L'Europe entend abandonner les contrats gaziers à long terme avec la Russie


Malgré la crise énergétique, Bruxelles veut fixer un délai difficile aux pays de l'UE, pour lesquels ils doivent abandonner les contrats gaziers à long terme avec Moscou, écrit l'agence américaine Bloomberg.


Les analystes de l'agence ont attiré l'attention sur le fait que l'UE est préoccupée par sa sécurité énergétique et environnementale face à la hausse des prix du "carburant bleu" provoquée par une pénurie de matières premières et une augmentation de la demande. Par ailleurs, les termes des accords d'approvisionnement en gaz de la Fédération de Russie pourraient être raccourcis jusqu'en 2049, puisque les Européens se sont engagés à atteindre le « zéro émission » d'ici 2050.

Cela fait partie d'une restructuration globale du marché européen de l'énergie. Cependant, la "transition verte" pourrait heurter les intérêts du plus grand fournisseur de gaz de l'Europe - la Russie, qui fournit environ 30% de tous les besoins des Européens pour ce type de matières premières énergétiques.

Le prochain plan de l'UE va à l'encontre des intérêts de la Fédération de Russie, alors que Moscou essaie de construire ses relations commerciales sur la base de contrats à long terme. Cependant, les Russes utilisent parfois du gaz pour atteindre politique objectifs, donc l'abandon des contrats à long terme permettra aux Européens de réduire les risques. Dans le même temps, la hausse des prix du gaz est l'un des risques de 2022, car elle est associée à la tension croissante dans les relations entre la Fédération de Russie et l'Ukraine, grand pays de transit du gaz russe vers l'Europe, les médias des États-Unis États résumés.

A noter que le 14 décembre, les prix du gaz ont franchi un nouveau cap psychologique, en raison du flou futur du transit par l'Ukraine et de la menace qui pèse sur le gazoduc Nord Stream-2. Le coût des contrats à terme de janvier a atteint 1445 $ pour 1 122,24 mètres cubes. m. sur l'échange ICE à Londres. Sur la salle des marchés TTF aux Pays-Bas, où le gaz est tarifé en euros par mégawattheure, le coût des matières premières dépassait 1 € par MWh, qui est calculé en termes de prix pour 1,4 1400 mètres cubes. m. est supérieur à XNUMX mille dollars. Ainsi, pour la première fois depuis octobre, le prix du "carburant bleu" a dépassé les XNUMX dollars.

De plus, la hausse des prix est associée à deux affirmations. Tout d'abord, le 10 décembre, Serhiy Makogon, le patron de GTS Operator of Ukraine LLC, a déclaré qu'il n'excluait pas la fin du transit de gaz de Russie à travers le territoire ukrainien cet hiver. Puis, quelques jours plus tard, dans une interview à la chaîne de télévision ZDF, la nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Berbock a déclaré que dans sa forme actuelle, Nord Stream 2 n'est pas conforme à la réglementation européenne et ne peut être mis en service.
29 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 14 décembre 2021 19: 34
    -11
    C'était exactement ce qu'il fallait prouver, car on ne peut pas faire atterrir des cosmonautes uniquement à Varsovie et à Kiev.
  2. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 14 décembre 2021 19: 36
    +4
    Avec de tels prix du gaz, cet enfer européen vivra jusqu'en 2050
    1. Navigateur Офлайн Navigateur
      Navigateur (Andreï) 14 décembre 2021 21: 13
      -3
      Et nous aussi. Nous importons une part très importante des marchandises d'Europe. Étant donné que le prix des produits européens augmentera en raison de la hausse des prix du gaz, nous recevons également automatiquement des produits européens avec un coût accru. Il n'y a rien de bon à augmenter les prix du gaz pour nous. Seulement si nous obtenons un bon profit pendant une courte période de temps. Et puis il va fortement diminuer en raison de la baisse de la demande de gaz.
      1. Poussière Офлайн Poussière
        Poussière (Sergey) 15 décembre 2021 18: 44
        +3
        Et l'idée ne vous est pas venue que si l'UE n'achète pas de gaz à la Russie, alors nous n'achèterons pas de marchandises de l'UE, nous ne garderons pas d'argent là-bas, nous ne voyagerons pas à travers l'Europe. Nous achèterons tous en Asie du Sud-Est. Savez-vous que nous sommes sous sanctions et ne pouvons pas acheter. En Europe et aux USA, des produits high-tech, alors pourquoi avons-nous besoin de leurs emballages de bonbons pour lesquels vous pouvez acheter des biens de consommation et laisser de l'argent à un voyagiste… ? La Russie peut survivre sans les produits de l'UE, mais la question de savoir si l'UE peut survivre sans ressources bon marché est une question.
  3. Bakht En ligne Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 19: 43
    +2
    Et de quoi exactement la nouvelle procédure de passation des marchés menace-t-elle la Russie ?
    Les approvisionnements en gaz ne peuvent diminuer que si l'Europe effectue une « transition verte ». Eh bien, si des centaines de milliards de dollars sont investis dans l'énergie verte, alors cela peut fonctionner. Mais il y a un risque de se retrouver complètement sans chauffage et électricité...
    1. entreprisev Офлайн entreprisev
      entreprisev (Vadim) 14 décembre 2021 19: 55
      +2
      Citation: Bakht
      Et de quoi exactement la nouvelle procédure de passation des marchés menace-t-elle la Russie ?

