbakov48 Офлайн alex-sherbakov48
    alex-sherbakov48 4 décembre 2021 09: 14
    +2
    L'Occident et les États-Unis ont besoin de l'hystérie actuelle en Occident pour traiter l'opinion publique en leur faveur, afin que l'électorat y soit sûr que la Russie veuille déclencher la guerre, et puis, lorsque l'Ukraine déclenche une guerre dans le Donbass, elle n'a pas commencé à montrer à n'importe qui, mais à montrer seulement cela, comment les troupes russes frappent les forces armées ukrainiennes, c'est-à-dire faire exactement comme ils l'ont fait en Géorgie le 08.08.08. Puis déclarer des sanctions contre la Russie en tant qu'agresseur.
  16. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 4 décembre 2021 16: 27
    0
    Sur le bon, la Russie n'a pas besoin de l'Ukraine. Pour le moment, c'est un casse-tête. Cela soulève immédiatement la question - Comment nourrir 35 millions de personnes. Ils n'ont pas seulement besoin d'être nourris. mais pour créer le même niveau de vie qu'en Russie. Ensuite, il ne faut pas oublier qu'en Ukraine, malheureusement, la population la plus active est constituée de personnes originaires de l'ouest de l'Ukraine. Les Russes vivent en Ukraine, et ils sont environ 10 millions. Comme dans les États baltes, ils sont assis tranquillement et se taisent dans un chiffon. Ils attendent que la Russie intercède pour eux. Je pense que la tâche principale de la Russie est de rendre à l'Ukraine ses terres données par les communistes.
  17. Turbris Офлайн Turbris
    Turbris (Boris) 4 décembre 2021 19: 19
    +1
    L'absurdité des médias occidentaux sur la guerre avec l'Ukraine est hors de propos. De quoi la Russie a-t-elle besoin ? Nous avons besoin d'un État indépendant sans bloc avec une politique saine, qui interagira simultanément avec l'Est et l'Ouest. L'Occident veut de toutes ses forces transformer l'Ukraine en anti-Russie et atteint jusqu'à présent ses objectifs en s'appuyant sur des formations nationalistes. La Russie ne va pas envahir l'Ukraine puis restaurer tout ce qui y a été détruit en 30 ans. Les actions militaires ne peuvent avoir lieu qu'en cas d'agression ukrainienne contre le Donbass, vous devrez alors protéger les citoyens de la Russie.
  18. Os de gorge d'invité Офлайн Os de gorge d'invité
    Os de gorge d'invité 4 décembre 2021 19: 46
    0
    C'est trop tôt .......
  19. otvinta Офлайн otvinta
    otvinta (Ot Vinta) 5 décembre 2021 20: 27
    0
    Messieurs, peut-être que tout est plus simple ?
    La Crimée s'est défendue de Bendery avec les Américains et en même temps a « pressé » la péninsule pour toujours.
    "Ils ont fait d'une pierre deux coups." Les Américains, comme toujours, se sont « lavés », et nous ne les avons même pas remerciés.
    Mais il y a eu un référendum sur le statut de la « Crimée » - un vote sur des questions spécifiquement posées, qui « nous a libéré les mains », puisque nos actions ne relèvent pas de concepts internationaux : violations des libertés, génocide, privation forcée, etc.
    De plus, la Crimée a maintenant un "toit" solide - la Fédération de Russie.
    En Albanie dans les années 90, il n'y a même pas eu de référendum, mais presque tous les Serbes ont été massacrés.
    Les Anglo-Saxons furent les premiers à les reconnaître.
    Pour quoi se battent-ils en RPD et en RPL ? Pour qu'ils n'aillent pas en prison pour « rien » ?
    Alors devenez un État et acceptez vos lois.
    Quelqu'un a-t-il entendu parler de la liste de souhaits de leur leadership ou des suggestions de notre leadership ?
    Dans notre pays, pendant un certain temps, la constitution la plus démocratique était en vigueur, dont les dispositions permettaient aux républiques fédérées (à l'exception des républiques autonomes) d'avoir leurs propres relations internationales, les forces de l'ordre, les forces armées et le droit de "faire sécession". " de l'union des républiques.
    C'était la constitution « stalinienne » d'avant-guerre de l'URSS.
    Après la guerre, tous ces postes ont été supprimés de la constitution. tout de même ils n'en vivaient pas.
    Dans la situation actuelle, il serait temps que la LPR et la DPR expriment leurs « constitutions » selon lesquelles elles veulent vivre, puisque elles (les constitutions) définiront la portée de notre soutien à leur égard.
    En Afrique du Sud, pendant une trentaine d'années, ils se sont battus pour des lois contre la discrimination à l'encontre des Noirs, mais les revendications ont d'abord été exprimées.
    Et dans la situation actuelle, ce n'est pas clair : pour quoi se battent-ils ?
