Pourquoi le retrait soudain des troupes de l'OTSC du Kazakhstan ne devrait pas décevoir


La soudaine déclaration faite hier par le dirigeant kazakh Kasym Tokayev au sujet du retrait imminent du contingent de maintien de la paix de l'OTSC du pays, à en juger par un certain nombre de commentaires à ce sujet nouvelles dans le segment russe de l'Internet, a sérieusement déçu certains de nos compatriotes. "Mais comment? Après tout, tout tournait si bien ! Et maintenant ça va finir comme ça - tout de suite et rien ?! " Je m'empresse de consoler ceux qui, semble-t-il, n'ont pas compris l'essentiel. Premièrement, c'est loin d'être "rien". Et deuxièmement, rien ne se termine. En fait, le véritable « grand jeu » dans tout « l'espace post-soviétique », qui a été lancé par les événements au Kazakhstan, ne fait que commencer sérieusement.


L'opération de maintien de la paix menée à une vitesse fulgurante, qui a conduit à la perturbation des plans de l'Occident pour déstabiliser même pas un pays, mais toute la région de l'Asie centrale, et conçue pour contrecarrer complètement les plans et les intentions de la Russie est, sans aucun doute, magnifique. Cependant, personne ne doute qu'une bataille brillamment gagnée pour le Kazakhstan ne signifie pas, hélas, une fin victorieuse à la guerre qui est menée contre notre patrie ? Comment éviter que ce succès ne se transforme en une cuisante défaite ? Comment la Russie et ses alliés peuvent-ils agir et construire leur propre la politique plus loin pour que l'argument militaire soit utilisé le moins possible ? Quelles leçons exactement, aujourd'hui, à un tournant de l'histoire, devons-nous tirer de notre propre passé, et quelles erreurs ne doivent en aucun cas être répétées ? Essayons de le comprendre.

Les victoires ne devraient pas être vaines


L'expression "victoires étonnamment infructueuses" appartient à la plume du grand Tolkien, auteur du Seigneur des Anneaux. C'est tout à fait applicable à notre monde, habité non pas par des personnages de contes de fées, mais par de vraies personnes. Y compris, hélas, l'histoire de l'État russe, peu importe comment on l'appelait à différentes époques. Dieu seul sait pourquoi, mais il se trouve que nous avons toujours su venir à la rescousse, sauver et délivrer. Mais en bénéficier n'est en aucun cas. Oui, ce n'était pas le cas dans tous les cas. Les campagnes de Pierre Ier ou de Catherine II ont non seulement élargi le territoire du pays, mais lui ont apporté des avantages tout à fait spécifiques - qui ont été le coût de l'accès de la Russie à la mer Baltique et à la mer Noire et du développement de Novorossiya.

Cependant, quel a été le résultat de la libération de la Bulgarie du joug ottoman pour notre pays ? Les opportunités qui se sont ouvertes après la défaite de Napoléon ont-elles été pleinement exploitées ? Et la tentative de défendre le prochain peuple « fraternel » dans les Balkans en 1914 s'est soldée par un désastre national (je n'entends pas par là la Révolution, mais la guerre civile qui a duré des années avec toutes ses terribles conséquences). L'Europe libérée en 1945 ? Dans l'ensemble, l'URSS a ainsi reçu des «alliés» militaires et politiques peu fiables qui avaient besoin d'«avertissements» permanents et de parasites assez spécifiques, qui ont pleinement utilisé nos ressources et notre générosité, et en 1991 sont apparus pour les dettes. Et cela sans parler des "combattants contre l'impérialisme" africains qui, avec un chagrin à moitié appris à distinguer les portraits de Marx et d'Engels et mémorisé une citation ou deux des œuvres complètes de Lénine, se sont précipités au Kremlin pour des prêts et des armes. Et ils l'ont compris, salauds ! Souvent même au-delà de ce qui était attendu. C'est pourquoi nous pardonnons leurs dettes à ce jour ...