      il ne faut pas faire attention à ce chant américain ! L'énergie verte en Allemagne a déjà tellement marché sur un maïs qu'elle l'abandonnera bientôt dans la vraie vie, bien qu'elle soit virtuellement « pour » elle.
      1. Bakht En ligne Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 20: 02
        +5
        L'essence de la proposition énergétique de la CE n'est pas d'abandonner les contrats à long terme. Tout cela est prévu pour 2049. Qui survivra à ce moment-là - l'âne ou le padishah n'est pas tout à fait clair.
        L'article ne souligne pas d'autres points clés de cette proposition. Il s'agit de donner accès aux réserves de gaz des installations européennes d'UGS. C'est pourquoi je pense également que veiller à ce que les installations d'UGS soient remplies de gaz russe n'est pas une pratique tout à fait correcte.
        1. entreprisev Офлайн entreprisev
          entreprisev (Vadim) 28 décembre 2021 18: 51
          0
          Citation: Bakht
          C'est pourquoi je pense également que veiller à ce que les installations de l'UGS soient remplies de gaz russe n'est pas une pratique tout à fait correcte.

          C'est vrai, mais comment pouvez-vous garantir un approvisionnement ininterrompu ? Certainement pas! Il y a donc une dépendance mutuelle, ce qui est normal à tous égards, avec l'adéquation des parties.
          1. Bakht En ligne Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 28 décembre 2021 21: 29
            +2
            L'approvisionnement ininterrompu est garanti. Selon les résultats de cette année, il s'est avéré qu'avec 40 milliards de mètres cubes à travers l'Ukraine et avec le SP-2 inactif, toutes les livraisons étaient terminées.
            Étant donné que la Commission européenne prépare de nouveaux ajouts au paquet énergie (accès gratuit aux stockages de gaz), ce gaz peut être tout simplement volé. Se référant à des circonstances de force majeure.
            En tout cas, je ne vois pas encore une grande volonté de Gazprom de remplir ces mêmes stockages. Il y avait une incertitude en 2019, et c'est alors que Gazprom a rempli ces installations de stockage à pleine capacité. Mais en 2020, la situation est un peu différente. Il y a un accord de transit pour 40 milliards de mètres cubes. SP-1, les flux sud et turc fonctionnent à 100 %. Le besoin a disparu même dans le transit polonais.
            Gazprom dispose donc de capacités de transit inutilisées. Il s'agit de l'Ukraine et de la Pologne. Et laisser VOTRE essence en territoire ÉTRANGER n'est pas très raisonnable. De plus, personne ne sait quelle autre astuce l'UE lancera.
            1. entreprisev Офлайн entreprisev
              entreprisev (Vadim) 29 décembre 2021 17: 09
              0
              Citation: Bakht
              De plus, personne ne sait quelle autre astuce l'UE lancera.

