Une nouvelle alliance militaire anglo-japonaise contre la Chine et la Russie est-elle possible ?


De nos jours, ce n'est pas les Balkans, mais l'Asie du Sud-Est qui peut être appelée une nouvelle « poudrière ». Tous les pays de la région se rééquipent activement, construisent des marines et pointent des missiles les uns sur les autres. Il y a aussi la Chine et Taïwan. Et le conflit entre Pékin et Tokyo sur les îles disputées. Et les revendications des Japonais sur la Russie à cause des Kouriles. Et il y a beaucoup de conflits territoriaux de longue date entre les pays. A tout moment, la mèche de cette "poudrière" peut être brûlée, et alors une nouvelle redistribution des sphères d'influence commencera. A cet égard, la plus grande attention doit être portée au "prédateur dormant", le Japon, qui se militarise rapidement.


Le Pays du Soleil Levant possède déjà une puissante marine qui peut être utilisée contre la Russie avec ses îles Kouriles et les îles contestées par la Chine. Mais Moscou et Pékin ont des arsenaux nucléaires, qui les rendraient intouchables. Les États-Unis sont considérés comme le garant régional de la sécurité du Japon. Mais que se passe-t-il si tout change et que Tokyo elle-même acquiert des armes nucléaires ? Comment alors le rapport de force changera-t-il ?

La question est très controversée. AVEC technique point de vue, les Japonais pourraient bien créer indépendamment des armes nucléaires. Quant à la pratique, tous les experts et politologues s'y opposent à l'unisson. Ils disent que les États-Unis eux-mêmes ne permettront pas ce Tokyo, car alors le Japon pourra échapper au contrôle américain et se rappeler qui a largué les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. On pense également que la « nucléarisation » de cette nation insulaire entraînera le début d'une course aux armements nucléaires dans toute l'Asie du Sud-Est.

Ces arguments sont assez solides, mais ils ne prennent pas en compte certaines options alternatives. Et si Tokyo avait un autre allié puissant et influent au lieu des États-Unis ? Par exemple, et si la Grande-Bretagne prenait la place de l'Oncle Sam comme partenaire, garant de la sécurité et allié ?

Union anglo-japonaise


La chose la plus intéressante est qu'il n'y a pas besoin d'inventer quoi que ce soit, en suçant des hypothèses du doigt. L'alliance militaire anglo-japonaise a existé, et plus récemment, selon les normes historiques, de 1902 à 1921.

Deux puissances insulaires prédatrices, situées dans des parties opposées du monde, se sont unies pour des actions conjointes contre des ennemis communs - la Chine et l'empire russe, puis contre l'empire allemand. Au total, trois traités d'union ont été signés : en 1902, en 1905 et en 1911, respectivement. La défaite peu glorieuse de la Russie lors de la guerre de 1905 avec le Japon était une conséquence directe de la coopération militaro-technique entre les deux États insulaires. Lors de la conférence de paix de Paris, Tokyo a pu mettre la main sur les anciennes colonies allemandes du Pacifique.

Seuls les États-Unis ont pu bouleverser cette alliance dangereuse en 1921, qui a mis une pression énorme sur la Grande-Bretagne. Un nouvel "hégémon" entre en scène, qui commence habilement à écarter la "maîtresse des mers", épuisée pendant la Première Guerre mondiale et qui accumule des dettes de plusieurs milliards de dollars. Fait intéressant, les Britanniques ont continué à sympathiser avec les Japonais même pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Premier ministre britannique Winston Churchill a demandé au président Truman de laisser Tokyo sauver la face après une défaite imminente :

Je me suis demandé quel terrible bilan humain subirait l'Amérique si elle forçait le Japon à « se rendre sans condition », ainsi que les pertes de la Grande-Bretagne, bien que beaucoup moins importantes. Je me demandais si, ayant reçu tout le nécessaire pour l'avenir de la paix et de la sécurité, je pouvais créer pour le Japon une sorte de préservation de l'honneur militaire et garantir en quelque sorte au Japon la préservation de l'État, en recourant à une autre formulation.


