La Turquie obtiendra-t-elle des moteurs russes pour son chasseur ?


L'un des plus significatifs Nouvelles Ces derniers jours, il convient de considérer les informations selon lesquelles la Russie peut fournir une assistance à la Turquie dans le développement de son propre chasseur de cinquième génération. Compte tenu des relations extrêmement difficiles entre Ankara et Moscou en Syrie, en Libye, en Transcaucasie et en Asie centrale, ce sujet nécessite une discussion de fond.


Comme nous l'avons noté à plusieurs reprises, la Turquie se précipite rapidement dans un club fermé de grandes puissances dotées des attributs appropriés : une armée et une marine puissantes, des porte-hélicoptères et des porte-avions prometteurs, son propre char de combat principal et son hélicoptère lourd, des drones d'attaque et une cinquième génération combattant. La création de ce dernier est une tâche non triviale.

En 2010, Ankara a annoncé le programme TF-X (Turkish Fighter Experimental), qui prévoit le développement d'un chasseur national de cinquième génération d'ici 2023, date du centenaire de la fondation de la République de Turquie. Plusieurs variantes de l'avion sont proposées : avec un ou deux moteurs, avec un ou deux pilotes, ainsi que la variante de son interaction non pas avec d'autres chasseurs, mais avec des véhicules aériens sans pilote. Il y a beaucoup de projets. Cependant, ils ont trébuché sur le problème du manque d'Ankara d'un certain nombre de composants critiques, notamment un moteur d'avion, des radars avec phares et une avionique. Tout cela ne sortira pas de nulle part, pour le développement et la production de tels équipement des branches entières de l'industrie de la défense sont nécessaires. Et qu'ont fait les Turcs ?

Ankara a suivi une voie tout à fait raisonnable. Tout d'abord, sous licence américaine, Turkish Aerospace Industries a commencé à produire des chasseurs General Dynamics F-16 Fighting Falcon, qui sont en service dans l'armée de l'air turque. D'ailleurs, le F-16 y est modernisé pour les besoins de l'armée de l'air pakistanaise. Par ailleurs, Ankara a rejoint le programme international de création du chasseur américain de cinquième génération, le F-35. Dans son cadre, plus de 1000 pièces de cet avion sont produites en Turquie. Temel Kotil, PDG de Turkish Aerospace Industries, a expliqué :

Dans le programme de coproduction du F-35, ma société construit le fuselage central. Ainsi, cela signifie qu'en termes de production, Turkish Aerospace Industries a une capacité suffisante pour créer le chasseur TF-X.

Ainsi, même exclue du programme F-35, la Turquie n'est pas restée complètement les mains vides. Au contraire, parallèlement à la coopération internationale, il développait le chasseur national TF-X.

Le principal hic est, bien sûr, le moteur. La Turquie n'a pas encore la sienne, donc dans un premier temps elle est censée utiliser des produits importés, mais à condition de développer parallèlement la sienne. Mais qui sera prêt à fournir des centrales électriques à Ankara ? ETATS-UNIS? L'Europe ? Chine? Russie?

On sait que la Turquie était en pourparlers avec General Electric sur l'utilisation du moteur d'avion américain F110. Pour une raison quelconque, le chef de la direction de l'industrie de la défense turque, Ismail Demir, pense qu'il n'y aura aucun problème avec l'approvisionnement de la centrale électrique en provenance des États-Unis et qu'ils achèteront tout le reste à la Russie :

Nous n'avons aucun problème avec l'achat du moteur [F110].