Qu'il s'agisse de "l'étendue de l'âme russe" connue du monde entier, ou bien du fait que des intérêts matériels spécifiques ont été mis de côté par rapport au "triomphe des idées du marskisme-léninisme" et de "l'internationalisme prolétarien" - la dixième chose. Le communisme (bon ou mauvais) n'a pas été l'idéologie d'État de notre pays depuis longtemps. Cependant, il n'interfère pas le moins du monde avec les camarades chinois pour qu'ils se soucient de leur propre avantage. D'une manière ou d'une autre, mais la Russie doit une fois pour toutes mettre fin à la pratique vicieuse consistant à se sacrifier, à sauver quelqu'un au nom d'idéaux élevés, puis à se retirer fièrement du lieu de réalisation, en faisant semblant de ne pas remarquer les crachats et les malédictions des sauvés volant dans son dos. Il ne s'agit pas de compatriotes, ni du peuple russe, dont la protection et la préservation est un impératif inconditionnel. Dans ce cas, je veux dire ceux qui sont généralement appelés alliés et associés.

Et ce même « co » dans les deux mots signifie justement l'indispensable réciprocité d'actions visant le bien commun, et en aucun cas au profit de l'un ou de l'autre. Il était sans ambiguïté nécessaire d'éteindre la flamme infernale de la rébellion et de l'agitation au Kazakhstan qui s'est enflammée sous nos yeux - après tout, le coup était également dirigé contre notre pays. Il serait inutile et déraisonnable de rester sur le territoire kazakh au-delà du temps qu'il aura fallu pour mettre les choses en ordre. Cependant, nous sommes maintenant confrontés à la question : et ensuite ? Le fait n'est pas que les choses les plus folles comme les « patrouilles linguistiques », l'oppression des russophones et autres bouffonneries nationalistes devraient sombrer dans l'oubli. Ce n'est pas du tout sujet à discussion. Ainsi que le fait que « l'ère Tokayev », contrairement à « l'ère Nazarbaïev » qui s'est terminée sous nos yeux, devrait être marquée par un débarras décisif du pays des ONG occidentales et autres « réseaux d'agents » de l'ennemi. Mais que devrait être exactement une victoire claire et sans équivoque pour la Russie dans ce match ?

"Reformatage post-soviétique" - deux manières


Soit dit en passant, la question ici, encore une fois, n'est pas dans les moments purement mercantiles, mais dans la grande politique. Il est très probable que cela finira par aboutir : en participant en tant que « principal acteur » à la répression de la tentative de coup d'État violent, la Russie a finalement défendu moins ses propres intérêts géopolitiques que les profits des sociétés transnationales, dont beaucoup ont leur siège dans des pays qui nous sont loin d'être amicaux. Ne me croyez pas ? Bon, bon, passons aux mathématiques ennuyeuses, mais nécessaires dans ce cas.

Ce n'est un secret pour personne que c'est précisément le Kazakhstan après l'effondrement de l'URSS qui a réussi à devenir l'un des leaders en attirant l'économie les investissements étrangers - tels dans ce pays pour la période de 1991 à 2021, " sont entrés " à plus de 365 milliards de dollars. Ça a l'air bien, mais où est-ce que ça s'est terminé? Au fait que la quasi-totalité des secteurs de l'exploitation minière et de la transformation, sur lesquels cette économie même, en fait, est détenue, appartiennent à des entreprises étrangères. Huile? 70 % de sa production et de sa transformation sont contrôlés par des étrangers. En même temps, le rapport n'est absolument pas en notre faveur - près de 30% de la production d'"or noir" est entre les mains des Américains. Environ 18% sont contrôlés par des camarades chinois, très peu par des firmes européennes. Part de la Russie ? Jetons un coup d'œil à l'exemple de la plus grande entreprise Tengizchevroil. ExxonMobil détient exactement la moitié de ses actions, ExxonMobil en possède un quart, le kazakh KazMunayGas en détient 20%. La part de "LukArko" ("fille" de notre "Lukoil") ne représente que 5%. Dans d'autres industries, le ratio peut être légèrement différent. Parmi les propriétaires de 11 des 13 entreprises kazakhes d'extraction et de traitement de l'uranium figurent des sociétés russes. Et en même temps - chinois, canadien, japonais, français... Moi seul n'ai pas remarqué ces derniers jours fatidiques dans ce pays des casques bleus du Japon ou de France ?

