L'OTAN ne doit plus compter sur aucune concession à la Russie


Le mercredi 12 janvier aura lieu une réunion du Conseil Russie-OTAN. A la veille de cet événement, le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Ryabkov, a annoncé le rôle accru de Moscou dans les relations européennes et mondiales. politique et a appelé l'Alliance à prendre en compte les nouvelles réalités.


Même un profane comprend qu'exiger des concessions de la Russie... ne fonctionnera plus. L'OTAN doit collecter de l'argent et aller aux frontières de 1997

Ryabkov a souligné.

Dans le même temps, le vice-ministre a noté que le bloc occidental tentait depuis plusieurs décennies de repousser la Russie à des rôles secondaires et de saper sa sécurité. Maintenant, après le retour de Moscou aux premiers rôles dans la résolution des problèmes mondiaux, l'Occident n'est plus en mesure de dicter ses conditions à la Fédération de Russie.

Sergueï Ryabkov a rappelé que la Russie continuera d'insister sur les garanties de sa propre sécurité. Les États-Unis, avec le soutien de leurs satellites européens, tentent de déséquilibrer le Kremlin et acceptent difficilement la position de la partie russe.

Auparavant, le vice-président du Conseil de la Fédération, Konstantin Kosachev, avait exprimé l'idée que les négociations entre la Russie et l'OTAN se termineraient par un résultat visible si les membres du bloc occidental et la Fédération de Russie discutaient sur un pied d'égalité.
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 10 janvier 2022 14: 01
    +9
    N'espérez pas qu'une fois que vous utiliserez la faiblesse de la Russie, vous recevrez des dividendes pour toujours. Les Russes viennent toujours pour leur argent. Et quand ils viendront, ne comptez pas sur les accords que vous avez signés avec les jésuites pour vous justifier. Ils ne valent pas le papier sur lequel ils sont écrits. Par conséquent, il vaut la peine de jouer honnêtement avec les Russes ou pas du tout.

    Bismarck.
  2. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 10 janvier 2022 15: 20
    +2
    Il est possible qu'en plus de la résonance même des exigences russes envers les États-Unis et l'OTAN, qui modifie fondamentalement la perception de la Russie par d'autres pays et limite d'autres initiatives américaines « inamicales » en Europe de l'Est, la Russie utilise le rejet de l'OTAN comme un prétexte pour déployer de nouvelles armes. Selon toute vraisemblance, il s'agira de capacités de frappe de missiles comme le Dagger, de nouvelles modifications des Zircons (sol-sol), une éventuelle augmentation quantitative des calibres (également dans la modification sol-sol) et l'accumulation de systèmes antisatellites (S-550) et Peresvetov. Tous ces systèmes sont nouveaux, en petites quantités, purement test. Pour démarrer un déploiement à grande échelle de tout cela, vous avez besoin d'une raison. L'OTAN et les États-Unis ont gentiment fourni à la Russie cette excuse avec leur « pas de concession ! » ce qui leur était demandé. Vous pouvez désormais mettre à l'échelle de manière sûre et justifiée la composition quantitative des nouveaux développements. Sans tout ce pari diplomatique, cela aurait été plus difficile à faire.
    1. S AVEC Офлайн S AVEC
      S AVEC (N S) 10 janvier 2022 16: 35
      0
      tous ces missiles seront déployés dans la Petite Russie russe
    2. Avarron Офлайн Avarron
      Avarron (Sergey) 10 janvier 2022 18: 08
      +1
      Sur son territoire, la Russie a longtemps été libre de pousser toutes ces choses terribles dans tous les coins, sans demander la permission à l'Oncle Sam, car lui-même s'est sorti de tous les traités qui l'embarrassaient.
      Vraisemblablement, la déclaration de Poutine, que l'OTAN, et tout d'abord les États-Unis, n'approuveront pas du nirazu, n'a évidemment qu'un seul objectif - délier les mains de la Russie pour le commerce fougueux avec un pain rassis de quiconque que Dieu enverra.
      La Serbie recevra des armes russes, n'allez pas chez une diseuse de bonne aventure, la Syrie aura carte blanche pour évincer les pndses, et recevra également des armes russes.
      Tous ceux qui veulent planter une poignée de Sam recevront des armes russes.
      Le Venezuela construira soudainement des usines pour la production de chars et de combattants russes, et à Caracas et La Havane, ils accrocheront des plaques d'immatriculation de la série 96rus sur les voitures.
      Un ultimatum black-out se produira dans tous les États-Unis, et l'essence et le diesel dans les réservoirs se recroquevilleront comme du lait, les satellites des wagons saupoudreront des pois du ciel, et en général il deviendra très triste de vivre dans un pays où tout le monde a beaucoup d'armes et où le dollar est tombé en dessous de la plinthe.
      Eh bien, c'est ainsi, les fantasmes, bien sûr.
    3. Alex777 Офлайн Alex777
      Alex777 (Alexander) 11 janvier 2022 03: 21
      0
      Citation: Siegfried
      modifications ultérieures des zircons (sol - sol)