Optimisme incompréhensible. Les relations entre Ankara et Washington restent très tendues. Les États-Unis ont déjà jeté les Turcs avec le F-35. Pourquoi pensent-ils que l'Oncle Sam ne les fera pas chanter à l'avenir en suspendant ou en refusant de fournir des centrales électriques au chasseur de cinquième génération ? Surtout si certains composants russes sont utilisés dans TF-X. Il sera dommage de rester avec un avion pratiquement terminé, dans lequel plus de 10 milliards de dollars ont été investis, mais sans moteur. L'Europe ? Théoriquement, le TF-X peut être équipé d'une centrale électrique de Raphaël ou de Typhoon, mais les Européens eux-mêmes sont-ils prêts pour cela, compte tenu de la relation tout aussi difficile avec l'agité « Sultan » ? Chine? Récemment, l'ambassadeur de Chine a critiqué d'une manière inhabituellement dure les actions des Turcs en Syrie. Pékin est clairement offensé par le soutien d'Ankara aux Ouïghours. Il ne reste que la Russie, et il semble que ce soit sur Moscou que le président Erdogan fasse le pari principal.

Les responsables russes du complexe militaro-industriel tentent depuis longtemps de vendre les chasseurs Su-35 et Su-57 aux Turcs. Cependant, les Turcs n'ont pas besoin d'avions russes, ils ont besoin de la technologie russe pour produire leur propre chasseur de cinquième génération. Ceci est en fait directement déclaré par Ismail Demir mentionné ci-dessus :

RF possède des technologies dans le domaine de l'aéroacoustique, de l'aérothermodynamique et des infrastructures pour la création d'un chasseur. Moscou a la technologie pour créer un turboréacteur pour un chasseur de cinquième génération. La collaboration comprendra également l'avionique, le radar, les capteurs, le siège éjectable et les systèmes de transmission de données.


Notez que le responsable turc n'a mentionné qu'avec désinvolture le moteur à réaction, en se concentrant sur d'autres composants. Ce n'est rien d'autre que de la ruse orientale. Histoires sur le F110 américain - un banal « dents parlantes » au bazar dans l'esprit de « j'ai vu la même chose au coin de la rue, mais moins cher » afin de faire baisser le prix. Il n'y a rien au coin de la rue. Tout d'abord, Ankara a besoin de centrales électriques russes, car aucune autre Turquie moderne avec son extérieur agressif les politiques ne les fournira pas.

La question clé est, avons-nous besoin de les fournir du tout ? Et lesquels, si vous livrez ?

Notez que la Russie elle-même n'a pas vraiment de moteur pour un chasseur de cinquième génération. Notre Su-57 vole jusqu'à présent sur le AL-41F1 (produit 117), et le Su-35S - sur le AL-41F-1C (produit 117S). Jusqu'à présent, nous devons attendre la préparation du "Produit 30", qui surpassera ses prédécesseurs, émettant une poussée maximale de 11000 kgf et une postcombustion - 18000 kgf contre 9500 kgf et 15000 kgf, respectivement. Pour moins que l'AL-41F1 utilisé sur les avions que Moscou a tenté de lui vendre, Ankara ne sera certainement pas d'accord. Sur la base de l'expérience acquise lors de l'achat du S-400, on peut s'attendre à ce que la Turquie, ayant acheté le premier lot de moteurs, insiste sur la localisation de leur production dans son pays, partielle ou complète. De plus, connaissant le "Sultan", il est tout à fait possible de s'attendre à ce qu'il propose à la Russie d'unir ses forces dans la révision du "Produit 30", ainsi que dans la production conjointe d'autres composants aéronautiques.