              sourire J'ai soutenu cette idée de la vôtre, mais en tant que personne raisonnable, je pose la question : dans quel but la réserve a-t-elle été créée ? Juste pour un tel cas, qui s'est produit - le prix du gaz a augmenté de près de 10 fois par rapport aux contrats à long terme. En conséquence, Gazprom a gagné beaucoup d'argent. Vous souvenez-vous à quel prix était le gaz au moment de l'injection ? Quoi que vous recherchiez: https://www.interfax.ru/business/741161 Donc tout est justifié, même s'ils décident d'utiliser ce gaz, ce ne sera pas gratuit, car au moins une décision de justice est nécessaire pour la confiscation. Ce ne sont que les bavardages de politiciens européens à l'esprit étroit.
              1. Bakht En ligne Bakht
                Bakht (Bakhtiyar) 29 décembre 2021 17: 38
                +2
                C'est compréhensible, mais les intermédiaires gagnaient beaucoup plus.
                Ce sont toutes les conséquences des innovations de la Commission européenne et de l'arbitrage de Stockholm.
                Que s'est-il passé? Dans les contrats à long terme, un mécanisme était prévu pour l'impossibilité de revendre le gaz. Autrement dit, aucune petite entreprise ne pourrait revendre du gaz. Cette condition est désormais supprimée. Cela a été fait pour plaire à l'Ukraine, afin qu'elle puisse recevoir du gaz "par l'envers". En conséquence, les spéculateurs ont eu accès au gaz.
                Maintenant, il y a une disposition selon laquelle le gaz dans les installations de stockage appartient à Gazprom. Une innovation est en préparation pour qu'en cas de crise, ce gaz puisse être retiré.
                Les conditions d'approvisionnement et de stockage du gaz ont changé. Ce n'est pas un bavardage, mais une directive est en cours de préparation selon laquelle le marché européen du gaz fonctionnera. Et aucune ordonnance du tribunal n'est requise.
    2. Vdars Офлайн Vdars
      Vdars (Victor) 14 décembre 2021 22: 58
      -2
      Mais il y a un risque de se retrouver complètement sans chauffage et électricité...

      - c'est tout l'intérêt. Sans essence, ils NE FERONT PAS la transition verte !!! Soit ils brûleront du charbon pendant une durée extrêmement longue et tous les termes énoncés SERONT SUPPRIMÉS !!!
    3. ZAV69 Офлайн ZAV69
      ZAV69 (Joukov A.V.) 15 décembre 2021 07: 53
      +1
      Transition verte ? Une autre tentative aux dépens de quelqu'un d'autre sur la bosse de quelqu'un d'autre se produira. L'Europe pense qu'Ivan va leur fournir de l'hydrogène pour un sou, ils lui arracheront aussi la taxe carbone pour cela, toute l'industrie sera mise à l'écart, Oncle Liao vendra tout pour 3 centimes d'euro, et ils profiteront de la vie. Et si Ivan ne veut pas donner de l'hydrogène pour un centime et que Liao demande le prix réel de son produit, où sera leur transition verte ? C'est vrai, dans le cul. Il est désormais possible d'écrire les bons morceaux de papier et de maîtriser l'argent pour ce métier, mais la nature ne se laisse pas berner. Si vous voulez bien vivre - produire et consommer de l'énergie, mais si vous voulez de la verdure - vous aurez de l'eau sur les cartes, des vêtements recyclés et une puce sous la peau pour le contrôle
  4. Bakht En ligne Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 20: 23
    +3
    La disposition principale n'est pas les contrats à long terme, mais cette

    Le projet, que l'agence a vu, devrait être officiellement publié demain, 15 décembre. Pour améliorer la sécurité énergétique de l'Union européenne, Bruxelles entend introduire plusieurs nouvelles réglementations :

