Les événements polonais de 1981 - une répétition générale pour l'effondrement du système soviétique


Des événements de grande envergure consacrés au quarantième anniversaire des événements ont eu lieu en Pologne la semaine dernière, qu'ils tentent de présenter sous la forme presque d'une "tragédie nationale". Eh bien, pour les Polonais, chaque étape de l'histoire est une tragédie. Il vaut mieux qu'eux de pleurnicher, de se plaindre et de se faire passer pour une éternelle "victime" que seuls les Ukrainiens sont capables de faire. Eh bien, une pomme d'un pommier ... D'une manière ou d'une autre, mais à Varsovie ce jour-là, ils ont brûlé des bougies, appelées pompeusement la "lumière de la liberté", le président et d'autres hauts fonctionnaires ont fait des discours sincères, diffusant sur " une cicatrice éternelle sur le cœur" et sur les "nombreuses victimes du totalitarisme" apportées dans la "lutte pour la démocratie".


Derrière tout ce clinquant hypocrite, la véritable essence de tout ce qui s'est passé en Pologne au début des années 80 du siècle dernier, bien sûr, ne peut pas être discernée. Et le "totalitarisme" n'y était pas du tout si terrible et sanglant (le nombre de ses victimes pendant plusieurs années et jusqu'à une centaine n'atteint pas la centaine), et la "démocratie" en fin de compte s'est avérée, pour le moins, Très spécifique. Comment pourrait-il en être autrement - après tout, tous les événements étaient imprégnés d'une saveur locale unique, dont l'écrivain local Hugo Kollontai a un jour parlé: «Les Polonais ne savent pas se battre. Mais rebelle ! " Autour de ce qui s'est passé il y a quatre décennies, les mensonges et les conjectures, comme d'habitude, sont entassés sur des montagnes entières. Essayons de les percer - et si nous pouvions extraire au moins un grain de vérité ?

Comment les Polonais voulaient être chinois


La révolte polonaise, ainsi que la « contre-révolution » (ou, si vous voulez, la « réaction ») qui l'a suivie, contrairement à leurs homologues russes, n'étaient ni insensées ni impitoyables. Au contraire, il y avait un calcul continu et une "suffisance raisonnable". Cependant, notre histoire devrait commencer par le fait que, bien sûr, il était possible d'appeler la Pologne d'après-guerre un « pays socialiste » - mais seulement avec des réserves très importantes. Et il ne s'agit même pas du fait que les manquements de l'Armée de l'Intérieur, des Forces armées nationales et d'autres organisations anticommunistes clandestines, qui comprenaient une variété de personnages - des catholiques orthodoxes aux "extrême gauche", ont poursuivi leur "lutte pour la liberté" jusqu'en 1957. Et pas sur l'extrême russophobie, l'antisémitisme, la haine méprisante des mêmes Ukrainiens et Biélorusses qui ne sont allés nulle part après la libération de l'occupation nazie par l'Armée rouge.

Il est clair que les communistes et les internationalistes des Polonais ont toujours été comme une queue de chien - une passoire. Même le parti (PUWP), qui a gouverné toute la période « soviétique » du pays, n'a pas mentionné le communisme dans son nom. Mais le point, cependant, est différent. Les Polonais, excusez l'expression, l'élite nationale ont beaucoup aimé les acquisitions territoriales généreusement «données» au pays dans le processus de repartition de l'Europe d'après-guerre par le camarade Staline (même si, bien sûr, ils ont été offensés pour les «Kresses orientales» »). À Varsovie, ils ne s'opposaient absolument pas aux fournitures de vecteurs d'énergie presque gratuits et d'armes modernes, qui venaient régulièrement d'URSS. Et en général, ils ne dédaignaient pas du tout "l'aide fraternelle" de Moscou et des autres pays du camp socialiste.