      Les Zircons sont prêts à remplacer les Onyx dans les Bastions.
      Et Iskander acceptera facilement Caliber. Est-ce que tout est prêt. hi
  3. Professeur Офлайн Professeur
    Professeur (Sage) 10 janvier 2022 15: 40
    -2
    prétexte pour déployer de nouvelles armes

    Au point, si les missiles américains sont en Ukraine = 0. Il n'y a pas besoin d'excuse pour renforcer sa propre défense, mais l'Ukraine a besoin d'une solution maintenant (hier). Demain peut-être tard. Ils viendront à la demande de Zelensky et deviendront des bases. Et maintenant quoi?
    1. Vyacheslav 64 Офлайн Vyacheslav 64
      Vyacheslav 64 (Vyacheslav) 11 janvier 2022 01: 21
      +3
      Ensuite, la périphérie perdra les vestiges de l'État.
  4. psergeev2 Офлайн psergeev2
    psergeev2 (Peter Sergeev) 10 janvier 2022 17: 54
    +1
    Voyons ce qui se passe le 12, eh bien, je pense qu'il coule à nouveau de vide en vide. Les nouvelles armes sont bonnes, mais elles sont peu nombreuses. Peut-être que cela vaut déjà la peine de doubler l'offensive au moins. (J'ai servi en 19956-1997) Il y a 25 ans avec nous à 3 ! fois plus qu'il ne l'était .. sous Eltsine. Ou l'ultimatum pourrait être l'écrasement des armes nucléaires tactiques à faible rendement.
  5. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 11 janvier 2022 23: 36
    -4
    Même un profane comprend qu'exiger des concessions de la Russie... ne fonctionnera plus. L'OTAN doit collecter de l'argent et aller aux frontières de 1997

    A quoi bon faire des demandes irréalistes ? Soit les dirigeants russes vivent dans leur propre monde, soit, au départ, ils ne parviendront pas à un accord. Alors à quoi bon négocier ?
    1. ser-pov Офлайн ser-pov
      ser-pov (Sergey) 12 janvier 2022 08: 41
      0
      Alors appelez Poutine et demandez ! En général, notre président est toujours responsable du bazar, ce qui veut dire qu'il faut se délier les mains...
      1. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
        Oleg Rambover (Oleg Piterski) 12 janvier 2022 11: 32
        -4
        Citation: ser-pov
        En général, notre président est toujours responsable du bazar,

        Oui, je l'ai bien remarqué dans la réforme des retraites.
  6. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 13 janvier 2022 08: 51
    -1
    Avez-vous remarqué que Lavrov s'est éloigné des négociations. Et ils ont nommé son adjoint Ryabkov.
  7. Jacques Sékavar En ligne Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 13 janvier 2022 10: 23
    0
    On ne sait pas sur quoi la Fédération de Russie comptait en posant des exigences manifestement irréalistes aux États-Unis et à l'OTAN.
    On ne sait pas ce que le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Ryabkov, avait à l'esprit lorsqu'il a parlé du rôle accru de Moscou dans la politique européenne et mondiale. La Fédération de Russie, considérée comme l'ennemi, est considérée comme telle. Au fur et à mesure que la propagation des sanctions pourriture et continuer. Comme ils ont dicté leurs conditions, ils continuent. Il n'y a pas eu de concessions politiques et économiques de la part de « l'Occident », et il n'y en a pas, sauf celles qui sont dans l'intérêt des partenaires occidentaux.
    Le seul succès peut être considéré que si dans la période pré-Poutine la Fédération de Russie n'était pas du tout considérée, alors avec son arrivée la Fédération de Russie a corrigé son économie et sa capacité de défense, et, par conséquent, son indépendance. Elle dessine l'étendue de ses ambitions dans l'espace post-soviétique et atteint le niveau d'une puissance régionale, ce qui rend difficile la néocolonisation des formations étatiques post-soviétiques et devient une épine dans la gorge de ses partenaires occidentaux.
    Ce serait bien si le vice-président du Conseil de la Fédération Konstantin Kosachev et d'autres hommes d'État étayaient d'une manière ou d'une autre leur idée que les négociations entre la Russie et l'OTAN se termineraient par un résultat positif visible pour la Fédération de Russie, malgré le fait que les membres du bloc occidental ne vont pas discuter sur un pied d'égalité , dépassant à plusieurs reprises la Fédération de Russie dans tous les domaines sauf pour l'armée. D'une manière ou d'une autre, je ne me souviens pas quand et avec qui ils ont discuté sur un pied d'égalité.