    - prendre des mesures pour assurer un niveau élevé de remplissage des stockages de gaz au début de la saison de chauffage. En septembre de cette année, les installations de stockage de gaz souterraines en Europe n'étaient remplies qu'à 72 %, ce qui est le plus bas depuis dix ans. Les analystes ont cité cela comme l'une des raisons de la hausse des prix du gaz ;
    - les achats conjoints volontaires de réserves stratégiques de gaz par les gestionnaires de réseaux de transport de gaz. Ces réserves peuvent être utilisées en cas de circonstances imprévues.;
    - l'obligation pour les pays participants d'évaluer les risques et de prendre des mesures si les installations de stockage de gaz appartiennent à des sociétés étrangères. En cas de risque, les pays devront, par exemple, établir des niveaux d'occupation obligatoires pour ces installations de stockage. Plusieurs grandes installations UGS sont contrôlées par les filiales de Gazprom en Europe : Reden, Jemgum et Katharina en Allemagne, Haidach en Autriche et Bergermeer aux Pays-Bas. Avant le début de l'automne, ils n'étaient remplis qu'à 12,8% de leur capacité nominale, ce que la société a attribué à un accident survenu à l'usine de préparation de condensats de Novy Ourengoy, qui a entraîné une réduction des approvisionnements en gaz russe via le gazoduc Yamal-Europe. .

