« Success story » : Comment les États baltes sont passés au chauffage avec des copeaux de bois biélorusses


La « success story » des États baltes pendant les 30 ans de son indépendance n'évoque qu'un sourire triste. Les "Trois Sœurs" ont réussi à détruire tout le meilleur de l'héritage soviétique et à ne prendre que le pire de l'Occident. Ironiquement, aujourd'hui, en suivant la voie de la « neutralité carbone », la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie sont pratiquement revenues au système énergétique du Moyen Âge et craignent sérieusement de vraiment fâcher « Senor Lukashenko », qui risque de les priver de ses puces biélorusses. . Et ce n'est pas du tout une blague.


L'une des réalisations les plus douteuses et les plus controversées de la Révolution verte est la transition à grande échelle de l'utilisation du charbon et du gaz aux soi-disant « biocarburants », qui font référence aux granulés de bois et aux copeaux de bois. Pourquoi est-ce discutable d'un point de vue environnemental ? Parce que la combustion d'un tel combustible primitif produit plus d'émissions nocives dans l'atmosphère que, par exemple, le gaz. En hiver, Riga ne peut tout simplement pas respirer à cause des microparticules de suie et de poussière générées lors du fonctionnement en masse des chaudières et des poêles utilisant des copeaux biélorusses. Nous reviendrons un peu plus en détail sur la capitale lettone. Un autre gros problème est que pour la production de pellets et de copeaux, on utilise non seulement des déchets forestiers (ce qui est tout à fait raisonnable en soi), mais aussi des matériaux entièrement conditionnés. Cela est devenu particulièrement pertinent maintenant, pendant la crise énergétique.

Alors que faire? La demande artificiellement créée pour les « biocarburants » oblige les gens à couper du bois pour en faire des copeaux de bois. Ainsi, au lieu de fermer une partie de ses centrales thermiques, la Grande-Bretagne est passée du charbon aux pellets et à la sciure de bois. Ils vont faire de même au Portugal, mais les écologistes locaux s'y sont opposés. Pour comprendre leurs craintes, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays baltes. Et là, les choses ne sont pas de la meilleure des manières.

L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie se sont fixées pour objectif d'harmoniser leur système énergétique avec celui de l'Europe d'ici 2025, et d'ici 2030 de porter la part des sources renouvelables à 45%. Cependant, Tallinn, Riga et Vilnius ont suivi leur propre chemin vers un objectif aussi ambitieux. Au lieu d'investir dans l'éolien, le solaire ou le nucléaire pacifique, ils ont investi dans la transition vers le bois-énergie le plus ancien, le plus primitif, délicatement dans l'esprit de l'époque dite des « biocarburants ». Le projet de la société énergétique lettone Rīgas siltums consiste à convertir au bois les chaudières des centrales thermiques d'Imanta et de Daugavgrīva. Après cela, 50% du bilan énergétique de Riga sera fourni en copeaux de bois. Le conseiller à l'énergie de l'Union lettone des gouvernements locaux, Andris Akermanis, commente la situation comme suit :

Les collectivités locales, qui sont passées au chauffage aux copeaux de bois d'avance, ne modifient guère leurs tarifs de chauffage, et la majorité - 74%... Riga et quelques autres villes sont chauffées au gaz - et là oh-oh-oh !

De plus, les ménages privés dans les pays baltes se tournent massivement vers le chauffage aux copeaux de bois, qui pour une raison quelconque n'ont pas eu le temps de changer, en installant des chaudières et des poêles à pellets. Cette mesure est forcée, puisque les prix du gaz en Europe atteignent désormais des valeurs astronomiques. Les charges de chauffage dans les maisons voisines peuvent différer par multiples, si leurs chaufferies fonctionnent au gaz, et non au « biocarburant ».