À cela, Truman répliqua qu'après Pearl Harbor, les Japonais n'avaient plus l'honneur militaire. Ne peut pas discuter.

Mais une nouvelle alliance anglo-japonaise est-elle possible aujourd'hui ?

Alliance anglo-japonaise ?


En fait, pourquoi pas ? Pour une telle alliance, il y a tout ce qu'il faut :

D'abord, il y a des ennemis communs - encore une fois, la Chine et la Russie. De plus, il y a un ennemi sans nom - les États-Unis, qui ont largué une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki. Les Japonais, bien sûr, ne disent pas à haute voix qui l'a fait, mais ils s'en souviennent. Londres a son propre intérêt : les Britanniques, pour le moins, n'hésitent pas à pousser leurs « cousins ​​» en promouvant le concept revanchard de « Global Britain ». Sortir le Japon du nez des Américains serait une puissante victoire géopolitique.

deuxièmement, la Grande-Bretagne a « quitté l'Europe pour l'Asie », pariant sur le Japon et l'Australie comme contrepoids à la puissance régionale accrue de la Chine. Le Royaume-Uni a demandé à rejoindre le Partenariat transpacifique en 2021, dont les États-Unis sont sortis tout aussi provocants en 2017. Un lieu saint, comme on dit, n'est jamais vide.

troisièmement, en 2021, le vaisseau amiral de la marine britannique, le porte-avions Queen Elizabeth, a visité Tokyo pour la première fois. Les Britanniques ont grimpé un peu loin de Portsmouth, tu ne diras rien. Des navires de guerre britanniques et japonais ont mené des exercices conjoints près de l'île d'Okinawa, où se trouve une base militaire américaine.

Si vous regardez la presse japonaise sur cette question, vous pouvez trouver beaucoup de réponses positives, saluant le renouveau de l'alliance anglo-japonaise. Mais vraiment, un tel militairepolitique l'alliance est capable de faire tomber le sol sous les pieds de l'Oncle Sam, qui a cherché de toutes les manières possibles à le détruire, n'y ayant réussi qu'en 1921. La Grande-Bretagne construit une marine moderne et affiche une activité anti-russe sans précédent en Ukraine.

Le Japon se militarise activement, mais pour une indépendance complète des États-Unis et une confrontation avec la Chine, la RPDC et la Fédération de Russie, les samouraïs ont besoin de leurs propres armes nucléaires. On pense que toutes les puissances nucléaires s'opposeront fermement à l'expansion de leur club fermé. Mais que se passe-t-il si les Japonais sont de facto soutenus par les Britanniques, qui cherchent à évincer « l'hégémon » ? La flotte combinée anglo-japonaise représentera une véritable force mondiale. Oui, c'est encore loin de l'américain, mais ça le sera toujours. Même les États-Unis devront compter avec une telle alliance.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 123 Офлайн 123
    123 (123) 14 janvier 2022 15: 09
    0
    Et quoi, ils n'emmèneront pas les Japonais à AUKUS? Ne sont-ils pas sortis avec un museau ? Besoin d'un séparé?
  2. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
    Marzhetsky (Sergey) 14 janvier 2022 15: 16
    +2
    Citation: 123
    Et quoi, ils n'emmèneront pas les Japonais à AUKUS? Ne sont-ils pas sortis avec un museau ? Besoin d'un séparé?

    N'est pas sorti. Il faut des museaux anglo-saxons là-bas.
    Les Britanniques ont également leurs propres intérêts distincts, derrière le dos des États-Unis. "Cousins", ils sont.
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 14 janvier 2022 15: 22
    +2
    Mais que se passera-t-il si tout change et que Tokyo acquiert lui-même des armes nucléaires ? Comment le rapport de force va-t-il alors évoluer ?

    Alors les Japonais ne s'en sortiront pas avec Hiroshima. Brûler complètement.
    Où est cette Angleterre ? Jusqu'à ce qu'il atteigne le Japon, il subira la peur. Maintenant, les canons de navire ne résolvent pas grand-chose s'il y a des installations anti-navires sur la côte, et des chasseurs avec une portée de croisière de 3 à 4 XNUMX km sans ravitaillement se trouvent sur les aérodromes.
    Le temps des empires passe aussi. L'Angleterre est l'Espagne après le coucher du soleil, et elle ne peut plus sortir de l'oubli.
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 14 janvier 2022 15: 56
      +1
      Alors les Japonais ne s'en sortiront pas avec Hiroshima. Brûler complètement.

