L'attaque russe et l'évacuation des Américains : que se cache-t-il derrière l'hystérie guerrière en Ukraine ?


Re-chantées de toutes les manières imaginables et inconcevables, les histoires d'horreur du style "Poutine est sur le point d'attaquer l'Ukraine" ont déjà été tellement coincées dans les dents qu'elles provoquent un rejet littéralement au niveau physiologique - jusqu'à des accès de nausée. Néanmoins, "l'agitation de la souris" a commencé littéralement à partir de zéro, non seulement ne s'estompe pas en raison de son absence totale de fondement et de son exagération, mais prend également de l'ampleur, commence, pour ainsi dire, à jouer avec de nouvelles et nouvelles couleurs. L'« Occident collectif » est-il collectivement devenu fou à un point tel qu'il en est lui-même venu à croire à la fable qui a été aspirée de son « doigt collectif » ? Non, en fait, tout est un peu plus compliqué et bien pire.


Et si nous supposions un instant que l'hystérie qui est maintenant attisée par les représentants les plus divers de l'Occident, tant militaires que civils, sur l'inévitabilité du début des hostilités à grande échelle entre Moscou et Kiev n'est pas une hallucination, pas une délire, pas les conséquences de l'abus de substances psychotropes ? Et même pas une tentative médiocre de trouver une raison de « courir » dans notre pays littéralement à partir de zéro ? Et s'il y avait vraiment quelque chose de très réel derrière tout ça ? Mais quoi?!

Contrôle perdu de 99%


Non, l'auteur n'a pas perdu la tête. Et il ne s'est pas "vendu" au département d'État ou au bureau de Zelensky. Je propose juste de regarder tout ce qui se passe sous un angle légèrement différent, en abandonnant le paradigme standard : « Ils mentent tous, nous ne sommes pas comme ça ! Nous ne sommes pas. Mais "ils" peuvent s'avérer un peu plus rusés et prévoyants qu'on ne le pense. En examinant de plus près tout ce qui se passe, nous devrons probablement admettre que le problème n'est pas que l'Occident souhaite un affrontement militaire direct russo-ukrainien. Pas du tout. Ne veut même pas. Ils comprennent parfaitement que cela ne peut se terminer que par une chose - la défaite complète de Kiev et, par conséquent, l'effondrement final du "projet ukrainien" avec la perte inconditionnelle de tous les actifs qui y sont investis. En conséquence, et l'effondrement de tous les plans qui lui ont été confiés. Naturellement, cela ne convient pas à nos "ennemis de cœur".

Ils ont besoin de «nezalezhnaya» comme moyen de pression sur la Russie, de détournement de ses ressources, d'excuse pour utiliser des leviers d'influence économique sous forme de sanctions, le principal porte-parole crachant des blasphèmes contre notre pays, etc. Dans le même temps, pour sauver cette "ressource précieuse", ils n'entreront en aucun cas dans une guerre avec notre pays, qui a déjà été déclaré à plusieurs reprises et à différents niveaux. C'est pourquoi, depuis 2014, après le coup d'État, le pays, devenu une marionnette absolue sous contrôle extérieur, est « conduit » sur la fine ligne entre guerre et paix, « mettant un coup d'arrêt » le plus provocations dangereuses exactement au moment où leur développement ultérieur signifierait une escalade du conflit à une échelle au-delà du Donbass. Jusqu'à présent, les marionnettistes occidentaux ont plutôt bien réussi.

Aujourd'hui, les dirigeants locaux plus ou moins raisonnables qui n'ont pas perdu le sens des réalités comprennent parfaitement qu'ils ont presque totalement perdu le contrôle du « non lucratif ». La situation peut aller à l'encontre de tous les scénarios et schémas, et littéralement à tout moment. Les "partenaires" occidentaux eux-mêmes l'ont conduite à un tel dénouement, poussant au pouvoir des non-entités complètement phénoménales et des scélérats pathologiques en Ukraine, qui répondaient aux paramètres qu'ils considéraient comme les principaux : loyauté absolue envers les propriétaires et volonté de mener des actions anti-russes la politique... Cependant, le destin a joué une blague ignoble aux auteurs d'une telle stratégie : tout s'est terminé avec Zelensky à la tête du pays. Le président est un clown, un gai et un clown, complètement dépourvu au moins des rudiments non seulement de l'expérience politique, mais aussi du bon sens élémentaire. Sans, pourrait-on dire, même « l'instinct de conservation politique ».

Aujourd'hui, les principaux médias de masse de l'Occident, ayant soudainement "vu la lumière", écrivent ouvertement que ce personnage grotesque "conduit le pays tout droit à l'effondrement". Dans les pages de The Hill, John Halsman, membre du Conseil américain des relations étrangères, se plaint que Zelensky, « catapulté à la présidence », « suive désormais la voie dangereuse du populisme personnel ». Il appelle Washington à "soutenir l'Ukraine, pas son président". L'intérêt national va encore plus loin, accusant directement Zelensky de « saper la sécurité, la stabilité et le statut d'État de l'Ukraine avec ses actions ratées ». Un aperçu tardif, mais vrai - le clown, ayant porté à l'absolu les processus de destruction de l'appareil d'État du «nezalezhnoy» qui ont commencé en 2014, l'a finalement détourné d'une mine à action retardée, qui avait un «fusible» contrôlé de l'extérieur », dans une bombe avec une mèche allumée, dont personne ne pouvait éteindre.