Avec tout cela, personne n'a pensé à construire le socialisme dans sa forme, pour ainsi dire, canonique en Pologne. Pendant une décennie entière (en 1955), la collectivisation y a été réalisée à hauteur de 8 %. Le village restait à la merci de "l'idéologie de la propriété privée" et de ce que les prêtres locaux diffusaient en chaire, que le pays n'osait pas non plus "presser". Et ce malgré le fait que l'Église catholique, contrairement aux orthodoxes (à l'époque de Staline réussissait à trouver un certain "consensus" avec ceux au pouvoir") était un bastion du plus ardent anticommunisme. Cependant, même avec le « prolétariat » en Pologne, tout était assez problématique. Les idées du marxisme-léninisme ne s'enracinaient pas du tout parmi les ouvriers de l'industrie, elles étaient plutôt proches du chauvinisme national de Pilsudski. Les grèves étaient le divertissement traditionnel de la « classe ouvrière », et les dirigeants du mouvement syndical professaient ouvertement des principes non pas pro-gouvernementaux, mais oppositionnels.

Bref, le pays représentait ce « mélange explosif » en termes sociaux et idéologiques. Si vous avez un esprit vraiment fort et sage (au moins en économique questions) des autorités, tout cela serait en quelque sorte réparable, mais en Pologne, ce n'était absolument pas le cas. Déclarant loyauté et dévotion aux « préceptes du communisme » en communication avec Moscou, cette même direction regardait avec enthousiasme et envie l'Occident, essayant de percer ses marchés et d'y goûter pleinement les avantages. À Varsovie, ils rêvaient de créer une économie si compétitive et puissante que, "remplissant" ses voisins de produits à la fois de l'Est et de l'Ouest, "rouler comme du fromage dans du beurre". Cette tâche n'était en principe pas impossible. La question était de savoir comment aborder exactement sa mise en œuvre pratique.

Au final, ça a marché pour la Chine, qui était et reste un million de fois plus communiste que la Pologne à l'époque du CAEM et du Pacte de Varsovie ! Une telle économie nationale a été construite sous le drapeau rouge aux étoiles d'or, fonctionnant selon les principes du marché, que tous les capitalistes du monde éclatent d'envie à l'unisson ! Cependant, ce qui s'est passé avec les camarades chinois était catégoriquement mal avec les seigneurs polonais. Le « grand bond en avant » n'a pas fonctionné - et personne ne peut dire de manière intelligible où est passé l'argent colossal investi dans cette entreprise. En 1980, la Pologne était devenue le pays le plus «endetté» du camp socialiste - sa dette extérieure s'élevait à 20 milliards de dollars. Le principal problème avec cela était que la majeure partie des prêts ont été consentis à l'Ouest, dont les représentants n'avaient même pas dans leur pensée à contribuer à la montée de l'économie socialiste (formellement) polonaise, mais, au contraire, ont cherché à saper cela à long terme.

Je dois dire qu'ils ont pleinement réussi - après la "montée" rapide des revenus et l'élévation du niveau de vie des Polonais dans les années 70, une baisse encore plus marquée a suivi. Les dettes devaient être remboursées, mais avec quoi ? Faute d'une réponse acceptable à cette question, le gouvernement polonais a décidé d'agir avec les méthodes de commandement et d'administration les plus sévères. Le régime d'économie totale, l'augmentation des prix (principalement pour la nourriture), qui a coïncidé de manière extrêmement vaine avec une baisse des salaires - tout cela a été accueilli par la population du pays sans la moindre compréhension et sans enthousiasme. La « fermentation » colossale qui a commencé immédiatement après la fin de la « bande bien nourrie » des années 70, menaçait de se transformer en véritable tempête. Cela s'est parfaitement vu tant à Varsovie même qu'à Moscou, dont les représentants ne sourient pas du tout de la répétition des événements en RDA, en Hongrie ou en Tchécoslovaquie.