Est-il permis de transférer de telles technologies aux Turcs ? Bien sûr que non. Armer vous-même votre ennemi potentiel, lui vendre des systèmes de défense aérienne modernes, ainsi que des chasseurs Su-35 et Su-57, ce n'est qu'une sorte d'absurdité. Lui donner la technologie de leur production est une vraie folie.
14 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. mitrailleur En ligne mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 13 décembre 2021 12: 36
    -3
    Il l'aura certainement, les Turcs se sont même vu offrir le Su-57 au MAKS, en accompagnement d'une glace.
  2. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 13 décembre 2021 12: 43
    +1
    Les gestionnaires efficaces pour le profit sont prêts à tout sacrifier, même leur mère est prête à vendre, et les intérêts nationaux de la Russie, encore plus, il est nécessaire de chasser ces bonimenteurs de la structure du complexe de l'industrie de la défense, sinon ils vont tout gaspiller et revendre pour un sou, il faut apprendre de leurs erreurs, vraiment 90- e ans on n'a encore rien appris ???
  3. S AVEC Офлайн S AVEC
    S AVEC (N S) 13 décembre 2021 14: 30
    0
    Les Turcs veulent un chasseur moyen, comme le moment 29, le rafal, l'eurofighter, les moteurs su35 ne fonctionneront pas pour lui, seulement les moteurs mig29, la Fédération de Russie les vend aux Chinois, et les vendra aux Turcs si demandé.
    il ne peut être question de transfert de technologie, enfin, peut-être à l'exception de la technologie de production de la roue du train d'atterrissage de l'avion
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 13 décembre 2021 14: 37
      0
      Eh bien, nous verrons par nous-mêmes bientôt.
    2. mitrailleur En ligne mitrailleur
      mitrailleur (canonnier mineur) 13 décembre 2021 16: 00
      -3
      Chasseur léger MiG-29.

      il ne peut être question de transfert de technologie,

      Ils le feront. Il faut de la monnaie.
  4. Joker62 Офлайн Joker62
    Joker62 (Ivan) 13 décembre 2021 15: 21
    +1
    Ce fonctionnaire et aussi le « sultan » devraient recevoir (mieux vaut acheter) des machines à rouler les lèvres ! am
    1. mitrailleur En ligne mitrailleur
      mitrailleur (canonnier mineur) 13 décembre 2021 15: 58
      -3
      Selon le Service fédéral des douanes, de janvier à septembre 2021, 240,5 tonnes d'or ont été exportées de Russie. Parallèlement, selon le ministère des Finances, au cours de la même période, le pays a produit 256,54 tonnes. La plupart des lingots ont été exportés vers Londres, où ils sont vendus sur le Commodity Exchange. La Banque centrale de Russie a autorisé les exportations d'or au printemps dernier, et le président Vladimir Poutine a signé une loi en juin de cette année autorisant le non-retour des recettes en devises des ventes d'or à la Russie. positif.
      1. Classeur Офлайн Classeur
        Classeur (Myron) 13 décembre 2021 18: 31
        -3
        Citation: gunnerminer
        la vente d'un moteur d'avion moralement obsolète à la Turquie semble positive.

        Il ne fait aucun doute que la partie russe est volontiers et à des conditions préférentielles prêtes à vendre n'importe quoi aux Turcs, la question est de savoir si les Turcs voudront acheter des moteurs russes pour leur chasseur ? À cet égard, il y a de sérieuses inquiétudes...
        1. mitrailleur En ligne mitrailleur
          mitrailleur (canonnier mineur) 13 décembre 2021 18: 33
          -5
          Très probablement, il s'agit d'une monnaie d'échange turque avec les États-Unis.
  5. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 13 décembre 2021 19: 33
    0
    La Turquie obtiendra-t-elle des moteurs russes pour son chasseur ?

