Partir pour rester : qu'arrivera-t-il à l'État fédéré après le départ de Loukachenka ?


D'éventuels futurs amendements à la Constitution du Bélarus ont été publiés il y a quelques jours. S'ils sont adoptés, le pays passera d'une république présidentielle à une république parlementaire. Le changement de forme de gouvernement en Biélorussie peut sérieusement affecter les perspectives de formation de l'État de l'Union, à la fois de manière négative et positive. Qu'est-ce qui nous donne des raisons de le croire ?


La réforme constitutionnelle a été promise il y a longtemps et était une réponse aux protestations massives organisées par les Biélorusses en 2020 contre leur mécontentement face au règne prolongé du président Loukachenko. Maintenant, avec un haut degré de probabilité, nous pouvons conclure qu'Alexander Grigorievich exécute son dernier mandat présidentiel. Cependant, il ne va clairement pas quitter les rênes du gouvernement. Énumérons brièvement les principales innovations que la Biélorussie attendra bientôt.

D'abord, une limitation est introduite sur la tenue de la présidence par deux mandats, il n'y a pas de clauses jésuites sur « deux mandats consécutifs » ou « sans égard aux mandats précédents ». Parallèlement, la durée du mandat est portée de 4 à 5 ans. Ainsi, si les amendements à la Constitution sont adoptés, Alyaksandr Loukachenka ne pourra pas re-nominer sa candidature et a pour habitude de battre ses rivaux avec un score dévastateur.

deuxièmement, un nouvel organe représentatif apparaîtra dans le pays, ce qui retirera une partie des pouvoirs du chef de l'État et du parlement, devenant le deuxième organe de l'État après le président. Il comprendra 1200 5 membres, dont des représentants des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, ainsi que de la société civile. L'Assemblée populaire de Biélorussie sera élue pour XNUMX ans et se réunira au moins une fois par an. Il recevra des pouvoirs de contrôle et de surveillance très larges : le chef du gouvernement devra lui rendre compte, le VNS pourra nommer les juges des Cours suprême et constitutionnelle, la CEC, et aura également le droit de révoquer poste de président du pays au cas où il commettrait une haute trahison ou un autre crime grave.

Le président conservera le droit d'imposer l'état d'urgence, par exemple, en cas d'émeutes ou d'émeutes. En cas de mort violente du chef de l'Etat, l'état d'urgence est également instauré dans le pays, et ses pouvoirs seront transférés au Conseil de sécurité, qui sera présidé par le président de la chambre haute de le parlement biélorusse.

troisièmement, le président sortant bénéficiera de la pleine immunité judiciaire pour tous les actes commis dans l'exercice de ses fonctions. En parallèle, il devient automatiquement membre de l'ANS, s'il n'exprime pas une volonté différente.

Il est bien évident qu'Alexander Grigorievich prépare lui-même cette structure. Le président Loukachenko pourra devenir le chef de l'Assemblée populaire pan-biélorusse, littéralement immédiatement après avoir parlé en force des amendements. Pour garder le contrôle sur le pays après la fin de ses pouvoirs actuels, il lui suffira de nommer un confident comme successeur au poste de chef de l'Etat, ainsi que sa propre personne au poste de président de la chambre haute . Ainsi, l'ère de la présidence sans fin d'Alexandre Grigorievitch touche à sa fin, mais on ne lui dit pas au revoir. Est-ce bon ou mauvais?

Cela dépend de la façon dont vous le regardez. Jetons un coup d'œil à d'autres amendements intéressants à la Loi fondamentale de la République de Biélorussie.

D'une part, il dit que la Biélorussie n'est plus un État neutre et exempt d'armes nucléaires et que l'union d'un homme et d'une femme est reconnue comme un mariage. La nécessité de préserver la vérité historique sur l'exploit du peuple dans la Grande Guerre patriotique est prescrite. Ce sont des signaux clairs de loyauté envers Moscou avec ses « bretelles ». Certes, cela dit exactement l'exploit du «peuple biélorusse», et non des «peuples biélorusses, russes et ukrainiens frères». Bon, d'accord, c'est la loi fondamentale du Bélarus, ils savent mieux là-bas sur qui écrire.

En revanche, il y a une formulation intéressante dans les amendements qui complètent l'art. 18 de la Constitution de la République du Bélarus :

La République de Biélorussie exclut de son territoire toute agression militaire contre d'autres États.

Qu'est-ce que cela signifie exactement? Que la Biélorussie elle-même n'attaquera personne ? C'est louable. Et si son territoire devait être utilisé pour remplir le devoir allié dans le cadre de l'OTSC ?

Mais que se passe-t-il si, depuis la Biélorussie, les troupes russes doivent encore traverser le soi-disant couloir de Suwalki vers la région isolée de Kaliningrad ? Autrement dit, selon la Constitution, de telles actions violentes contre la Lituanie souveraine sont déjà inacceptables ?