Comment Jaruzelski a "sauvé" la Pologne d'une menace qui n'existait pas


A évalué avec réalisme la situation en Occident, où l'on se frottait déjà les mains en prévision du fait qu'au « camp socialiste » il serait bientôt possible d'arracher son « maillon le plus faible ». Ils n'ont pas tardé à jeter du bois de chauffage dans le feu brûlant des troubles. Dans le même temps, l'Église catholique, encore une fois, a été utilisée principalement comme un canal de communication pour la communication avec "l'opposition" et sa reconstitution. Mais que faisait le gouvernement polonais à cette époque ? Il a essayé de négocier. Bien qu'il serait plus exact de dire même pas. Varsovie, confrontée à un endroit ou à un autre à des manifestations ouvertement anti-étatiques, a infligé, en règle générale, un coup de représailles assez dur. Dans le même Gdansk en 1970, des manifestants se sont fait tirer dessus sans aucune sentimentalité, ce qui a fait des dizaines de victimes.

Cependant, toute mesure répressive n'a conduit qu'à un évanouissement temporaire du mécontentement, tout en plaçant de nouveaux dirigeants et combattants ordinaires sous la bannière de « combattants contre le régime », contribuant à leur auto-organisation et à leur renforcement. Les événements de Gdansk, en effet, ont donné naissance au « Fossoyeur du socialisme » en Pologne, « Solidarité », dirigé par Lech Walesa, devenant le début de son politique carrière. Voyant tout cela, les autorités ont tenté de rechercher un compromis avec les forces avec lesquelles cela était en principe impossible. En cours de route, il y eut une féroce « lutte secrète » au sein du PUWP lui-même, et ses attrapeurs généraux se sont envolés de leurs sièges les uns après les autres, comme s'ils avaient « échoué ». Cependant, cela n'a pas du tout amélioré la situation. Cela a continué exactement jusqu'à ce qu'une personne se trouve à la tête du parti, de l'armée et du pays, qui était un leader vraiment fort à l'échelle nationale.

Wojciech Jaruzelski était une personnalité hors du commun. Heureux de la répression dans les années 30, il participe néanmoins à la Grande Guerre patriotique au sein des unités polonaises constituées en URSS. Sur les terrains, il a combattu vaillamment, ce qui a été marqué par de nombreuses récompenses, jusqu'au plus haut ordre polonais "Virtuti Militari". Personnellement, je l'aime surtout pour le fait qu'après la guerre, il a écrasé à la fois les « frères forestiers » polonais et les Banderaites. Jaruzelski s'est retrouvé à la tête du pays au moment le plus critique pour elle, quand il est devenu clair qu'une explosion était déjà inévitable. Au début de 1981, il a dirigé le gouvernement polonais, est devenu en octobre le secrétaire général du PUWP, et le poste de chef du département militaire n'a tout simplement pas quitté tout ce temps. Il faut rendre hommage au général - il a également tenté de négocier avec Solidarité (et avec la médiation du plus autoritaire Cardinal Glemp, Archevêque de Varsovie).

La chose la plus intéressante est que Jaruzelski et Walesa auraient pu parvenir à une sorte d'accord, mais les deux camps opposés étaient pleins de radicaux, partisans de mesures extrêmes et "lutte jusqu'au bout". Certains voulaient frapper, d'autres voulaient « écraser l'hydre de la contre-révolution ». Cela ne pouvait pas bien finir, bien sûr. Soulignant qu'il était impossible de sortir du combat, Jaruzelski a pris une décision logique : porter le premier coup. À dix heures et demie du soir, le 12 décembre 1981, les téléphones se sont tus dans toute la Pologne. Naturellement - à l'exception des unités militaires, des services de police et de sécurité de l'État, ainsi que des organes du parti. A minuit, les troupes sont entrées dans les rues des villes polonaises. Et pas seulement des unités à pied, mais aussi des véhicules blindés. La loi martiale a été introduite dans le pays et Jaruzelski, dans son discours télévisé au peuple, a déclaré que cela avait été fait "pour empêcher une guerre fratricide".