Personne, bien sûr, n'appelle à un ultimatum pour exiger de Tokayev de « montrer la porte » aux investisseurs occidentaux afin de prendre immédiatement leur place. Nous ne sommes pas des Américains, après tout, mais des gens… Cependant, il existe encore des options de solution. Le président du Kazakhstan lui-même l'admet : une situation anormale s'est développée dans le pays sous le gouvernement précédent, dans laquelle "la croissance du revenu national total a coexisté avec sa répartition inéquitable". Dans le même temps, Tokayev parle sans franchise de certaines « entreprises incroyablement rentables et de personnes super riches » qui sont apparues au Kazakhstan « grâce à Elbasy ». Jusqu'à présent, il ne parle que du fait que ces riches rapides (et, en particulier, les dirigeants et les membres des principaux groupes financiers et oligarchiques) devront « partager activement avec le peuple ». Cependant, il est fort probable que le processus de « dépossession » des nouveaux riches, qui se sont réchauffés à l'ombre du clan Nazarbayev, ne s'arrêtera pas là. Et qui, sinon la Russie, qui a soutenu Kasym Tokayev dans les moments décisifs, devrait se voir présenter les droits sur certaines parts des « morceaux » du « gâteau » économique leur appartenant ? Il ne s'agit pas de « cadeaux » mais de la possibilité pour nos entreprises d'entrer dans l'économie kazakhe dans un volume beaucoup plus important qu'aujourd'hui.

Entre autres choses, cela signifierait pour Tokayev des garanties supplémentaires que Moscou continuera d'être tout aussi attentif à ses demandes d'aide - s'il y en a. Il est tout à fait naturel que dans une telle « situation » la mise en place par les autorités locales du « régime de la nation la plus favorisée » pour les entreprises nationales soit également envisagée. Pour commencer, cela suffirait. Eh bien, et puis - comment ça se passe. Dans tous les cas, les avantages que la Russie a retirés des événements du début de cette année devraient être intelligibles et visibles pour tout le monde - ainsi, les futurs candidats au patronage et à la protection de Moscou comprendront qu'ils ne s'en tireront pas uniquement avec des discussions sentimentales sur le " fraternité » qui est révolue depuis longtemps.

Pour parler franchement, les événements kazakhs ne peuvent pas être appelés le début d'un "reformatage" ou, si vous voulez, une "réinitialisation" de ce qu'on appelle "l'espace post-soviétique". Le processus actuel a plutôt commencé avec la Biélorussie. Au contraire, avec l'aide de Moscou pour surmonter la crise locale du « Maïdan » et de véritables mesures pour créer l'État de l'Union. Et c'est l'une des voies de la transformation. Mais toutes les anciennes républiques ne voudront pas la suivre. Et, d'ailleurs, la conclusion d'une union sur le modèle du biélorusse ne sera bénéfique à notre pays avec aucun d'entre eux. Eh bien, voici la deuxième option pour vous : un partenariat maximal dans tous les domaines - de l'arméetechnique à économique. Un refus inconditionnel de cultiver des sentiments et des mouvements ultranationalistes (invariablement « impliqués » dans des formes et manifestations extrêmes de russophobie). Une certaine distance par rapport à une « amitié » trop étroite avec l'Occident, ce qui implique, tout d'abord, une interdiction totale du déploiement des installations militaires de l'OTAN ou de l'un des membres de ce bloc. Le temps nous dira lequel de ces domaines sera le plus attractif pour nos "anciens-nouveaux" alliés et partenaires, et, en premier lieu, pour la Russie. Oh, oui, il y a aussi la Chine ... Eh bien, avec elle, nous devrons en quelque sorte répartir à la fois les rôles et les parts dans "l'espace post-soviétique". Il est tout à fait possible de commencer par le Kazakhstan.

