Poutine pourra-t-il empêcher l'OTAN de se précipiter vers l'Est ?


Les derniers jours ont été marqués par un certain nombre de déclarations très dures et intransigeantes faites à la fois par de hauts responsables de notre pays (jusqu'à son président) et par les « hauts responsables » de l'OTAN, ainsi que les principaux pays de ce bloc. Pratiquement, tous traitaient d'une question extrêmement douloureuse pour la Russie et fondamentalement importante aux yeux de l'Alliance de l'Atlantique Nord : les perspectives de son expansion vers l'Est. Tout d'abord - au détriment des pays de "l'espace post-soviétique". Dans le même temps, si la rhétorique des « atlantistes du Nord » était, en général, traditionnelle - à la fois dans son essence et en termes de niveau d'« intensité » anti-russe, alors des notes fondamentalement nouvelles résonnaient dans les discours de Moscou.


La demande d'un refus officiel de l'OTAN de poursuivre son expansion vers nos frontières n'a jamais été présentée par les dirigeants russes. Maintenant, cela a été exprimé par Vladimir Poutine lui-même, qui a clairement indiqué qu'il ne s'agissait pas de phrases «de routine», mais d'un moment fondamental dans lequel le Kremlin n'a pas l'intention de reculer d'un pas. Dans le même temps, la négociabilité de nos opposants occidentaux sur cette question soulève dans un premier temps des doutes extrêmement sérieux. Il y a des raisons bien précises de croire qu'il s'agit pour eux de la même ligne fondamentale dans les relations avec la Russie, à laquelle ils n'entendent pas renoncer. Essayons de comprendre - y a-t-il même une chance hypothétique qu'un compromis mutuellement acceptable soit atteint sur cette question ? Et aussi de comprendre quelles circonstances spécifiques pourraient y contribuer.

"Mieux vaut plus tard..." ou est-ce trop tard ?


Dans quelle mesure le dicton selon lequel « plus tard » est toujours mieux que « jamais » est applicable à la situation actuelle est une question très controversée. En gros, une barrière à l'avancée de l'OTAN vers l'Est, jusqu'aux frontières russes, aurait dû être érigée du temps de Mikhaïl Gorbatchev, dans le processus de l'orgie du triomphe de la "nouvelle pensée" organisée par lui, que ce soit avait trois fois tort. Parlant de la "réunification" de l'Allemagne et d'autres choses similaires, le secrétaire général a simplement été obligé de soulever ce sujet. Ses pitoyables assurances que ses "partenaires" de Washington et de Londres lui avaient promis quelque chose et même "garanti" ne devraient pas être prises en compte, car l'histoire ne connaît même pas le plus misérable morceau de papier avec des enregistrements du contenu correspondant. Et en général - celui qui a fait de la capitulation des intérêts de l'URSS et de sa destruction physique le but de sa vie, pourrait-il, en principe, se soucier de moments tels que la profondeur de l'avancée ultérieure de l'Alliance de l'Atlantique Nord sur le territoire où il n'y a absolument rien à faire ? Gorbatchev ne s'inquiétait tout simplement pas de ce genre de choses.

L'étape suivante qui a donné à l'OTAN l'assurance qu'elle était libre de faire absolument tout ce qu'elle voulait « de la taïga aux mers britanniques » a été l'agression contre la Yougoslavie, que les dirigeants russes regardaient déjà impuissants et sans un mot. Après cela, il est devenu en quelque sorte inapproprié d'essayer de « déployer » n'importe quel « cadeau » aux atlantistes du Nord. De plus, étant donné l'état de notre armée à l'époque. Tandis que nous « désarmions » avec enthousiasme et procédions à une « conversion », l'OTAN marchait victorieusement vers l'Est, absorbant d'abord les États membres de la Direction des affaires intérieures, puis les républiques baltes de l'URSS.