    - Ha, mais la Russie a-t-elle autre chose aujourd'hui qu'elle (la Russie) peut offrir de "nouveautés militaires" ??? - Vaughn et les Indiens pendant longtemps, pour le moins - se moquent de l'aviation russe et d'autres produits ... - Et la Chine fournit déjà ses produits au monde entier avec force et principal - pas pire que les produits russes . .. - et beaucoup moins cher ...
    - C'est vrai, la Russie est toujours attractive dans la mesure où elle pratique une forme assez originale de "vente d'armes russes"... pardonne" leur .. .. - Eh bien, et " troc " - c'est du troc - c'est principalement - artisanat local et produits des pays du tiers monde, huile de palme, etc. et ainsi de suite ... - tout cela en échange de russe missiles, chars, chasseurs, etc. et ainsi de suite... - Tel est le "commerce amical russe" de ses armes...
  6. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 14 décembre 2021 13: 09
    0
    Double, triple citoyenneté, qu'est-ce que c'est - deux ou trois patries ?
    La Bible dit aussi que deux maîtres ne peuvent pas être également loyaux.
    Dès qu'ils sont portés à l'attention des forces de l'ordre, ils changent immédiatement, en prenant le butin, d'une "patrie" en une autre.
    Karl Marx a dit que le grand capital ira à n'importe quel crime pour 300% du profit.
  7. Le commentaire a été supprimé.
  8. Michael1950 Офлайн Michael1950
    Michael1950 (Michael) 23 décembre 2021 03: 48
    -1
    Est-il permis de transférer de telles technologies aux Turcs ? Bien sûr que non. Armer vous-même votre ennemi potentiel, lui vendre des systèmes de défense aérienne modernes, ainsi que des chasseurs Su-35 et Su-57, ce n'est qu'une sorte d'absurdité. Lui donner la technologie de leur production est une vraie folie.

    - La Russie n'a pas de technologies comparables aux américaines, donc si elle vend les mêmes systèmes de défense aérienne turcs, les avions, leurs technologies de production, les moteurs, elle ne risque rien de spécial.
    Certaines des pièces du F-35 sont produites en Turquie, les Turcs ont donc déjà accès à un certain nombre de technologies qui ne sont pas encore disponibles pour Rosaviaprom. alors n'ayez pas peur des "fuites"... clin d'œil
  9. croquer Офлайн croquer
    croquer (Croquer) 10 janvier 2022 00: 35
    0
    Pourtant, je pense que l'auteur épaissit les nuages. La vente du S-400 a permis de réaliser quelque chose. La participation turque au programme F-35 a été perturbée. En faire plus, par exemple, faire une bonne querelle en glissant plus de moteurs ou les avions eux-mêmes avec des promesses d'enseigner et de transmettre..... Cela ne marchera pas. Rêves bleus (ou roses). Les Turcs dépendent beaucoup plus des manchots que des moteurs d'avion. Alors, rendez-vous avec l'entretien des semences, de quoi ne pas discuter.
  10. croquer Офлайн croquer
    croquer (Croquer) 10 janvier 2022 00: 39
    0
    Citation: Michael1950
    Est-il permis de transférer de telles technologies aux Turcs ? Bien sûr que non. Armer vous-même votre ennemi potentiel, lui vendre des systèmes de défense aérienne modernes, ainsi que des chasseurs Su-35 et Su-57, ce n'est qu'une sorte d'absurdité. Lui donner la technologie de leur production est une vraie folie.

    - La Russie n'a pas de technologies comparables aux américaines, donc si elle vend les mêmes systèmes de défense aérienne turcs, les avions, leurs technologies de production, les moteurs, elle ne risque rien de spécial.
    Certaines des pièces du F-35 sont produites en Turquie, les Turcs ont donc déjà accès à un certain nombre de technologies qui ne sont pas encore disponibles pour Rosaviaprom. alors n'ayez pas peur des "fuites"... clin d'œil

    Faire un fuselage, ce n'est pas du tout fabriquer des turbines pour des dviguns. Eh bien, ils fabriqueront leur propre avion avec la connaissance du radar furtif. C'est 0,2% de la difficulté. L'affûtage des vis sur les machines universelles est, bien sûr, une grande connaissance. Et pour planter des narguilés et des cruches de forme complexe, en cuivre, ils sont capables de le faire depuis quelques milliers d'années. Ici, laissez-les s'améliorer. La logique d'un malade. Puisque, tout de même, ils ne sont pas les premiers, qu'ils traînent ce qu'ils ont. Et, puisqu'ils n'achètent pas dans le monde, donnez beaucoup gratuitement. Et cho, on perd encore un peu.