En tout état de cause, le retrait des casques bleus de l'OTSC de ce pays ne devrait pas marquer la fin, mais au contraire le début de la mise en œuvre concrète de ces objectifs géopolitiques de la Russie, qui sous-tendent le concept d'un monde nouveau proposé par notre pays, ce qui a choqué et découragé l'Occident.
27 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 12 janvier 2022 10: 51
    +2
    Notre gouvernement aurait eu assez de décision. Et là encore, ils peuvent tout lâcher sur les freins pour ne pas être fortement accusés en Occident.
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 12 janvier 2022 11: 37
    -1
    Cet été, nos Kazakhs russes n'ont même pas été autorisés à visiter les tombes de leurs parents. Toutes les personnes! Personne. Pas d'explication. Russophobie sauvage, même à la maternelle. Faut-il le rappeler ? Comment pouvez-vous retirer des troupes sans éliminer cela? N'essayez même pas de négocier ? Le silence a été dit une fois sur la base militaire. Si Tokaïev l'a sérieusement suggéré, pourquoi alors retirer les troupes pour les faire revenir plus tard ? Immédiatement, Poutine se serait mis d'accord sur le lieu de déploiement. Cette médiocrité de Poutine et s'est manifestée dans toute sa splendeur ! Oublie constamment les intérêts et les citoyens russes pour plaire aux États-Unis ! Ils ont enlevé un représentant de l'OSCE dans le Donbass - ils ont oublié, en Arménie, les Azerbaïdjanais ont abattu notre hélicoptère - ils ont oublié. En savoir plus, ce que Poutine n'a pas oublié ? Hé, zaputintsy rappelle ce que Poutine a fait !! Journalistes, politologues, députés disent tous ce qu'il faut faire, puisqu'ils sont montés jusqu'aux oreilles, et Poutine est rusé, il fait tout à l'envers. Ne serait-ce que pour plaire aux États-Unis et non les contrarier.

    Le souverain est faible et rusé,
    dandy chauve, ennemi du travail,
    accidentellement réchauffé par la gloire,
    régnait alors sur nous.

    (Pouchkine A.S.)
    1. Dart2027 Офлайн Dart2027
      Dart2027 12 janvier 2022 19: 26
      -3
      Citation: sidérurgiste
      Oublie constamment les intérêts et les citoyens russes pour plaire aux États-Unis !

      Rappelez-moi qui a créé le Kazakhstan là-bas ?
      1. aciériste Офлайн aciériste
        aciériste 12 janvier 2022 20: 35
        -3
        Êtes-vous également avec une éducation achetée? C'est le type de Poutine créé, et je ne sais pas ?
        1. Astronaute Офлайн Astronaute
          Astronaute (San Sanych) 12 janvier 2022 23: 19
          -1
          Oui, vous travaillez généralement selon le manuel de formation, pas une seule pensée nouvelle !
        2. Dart2027 Офлайн Dart2027
          Dart2027 13 janvier 2022 19: 41
          -4
          Citation: sidérurgiste
          C'est le type que Poutine a créé, mais je ne sais pas ?

          Il n'existait pas alors. Donc qui?
    2. goncharov.62 En ligne goncharov.62
      goncharov.62 (Andreï) 12 janvier 2022 19: 47
      0
      Les États-Unis sont la deuxième chose ici. Mais le reste a sa place. A mon grand regret je ne peux qu'espérer un multi-pass... D'ailleurs, en mars je pars au Kazakhstan visiter les tombes de mon père et de ma mère. Voyons voir. C'est à Ust_Kamenogorsk.
  3. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 12 janvier 2022 12: 22
    +1
    Il ne doit pas nous décevoir car il nous apporte des informations importantes sur notre partenaire.
    Se débarrasser des illusions et des "lunettes roses" - le plus tôt sera le mieux.
    Premièrement, pourquoi pensons-nous que le Kazakhstan (ou tout autre partenaire à nous) devrait absolument être avec nous en cours de route ? Pour cela, ils ont encore besoin de s'intéresser aux perspectives communes, de former les intérêts personnels de leurs dirigeants.
    Deuxièmement, le Kazakhstan est en train de former son État. La présence des troupes d'un autre État dans le pays déforme ses propres processus naturels.
    Troisièmement, peut-être que le Kazakhstan veut avoir entre ses mains (et a le droit de le faire) de choisir, dans un premier temps, toutes les options pour son orientation géopolitique.
    Enfin, peut-être que les Américains ont préparé leur fameux "bouton" dans l'appareil d'Etat, et pas un seul, et c'est aussi une information importante pour nous.
    Une amitié et une coopération à part entière ne sont possibles que si chacun des partenaires prend en compte les intérêts et les objectifs de l'autre et est prêt à « entrer dans sa position ».
    Il est nécessaire de former un système d'objectifs et de perspectives communs, et pas bêtement, de "lier" un partenaire à vous-même. Chercher à se faciliter les choses détruit la confiance
    1. aciériste Офлайн aciériste
      aciériste 12 janvier 2022 20: 43
      -3
      pourquoi pensons-nous que le Kazakhstan (ou n'importe quel autre de nos partenaires) doit être avec nous tout au long du chemin ?