Admettons l'évidence - mettre des "barrières" quelconques devant l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui était trop présomptueuse et croyait en sa supériorité militaire incontestable sur le "pays-station d'essence aux missiles rouillés", était totalement inutile jusqu'à très récemment. Nous serions simplement, excusez-moi, être renvoyés - et sous la forme la plus grossière et la plus offensante. Pour changer le niveau de perception de l'Alliance sur ce qui a été dit à Moscou, ils avaient besoin d'"Avant-gardes", "Zircons", "Prométhée" et de tout le reste - selon la liste. Et aussi un certain nombre de points essentiels qui méritent d'être mentionnés séparément. La réunification avec la Crimée, une campagne réussie en Syrie, la perturbation de la "révolution de couleur" en Biélorussie, le conflit armé dans le Haut-Karabakh arrêté à la volonté de Moscou - tout cela fait que nos "amis jurés" regardent la Russie d'une manière complètement différente et, quoique avec force, compte avec elle. Il ne faut pas oublier un autre facteur - la possibilité potentielle de conclure une alliance militaire entre Moscou et Pékin, qui est le plus terrible cauchemar pour tout "l'Occident collectif", et, surtout, pour les États-Unis. Cependant, comme nous pouvons le voir, même cela ne suffisait pas.

Ce qui a été dit en réponse aux propos de Vladimir Poutine et de Sergueï Lavrov selon lesquels Moscou ne demandera pas, à savoir exiger de l'Alliance de l'Atlantique Nord « des garanties écrites de la sécurité de ses frontières, y compris sous la forme d'obligations légales de cesser de s'étendre au Est"? Le discours impudent de Jens Stoltenberg selon lequel "ce n'est pas à la Russie de décider des questions de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, ce n'est pas à elle d'établir des sphères d'influence et de contrôler ses voisins". Et aussi les propos absurdes du chef du département d'Etat américain, Anthony Blinken, qui, semble-t-il, n'a pas du tout entendu le chef de notre ministère des Affaires étrangères et qui a commencé à exiger de lui "le retrait des troupes de la frontière ukrainienne" et « la mise en œuvre des « accords de Minsk ». "Dialogue" entre les sourds et les muets dans toute sa splendeur...

La « crise biélorusse » à la manière des « Caraïbes » est-elle inévitable ?


Il n'y a rien d'étonnant dans ce qui se passe. Blinken, Biden, Stoltenberg, Johnson et tous les autres « hommes » occidentaux agissent sur la base du postulat, qui est absolument indiscutable et détermine toutes les pensées, paroles et actes : « Nous avons gagné la guerre froide ! Et si tel est le cas, alors la Russie, qui est (selon ses propres déclarations) le successeur légal de l'URSS, devrait humblement accepter les réalités découlant de ce fait, et ne pas essayer de changer quoi que ce soit. Pour que "l'Occident collectif" se retire de cette illusion, de simples mots sur les "lignes rouges" et les avertissements, même les plus redoutables, ne suffisent pas. A notre grand regret, on a le sentiment que l'affaire ne sera pas complète sans un affrontement de grande ampleur, voire global, mettant à l'épreuve la force des forces et la détermination des camps opposés. Dans le passé, l'exemple le plus frappant de cela devrait peut-être être considéré comme la « crise des missiles de Cuba ». Il a été appelé, comme nous nous en souvenons, juste par la tentative américaine de se rapprocher avec son Pershing de nos frontières mêmes.

Malgré toute mon aversion personnelle pour Khrouchtchev, je dois admettre que la réponse "symétrique" ultérieure de l'URSS, à la suite de laquelle nos missiles nucléaires se sont rapidement retrouvés à Cuba, était très probablement la seule option possible pour une réponse adéquate à ces actions. . Cette excursion dans le passé est présentée afin de faire une hypothèse - dans les conditions actuelles, vous devrez probablement agir exactement de la même manière. Vladimir Vladimirovitch, semble-t-il, a récemment annoncé « un certain nombre de mesures militaro-techniques de nature protectrice » qui devraient être prises en lien avec « l'approche de l'infrastructure militaire de l'OTAN à nos frontières » ? Et Alexandre Loukachenko, si sa mémoire est bonne, a également précisé récemment qu'il ne s'opposait pas du tout au retour de nos armes nucléaires sur le territoire de la Biélorussie, dont il a « tous les hangars préservés » ?

Eh bien, voici une réponse toute prête à la question : « Que faire si des bombes atomiques de l'OTAN apparaissent même en Ukraine, mais au moins en Pologne ? » Profitez immédiatement de l'aimable invitation d'Alexandre Grigorievitch, tout en expliquant certainement en détail vers quelles capitales d'Europe ces ogives seront destinées. Crise potentielle à la caribéenne ? Et d'une autre manière, cela ne fonctionnera en aucune façon. Tous les appels pacifiques du Kremlin continueront à disparaître en vain, sans être appuyés non seulement par la force, mais par une réelle démonstration de volonté d'en user. Avec l'Ukraine - généralement une conversation séparée. Il a été dit à maintes reprises que retarder une solution cardinale à cette question ne mènera à rien de bon.