Il peut sembler à quelqu'un que les Baltes ont dépassé tout le monde, s'étant éloignés du "combustible bleu" pour le primitif à l'avance, et maintenant, se prélassant aux fourneaux, ils dépensent moins d'argent que certains Allemands ou Anglais. Pensez-y, l'air au-dessus de Riga en hiver ressemble à Londres pendant la révolution industrielle. De telles absurdités. Probablement, quelqu'un peut même flatter une telle comparaison. Le problème est que, luttant contre la Russie avec son gaz naturel, les États baltes sont devenus dépendants de la Biélorussie pour ses puces.

Oui, ça a l'air assez drôle, mais c'est exactement comme ça. Voyant la demande croissante de « biocarburants » dans l'Europe voisine, la Biélorussie a commencé à explorer activement le marché prometteur de l'énergie. Le Pushcha est grand, les entreprises forestières ont rapidement maîtrisé une nouvelle production pour elles-mêmes et ont commencé à exporter des pastilles de combustible vers les pays de l'UE. Les volumes d'approvisionnement ont connu une croissance rapide à deux chiffres au cours des dernières années. Les Baltes sont rapidement et étroitement devenus accros aux jetons biélorusses. Aujourd'hui, sur fond de crise énergétique et politique désaccords avec le Minsk officiel, cela s'est fait sentir.

Normunds Talcis, le responsable de Rigas silts, commente avec inquiétude la hausse des prix du bois de feu :

Les puces sont désormais disponibles, mais les fournisseurs de puces rompent les contrats et sont incapables de livrer au bas prix indiqué dans les contrats qu'ils ont conclus en juillet.

Même un sentiment chaleureux de fierté pour les frères biélorusses se manifeste. Il s'avère que la Russie, l'Europe « éclairée » « s'étouffe » avec du gaz, ou plutôt, par son absence, et la Biélorussie des Baltes - avec des puces. Maintenant, les ingénieurs électriciens des trois républiques indépendantes ont très peur que « Senor Lukashenka » ne leur permette pas de chauffer les poêles avec leurs broussailles et d'éclairer leurs maisons avec une torche. Eh bien, pourquoi pas le Moyen Âge ?

Bon, il fallait volontairement s'enfoncer si bas. C'est une honte, camarades, pour les Baltes, honte.
14 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Eduard Aplombov Офлайн Eduard Aplombov
    Eduard Aplombov (Eduard Aplombov) 3 janvier 2022 11: 43
    +3
    Pas presque honte des habitants des fermes, car ils étaient un village, ils sont restés avec, tranquillement, calmement, l'UE se nourrit, tout est là, le principal raccommodage sous les pieds de la Russie n'a pas interféré, sinon ils perdront tout, des vies et territoire
    1. Pivander Офлайн Pivander
      Pivander (Alex) 3 janvier 2022 19: 17
      +5
      Commentaire de Delphi.lv

      Voulez-vous une blague? Les écoterroristes considèrent le bois de chauffage comme un produit respectueux de l'environnement car, citons :

      Les émissions de CO2 sont considérées comme nulles, car le CO2 rejeté dans l'air lors de la combustion était auparavant absorbé de l'atmosphère pendant la croissance des plantes (un cycle fermé se forme qui n'entraîne pas d'augmentation de la concentration de CO2 dans l'atmosphère)