      C'est comme si l'Europe et les États-Unis étaient en route, c'est pourquoi ils « s'étendent » sous les États-Unis ? Et la Russie devrait également demander : « Me respectez-vous ?
      En politique, c'est comme avec les petits enfants. D'abord le pouvoir, puis la carotte. Ou pensez-vous que les enfants devraient faire tournoyer leurs parents comme la queue d'un chien ?
      1. Astronaute Офлайн Astronaute
        Astronaute (San Sanych) 12 janvier 2022 23: 21
        -3
        Vous ne porteriez pas de telles bêtises si vous connaissiez au moins un peu la géopolitique !
  4. Forrest Gump Офлайн Forrest Gump
    Forrest Gump (Forrest Gump) 12 janvier 2022 12: 31
    +4
    De quel concept d'un monde nouveau qui a découragé l'Occident parlez-vous ? Ils ne comprennent même pas que nous devons être respectés !
    Et quelle bataille brillamment gagnée pour le Kazakhstan avez-vous mentionnée ? Entrer et retirer des troupes n'est pas une bataille ! L'article est comme la complaisance d'un politique neurasthénique...
    La Russie, même dans le Donbass, n'est pas en mesure d'entrer ouvertement des troupes, mais voici un pays asiatique avec ses propres spécificités...
    mâcher des pois et secouer la morve sur un poing, camarade
    1. Nadejda Vêtements Yaloutorovsk (Nadezhda Vêtements Yalutorovsk) 12 janvier 2022 18: 23
      -2
      Oui, la Russie peut tout faire ! Mais en Russie, tout le monde peut-il se serrer la ceinture encore plus en cas de conflit militaire dans le Donbass ou ailleurs, et avec un embargo supplémentaire ? Serez-vous volontaire ? Poutine et son équipe sont en équilibre par un fil sur un abîme. Les politiciens du canapé ne peuvent pas comprendre cela.
      1. aciériste Офлайн aciériste
        aciériste 12 janvier 2022 18: 36
        -5
        Les politiciens du canapé ne comprennent pas cela

        Et vous pourriez penser que vous n'êtes pas un politicien de canapé avec nous ? Eh bien, dans quel grade, où avez-vous servi ? S'ils avaient servi, ils auraient su que ce gouffre, Poutine et son équipe, creusent depuis 20 ans et ne peuvent pas tout arrêter !
      2. goncharov.62 En ligne goncharov.62
        goncharov.62 (Andreï) 12 janvier 2022 19: 49
        -2
        Ramassez votre graisse d'abord, avant de pleurer ! Vous êtes nos grands, vous avez faim, ...
        1. aciériste Офлайн aciériste
          aciériste 12 janvier 2022 20: 49
          -2
          Oui, ça te ressemble, et ton cerveau est gonflé de graisse. Et je suis sur ma pension de 12 300 roubles, et il ne reste plus qu'à engraisser. J'ai vécu ma vie, mais je n'ai pas pris ma décision.
  5. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 12 janvier 2022 12: 58
    +5
    Ajoutez plus:
    En travaillant avec le Kazakhstan, je pense que nous sommes confrontés à notre ancien "lacune" - l'absence d'un système d'objectifs géopolitiques de la Russie qui soient compréhensibles pour nous et notre environnement.
    Où va la Russie ? C'est d'abord une question que se posent nos partenaires potentiels. Et ils n'y trouvent pas de réponse. Nous ne le connaissons pas nous-mêmes. Non formulé. Nous avons peur de mal calculer.
    Pourtant, la longue absence de réponse à cette question nous fait déjà très mal !
    Et comment peut-on compter sans elle sur l'implication des Etats partenaires dans leur orbite ?
    D'autres centres d'orientation géopolitique, contrairement à nous, l'ont fait il y a longtemps.
    Résultats? Par exemple, l'Azerbaïdjan sait maintenant clairement avec qui il est et pourquoi.
  6. 123 Офлайн 123
    123 (123) 12 janvier 2022 13: 34
    +1
    En général, il est encore tout à fait suffisant. Au Kazakhstan, ils ont vraiment contrecarré l'exacerbation et n'ont pas permis un développement radical des événements (environ selon le scénario ukrainien). Tout ne fait que commencer là-bas.
    La température a été abaissée, maintenant il y a un traitement long et difficile.
    C'est ce que je n'ai pas compris alors...