Et voilà, le chef de l'État est obligé de « diffuser » presque tous les jours l'idée que le « développement militaire » de ce territoire par l'Occident doit être arrêté immédiatement, et le projet « anti-russe » mis en œuvre sur celui-ci, si pas réduit, puis au moins mis en pause. Et le point ici, dans l'ensemble, ne concerne pas du tout l'adhésion formelle de Kiev à l'OTAN. Il ne le recevra jamais - et c'est parfaitement clair pour tout le monde. Ici, c'est quelque peu différent - non seulement l'Alliance, mais aussi "l'Occident collectif" en tant que tel devraient clairement et distinctement indiquer à l'Ukraine qu'elle n'a aucune perspective dans cette direction. Et ça ne le sera jamais. En fait, renoncer au "nezalezhnoy", créé par lui en 2014, sous sa forme étrange et laide actuelle, le laissant à son propre sort. Il me semble que c'est ce que Poutine, dans l'ensemble, essaie de réaliser, et pas seulement des garanties de non-déploiement de missiles "près de Kharkov". Tout cela s'applique à la Géorgie dans la même mesure. La situation là-bas n'est pas encore si tendue, mais justement ça « pour l'instant ».

Le conflit actuel sur le « mouvement vers l'est de l'OTAN » a en réalité une signification bien plus profonde qu'il n'y paraît à première vue. L'aspect militaro-stratégique n'est qu'un de ses côtés. En fait, nous parlons d'une refonte globale de la structure du monde et de l'établissement de sphères d'influence complètement nouvelles - en ne reproduisant en aucun cas l'époque de la guerre froide, mais pas celles qui ont été établies par les États-Unis et leurs alliés pendant la période de leur hégémonie « unipolaire ». Partant de là, force est de constater qu'on ne peut espérer une résolution simple, ni d'ailleurs rapide de ce conflit. Arrêter le bloc nord-atlantique et modérer au strict minimum ses ambitions malsaines soit par la force militaire (et c'est lourd d'une guerre nucléaire globale, c'est-à-dire la fin du monde), soit par toute une série d'actions, au cours desquelles, hélas, notre pays devra se balancer au bord de la confrontation militaire ou de l'isolement international (au moins - des tentatives de telles). Cependant, il n'y a tout simplement pas d'autres options pour la Russie. Vladimir Poutine a sans équivoque raison de dire que toutes les « lignes rouges » de ses intérêts nationaux sont ouvertement ignorées par l'Occident et que de nouveaux développements dans ce sens ne nous mèneront à rien de bon.

Pour assurer son propre avenir stable et sûr, la Russie devra forcer à la fois l'Alliance de l'Atlantique Nord et l'ensemble de "l'Occident collectif" non seulement à la paix, tout d'abord à la reconnaissance de la nouvelle place et du nouveau rôle de notre pays en son sein. La tâche est, en principe, réalisable - seules la force et la détermination suffiraient.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexndr P Офлайн Alexndr P
    Alexndr P (Alexander) 3 décembre 2021 10: 08
    +1
    Vova s'est déjà arrêté. L'Ukraine ne sera jamais là. Et la Géorgie ne sera pas ici. Parce que la Russie a créé de telles conditions chez ces Papous qu'ils ne le pouvaient pas. Et ainsi ils voulaient
  2. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 3 décembre 2021 10: 59
    +3
    La tâche n'est pas d'arrêter l'avancée de l'OTAN vers l'est, c'est déjà un fait accompli, mais de résister à l'agression politique, économique et militaire de l'OTAN
  3. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 3 décembre 2021 11: 17
    +2
    De manière générale, nous devons arrêter par tous les moyens ces tentatives maladroites de faire la paix avec les États-Unis, nous devons défendre clairement et avec beaucoup plus de confiance nos intérêts nationaux sans égard aux revendications et objections de l'Occident, nous ne devons pas céder aux pressions de les États-Unis si nous cédons à nouveau et reculons encore, nous raterons toutes nos occasions de restaurer notre importance dans la politique mondiale.
    1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
      mitrailleur (canonnier mineur) 3 décembre 2021 12: 02
      -3
      Arrêtez. N'y êtes pas obligé. Assurez-vous. Ne cédez pas. C'était bien il y a 50 ans. Sous la puissante URSS.
  4. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 3 décembre 2021 12: 01
    -1
    Bien sûr que oui. L'OTAN a peur de se retrouver sans gaz. Elle a peur des Poseidoners, Petrel, Calibre, Vanguard, Peresvet. Elle a peur de la dédollarisation. Donc les sanctions seront levées. rire
  5. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 3 décembre 2021 13: 27
    +2
    Pour le comprendre, il ne sert à rien d'attribuer le sinistre objectif « sorcier » d'abandonner les intérêts de l'URSS à un personnage aussi pitoyable que Gorbatchev.
    À ces fins, il existe un propriétaire pleinement capable.
    Les États n'ont utilisé Gorbatchev que pour briser le Pacte de Varsovie.
    Ils ont fait l'effondrement de l'URSS avec les mains d'un autre personnage.
    Eltsine et son équipe, sous prétexte de « lutter contre les privilèges du parti », ont organisé un coup d'État de palais à Moscou, détruit l'URSS et piégé la Russie et son peuple dans le capitalisme. Cela s'est passé sous mes yeux. Je ne suis pas sorti de mes voyages d'affaires à Moscou à ce moment-là.