      La logique fume sur la touche.
      1. Boris l'Impérialiste Офлайн Boris l'Impérialiste
        Boris l'Impérialiste (Boris Kuzmin) 4 janvier 2022 02: 11
        -6
        Au fur et à mesure que l'arbre grandit, du CO2 est absorbé et de l'O2 est produit. Après la fin du cycle de croissance de l'arbre, si l'arbre n'est pas brûlé, il commence à pourrir et à libérer du CO2 dans le même volume qu'il a absorbé le CO2 de l'atmosphère, produisant de l'O2 pendant la croissance. Par conséquent, il vaut mieux brûler un arbre de manière rentable qu'il ne pourrira et dégagera la même quantité de CO2 qu'en brûlant. Et le gaz, le pétrole, le charbon sont des fossiles étrangers à la surface de la Terre. Car lorsqu'ils les brûlent, ils utilisent l'O2 généré par les arbres pour leur élimination.
        1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
          Marzhetsky (Sergey) 4 janvier 2022 08: 42
          -1
          Une théorie très curieuse sourire
          1. Boris l'Impérialiste Офлайн Boris l'Impérialiste
            Boris l'Impérialiste (Boris Kuzmin) 5 janvier 2022 00: 53
            -2
            Ce n'est pas une théorie, c'est une loi de la nature.
            1. Le commentaire a été supprimé.
  2. mitrailleur Офлайн mitrailleur
    mitrailleur (canonnier mineur) 3 janvier 2022 11: 51
    -6
    Quelle bonne nouvelle, la même chose coupera les restes de leurs forêts en copeaux.
  3. Viktortarianik Офлайн Viktortarianik
    Viktortarianik (Victor) 3 janvier 2022 12: 03
    +6
    Dans les années 1980, il a visité Riga (charbon de chauffage) - la neige est noire, l'air est brûlé. Dans les années 1990, j'ai visité Katowice, Pologne (charbon de chauffage) - la neige est noire, l'air est brûlé.
    1. Tam DV 25 Офлайн Tam DV 25
      Tam DV 25 (DV Tam 25) 3 janvier 2022 12: 13
      +6
      Visitez la Chine - vous serez horrifié. La Chine profonde est un smog continu, sans horloge - vous ne comprendrez pas à quelle heure de la journée. C'est à peu près la même chose en Inde.

      À propos des États baltes - je n'en ai pas honte. Naturellement. Laisse les mourir.
      1. Viktortarianik Офлайн Viktortarianik
        Viktortarianik (Victor) 3 janvier 2022 12: 18
        +2
        Non, eh bien, pourquoi "les laisser mourir". Et les gens vivent dans certains endroits dans les pays baltes.
        1. Tam DV 25 Офлайн Tam DV 25
          Tam DV 25 (DV Tam 25) 3 janvier 2022 12: 21
          +4
          Les gens, bien sûr, ont besoin d'aide. Le reste de la "Baltique" - dans la dépense.
  4. croquer Офлайн croquer
    croquer (Croquer) 3 janvier 2022 16: 37
    +2
    Citation: viktortarianik
    Non, eh bien, pourquoi "les laisser mourir". Et les gens vivent dans certains endroits dans les pays baltes.

    Nous trouverons une place pour les gens en Russie. Et pas nécessairement que du russe. Et disons au revoir aux nazis. Qu'ils marchent en enfer.
  5. Pourquoi les frères Baltic n'utilisent-ils pas la bouse pour se chauffer (caca de vache séché - NDLR) ? Ils sont ravissants !
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 4 janvier 2022 00: 19
    -2
    La situation des alevins rappelle l'histoire du bois rond et de la sciure près des frontières de la Chine.
    Nous sommes fous des nigauds chinois - déchets de bois rond et de sciure de bois - ils ont besoin de couches, de médicaments, de meubles et de gadgets. De ces mêmes.

    Les Baltes et les « Européens » ont commencé à utiliser des copeaux de bois à grande échelle bien avant l'histoire du gaz. Tous les pays fabriquent depuis très longtemps des chaudières à biocarburant à haut rendement. Internet regorge de matériel et de vidéos - comme c'est cool, bon marché et efficace. Soit dit en passant, "europa" leur fournit la force et l'essentiel pour nous.

    En retour, écrivent-ils, les Baltes exportent du contreplaqué, du carton et du papier de haute qualité...
    1. 1_2 Офлайн 1_2
      1_2 (Les canards volent) 4 janvier 2022 01: 02
      +1
      les couches en Fédération de Russie sont produites depuis longtemps, mais il n'y a vraiment pas de tablettes et de gadgets en bois