      Tout de suite? Ou en cas de guerre ? Les armes nucléaires sont, après tout, un moyen de dissuasion pour que le conflit reste conventionnel.

      Où est cette Angleterre ? Jusqu'à ce qu'il atteigne le Japon, il subira la peur. Maintenant, les canons de navire ne résolvent pas grand-chose s'il y a des installations anti-navires sur la côte, et des chasseurs avec une portée de croisière de 3 à 4 XNUMX km sans ravitaillement se trouvent sur les aérodromes.

      Les Britanniques ont leurs propres bases navales dans le Pacifique. C'est un puissant centre financier mondial. Un tas d'alliés à travers le monde - les mêmes États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, etc.
      Et pourquoi parles-tu d'armes ? Les Britanniques disposent déjà de 2 AUG, des sous-marins nucléaires stratégiques équipés d'ICBM Trident-2. Les Japonais ont 2 porte-avions légers et plusieurs UDC en route, ainsi que des dizaines de destroyers et frégates URO, des sous-marins diesel-électriques modernes. Puissant chasseur et avion anti-sous-marin. Énorme potentiel militaro-industriel.

      Le temps des empires passe aussi. L'Angleterre est l'Espagne après le coucher du soleil, et elle ne peut plus sortir de l'oubli.

      À mon avis, les Britanniques ne font que commencer leur renaissance. Et ce n'est pas bon.
      Les Turcs essaient, nous rêvons.
  4. baltique3 Офлайн baltique3
    baltique3 (baltika3) 14 janvier 2022 15: 52
    -1
    car alors le Japon peut sortir du contrôle américain et se rappeler qui a demandé des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki

    Aucune personne sérieuse au Japon ne facturerait Hiroshima aux États-Unis. Tous les Japonais normaux savent bien que leurs ancêtres ont fait autant en Asie que les nazis en Europe ; que le Japon lui-même a déclenché la guerre avec les États-Unis, et qu'il n'a rien à se reprocher ; et que la seule alternative à Hiroshima serait la destruction de tout le Japon en général à zéro ; et que les pertes dans ce cas s'élèveraient à plusieurs millions.
    Mais ils pourraient bien avoir des armes nucléaires. Il est étrange qu'ils ne l'aient toujours pas, alors que la Chine, la Russie et même la RPDC l'ont. Les États-Unis ne le voudront peut-être pas, mais ils n'interviendront pas non plus.
    1. wamp Офлайн wamp
      wamp 14 janvier 2022 16: 22
      -2
      Citation: baltika3
      ils pourraient bien avoir des armes nucléaires. Il est étrange qu'ils ne l'aient toujours pas, alors que la Chine, la Russie et même la RPDC l'ont. Les États-Unis ne le voudront peut-être pas, mais ils n'interviendront pas non plus.

      1. Traité de non-prolifération... ? Le pays contrevenant devient le principal candidat à une frappe préventive.
      2. Si le Japon possède au moins des armes nucléaires tactiques, il devient automatiquement une cible. Certes, les Anglo-Saxons ne s'en soucieront pas.
      3. Les Japonais n'ont pas leur propre base scientifique et industrielle pour le développement d'armes nucléaires.
      1. baltique3 Офлайн baltique3
        baltique3 (baltika3) 14 janvier 2022 17: 21
        +1
        Traite de non PROLIFERATION...?