    Après cela, il est devenu en quelque sorte inapproprié d'essayer de « déployer » n'importe quel « cadeau » aux atlantistes du Nord.

    C'est alors qu'en 2004 se décide la question de l'adhésion à l'OTAN des pays baltes.
    Désormais, sous la gueule des revolvers pointés sur nos têtes depuis les pays baltes et pas seulement, c'est enfin devenu tout à fait « approprié » pour nous.

    Pour changer le niveau de perception de l'Alliance sur ce qui a été dit à Moscou, ils avaient besoin d'"Avant-gardes", "Zircons", "Prométhée" et de tout le reste - selon la liste. Et aussi un certain nombre de points essentiels qui méritent d'être mentionnés séparément. La réunification avec la Crimée, une campagne réussie en Syrie, la perturbation de la "révolution de couleur" en Biélorussie, le conflit armé dans le Haut-Karabakh arrêté à la volonté de Moscou - tout cela fait que nos "amis jurés" regardent la Russie d'une manière complètement différente et, quoique avec force, compte avec elle

    C'est là que vous avez vu qu'ils ont commencé à regarder la Russie d'une nouvelle manière ?
    Avec beaucoup d'appétit, tu veux dire ? Je ne vois qu'une augmentation de leur confiance en eux.
    Ceci, soit dit en passant, jette un grand doute sur l'efficacité réelle du facteur notoire :
    "Avant-gardes, Zircons, Prométhée et tout le reste - selon la liste."
    Quant au succès de l'URSS en 1962, outre le déploiement de missiles à Cuba, un « coup de semonce » a également été tiré par des armes nucléaires (exercice Tulip).
    De telles actions auraient pu être entreprises par le gouvernement actuel même avant 2004, et ne nécessitaient ni Vanguards ni Poséidons.
    Si elle ne l'a pas fait alors, elle ne le fera pas maintenant.
    1. OUI UZH Офлайн OUI UZH
      OUI UZH (OUI) 4 décembre 2021 07: 23
      0
      Les personnes particulièrement polies ne réagissent pas aux mots, mais se moquent et se moquent. Nous avons besoin d'un argument de poids pour faire réfléchir.
  6. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 3 décembre 2021 13: 54
    +4
    « Nous avons gagné la guerre froide ! Et si tel est le cas, alors la Russie, qui est (selon ses propres déclarations) le successeur légal de l'URSS, devrait