    https://www.rbc.ru/economics/14/12/2021/61b86ccb9a7947a53f0c673b
  5. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 14 décembre 2021 20: 47
    -9
    Les prix du gaz poussent l'UE à développer un ensemble de mesures sur la façon d'éviter l'utilisation du gaz à l'avenir. Un document a été préparé selon lequel les États membres de l'UE après 2049 seront interdits de conclure des contrats à long terme pour l'importation de carburant bleu.
    Gazprom insiste pour que ses partenaires européens concluent avec elle des contrats d'approvisionnement en gaz à long terme. Avec de tels accords, Gazprom essaie de garder des revenus permanents pour elle-même et de sauver ses partenaires européens des prix élevés du gaz.
    Le pétrole atteignait 140 dollars le baril pendant la crise de 2008-2009, et le gaz était également cher à cette époque, c'est à ce moment-là que des sources d'énergie alternatives ont commencé à être créées.
    Aujourd'hui, la situation est un peu similaire à cette situation. Le pétrole, cependant, n'a pas atteint de tels sommets, mais le gaz est très cher.
    Vous pouvez dire autant que vous voulez que le monde n'ira nulle part de l'utilisation du pétrole et du gaz, et de toute façon ils viendront à nous pour une nouvelle portion de vecteurs énergétiques. L'énergie verte a pris une part du marché des sources d'énergie traditionnelles. Et à l'avenir, il pourrait augmenter sa part. La RPC investit des sommes impressionnantes dans l'énergie verte. Le gazoduc Power of Siberia pourrait devenir non rentable.
    Mais tout cela n'aurait peut-être pas eu lieu si le gaz et le pétrole coûtaient si cher qu'il ne serait pas coûteux pour les consommateurs de les acheter. Néanmoins, il est préférable que le prix du gaz soit inférieur, ce qui conviendrait à la fois aux acheteurs et aux vendeurs. À l'avenir, le budget russe pourrait perdre un tiers de ses revenus.
    1. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 20: 59
      +6
      Il faut investir dans le développement des « énergies vertes » uniquement en Europe et seulement d'ici dix ans (jusqu'en 2030) un (seulement) mais mille milliards de dollars. La décarbonation est une grande puissance. Mais il faut geler.
      Drapeau en main et vent arrière dans le dos bossu.
      La volonté de l'UE de mettre la main sur le gaz russe dans les stockages européens semble plus dangereuse.
      1. mitrailleur Офлайн mitrailleur
        mitrailleur (canonnier mineur) 14 décembre 2021 22: 01
        -6
        La RPC investit encore plus.
        1. Bakht En ligne Bakht
          Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 22: 04
          +5
          La RPC a plus d'argent. Et la RPC paie aussi plus pour le GNL. L'Europe ne peut même pas payer 800 dollars par millier de mètres cubes. Si l'UE a un billion supplémentaire, alors ils ne sont que dans le chocolat.
          Mais jusqu'à présent, ce n'est pas visible. Ou les messieurs veulent juste brancher le gaz.
  6. Valery Vinokurov Офлайн Valery Vinokurov
    Valery Vinokurov (valery vinokurov) 14 décembre 2021 20: 59
    +2
    Pourquoi avons-nous besoin de contrats à long terme? Qui a à dire ?
    Ils sont deux fois, voire 2/XNUMX moins chers que le court terme
    Et l'énergie verte est un mythe, tout comme la malade Greta Tumberg
    Eropa n'ira nulle part de notre pétrole et de notre gaz, seulement ils seront pour elle maintenant à des prix exorbitants
    Bien, OK ..
    PS : mais en général, l'Europe doit encore survivre jusqu'en 2049, ainsi que la périphérie)
  7. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 14 décembre 2021 21: 00
    +2
    Plus tôt ils commenceront à détruire leur économie, mieux ce sera non seulement les États-Unis, mais aussi nous. Juste quelques années et ils peuvent être ignorés du tout. Là, le pouvoir a été pris par des cuisiniers illettrés qui ne suivent pas des analyses et des prévisions, mais des slogans, d'ailleurs, de quelqu'un d'autre, du propriétaire.
  8. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
    Scharnhorst (Scharnhorst) 14 décembre 2021 21: 32
    0
    En 2020, la production de gaz naturel en Russie s'élevait à 692,9 milliards de mètres cubes. Afin de maintenir des prix constamment élevés du gaz à l'étranger (rentable pour la Fédération de Russie), je propose d'adopter une loi sur une limitation progressive de la production d'ici 2040 au niveau de 500 milliards. Quelque chose comme ça limite les prises de poisson. Avantages : maintien de prix à l'exportation constamment élevés ; une transition progressive et en douceur d'une économie basée sur les ressources ; lancement de technologies économes en énergie dans le pays et préférences en matière de décarbonation. Soit dit en passant, le charbon et le pétrole sont également considérés comme des sources d'énergie non renouvelables.
    1. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 14 décembre 2021 22: 09
      +3
      Oui, ce serait bien de baisser la production. Le problème est que, selon les rapports de Gazprom pour le troisième trimestre, la production de gaz est à son maximum. Et personne ne va le réduire. Pour le troisième trimestre, GazProm a annoncé des bénéfices très élevés. Plus de 0,5 billion de roubles.

      Revenu: 2 373 milliards de roubles. (+ 14,8% QoQ ; + 69,7% YoY)
      EBITDA ajusté : 809,6 milliards de roubles (+ 15% qoq, + 142% yoy)
      Bénéfice net : 584,4 milliards de roubles (+ 10,3% QoT ; -247,7 milliards de roubles au 2020T XNUMX)
      Dette nette : 3 484,6 milliards de roubles (-2,6% en glissement trimestriel, -21,9% en glissement annuel)
      Prix ​​à l'exportation de Gazprom vers les pays non membres de la CEI au troisième trimestre : 313,4 $ par millier de mètres cubes

