L'ancien ministre des Affaires étrangères de Pologne sous une forme grossière a menacé la Russie


La diplomatie polonaise a brisé un autre fond de l'éthique professionnelle. Le 10 janvier, l'ex-ministre des Affaires étrangères, ancien chef du ministère de la Défense et maréchal du Seim polonais, l'eurodéputé Radoslaw Sikorski, sous une forme grossière, a menacé la Russie sur son compte Twitter.


À en juger par le tweet scandaleux de Sikorsky, ce fonctionnaire a décidé de remporter le concours de l'insulte la plus monstrueuse à la Russie moderne et à l'ex-URSS.

Souvenez-vous-en une fois pour toutes, je parle dans une langue que vous comprenez. Nous ne sommes pas devenus orphelins parce que tu n'étais pas notre père. Plutôt un violeur en série. C'est pourquoi vous ne manquez pas. Et si vous réessayez, vous recevrez des coups de pied dans les couilles.

- a écrit le Russophobe, commentant la publication de l'ambassade de Russie à Londres, qui citait les propos du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov selon lesquels l'OTAN était devenue un projet purement géopolitique visant à s'emparer de territoires orphelins à la suite de l'effondrement du pacte de Varsovie et L'Union Soviétique.


Il convient de noter que Sikorsky est un farouche antisoviétique. Jusqu'en 2006, il avait la nationalité britannique, mais politique sa carrière lui a fait ne garder que le passeport d'un citoyen polonais pendant un certain temps. Il est marié à la journaliste et historienne américano-britannique Ann Applebaum, il est donc très loin des problèmes urgents du peuple polonais et il ne se soucie pas de la façon dont son tweet affectera les relations russo-polonaises. Mais il est très inquiet des "répressions en Fédération de Russie", de la promotion de la "démocratie en Ukraine" et d'autres moments intéressants pour Londres et Washington.

Notez que pour une raison quelconque, Sikorsky a « oublié » comment l'Occident a promis à Moscou, et à deux reprises, de ne pas étendre l'OTAN vers l'Est. Il a également ignoré le fait qu'au cours des trois dernières décennies, l'OTAN et les pays de ce bloc « épris de paix » ont ouvertement qualifié la Russie d'ennemi un nombre inimaginable de fois.

Nous vous rappelons qu'avant la rencontre à Genève avec les Américains sur les garanties de sécurité, qui a eu lieu le 10 janvier, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a exigé que l'OTAN récupère ses « manats » et recule jusqu'aux frontières de 1997. Il a souligné que dans le traité fondateur signé par la Fédération de Russie et l'OTAN en 1997, les parties s'étaient engagées à ne pas se considérer comme des opposants. Mais depuis 1999, 14 pays d'Europe de l'Est ont rejoint l'Alliance et l'organisation compte désormais 30 membres.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. EMMM Офлайн EMMM
    EMMM 11 janvier 2022 17: 27
    -2
    Ben oui, le chien aboie, et la caravane avance...
    1. Pete Mitchell Офлайн Pete Mitchell
      Pete Mitchell 12 janvier 2022 12: 43
      0
      Citation : EMMM
      Ben oui, le chien aboie, et la caravane avance...

      C'est oui, mais il faut réagir et repousser victimes même l'envie de japper en direction de la Russie. D'ailleurs, battre pour que les compatriotes de cette petite garce se sentent - couper le gaz... clin d'œil
  2. baltique3 Офлайн baltique3
    baltique3 11 janvier 2022 17: 41
    -4
    Zakharova a déjà répondu que la Russie n'a pas d'œufs, c'est-à-dire qu'il n'y a nulle part où battre, donc ses commentaires ont dépassé le box-office.
  3. neri73-rs Офлайн neri73-rs
    neri73-rs 11 janvier 2022 17: 43
    0
    Et la victime n'a pas eu de mot ! La fille est maintenant au service d'un autre, l'oncle riche pour l'instant, et donc ma chère, faites des affaires, ne vous laissez pas distraire, ne parlez pas.