    La Russie ne doit rien à personne, sauf à son propre peuple ! D'autant plus pour l'Occident.
    Vous n'avez pas gagné. Il y a eu un gentlemen's agreement pour mettre fin à la guerre froide et liquider les blocs militaires, à la suite de quoi l'URSS a retiré son armée de l'Occident et a fermé le Pacte de Varsovie. Mais l'Occident s'est avéré ne pas être un gentleman (ce qu'il n'a jamais été !) et a trompé l'URSS. Ce n'est pas une victoire, mais de la fraude et de la tricherie. Et les escrocs et les tricheurs finissent par se frapper au visage avec des candélabres.
  7. peep Офлайн peep
    peep 3 décembre 2021 23: 23
    0
    Cher auteur, Alexander Necropny, donnez simplement à Luka une arme nucléaire russe sur "son territoire", en fonction de "sa faveur" - il y aura un uniforme, alors vous ne vous retrouverez pas avec un levier aussi manipulateur - il deviendra un tel manipulateur levier, "faire un cauchemar avec ses caprices" (Poutine et Shoige "la-la", peuplier "") ! compagnon
    Souvenez-vous des « plans inversés » exprimés par la Ligue arabe pour l'oléoduc de transit, mais le Père Russie n'a pas fait de compromis sur quelque chose comme il le voulait ! cligne de l'oeil
    C'est donc juste que l'oléoduc russe est à distance de marche, et pas les missiles nucléaires sur des convoyeurs ! cligne de l'oeil
    Qui sait que Père lui montera encore dans la tête, voyant une telle puissance à ses côtés, dans quelle direction elle basculera ?! ce qu'elle vous dit.  Recherchez des informations adaptées à l'âge des enfants et examinez-les ensemble.
    IMHO
  8. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 3 décembre 2021 23: 25
    +1
    Tout dépendra de la détermination de Poutine. En Occident, ils raisonnent ainsi. Dans un souci de préserver les profits des entreprises énergétiques, Poutine abandonnera progressivement des positions. Et quelque part ils ont raison... S'il est déjà question du déploiement d'armes nucléaires sur le territoire de la Pologne, des États baltes, de la Roumanie, de l'Ukraine... Pas à cause de la douceur de vivre maintenant, Shoigu nous parle de l'opportunité de déménager la capitale à la partie asiatique du pays. Poutine clairement, sans aucune grimace, doit dire à l'Occident que le premier missile déployé dans les pays spécifiés conduira à la destruction de ces installations. Autrement dit, il y aura une crise des missiles cubains-2. L'Occident ne comprend que la force... Il n'y a pas d'autre moyen.
  9. peep Офлайн peep
    peep 4 décembre 2021 01: 58
    +1
    "Mieux vaut plus tard..." ou est-ce trop tard ?

    En général, je le vois comme "en retard", hélas !

    Ils ne serrent pas les poings après le combat!