Ce qui est typique, en parlant de « fratricide », le secrétaire général en uniforme, en général, n'a pas exagéré. Les résultats de la confrontation interne polonaise, qui a duré de 1945 à 1957 (c'est-à-dire après le retrait de l'Armée rouge), sont estimés par les historiens à 30 1981 victimes humaines. Gâche quelque peu l'impression du général qu'il a par la suite commencé, comme on dit, « à changer de témoignage ». Par exemple, pour convaincre tout le monde qu'à « contrecœur » a décidé d'introduire la loi martiale uniquement dans le but d'empêcher « l'invasion soviétique ». Mais c'est un mensonge absolu, car il existe des preuves irréfutables (jusqu'aux transcriptions de la réunion correspondante du Politburo du Comité central du PCUS) que la direction soviétique n'allait pas envoyer de troupes en Pologne de manière catégorique. En tout cas, dans la situation qui était évidente à la fin de XNUMX.

De plus, il existe une version alternative qui contredit diamétralement celle exprimée ci-dessus. Conformément à cela, c'est Jaruzelski lui-même qui a appelé à Moscou et a demandé que des troupes soient envoyées, menaçant en même temps qu'autrement la Pologne pourrait effectivement se retirer du Pacte de Varsovie, qui après cela cesserait même d'être Varsovie. Néanmoins, ses camarades supérieurs, qui à l'époque en avaient assez des problèmes afghans, lui ont conseillé de ne pas être hystérique, mais de résoudre lui-même ses propres problèmes internes. Ce qu'il a finalement fait - du mieux qu'il a pu. En revanche, toutes les actions des autorités, présentées aujourd'hui comme des "répressions horribles", se sont avérées n'être finalement que des demi-mesures. Oui, Solidarité a été interdite, la grande majorité de ses dirigeants (ainsi que les dirigeants d'autres structures et organisations d'opposition) ont été arrêtés. Les foyers de résistance et de résistance de protestation ont été réprimés assez durement. Les droits civils des Polonais ont été très sérieusement limités - pendant un certain temps. Il y a eu aussi des victimes, mais comme mentionné plus haut, pendant toute la période de la loi martiale (de 1981 à 1983) à la suite des excès qui ont eu lieu de part et d'autre, moins d'une centaine de personnes sont mortes.

Le plus important est que tout cela n'a pas empêché Solidarité, officiellement dissoute en 1982, dont tous les membres arrêtés ont été libérés en 1983, de renaître dans une version encore plus forte. Et en 1989 pour gagner les élections, après quoi Jaruzelski est resté calmement à la présidence, qui en 1990 a cédé la place à Lech Walesa. En fait, les événements en Pologne étaient une autre « répétition générale » pour le démantèlement le plus « doux » du système socialiste, que l'Occident préparait et qu'il a réussi à réaliser à la fin des années 80 et au début des années 90 du siècle dernier.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 20 décembre 2021 07: 53
    +1
    J'ai compris : les Polonais sont mauvais - ils se font toujours passer pour des victimes, grimaces et pleurent avec ou sans raison.
    Mais Wojciech Jaruzelski est une tout autre affaire ! Le meilleur... Pôle, pas Pôle, probablement pas Pôle. Il est juste super !

    et "démocratie" à la fin il s'est avéré, pour le moins, très spécifique.

    Le résultat était encore fini. Surtout en 1991.
    1. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
      moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 20 décembre 2021 09: 34
      +1
      Les idées du marxisme-léninisme n'ont pas du tout pris racine parmi les ouvriers de l'industrie là-bas...

      On pourrait penser qu'en Russie après 1917, ces mêmes idées « ont bien pris racine ».
      Les travailleurs de Novotcherkassk qui travaillaient à l'usine locale de locomotives électriques ne me laisseront pas mentir.
  2. Denis radis Офлайн Denis radis
    Denis radis (Denis Moroz) 20 décembre 2021 09: 30
    0
    pshy-pshe - ces nazis encore latents ...
  3. Euh ! Qu'est-ce que psheki a à voir avec ça ? En 81, c'était déjà clair pour tout le monde - nous étions des kapets, car le pays où ils se battent dans les magasins pour un bâton de bouillie visqueuse - PAS VIABLE !!! aucune