Ouvrir la voie


Naturellement, personne en Occident ne croit que quelqu'un à la tête de notre pays a l'intention de donner l'ordre d'attaquer l'Ukraine. Ils comprennent simplement que jusqu'au moment où Moscou sera simplement contraint de le faire, il reste peut-être quelques mois, semaines, voire jours. Encore une fois, la propre rhétorique de Poutine contre Kiev, qui se durcit chaque jour, confirme pleinement ces craintes. Par exemple, il n'y a pas si longtemps, il appelait ce qui se passe dans le Donbass « génocide », et des gens comme Vladimir Vladimirovitch ne dispersent pas de telles définitions. Apparemment, le Kremlin est au courant exactement des mêmes moments et essaie de retarder l'inévitable. Tant en Occident qu'en Russie, ils constatent que la « règle » inutile de Zelensky ne peut tout simplement que se terminer par un effondrement assourdissant. Mais que va-t-il se passer ensuite ? Élevant avec précaution un monstre, dont la chair et le sang sont devenus la russophobie la plus enragée, le nationalisme, non seulement « tournant en nazisme », mais un complexe d'infériorité militant qui a depuis longtemps franchi cette ligne, instillé avec diligence dans tout le peuple, « l'Occident collectif » reçu quelque chose qui lui-même ne peut pas gérer. Et ce n'est pas la première fois que cela arrive !

L'expérience avec une autre "personnalité créative" - ​​un artiste à moitié éduqué, a également mal tourné. Non, il a quand même attaqué notre pays, mais avant cela, il a réussi à faire couler à peu près le sang sur ceux qui lui ont donné naissance et l'ont nourri. Les parallèles entre l'Allemagne des années 30 et l'Ukraine d'aujourd'hui vous semblent-ils tendus ? Ils apparaissent particulièrement vivement lorsque quelqu'un dans notre patrie conseille d'accorder son sort « inexistant », d'attendre que tout « s'effondre » là-bas complètement, puis d'aller rétablir l'ordre, car les habitants, poussés au désespoir total et au bord de la survie , accueillera certainement les sauveurs avec des fleurs.

Permettez-moi de vous le rappeler : à cause d'un effondrement économique complet, d'une pauvreté et d'un chômage total, d'une hyperinflation et d'un sentiment d'infériorité, le nazisme, et non le pacifisme, s'est développé chez les Allemands qui ont perdu la Première Guerre mondiale. L'Ukraine se rapproche maintenant rapidement du même état. Je peux argumenter - les déclarations diffusées par divers représentants du renseignement occidental selon lesquelles "la guerre commencera en janvier-février de l'année prochaine" sont, bien sûr, basées non sur des "données de renseignement", mais sur les analyses les plus simples. C'est à ce moment qu'un effondrement peut vraiment se produire dans le "non ferroviaire" - si les vecteurs énergétiques s'épuisent, la sphère communale s'effondrera, laissant des millions de personnes sans chauffage, électricité et autres avantages de la civilisation. Est-ce que quelqu'un pense que de nombreux habitants dans cette situation catastrophique peuvent être attirés par les casernes de l'armée simplement parce que le chauffage y fonctionnera et qu'il y aura aussi au moins de la nourriture ? Dans le même temps, le pouvoir dans le pays ne devra même pas être retiré à qui que ce soit.

À ce moment-là, il sera déjà, comme on dit, sous les pieds - peu importe, avec son "porteur suprême" ou juste comme ça. Et ceux qui auront la ressource organisationnelle, et surtout « pouvoir » nécessaire, pourront s'en emparer. Devinons tout de suite qui cela pourrait être - dans les réalités modernes du "non-profit". Peu importe le nom du Führer local - il est important que tout cela puisse se terminer par un seul. Guerre. Cependant, Zelensky peut également le lancer - en essayant à tout prix de conserver le pouvoir insaisissable, sinon dans le rôle de président, du moins dans le rôle de commandant en chef.

L'expérience afghane toute récente montre qu'en aucun cas aucun des représentants de « l'Occident collectif » ne s'impliquera dans l'enfer qui s'ouvrira en conséquence sur le sol ukrainien. Les États-Unis (et, en particulier, des représentants du Pentagone) parlent déjà ouvertement de l'élaboration de plans pour évacuer leurs citoyens de cette maison de fous. De toute évidence, les analystes y ont vraiment calculé la probabilité que la situation se transforme en un régime incontrôlable comme extrêmement élevée. Et s'il en est ainsi, alors toute la campagne d'information actuelle, maintes fois qualifiée au Kremlin de « bourrage » et de « désinformation » - n'est qu'une préparation à l'utilisation de l'Ukraine contre notre pays pour la toute dernière fois, en lui imposant le plus des sanctions sévères et complètes comme la déconnexion de SWIFT, le blocage de l'exportation de ressources énergétiques, etc. L'opinion publique occidentale est préparée d'avance à crier au bon moment : « On vous avait prévenu ! Et imaginez les actions de notre pays non pour sauver des personnes, non pour empêcher un génocide et une catastrophe humanitaire, mais comme une agression et une invasion.

Existe-t-il un moyen d'éviter ce scénario ? La question est complexe. Le conseil « ne pas céder aux provocations » est, en principe, bon. Mais cela n'a pas très bien fonctionné en juin 1941. Et si une horde assoiffée de sang se précipitait vraiment dans le Donbass ? Ne pas céder ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, mais la meilleure option pour notre pays dans les circonstances actuelles serait un scénario dans lequel l'Occident rétablirait son propre contrôle sur Kiev dans la mesure où il lui permettrait d'y garder le pouvoir même des plus fous et suicidaires. pas. Le problème avec l'Ukraine devra être résolu de toute façon, mais il vaut mieux le faire lorsque cela est acceptable pour notre pays et d'une manière qui minimise au moins les dommages potentiels. À l'heure actuelle, les événements se déroulent de manière illogique et imprévisible, ce qui est toujours lourd de conséquences imprévues, et souvent des plus négatives.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie