Après la conversation de Poutine avec Biden, Kiev a annoncé qu'elle était prête à faire des concessions


Les autorités ukrainiennes sont prêtes à faire des concessions à la Russie, mais seulement si Moscou prend également des mesures similaires. C'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine Dmytro Kuleba à l'antenne de la chaîne de télévision britannique Sky News. Dans le même temps, le diplomate a souligné que ses propos n'abordaient pas des questions sensibles à la sécurité de l'État, notamment les processus d'intégration avec l'UE et l'OTAN.


Nous abordons la question de manière constructive et sommes prêts à faire des concessions, mais uniquement à condition de concessions mutuelles de la part de la Russie

- a dit Kuleba, sans expliquer quelles pourraient être ces concessions.

Le ministre a noté que les exigences de la Russie concernant l'avenir de l'Ukraine devraient être rationnelles et légales, et en aucun cas contredire les aspirations de Kiev à faire partie du monde occidental.

Les exigences de la Russie à l'égard de l'abandon par l'Ukraine de sa propre politique étrangère politique, la coordination avec Moscou du processus d'intégration à l'OTAN ou le refus de l'entrée de Kiev dans l'alliance militaire sont illégitimes

- a dit le diplomate.

Kuleba s'est dit confiant qu'en cas d'escalade du conflit dans le Donbass, les alliés occidentaux de l'Ukraine introduiront des "sanctions sans précédent" contre la Russie, ce qui conduira à une véritable catastrophe dans le pays l'économie.

Plus tôt, le 7 décembre, Vladimir Poutine et Joe Biden se sont entretenus par liaison vidéo. Au cours de la conversation entre les deux dirigeants, la question d'une éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'OTAN a été soulevée. Le président russe a souligné à son homologue américain qu'un tel scénario était inacceptable compte tenu de l'émergence d'une menace importante pour la sécurité de la Fédération de Russie.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Vladimirovich Vorontsov 9 décembre 2021 09: 47
    +6
    Étant fondamentalement sans scrupules,
    prêt à sacrifier des principes sur des questions non fondamentales...
  2. Vladislav N. Офлайн Vladislav N.
    Vladislav N. (Vlad) 9 décembre 2021 09: 59
    +2
    Et que dire des concessions auxquelles Fash.rezhim est prêt à aller dans Mazepia ????
    Du contenu de la note d'information, il ressort directement que ce schiz gourmand Kulebyaka Ribbentropovitch pose presque un ultimatum. Je dirais des ricanements.
  3. Potapov Офлайн Potapov
    Potapov (Valéry) 9 décembre 2021 10: 23
    +3
    Lorsque vous faites des concessions, gardez à l'esprit... nous n'avons pas vraiment besoin de fascistes vivants...
  4. peep Офлайн peep
    peep 9 décembre 2021 10: 45
    +2
    La voici, la tête plate des Maidaners ! Wassat
    Eh bien, comment peut « L'abandon par l'Ukraine de sa propre politique étrangère », si avant même la politique intérieure et étrangère « Euromaïdan-2014 », a priori NON indépendante, Kiev N'ÉTAIT DÉJÀ PAS « propre », mais irrationnelle-pro-occidentale-anti-étatique et anti- peuple, plongeant la malheureuse "nezalezhna" et la majorité absolue de ses citoyens dans la pauvreté et l'esclavage de "l'Euroassociation incontestée" !
    Et après la « victoire d'Euromaidan » et la transformation ouverte de l'ex-RSS d'Ukraine en une colonie européenne impuissante de Washington, seuls des ennemis hypocrites, parasitant à la « barre » de Kiev, parlent de la soi-disant « politique étrangère indépendante de l'Ukraine » ! négatif
    1. peep Офлайн peep
      peep 9 décembre 2021 10: 49
      +2
      * Le mot "diplomate" est choquant dans l'annexe à un tel "kuleb", parce que en fait cela ne s'applique pas à eux - un seul nom (lequel diplomate, parle-t-il comme un diplomate, agit-il comme un diplomate, et avec ses bouffonneries chaldéennes pointilleuses, toute son apparence coupable et complaisante d'écolier diligent, ne tire-t-il pas du tout sur un "diplomate" sérieux, il ne peut pas jouer un rôle de manière fiable , une poupée maladroite d'un repaire "amateur" de marionnettes.... mais l'ambition, l'ambition est au dessus du "toit"... ...diplomate"... négatif tromper )!
      IMHO
  5. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 9 décembre 2021 11: 18
    +4
    Les États-Unis suivent leur plan pour nous. Ils ne sont pas encore prêts.
    Les concessions à l'Ukraine ne sont pas notre véritable objectif. Même si elle les accepte, cela signifiera que les États jouent pour gagner du temps.
    Nous opérons toujours dans le « couloir » de leurs plans. L'issue pour nous à la fin de ce « couloir » est prédéterminée par les Américains.
    Même cette aggravation des relations avec eux nous est désormais bénéfique.
    Nous devons l'utiliser et contrer leur menace par la nôtre. Changer toute la situation. À l'heure actuelle. Avec la pleine détermination de le mener à bien.
    Si on ne peut pas sur le plan économique, alors sur le plan militaire.
    Sinon, nous serons écrasés au bout du "couloir" quand ils auront tout prêt.
    Souvenons-nous de 1962. L'opération Anadyr et l'exercice Tulip, lorsque nous avons tiré un coup de semonce avec des armes nucléaires sur le champ d'essai de Novaya Zemlya.
    Pour arrêter l'ennemi, il n'est pas nécessaire de résister à son prochain coup.
    Il s'agit maintenant de les empêcher de frapper avec des sanctions dévastatrices. Précisément PAS pour DONNER, mais pas pour transférer vers l'avenir.
    Ce faisant, nous briserons enfin le cours des événements des dernières décennies, qui nous est défavorable, dans tous les sens à la fois.
    À moins, bien sûr, que notre objectif soit de sauver la Russie et non de la livrer à l'ennemi
  6. Elena O. Офлайн Elena O.
    Elena O. (Elena Osin) 9 décembre 2021 14: 21
    +3
    Ils ont tiré les ficelles de l'autre côté de l'océan, et l'ostap a souffert...
  7. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 9 décembre 2021 15: 32
    +1
    Et que notre ministère des Affaires étrangères et le Kremlin ont encore une place sur leurs oreilles pour les nouilles auxquelles les États-Unis s'accrochent ? N'ont-ils pas pendu la France et l'Allemagne de telle manière qu'il n'y a pas de place pour les pendre ???
  8. Le commentaire a été supprimé.