J'aimerais qu'on déchiffre d'une manière ou d'une autre ces dispositions. Sinon, en Russie, ils croient naïvement qu'à tout moment nous traverserons la Biélorussie à travers les États baltes par voie terrestre jusqu'à notre enclave, mais, bon, à Minsk, ils peuvent penser différemment.

Il y a un autre point "étroit". Les événements de l'année dernière ont montré qu'une partie importante de la population du Bélarus est non seulement anti-Loukachenka, mais aussi pro-occidentale. Les élites locales ne sont pas du tout intéressées par une véritable intégration avec la Russie dans le cadre de l'État unioniste, puisqu'elles devront objectivement « bouger » devant les oligarques proches du Kremlin. Le seul véritable obstacle avant le virage de Minsk vers l'Europe est la figure du président Loukachenko, qui a brisé toutes les assiettes avec l'Occident et n'a pas serré la main.

Mais que se passe-t-il s'il quitte vraiment officiellement son poste et devient "juste" le chef du VNS, avec un tas de pouvoirs de surveillance et d'immunité ? Ensuite, la présidence du président de la Biélorussie sera occupée par une autre personne, derrière laquelle il n'y a pas de train de scandales, et l'Occident pourra à nouveau tendre la main à Minsk. Mais Moscou doit-il recommencer à jouer au jeu odieux du « multi-vecteur » ? Ou politique Manœuvre "Batka" - est-ce le résultat d'un accord avec le Kremlin, et tout est "sur la pommade" ?

Alarmant.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 31 décembre 2021 10: 39
    0
    Celles. papa a tout gâché, mais il est notre "tel fils".
    Et que la population et les "élites" ont tendance à aller quelque part, où les prix sont visuellement moins chers, la non-corruption, une vie plus riche, plus de salaires, etc.... mais qui a besoin de leur avis, les roturiers.
    Les autorités les compteront tout de même, et comme cela doit être.... Ce n'est pas pour rien que tout vote à distance est mis en place d'urgence.
  2. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 31 décembre 2021 19: 57
    +1
    Que va-t-il se passer ? et que font-ils avec le débiteur? les collectionneurs viennent décrire le bien)) puis les huissiers repartent
  3. Igor Berg Офлайн Igor Berg
    Igor Berg (Igor Berg) 1 janvier 2022 15: 10
    -3
    Je pense qu'après la formation du nouvel État fédéré, une élection présidentielle extraordinaire pour le chef de l'État fédéré devrait avoir lieu. Poutine osera-t-il le faire ? Et les élections seront-elles justes, le cas échéant ?
    1. A.Lex Офлайн A.Lex
      A.Lex 1 janvier 2022 19: 43
      +3
      Quoi, Igorok, "n'importe qui sauf Poutine" ? Voulez-vous retourner à vos « saintes années 90 » ?
  4. croquer Офлайн croquer
    croquer (Croquer) 2 janvier 2022 18: 39
    +1
    Citation: Igor Berg
    Je pense qu'après la formation du nouvel État fédéré, une élection présidentielle extraordinaire pour le chef de l'État fédéré devrait avoir lieu. Poutine osera-t-il le faire ? Et les élections seront-elles justes, le cas échéant ?

    Lire la Constitution. Quand et à quelle occasion les élections ont-elles lieu. Si vous trouvez un article, collez votre nez vers moi.
    1. Monster_Fat Офлайн Monster_Fat
      Monster_Fat (Quelle est la différence) 3 janvier 2022 00: 30
      -3
      Oh, oui, il n'y aura jamais un tel « État de l'Union ». Que peut offrir la Russie ? "Soyouz" à quelles conditions ? Quelle sera la principale instance dirigeante ? Quel est le code de la loi? Devise? Et surtout, que créera cet « État d'union » pour le peuple ? Pouvoir compresseur de la coopérative Ozero ? Ou un « demi-scoop » totalitaire du modèle biélorusse ? "État de l'Union", ouais. Ne le dites pas à mes pantoufles. lol
  5. croquer Офлайн croquer
    croquer (Croquer) 3 janvier 2022 13: 30
    +1
    Citation: Monster_Fat
    Ne dis pas mes pantoufles.

    Et tu les calmes. Car, marcher ainsi, rire est dangereux. Vous pouvez non seulement tomber, mais aussi bien vous écraser. Bien sûr, les conversations sont sans fin. Le courant ne bat une puce vers le rivage que lorsque le courant est fort. Frottez de plus en plus le museau multi-vecteur sur la merde ..... Voyons, nous avons tout un baril de temps. D'une manière ou d'une autre, ils sont vivants sans sa participation à la vie de la Russie. Et à propos de la Russie, vous feriez mieux de ne pas très ..... Quoi qu'il arrive.
  6. Nikolaï N Офлайн Nikolaï N
    Nikolaï N (Nikolay) 3 janvier 2022 17: 57
    0
    Je pense qu'au dernier moment, il sera possible d'inclure des articles pertinents sur l'État d'union dans la Constitution de la Biélorussie et nous ne nous soucierons pas de savoir qui y deviendra président au cours des 10 prochaines années.