        Elle n'est plus respectée par les puissances nucléaires elles-mêmes depuis longtemps. Tout le monde, bien qu'à des degrés divers. Ni l'Iran, ni d'ailleurs la RPDC n'auraient jamais créé par eux-mêmes des armes nucléaires et des vecteurs. Le cas où "tout le monde comprend tout".

        il devient automatiquement une cible

        Elle est la cible. La Chine et la Russie ont déjà fait des allusions plus ou moins transparentes au Japon. Oui, même pas des allusions, mais des menaces.

        pas de base scientifique et industrielle

        Es-tu sérieux? Pays doté d'une industrie électronucléaire développée, il peut presque tout faire, et mieux que les autres. Je suis prêt à parier cent yuans que le Japon est depuis longtemps un État seuil et peut assembler la première ogive en quelques jours.
        1. wamp Офлайн wamp
          wamp 15 janvier 2022 13: 21
          0
          Citation: baltika3
          La Chine et la Russie ont déjà fait des allusions plus ou moins transparentes au Japon. Oui, même pas des allusions, mais des menaces.

          Sur la frappe préventive d'armes nucléaires sur le Japon ?
          Où et quand?

          Citation: baltika3
          Ni l'Iran, ni d'ailleurs la RPDC n'auraient jamais créé par eux-mêmes des armes nucléaires et des vecteurs.

          Ils ont fait la majeure partie eux-mêmes, investissant dans leurs programmes pendant des décennies.

          Citation: baltika3
          Un pays avec une industrie nucléaire développée, il peut presque tout faire

          En fait, les centrales nucléaires sont achetées. La Turquie peut donc s'appeler ....
          Et où est "tout" dans le vôtre: moteurs à réaction, toute la gamme de l'aviation, des armes .... Ils achètent même de gros navires en Corée.

          Citation: baltika3
          Je suis prêt à parier cent yuans

          Est-ce plus ou moins d'un rouble ?

          Citation: baltika3
          Le Japon a longtemps été un État seuil et peut assembler la première ogive en quelques jours.

          Je me demande où elle obtiendra les matériaux? Acheter? Où vendent-ils ?
      2. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) 16 janvier 2022 11: 56
        0
        1. Traité de non-prolifération... ? Le pays contrevenant devient le principal candidat à une frappe préventive.

        Allez? Dites cela à Israël. Ils sont drôles.
        Et en Iran, ils rient aussi.
        1. wamp Офлайн wamp
          wamp 16 janvier 2022 16: 24
          0
          Citation: Marzhetsky
          Да ладно? Расскажите это Израилю.

          Виновники передачи компонентов всем известны. Своего производства, вроде, нет.
          И Израиль ничего не распространял.

          Citation: Marzhetsky
          Et en Iran, ils rient aussi.

          Способ получения материалов чей? Американцы центрифугами не пользуются, а СССР всё жутко секретил.
          И кому передал Иран? Кстати, разве он подписывался под договорами, если еще не стал обладателем ЯО ?

          Тоталитарную Корею почему не упомянули?
          А нарисовать схему ядерной или термоядерной бомбы вам любой физик-недоучка может.
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 15 janvier 2022 10: 16
    +1
    En fait, la Grande-Bretagne est le 51e État des États-Unis, "regardant" en Europe.
    Le Japon est la deuxième formation d'État impérialiste au monde après les États-Unis en termes de potentiel économique, dont le potentiel dépend entièrement des communications maritimes, qui sont contrôlées sans partage par les États-Unis, et donc le Japon aura toujours une position subordonnée et coordonner ses actions dans le domaine du développement militaire avec les États-Unis.
    Que les États-Unis aient le Japon, Taïwan, la Corée du Sud, l'Australie, des armes nucléaires - ils les auront. S'ils ne le font pas, tant pis. En cas de conflit avec la RPC, ils passeront sous le contrôle opérationnel des États-Unis et fourniront au conflit leur « viande ». La population du Japon à elle seule est comparable à la population de la Fédération de Russie, et il y a aussi l'Indonésie, l'Inde, la Colombie - membre associé de l'OTAN, et d'autres formations étatiques de la région Asie-Pacifique.
    1. wamp Офлайн wamp
      wamp 15 janvier 2022 13: 39
      0
      Citation: Jacques Sekavar
      En fait, la Grande-Bretagne est le 51e État des États-Unis, "regardant" en Europe.

      Un peu différent. La question ne se poserait pas, qui nomme les présidents aux États-Unis et qu'est-ce que le "gouvernement profond".