      https://bcs-express.ru/novosti-i-analitika/otchet-gazproma-za-iii-kvartal-otlichnye-rezul-taty
  9. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 14 décembre 2021 23: 09
    0
    La démagogie de l'influence humaine sur le changement climatique est purement politique et économique.
    Pour aujourd'hui et dans un avenir proche, il n'y a pas d'alternative aux sources d'énergie naturelles.
    L'énergie nucléaire est écologiquement propre, mais potentiellement dangereuse - un grand nombre de situations d'urgence et d'échecs, de tentatives de cyberattaques.
    La fusion thermonucléaire ne dépasse pas le cadre des expériences, et on ne sait pas quand elle atteindra le niveau industriel.
    Le solaire, le vent, les marées dépendent de la géographie et des conditions météorologiques, occupent de vastes zones et, en principe, ne peuvent pas répondre aux besoins croissants de l'économie.
    L'énergie hydrogène nécessite des coûts énergétiques élevés, ce qui réduit sa rentabilité.
    Peut-être que le développement du satellite terrestre donnera une impulsion au développement de l'énergie solaire et des moyens de sa transmission.
    Si les « écologistes » ont décidé de se battre pour la pureté de l'environnement (le changement climatique ne dépend pas des activités humaines et le changement d'ère géologique le prouve avec toutes les preuves possibles), alors il faut se concentrer sur des tâches réelles - la transmission sans fil d'énergie , ce qui réduira considérablement ses pertes dans le réseau de fils , le traitement des déchets industriels et ménagers, la récupération des ressources en terres et en eau, des exigences de production uniformes, etc., qui n'auront aucun effet au sein d'une ou plusieurs formations étatiques - un problème commun ne peut être résolu qu'ensemble, mais ensemble, cela ne fonctionnera pas car les normes environnementales uniques du monde consolideront la supériorité des entités étatiques développées et entraveront le développement des autres, ce qui les place en réalité dans une dépendance néo-coloniale vis-à-vis des entités développées.
  10. zzdimk En ligne zzdimk
    zzdimk 15 décembre 2021 05: 37
    0
    Citation: rotkiv04
    Avec de tels prix du gaz, cet enfer européen vivra jusqu'en 2050

    La vie sera mauvaise, mais pas pour longtemps ?
  11. Kapany3 Офлайн Kapany3
    Kapany3 15 décembre 2021 08: 12
    -1
    Citation: gunnerminer
    C'était exactement ce qu'il fallait prouver, car on ne peut pas faire atterrir des cosmonautes uniquement à Varsovie et à Kiev.