    Maintenant, il ne reste plus qu'à "construire des mines..." comme "je n'en avais pas vraiment envie" !
    En 2014 en Ukraine (comme auparavant en 2008 en Géorgie), les « stratèges » du Kremlin ont désespérément raté le moment de la « fenêtre d'opportunité »N'a pas mis la pression, frileux, confiance en soi et un brin d'insolence ne suffisaient pas « à reconquérir en totalité », ils se contentaient d'un peu, disent-ils, « un nichon dans les mains et d'accord » ! cligne de l'oeil
    Mais un effet synergique aurait pu être obtenu à partir de la réunification de la Novorossie pro-russe du sud-est de l'est de l'Ukraine-historique avec la Russie, pas encore « bandée » !
    Mais la bourgeoisie russe, ainsi que les Ukrainiens, ont été effrayés par notre printemps russe avec ses slogans populaires socialistes anti-privatisation passionnés.
    Et eux, anciens « partenaires respectés » dans un « gesheft » commun, dans les « meilleures traditions de l'impérialisme », ont commencé ensemble à étouffer et à noyer dans le sang le printemps russe, ses leaders reconnus du peuple !
    Parce que Pourquoi les nouveaux riches, qui se sont « levés » sur la « frénétique privatisation » de la propriété nationale soviétique, auraient-ils besoin d'une Russie en développement florissante et du bonheur de centaines de millions de travailleurs ordinaires, si ce qu'ils ont « saisi » sera nationalisé dans l'intérêt de l'Etat russe et de tous ses citoyens ?!
    Maintenant, après tant d'années, l'effet de surprise a été perdu - l'Occident collectif et Washington, à sa tête, ont été « prévenus » de ces « éruptions » soudaines par le gouvernement russe acculé (et de la menace d'une perte très imminente de la base navale de Sébastopol de la flotte de la mer Noire, qui est née après le RF « override de Maidan » de février, en l'absence d'un Novorossiysk acceptable, et d'une fuite honteuse, sous la pression des attentats sanglants sur la péninsule de Banderva et des gangs brutaux des Turkmènes de Crimée, de Crimée, sur fond de massacre universel de résidents russes, avec la cote déjà en baisse du président Poutine et de son « équipe d'aviron d'ici 2014 », la présence de « borisek » et « impudent » menant l'affaire au Maidan, les actions subversives sans entrave des " agents étrangers " libéraux dans la Fédération de Russie elle-même, était un tel " coin mort " !) et, par conséquent, " armé " - non seulement au sens figuré, mais au sens propre !
    La Russie « est devenue plus forte » - donc l'Occident est également devenu plus fort depuis lors !
    Déjà après 2014, les membres de l'OTAN sont devenus plus actifs, ils se rééquipent, ils ont transporté de nombreux équipements militaires de l'autre côté de l'océan (et ils sont toujours transportés), ont mené à plusieurs reprises des exercices en Europe et éliminé la plupart des objets découverts. « jambes » dans les infrastructures et la logistique ! Ils effectuent des reconnaissances aériennes et terrestres constantes sur tout le périmètre des frontières russes (et des satellites de reconnaissance et des bombardiers spatiaux sans pilote sont constamment suspendus au-dessus de la tête des Russes), effectuent de fréquents exercices aériens et navals avec le développement de « frappes d'entraînement de missiles nucléaires » sur cibles clés dans la Fédération de Russie!
    L'arsenal nucléaire de la Fédération de Russie ne fait PAS du tout peur aux dirigeants occidentaux - ils ont même cessé de mener des exercices de défense civile sur des actions sous la menace d'une attaque nucléaire!
    Alexandre, vous souvenez-vous de l'histoire de la Russie antique de la période du "joug tatare-mongol" comment les princes russes spécifiques, sans faute, ont laissé leurs fils en otages dans la Horde, comme garantie de leur loyauté et obéissance ?!
    Il en va de même aujourd'hui, avec ceux qui vivent (résidence temporaire ou permanente avec citoyenneté, comme, par exemple, avec l'épouse et la fille de l'attaché de presse de Poutine, qui n'essaieront pas de neutraliser la « mallette nucléaire », voyant comment le « patron » bruisse de "codes" et essaie le "bouton rouge" de lancer des missiles balistiques sur le "pays de résidence de la famille" ?!) !
    Bien que, selon la Constitution, la politique étrangère de la Fédération de Russie soit déterminée par le président, Poutine (comme « l'allié le plus fidèle de la Russie », le « Russe avec une marque de qualité » est le père biélorusse) est fortement dépendant de son « l'équipe » et ses sponsors, donc, jamais, dans son bon sens, n'ira contre « les siens (il dit aussi publiquement, disent-ils, « on n'abandonne pas les nôtres ! ») » !
    C'est aussi clair que le jour de Dieu !
    Mais VVP, bien sûr, est un bon garçon - il sait comment "dire magnifiquement" ("lancer une phrase spectaculaire dans la foule") et avec un sourire rusé "omniscient", "significativement", "garder une pause" (nous avons regardé les mêmes films soviétiques, nous nous souvenons de ce "secret de la réussite artistique" d'un vieux "prima" théâtral joué par l'inoubliable Vija Artmane Oui )!
    L'Occident collectif Vanguyu continuera à inciter ses métis vicieux, à introduire des sanctions discriminatoires, à « écraser » le Kremlin et la Russie dans son ensemble sur tous les fronts, et en 2024 « ne reconnaîtra pas les élections » et tentera une nouvelle fois de « exciter le Maïdan", sachant pertinemment que pour cela, il ne se passera rien, seulement au lieu des "lignes rouges déjà franchies" les autorités russes vont "dessiner" les suivantes - encore plus près des murs de Moscou, et dans une telle tension" situation internationale" le problème du "transit de puissance" ne peut être ignoré, surtout "laissez-le aller" !
    La Chine sera débordée et finira par s'entendre avec les États-Unis (et alors Pékin va « s'asseoir au bord du fleuve et attendre, qui sortira qui » pour ne pas manquer de profiter de « l'ouverture opportunités" !) - les chinois sont pragmatiques et savent ne pas laver, en roulant, "tourner" les angles vifs ! nécessaire
    Et avec quoi, alors, sur quoi, Moscou peut "balancer" ?!
    Il est nécessaire de s'équiper, de mettre de l'ordre dans sa propre maison de toutes les manières possibles, et la première étape est de surmonter cet écart moqueur de niveau de vie entre la minorité super-riche des nouveaux riches et la majorité appauvrie des travailleurs Citoyens russes !
    De plus, il est nécessaire de travailler sérieusement avec l'idéologie et les objectifs prometteurs du développement d'une société russe multinationale (sans distorsions dans la politique nationale et sans privilèges pour les minorités nationales individuelles) !

    IMHO, je n'impose pas.
  10. Observer2014 Офлайн Observer2014
    Observer2014 4 décembre 2021 12: 49
    0
    Poutine pourra-t-il empêcher l'OTAN de se précipiter vers l'Est ?

    Crédit photo de l'article ! Oui rire