    Et la tentative de défendre le prochain peuple « fraternel » dans les Balkans en 2014 s'est soldée par un désastre national (je n'entends pas par là la Révolution, mais la guerre civile qui a duré des années avec toutes ses terribles conséquences).

    De quelle guerre civile parlons-nous ? Quelle « catastrophe nationale » s'est produite à la suite d'une tentative de défense d'un autre peuple « fraternel » ?
    1. Nadejda Vêtements Yaloutorovsk (Nadezhda Vêtements Yalutorovsk) 12 janvier 2022 18: 27
      +1
      Ici, je crois, l'auteur de la date l'a confondue, se référant à l'incident de 1914 sur les Balans.
    2. Dart2027 Офлайн Dart2027
      Dart2027 12 janvier 2022 19: 27
      -1
      Citation: 123
      De quelle guerre civile parlons-nous ? Quelle « catastrophe nationale » s'est produite à la suite d'une tentative de défense d'un autre peuple « fraternel » ?

      Évidemment, c'est une faute de frappe - 1914.
      1. 123 Офлайн 123
        123 (123) 12 janvier 2022 19: 59
        0
        Évidemment, c'est une faute de frappe - 1914.

        Peut-être que tu as raison. Une faute de frappe est généralement une lettre ou un chiffre, un autre siècle est indiqué ici. En option, j'ai considéré qu'on parlait de l'Ukraine (en tout cas, je ne me souviens de rien d'autre cette année).
        1. Dart2027 Офлайн Dart2027
          Dart2027 13 janvier 2022 19: 39
          0
          Citation: 123
          En option, j'ai considéré qu'on parlait de l'Ukraine (en tout cas, je ne me souviens de rien d'autre cette année

          Citation: 123
          Révolution, mais la guerre civile qui dure depuis des années

          Cela indique clairement le début du siècle dernier, et dans le texte l'auteur l'a changé en 1914.
          1. 123 Офлайн 123
            123 (123) 13 janvier 2022 20: 05
            0
            Merci pour la précision, je pense que je n'ai pas bien lu. hi
    3. Le commentaire a été supprimé.
  7. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 12 janvier 2022 16: 26
    +6
    Je viens de lire dans RT un message sur le refus du chef de Rossotrudnichestvo, Yevgeny Primakov, de travailler avec le nouveau ministre de l'Information du Kazakhstan, Umarov - "des ordures russophobes", selon la définition de Primakov.
    Les citations citées par Primakov appuient pleinement cette définition.
    J'ai rappelé la formation du nouveau gouvernement de l'Ukraine après la fuite de Ianoukovitch et la stupéfaction (horreur silencieuse) qui a suivi ses actions.
    Il est clair que la formation d'un nouveau cabinet au Kazakhstan se déroule dans des conditions de compromis avec les forces extérieures.
    La Russie participe-t-elle à l'élaboration de ce compromis ?
  8. Ksv Офлайн Ksv
    Ksv (Sergey) 12 janvier 2022 19: 53
    0
    Le leader turc a également été aidé dans la tentative de le renverser, comment cela s'est-il terminé au final ? En conséquence, il nous a pris tout ce dont il avait besoin et travaille toujours contre nous maintenant, pas du tout gêné à ce sujet. Il nous faut un cadre dur et pérenne que les Asiatiques ne pourront pas traverser !!!
  9. S AVEC Офлайн S AVEC
    S AVEC (N S) 12 janvier 2022 21: 08
    0
    depuis l'Antiquité, celui qui est fort a raison, les ennemis ne respectent que la force, et les États-Unis (boule de dette gonflée) avec et sans raison ont montré leur force de toutes les manières possibles (grâce à la machine FRS), sans cérémonie intimider les dirigeants de les aborigènes, et même les pouvoirs de la Fédération de Russie et de la RPC (ici il suffit de les effrayer uniquement avec des sanctions financières), utilisant pour cela tous les outils et moyens de la machine étatique, même Hollywood (Rambo et autres mutta)) )