    Hourra ! Quelle joie!!!
  12. boriz En ligne boriz
    boriz (boriz) 15 décembre 2021 10: 29
    +3
    Cela sent déjà le communisme de guerre. Ce qui n'est pas surprenant. Après tout, l'allocation de surplus n'était pas seulement avec nous. En Autriche, cela a commencé presque plus tôt qu'ici.
    C'est juste mauvais avec leur histoire et leur bon sens. Eh bien, Gazprom fonctionnera sans contrat. Mais ce ne sera pas son initiative. Les pays eux-mêmes viendront demander à changer les traités. Si demandé. Mais ce n'est pas critique non plus. L'UE n'est pas seulement jusqu'en 2049, mais aussi jusqu'en 2030. ne vivra pas.
    Et l'accès aux référentiels sans contrat est ridicule. Eh bien, ils y auront accès, mais il n'y a pas de gaz là-bas. Si vous voulez le remplir, payez. Il en va de même dans l'esprit du 3e paquet énergie.
    Les pays de l'UE, voyant une telle insuffisance de Bruxelles, vont vite se ranger dans l'EurAsEC. Maintenant, il y a une situation où toutes les actions de l'Occident sont en faveur de la Russie.
    Les mots de Berbock signifient peu. Elle n'est pas chancelière. Maintenant, s'ils submergent Scholz, alors oui. Mais cela reste à faire, et cela ne changera pas grand-chose. Aucun contrat - aucune obligation de remplir les installations UGS.
    La logique est simple : n'importe quel caprice pour votre argent. Besoin d'essence - payez et recevez. Si vous ne souhaitez pas le recevoir maintenant, payez pour le stockage s'il y a de la place dans l'installation UGS. Personne ne créera à ses frais des réserves de gaz dans les installations d'UGS.
    Eh bien, ils ne certifient pas SP2, alors quoi, Berbock paiera personnellement pour le gaz ? Elle est juste une idiote, pas prête pour le leadership au niveau de l'État. Elle est purement une politicienne, je dirais politicien... Jamais dirigé quoi que ce soit de réel. Il ne comprend rien aux affaires internationales. Duplicata de Kuleba : ne comprend rien à ses devoirs et se glisse dans les étrangers, où il comprend encore moins.
    1. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 15 décembre 2021 15: 45
      +3
      Dans ce cas, je ne suis pas d'accord.
      Quel est le point d'accès aux installations de stockage de gaz ? Le propriétaire de l'installation de stockage (et certains d'entre eux appartiennent à GazProm) DOIT remplir un certain volume. Il y a un contrat ou pas, il y a un acheteur ou pas, peu importe. Le propriétaire est obligé de remplir jusqu'à un certain minimum. Et rangez-le là-bas. C'est-à-dire pomper du gaz à vos frais et payer vous-même son stockage. Et en situation de crise (comme maintenant) l'UE A LE DROIT DE ramasser ce gaz.
      Désormais, si Gazprom se débarrasse de sa part dans les stockages en Europe, ce sera alors un casse-tête pour les propriétaires de stockages.
      Mais ici, le chien rusé de l'UE est enterré. GazProm n'a acheté aucun volume d'installations de stockage européennes à l'improviste. C'était une garantie d'approvisionnement si l'Ukraine ou la Pologne (en général, tout pays de transit) commençait à faire du chantage en coupant les approvisionnements. Ces installations de stockage servaient de garantie pour l'exécution des approvisionnements et de garantie pour Gazprom d'éviter les pénalités en cas de rupture d'approvisionnement. Si maintenant nous retirons cet atout des mains de Gazprom, alors avec des stockages vides, Gazprom sera FORCÉ d'augmenter ses approvisionnements via l'Ukraine et la Pologne.
      Après tout, le rejet des contrats à long terme s'étend sur 28 ans, et la question des installations de stockage peut être acceptée même demain. C'est une menace sérieuse et il faut y faire face d'une manière ou d'une autre.
      1. boriz En ligne boriz
        boriz (boriz) 15 décembre 2021 18: 52
        +1
        Il est difficile de dire jusqu'à présent, nous n'avons pas vu leur projet de loi et ne pouvons juger de sa conformité avec le droit international. Je ne suis pas juriste. S'il y a un projet de loi, il y aura une réaction des avocats, on verra. Avec des installations de stockage de gaz vides, tomber sur Gazprom est en quelque sorte risqué. Il existe des normes de l'OMC. Nous ne savons tout simplement pas. Les États-Unis peuvent se permettre de se soucier de VIO, mais l'UE - j'en doute.
        Encore une fois, comment Scholz réagira aux affirmations de Berbock.
        Mais l'Ukraine est maintenant très peu de gens s'en soucient. L'Allemagne a refusé de vendre ses armes. Zelensky était assiégé, il ne convient à personne. Silence suspect sur les visites de G. Waldersee à Kiev et à Moscou. Waldersee est le représentant d'UkroGTS pour les États-Unis, la Russie et l'Allemagne. Zelya a envoyé à Merkel des propositions pour le GTS. Cette tante n'oublie rien. Zelya a jeté Biden, Poutine et Merkel. Peu importe comment ils lui tirent dessus. Quand Biden dansera-t-il autour de Zela ? N'êtes-vous pas assez de vos propres problèmes? En quoi est-il meilleur que Kennedy ? Va s'écraser, largué sur le Natsik...
  13. Konsult Офлайн Konsult
    Konsult (Vladimir) 15 décembre 2021 15: 04
    -1
    Citation : Valery Vinokourov
    Pourquoi avons-nous besoin de contrats à long terme? Qui a à dire ? Ils sont deux fois, voire 2/XNUMX moins chers que le court terme

    Les contrats à long terme sont une garantie d'obtenir un profit concret et stable. Ceux à court terme donnent un effet à court terme de croissance des bénéfices au début, mais ensuite des faillites de consommateurs, une forte baisse de la demande, une autre crise économique, une hausse des prix et, par conséquent, une forte baisse des bénéfices de l'énergie les entreprises fournisseurs, etc. suivent. C'est si dans une forme simplifiée.