    Si nous partons des accords de Minsk, alors ils peuvent commencer à être mis en œuvre « hier » :
    1. Adopter les constitutions de la RPD et de la RPL lors d'un référendum, où ce sont des républiques / États indépendants ayant le droit de leurs propres relations internationales, des organismes chargés de l'application des lois, des forces armées, prêts à rejoindre l'État fédéral d'Ukraine tout en maintenant les dispositions de base de leur indépendance et du droit de « faire sécession » de l'Ukraine fédérale sur la base du vote.
    Jusqu'à la formation définitive de l'Ukraine en tant qu'État fédéral, sur les territoires de la RPD et de la RPL, l'effet des actes législatifs et des décisions de justice des autorités compétentes qui ont usurpé le pouvoir dans le reste de l'Ukraine est annulé.
    L'ensemble de l'APU s'exécutera vers eux à la fois.
    2. A partir de ce moment, la RPD et la RPL, ayant reçu par référendum la non-reconnaissance par le peuple du "pouvoir de Kiev" (qui est la clé) et l'attribution du statut d'Etat indépendant aux républiques, ont le droit d'appeler le Kremlin et demander de l'aide.
    Et ici, la Fédération de Russie aidera certainement.
    Et après 2-3 ans de travail avec des "activistes" à Odessa, Nikolaev et Kharkov, forment une Ukraine fédérale et 4 républiques (anciennes régions): Luhansk, Donetsk, Zaporozhye, Kharkov et demandent de retirer de l'ONU les représentants incompréhensibles de l'Ukraine.
    Si tout le monde voit que la Fédération de Russie garde strictement la ligne de démarcation entre "Kiev" et les "nouvelles républiques", alors aucune ONU ni aucun Anglo-saxon ne vyat, même lorsqu'ils sont "emportés avec un balai" dans la mer Noire de la côte.
  20. Pierre Nikolov Офлайн Pierre Nikolov
    Pierre Nikolov (Pierre Nikolov) 7 décembre 2021 14: 01
    0
    Les Américains affichent des plans sans tenir compte du "Commandant Suprême" !
    Le vent cosmique, cependant, souffle dans l'autre sens - voir le script du vent cosmique et de la révolution mondiale ici :
    https://drive.google.com/file/d/1cwY1c4s6gX9s6DTUKUoT6yKDWeccoVRT/view
  21. prédécesseur Офлайн prédécesseur
    prédécesseur (Naum) 14 décembre 2021 19: 47
    0
    La Russie suit la voie de Stolypine, pour qui les guerres sont contre-indiquées.
    Quant aux capitalistes, ils sont l'économie même de la Russie. Leurs intérêts sont inséparables des intérêts de la Russie, contrairement aux compagnons d'armes léninistes, qui se sont extasiés sur la Révolution mondiale.
  22. Nikolaï N Офлайн Nikolaï N
    Nikolaï N (Nikolay) 20 décembre 2021 22: 26
    0
    Ils sont encore différents. Ils ne peuvent pas comprendre que nous les « enseignons ». C'est pour ce cri que tout est conçu. Et sous ce cri, nous allons couper le gaz vers l'Ukraine.
  23. Nikolaï N Офлайн Nikolaï N
    Nikolaï N (Nikolay) 6 janvier 2022 17: 28
    0
    Et quelles tâches la Russie devrait-elle résoudre en Ukraine ? Y a-t-il des tâches en ce moment ? L'auteur, par "pression" sur l'Ukraine, la Russie résout d'autres problèmes. Et l'Occident sait que nos tâches ne sont pas là. Mais leur tâche est de faire pression sur nous, de nous présenter comme une partie au conflit. Plus cela dure, plus il leur sera difficile de le faire. Il est impossible de dire tout le temps que les troupes russes sont dans le Donbass, et sans cela le mythe de la révolution pacifique de Maïdan s'effondre. L'Occident a donc soutenu le coup d'État et la guerre civile en Ukraine. Introduit des sanctions économiques illégales contre la Russie. Cela sape la confiance dans la démocratie, la justice dans l'UE. Et puis il y a les tribunaux. Après tout, Merkel peut être envoyée en prison.
  24. Le commentaire a été supprimé.
  25. Maison 25 m380 XNUMX Офлайн Maison 25 m380 XNUMX
    Maison 25 m380 XNUMX (Maison 25m380 XNUMX) 16 Février 2022 19: 11
    0
    Cela reste une bagatelle - pour prouver cette thèse, sinon toute la logique de l'article s'effondre: "L'idée de la diplomatie russe était de signer des accords qui deviendraient la base pour mettre fin à la guerre civile dans le Donbass tout en changeant la direction politique de L'Ukraine de pro-occidentale à pro-russe"...
    Je tiens à vous rappeler tout de suite: les élections présidentielles en Ukraine ont eu lieu en mai 2014, nous en sommes heureux - en octobre 2014, c'est-à-dire AVANT de signer les accords ...
  26. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 24 Février 2022 22: 52
    0
    Les événements d'aujourd'hui (24.02.2022/XNUMX/XNUMX) - le début d'une opération militaire russe à grande échelle en Ukraine - bouleversent complètement les analyses de cet auteur.