    et la Fédération de Russie devrait prendre exemple sur les amers en cela, il est impossible de mener une politique pacifiée avec les Papous, les russophobes, ils la perçoivent comme une faiblesse, mais pour les animaux de la forêt tout est simple - qui est plus fort avant cela et nous céderons. Je suis sûr que les babai de la côte KZ ont été séduits (et ont été stupéfaits par le capital volé), ils considèrent la Fédération de Russie comme faible et les États-Unis comme forts, et ils voulaient cracher sur tout le bien que les Russes ont fait et font à eux (ils les ont protégés de l'extermination, ont créé un état, leur ont appris à se tenir debout et à lire pour écrire, ont ouvert leur propre marché, lancé des foules de leur gaster, etc.) ils se moquent de tout ça)) ils croient que la Fédération de Russie fait tout cela par faiblesse ! et si c'est le cas, Babai et les autres Loukachenko de la CEI pensent que ces Ross nishtyaks seront pour toujours et que vous n'aurez pas à payer pour eux, encore plus - vous pouvez offenser la Russie, comme Luka l'a fait, car la Fédération de Russie est faible et n'ose pas déplacer les rois d'auls et de kolkhozes.
    donc Tokayev en bois considère la Fédération de Russie faible et stupide, sinon il n'aurait pas osé laisser les chacals pro-turcs et les ennemis de la Fédération de Russie dans le nouveau gouvernement. il n'a même pas fait allusion non plus à la fermeture des laboratoires du Pentagone, l'essentiel pour lui est qu'il a, avec l'aide de la Fédération de Russie, supprimé les forces de sécurité de Nazarbayev et qu'il peut désormais s'enrichir personnellement en prenant la part des Nazarbayevsky dans le Économie KZ.
    et qu'en tirera la Fédération de Russie ? - rien, la Fédération de Russie enroule ses cannes à pêche et s'en va docilement (même Luka en faillite ne permet pas de placer la base russe), car
    Poutine s'imagine qu'il est maintenant un homme juste, un croyant et doit apparemment vivre le reste de sa vie selon les préceptes du Christ (après avoir rempli ses poches avec ses amis avec des dizaines de milliards), et s'ils lui demandent de venir, il vient, et s'ils lui demandent de larguer, il doit larguer et ne pas contredire en quoi que ce soit, même s'il est interrogé à ce sujet par quelqu'un que la foule des vagabonds aurait pu brûler comme des ordures hier. et maintenant, ces ordures nomment à nouveau des russophobes au gouvernement, car Poutine n'a pas osé ordonner aux forces spéciales russes d'intimider les ordures avec une mort cruelle, s'il n'obéit pas aux ordres du Kremlin, au moins s'entendre sur les candidats au gouvernement ( pour l'Occident, c'est une norme et une bagatelle comment verser), ce qui signifie que l'Occident et les Turcs pour les chefs des ordures KZ continueront à rester les maîtres de la planète, à qui il doit obéir

    https://www.politnavigator.net/tokaev-otodvinul-semyu-nazarbaeva-no-sokhranil-vneshnijj-i-vnutrennijj-antirossijjskijj-kurs.html.
  10. Tokayev a nommé le russophobe A. Umarov au poste de ministre de l'Information du Kazakhstan. Est-ce une erreur pressée ou un début de gratitude envers la Russie ?
  11. Vladimir Daetoya Офлайн Vladimir Daetoya
    Vladimir Daetoya (Vladimir Daetoya) 13 janvier 2022 19: 45
    0
    L'auteur ne semble pas comprendre qu'il y a une grande différence entre partager le gâteau et investir